Les lieux d’accueil des fidèles dans les « grands sanctuaires » des Trois Gaules : données archéologiques anciennes et problématiques nouvelles

Cécile Hartz (Paris I-Panthéon-Sorbonne) 1

Introduction

L’expression « grand sanctuaire » ne possède aucune définition stricte dans la littérature archéologique actuelle. Elle renvoie généralement à un lieu de culte public situé hors du chef-lieu de cité – dans sa proche périphérie ou sur son territoire – composé d’un ou plusieurs temples souvent associés à d’autres édifices comme des thermes, un théâtre et des annexes. Ces ensembles monumentaux peuvent dans certains cas être isolés de tout habitat (Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 2006, p. VIII).


Dans cette présentation, nous ne traiterons pas de tous les ensembles actuellement qualifiés de « grand sanctuaire ». Ainsi, les sites qui seront évoqués appartiennent plus à un groupe historiographique spécifique qu’à une catégorie bien définie (raison de l’emploi de guillemets dans le cadre de cette présentation) : ces « grands sanctuaires » ont été révélés dans les années 1960 et 1970 grâce au concept de « conciliabula » forgé par Gilbert Picard (Picard, 1970). Après abandon de ce concept dans les années 1990, ils ont été désignés par l’expression « grand sanctuaire rural » (par exemple Fincker, Tassaux, 1992).

Fig. 1 : Répartition des « grands sanctuaires » de notre étude dans les Trois Gaules (D.A.O. C. Hartz d’après Ferdière 2005, p. 64).

Les sites sur lesquels nous réfléchirons correspondent ainsi à de vastes complexes monumentaux situés dans le territoire de la cité, c’est-à-dire hors du chef-lieu ou de sa zone suburbaine ; ces sites se distinguent par une mise en scène exceptionnelle des principaux monuments publics (temple principal, théâtre, thermes), et par l’existence de quartiers bâtis se développant de part et d’autre ou autour de ceux-ci (Hartz, 2015). Ils se répartissent dans le nord de la province d’Aquitaine, par exemple à Sanxay (Vienne) ou à Tintignac (Corrèze), et dans le nord des provinces de Lyonnaise et de Belgique, comme à Ribemont-sur-Ancre (Somme), à Champlieu (Oise) ou à Genainville (Val d’Oise) (fig. 1).

Données archéologiques anciennes et nouvelles problématiques

Les « grands sanctuaires » ont fait l’objet de nombreuses fouilles dès le début du XIXe s., du fait de leur bon état de conservation général d’une part – puisque ces sites ont généralement été abandonnés aux cours des IIIe s et IVe s. de notre ère sans réoccupation postérieure d’ampleur – et à cause de la monumentalité de leurs édifices publics d’autre part. Ces fouilles anciennes ont ponctuellement permis de dégager, à proximité directe des monuments, des vestiges qui apparaissaient à fleur de terre. Mais ces constructions n’ont jamais fait l’objet de recherches spécifiques et leur interprétation a de ce fait été négligée ou n’a suscité que peu d’intérêt par rapport aux édifices publics mieux conservés et plus grandioses. De ce fait, ces bâtiments ont été interprétés comme des annexes de l’ensemble monumental, et en particulier comme des bâtiments dépendant de leur édifice principal, le temple : ils ont ainsi été considérés comme des hôtelleries pour les fidèles, ou comme des annexes destinées au logement des prêtres et des personnes chargées de l’entretien des édifices publics.

Mentionnons à ce titre les fouilles du site de Sanxay réalisées par le père jésuite Camille de la Croix dans la seconde moitié du XIXe s. (fig. 2).

Fig. 2 : Plan des vestiges de Sanxay d’après les recherches de C. de la Croix (in Pillard 1982, p. 237)

Selon l’archéologue, les bâtiments dégagés autour des monuments publics du site seraient trop peu nombreux par rapport à la capacité d’accueil du péribole du temple et du théâtre pour être interprétés comme des habitations ; par ailleurs, la localisation du site dans le creux d’une petite vallée, à l’écart des grandes voies de communication, ne permettait pas de considérer le site comme une agglomération (De la Croix, 1883). Il en déduit donc qu’il ne pouvait s’agir que de bâtiments fonctionnels en lien avec le monument principal du site : le temple. Les fouilles de Sanxay, ainsi que la renommée du Père de la Croix, ont consacré pour longtemps cette interprétation (par exemple Aupert et al. 1992, p. 93 ; Van Andringa, 2002, p.244). Notons qu’aucune inscription ni découverte archéologique irréfutable n’ont été découvertes pour étayer cette interprétation. L’unique inscription qui mentionne la construction d’hospitalia dans un cadre cultuel a été mise au jour dans le sanctuaire de Wasserbillig en Germanie, malheureusement hors contexte (Scheid, 1992, p. 29).

Mais, à partir des années 1980, les prospections archéologiques et les fouilles réalisées au sein de ces « grands sanctuaires » ont révélé autour des monuments publics de vastes quartiers bâtis, souvent intégrés à un réseau viaire ; ces données font émerger de nouvelles questions sur la nature et la fonction de ce bâti et remettent en question cette interprétation traditionnelle :

  • Quel est le plan, l’organisation et la fonction de ces bâtiments périphériques ?

  • Quelle est leur chronologie par rapport aux édifices publics ?

  • S’agit-il de lieux d’accueil pour les fidèles et les desservants du culte comme le voudrait l’interprétation traditionnelle ou une autre interprétation est-elle possible ?

  • Grâce à ces données nouvelles, peut-on proposer des critères d’identification de ces édifices d’accueil ?

Pour répondre à ces questions, nous étudierons l’exemple du Vieil-Évreux (Eure ; fig. 1), puis nous évoquerons quelques hypothèses concernant les bâtiments d’autres « grands sanctuaires » des Trois Gaules.

Le Vieil-Évreux

Le site du Vieil-Évreux est situé à 6 km à l’est de Mediolanum Aulercorum, ancien chef-lieu de la cité des Aulerques Éburovices (actuelle ville d’Évreux) (fig. 3).

Fig. 3 A. Localisation de la cité des Aulerques Éburovices en Gaule romaine (carte d’après Ferdière, 2005, p. 64) ; B. La cité des Aulerques Éburovices ; C. Le Vieil-Évreux aux IIe et IIIe s.

Ses vestiges s’étendent sur une surface comprise entre 230 et 250 ha. En son centre se trouve un temple monumental qui se développe sur une superficie de 6 à 8 ha. Les dernières fouilles réalisées sur l’édifice datent son émergence des dernières années du Ier s. av. n. è. Il est démantelé puis abandonné entre le milieu du IIIe s. de n. è. et le IVe s. (Bertaudière, 2013). Au nord se trouvent un théâtre d’une capacité d’accueil d’environ 7000 personnes (sans doute édifié à la fin du Ier s. de n. è., le monument est abandonné au milieu du IIIe s., Ferreira, 2013), une place publique imposante, et un temple de type « fanum ». Au sud, des thermes sont bâtis à la fin du Ier s. de n. è., ainsi qu’un possible macellum dans les premières années du IIIe s. (Guyard, Bertaudière, 2000 ; Guyard, Bertaudière, 2011). Ces monuments sont cernés par les deux branches d’un aqueduc, édifié lui aussi à la fin du Ier s. de n. è. (Wech, 2011).

À plusieurs centaines de mètres de distance, un polygone est dessiné par de larges rues ; sur leur bord extérieur s’organise la majeure partie de l’habitat. Les espaces compris entre les monuments publics et cet habitat sont largement vides d’occupation et couvrent une surface d’environ 190 ha.

L’habitat du Ier s.
En l’état actuel des connaissances, l’habitat apparaît sur le site dans le courant de la seconde moitié du Ier s. de n. è., à l’ouest du temple central, soit plus d’un demi-siècle après l’émergence de celui-ci. Il semble s’agir majoritairement de constructions modestes de quelques dizaines de mètres carré, édifiées en matériaux périssables et installées dans un réseau viaire irrégulier suivant globalement l’orientation du péribole du temple et couvrant une surface d’environ 3 ha. Les activités pratiquées au sein de ces édifices ne sont pas connues, mais leur vocation domestique est probable (Hartz, 2015, p 99-106).

L’habitat à partir du début du IIe s.

Au début du IIe s., de nouveaux secteurs bâtis sont implantés autour du temple central dans le cadre d’un programme de construction exceptionnel. Cet habitat s’organise au sein d’un réseau de voies dense et hiérarchisé, constitué par des rues d’une largeur comprise entre 4 et 15 m. Sur le bord extérieur des rues principales, le bâti se structure à l’intérieur de parcelles qui se caractérisent par leur superficie importante et leur grande homogénéité (1000 m² en moyenne). Enfin, des portiques et des galeries de 1,50 à 3,50 m de large ont été identifiés en façade de certaines habitations situées en bordure des voies principales (Hartz, 2015, p. 114-138).

L’analyse des plans des bâtiments a permis d’établir une typologie en cinq catégories. Ont été distingués (fig. 4) :

  • Des bâtiments à organisation simple avec cour arrière. Ils sont composés d’une à deux rangées de pièces alignées en façade de rue et d’une vaste cour arrière qui concentre probablement la majeure partie des activités.

  • Des bâtiments à plan en « L », qui présentent la même organisation d’ensemble que les édifices précédents, mais dont le bâti se prolonge sur l’un des côtés de la cour.

  • Des bâtiments à organisation complexe, qui se concentrent à l’ouest et au sud-ouest du site. Ils se caractérisent par l’importance des surfaces bâties et possèdent de nombreux aménagements intérieurs, qui suggèrent l’existence de sols en dur, de caves et d’hypocaustes.

  • Des bâtiments à organisation complexe avec cour(s) intérieure(s) qui se situent également à l’ouest et au sud-ouest du site. Ces bâtiments s’organisent autour d’une ou plusieurs cours, dont la surface restreinte suggère une fonction d’agrément plutôt qu’utilitaire.

  • Enfin, quelques édifices ont une fonction spécifique : quatre d’entre eux ont ainsi été interprétés comme des thermes.

Fig. 4 Typologie des habitations du Vieil-Évreux.

Ces bâtiments s’apparentent pour la plupart aux plans de maisons urbaines plus ou moins développées : ainsi, les édifices à plan simple et à plan en « L » sont comparables aux habitations des petites agglomérations des cités qui appartiennent à la catégorie la plus humble de la population, où les activités domestiques sont mêlées aux activités artisanales et commerciales ; les bâtiments à organisation complexe avec cour intérieure sont comparables aux habitations urbaines des notables, qui se caractérisent notamment par l’existence de cours intérieures, de péristyles et de pièces de confort comme celles chauffées par hypocauste.

Il faut remarquer que, hormis cet habitat partiellement ou intégralement édifié en matériaux non périssables, le bâti en terre et bois se développe sur une emprise comprise entre 10 et 20 ha, ce qui porterait la surface couverte par l’habitat au Vieil-Évreux à une soixantaine d’hectares, soit autant que le chef-lieu, Mediolanum Aulercorum. Les formes et la ou les fonctions de ces bâtiments en matériaux périssables ne peuvent en revanche pas être appréhendées pour le moment, faute de données (Hartz, 2015, p. 162).

Conclusions sur le bâti du Vieil-Évreux
L’existence au Vieil-Évreux à partir de la fin du Ier s. de n. è. d’un réseau viaire dense, organisé et hiérarchisé, d’un parcellaire homogène, d’un habitat aggloméré composé de maisons aux formes et aux fonctions variées et d’équipements publics à l’usage des habitants confèrent au site un caractère urbain très marqué et invite à l’interpréter comme une agglomération de la cité.

Nous pouvons conclure de cette analyse que, contrairement aux interprétations traditionnelles, il semble que la majorité des édifices qui se structurent autour du temple central du Vieil-Évreux doivent davantage être considérés comme des habitations constitutives d’une agglomération que comme des lieux d’accueil pour les fidèles et les desservants du culte.

Cependant, la taille du sanctuaire ainsi que la qualité et la monumentalité des édifices publics qui l’entourent attestent qu’il s’agit là du plus grand sanctuaire communautaire de la cité des Aulerques Éburovices. Ici devaient être célébrées, au moins une fois par an, de grandes fêtes civiques qui devaient drainer des fidèles venus de tout le territoire de la cité, voire au-delà, et qui pouvaient durer plusieurs jours. Il existait donc nécessairement au Vieil-Évreux des structures d’accueil pour ces fidèles. Peut-on en identifier certaines ? Et comment les reconnaître ?

L’identification de structures d’accueil au Vieil-Évreux ?

Au nord du site, à proximité immédiate de la voie provenant de Lutèce, un édifice de 1300 m² a été identifié grâce à la prospection aérienne2 (fig. 5).

Fig. 5 A. Le Vieil-Évreux aux IIe et IIIe s. ; B. Plan de l’hypothétique structure d’accueil du Vieil-Évreux ; C. Localisation de l’hypothétique structure d’accueil.

Il évoque par son plan un bâtiment utilitaire. Il est composé de pièces homogènes de 20 à 30 m² qui se répartissent autour de deux vastes cours intérieures (de 250 m² au nord-est et de 380 m² au sud-ouest). Ce bâtiment a-t-il pu servir à l’accueil des voyageurs et des fidèles au sein du site ? Notons qu’il est situé dans le voisinage immédiat d’un édifice thermal, dont la présence est fréquente auprès des hôtelleries (Chevallier, 19982, p. 284). Ses deux vastes cours auraient pu permettre de recevoir les véhicules des voyageurs, tandis que les petites cellules auraient servi de logements et de pièces de service (cuisine, espace de restauration, etc.). Cette hypothèse d’identification ne repose cependant que sur des critères planimétriques, et des fouilles seraient nécessaires pour valider ou affiner cette interprétation.

Par ailleurs, des fouilles menées à une centaine de mètres au sud des thermes principaux ont partiellement mis au jour une vaste habitation organisée autour d’une cour intérieure. La céramique récoltée dans et à proximité directe de cette construction se distingue des éléments habituellement recueillis en contexte domestique : la céramique à pâte claire prédomine largement, céramique qui renvoie à des éléments de stockage : cruches, pots, etc3 (Hartz, à paraître). Ces éléments pourraient-ils indiquer la présence d’une auberge ou d’un débit de boisson ? Ces quelques données sont trop indigentes pour conclure, mais elles permettent de souligner la difficulté de l’identification de ces espaces d’accueil qui ne présentent sans doute pas de « plan-type », mais qui, au Vieil-Évreux, devaient se situer dans des édifices de plans très variés, et donc délicates à reconnaître en l’absence de fouilles fines sur de larges surfaces.

Quelques données dans les autres « grands sanctuaires » des Trois Gaules

L’analyse des autres « grands sanctuaires » des Trois Gaules relatifs à notre corpus d’étude a permis d’aboutir aux mêmes conclusions que pour le Vieil-Évreux (fig. 1) : dans la plupart des cas, ce sont de denses quartiers bâtis insérés dans un réseau viaire hiérarchisé qui ont été identifiés autour des monuments publics. Comme le Vieil-Évreux, ces ensembles doivent être interprétés comme des agglomérations majeures de leur cité (Hartz, 2015, p. 426-427).

Certains édifices constitutifs de ces agglomérations ont été interprétés comme des structures d’accueil des fidèles et des voyageurs, du fait de leur grande surface et de leur organisation autour d’une vaste cour intérieure. C’est par exemple le cas d’un bâtiment situé au sud-ouest du théâtre de Ribemont-sur-Ancre et au nord du sanctuaire de Villards d’Héria (Jura), où le plan du bâtiment interprété comme des hospitalia n’est cependant que partiellement connu (Nouvel, 2011). Notons toutefois qu’il s’agit d’interprétations réalisées uniquement sur la base de critères planimétriques et en l’absence d’inscription, de mobilier caractéristique ou de découverte archéologique discriminante qui permettraient une identification formelle.

À Chassenon (Charente), des fouilles récentes réalisées à proximité directe d’une des entrées méridionales du sanctuaire ont mis au jour un grand bâtiment organisé autour de deux cours intérieures à galerie. La présence de latrines, ainsi que sa localisation « stratégique » au cœur du site, ont incité les chercheurs à proposer une interprétation comme un potentiel lieu d’accueil, sans que cette interprétation ne puisse, en l’état des données, être étayée par des arguments indiscutables (Rocque, Grall, 2014, p. 210)

Conclusion

Les données récentes sur l’habitat des « grands sanctuaires » permettent donc de fortement nuancer l’interprétation traditionnelle des bâtiments qui entourent les édifices publics constituant le cœur des sites. Auparavant considérés comme des auberges ou des hôtelleries destinées aux fidèles venus fréquenter le temple ou au logement des desservants du culte, une étude attentive montre qu’il s’agit en large majorité d’habitations et de bâtiments à usage multifonctionnel, constitutives de véritables agglomérations.

Néanmoins, les « grands sanctuaires » sont des sanctuaires civiques majeurs de leur cité, qui réunissent, lors des fêtes religieuses, de nombreux fidèles provenant de tout le territoire, voire des territoires alentours. Ceci implique l’existence de structures d’accueil en leur sein. Même si des identifications peuvent être proposées au Vieil-Évreux et ailleurs – identifications qui reposent aujourd’hui essentiellement sur des critères planimétriques discutables – aucune reconnaissance stricte ne peut pour le moment être avancée. Souhaitons que des programmes de recherches archéologiques spécifiques contribuent à recueillir, sur ces sites, des données planimétriques et matérielles inédites qui permettraient l’identification de ces structures d’accueil en contexte cultuel.

Bibliographie

Aupert, P., Hiernard, J., Fincker, M., Sanxay : un grand sanctuaire rural gallo-romain, Paris, 1992 (Coll. « Guides archéologiques de la France », n°25).

Bertaudière, S., (coll. Bonelli, L., Cormier, S., Coutelas, A., Drost, V., Leconte, E., Laot, F., Loiseau, C., Théolas, D., Zeller, S.), Le Vieil-Évreux (Eure), « Le grand sanctuaire », Rapport de fouille programmée 2012, Tome 1 : textes et annexes, Évreux, 2013.

Chevallier, R., Les voies romaines, Paris, 1998 (2e éd.).

De La Croix, C., Mémoire archéologique sur les découvertes d’Herbord dites de Sanxay, Niort, 1883.

Dondin-Payre, M., Raepsaet-Charlier M.-Th. (dir.), Sanctuaires, pratiques cultuelles et territoires civiques dans l’Occident romain, Bruxelles, 2006.

Ferdière, A., Les Gaules : IIe siècle av.-Ve siècle ap. J.-C., Paris, 2005 (Histoire).

Ferreira, F., Le Vieil-Évreux (Eure), Théâtre. Fouille programmée 2012, Évreux, 2013.

Fincker, M., Tassaux, F., Les grands sanctuaires « ruraux » d’Aquitaine et le culte impérial, dans Mélanges de l’École française de Rome, Antiquité, 104-1, 1992, p. 41-76.

Guyard, L., Bertaudière S., Le Vieil-Evreux (Eure), « Les Terres Noires », Thermes gallo-romains. Document final de synthèse de fouille programmée, 1996-1998, Tome I, Présentation et analyse archéologique, Évreux, 2000.

Guyard, L., Bertaudière S., Un macellum inachevé dans la ville-sanctuaire du Vieil-Évreux (Eure), dans Bedon, R. (éd.), Macella, tabernae, portus. Les structures architecturales de l’économie dans les villes et les agglomérations secondaires de la Gaule romaine et des régions voisines, Limoges, 2011 (Caesarodunum, XLIII-XLIV) p. 15-41.

Hartz, C., Le Vieil-Évreux et les « grands sanctuaires » dans les cités des Trois Gaules : réflexions sur la dynamique de l’habitat. Thèse préparée à l’Université Paris I sous la direction de F. Dumasy, 2 vol., 2015.

Hartz, C., Le Vieil-Évreux (Eure). « L’Aubue », Habitations de l’agglomération antique. Rapport final d’opération. Fouilles programmées 2011, Évreux, à paraître.

Nouvel, P., Les sanctuaires des Villards d’Héria (Jura). Apport des travaux anciens et récents, dans Reddé M. et al., Aspects de la romanisation dans l’Est de la Gaule, Glux-en-Glenne, Bibracte, 21-2, 2011, p. 619-627.

Picard, G., Les « conciliabula » de Gaule, dans Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1970, p. 66-69.

Rocque, G., Grall, M. (coll. Belingard, C., Bertin, R., Bertrand, I., Bleuze, T., Bost, J. – P., Coutelas, A., Daverat, L., Genies, A., Gouzon, G., Loiseau, C., Soulas, S., Tendron, G., Vissac, C.), L’agglomération antique de Cassinomagus : relations entre l’ensemble monumental et les occupations situées en périphérie. PCR Cassinomagus, l’agglomération et son ensemble monumental : chronologie, organisation, techniques. Volume 2 : Études et synthèse, rapport de fouilles 2012, 2014.

Scheid, J., Épigraphie et sanctuaires guérisseurs en Gaule, dans Mélanges de l’École française de Rome, Antiquité, 104-1, 1992, p. 25-40.

Van Andringa, W., La religion en Gaule romaine: piété et politique, Paris, 2002 (Coll. « des Hespérides »).

Wech, P., Une vie d’aqueduc…modifications de tracé, améliorations techniques et réparation d’un ouvrage hydraulique au Vieil-Évreux (Eure), dans Abadie-Reynal, C., Provost, S., Vipard, P. (éd.), Les réseaux d’eau courante dans l’Antiquité, réparations, modifications, réutilisations, abandon, récupération, Rennes, 2011, p. 93-107.

  1. Les réflexions présentées ici sont tirées des résultats d’une thèse intitulée « Le Vieil-Évreux et les « grands sanctuaires » dans les cités des Trois Gaules : réflexions sur la dynamique de l’habitat » préparée à l’Université Paris I – Panthéon – Sorbonne sous la direction de Mme Françoise Dumasy et soutenue en octobre 2015. []
  2. Prospections aériennes réalisées par l’association Archéo 27, identifications réalisées grâce aux travaux d’A. Etienne et P. Eudier, ainsi que de J.-N. et V. Le Borgne []
  3. Étude réalisée par F. Laot en collaboration avec D. Théolas, Mission Archéologique départementale de l’Eure []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *