Note de lecture : M. Poux, L’âge du vin : rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante, Montagnac, 2004

Julien Guigue (M1, Université Lyon 2)

 

Trois années après sa soutenance de doctorat, sous la direction d’André Tchernia qui préface l’ouvrage, Matthieu Poux propose cette version remaniée de sa thèse et publie L’âge du vin : rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante. Il dresse ici un bilan provisoire de l’état de la recherche sur le domaine de la consommation du vin en Gaule, bilan qui continuera d’être complété au fil des nouvelles découvertes archéologiques et des parutions scientifiques qui s’ensuivent.

L’auteur suit une méthode qui se veut plus poussée que les travaux précédemment menés. Il se base sur des observations archéologiques insérées dans un contexte d’une vaste ampleur géographique, à savoir la Gaule indépendante, les futures provinces de Lyonnaise et Belgique étant les plus finement étudiées. D’autre part il s’appuie sur un examen plus approfondi des objets, avec la priorité accordée aux amphores, mobilier le plus significatif et le plus abondant, surtout archéologiquement parlant, mais sans négliger l’attestation de bien d’autres accessoires dans les pratiques de consommation du vin. Il propose une nouvelle méthode d’analyse, qui met l’accent sur la composition, l’aspect et l’organisation des vestiges dans leur contexte, qui se révèle être déterminant : l’approche taphonomique. Ce domaine de recherche assez récent, dont la définition encore actuellement sujette à débat au sein des communautés scientifiques, est ici appliqué dans un cadre archéologique, s’intéressant aux processus qui interviennent après la fin de vie et l’enfouissement d’un objet… ou d’un individu.

Quant au bornage chronologique, il est centré sur la période couvrant le début du IIe siècle avant J.-C., qui marque le véritable essor des importations de vin italique dans les Gaules, jusqu’à la fin de ce monopole commercial romain au moment du changement d’ère. Ce choix de limitation paraît parfaitement cohérent, et largement suffisant au vu de l’épaisseur de cette publication.

Une des originalités de cette thèse par rapports aux travaux précédents, qui avaient tendance à se focaliser sur l’apport commercial romain, réside dans une décentralisation du point de vue, pour reporter la priorité au consommateur indigène, avec une attention renforcée au témoignage de l’archéologie. Son travail de recherche est complété par des approches à la fois ethnographique et littéraire qui viennent éclaircir le sujet de la consommation du vin en Gaule.

En introduction à son étude, M. Poux met le doigt sur le problème suivant : comment un commerce d’une telle ampleur a-t-il pu s’enraciner au sein d’une mosaïque de peuples gaulois indépendants, sans la moindre domination politique ni militaire ? Dans les grandes lignes, l’objet de ce livre est de permettre de voir comment et dans quel cadre les Gaulois buvaient le vin. Il défend l’existence, évoquée dans les textes, de pratiques collectives et rituelles faisant appel aux boissons alcoolisées, revient sur leur valorisation par les élites indigènes et sur leur utilisation dans les festins et les cérémonies religieuses rythmant la vie publique.

Le tout est illustré au travers d’un catalogue exhaustif de plus de 300 sites, duquel il tire un ensemble d’études régionales, qui forme la deuxième partie du livre. En guise d’exemple abondamment documenté, il sera ici question du cas de « l’Empire éduen », qui est révélateur d’un particularisme propre à cette population du centre de la Gaule. Ce peuple a établi très tôt des liens d’amicitia avec les Romains, au point que ces derniers qualifiaient ces Éduens d’« amici populi Romani  ». Leurs sites archéologiques se démarquent par une présence massive d’amphores vinaires dès le temps des premières importations, témoignant d’une ouverture plus précoce aux influences méditerranéennes. On compte plus de 150 000 tessons et plus de 5500 amphores réparties sur un quarantaine de sites, parfois réutilisées à des fins domestiques ou artisanales (par exemple : le quartier artisanal de la Côme Chaudron à Bibracte, capitale des Eduens). C’est à juste titre que ce territoire était considéré comme la plaque tournante du commerce du vin en Gaule interne, au centre névralgique d’un grand nombre d’axes fluviaux et de circulation.

Au Ier s av. J-C à Bibracte, la consommation du vin ne représentait plus un fait social et religieux mais un acte courant sinon banal parfaitement intégré à la sphère quotidienne. Aucune hiérarchie sociale pour la consommation du vin ne semble se dégager de la documentation archéologique mais on ne peut pas pour autant affirmer incontestablement que le vin était bu par toutes les couches de la population. Mais encore d’autres exceptions aux normes habituelles sont remarquées à propos du territoire éduen : la documentation funéraire est extrêmement rare, et absente de sépultures « riches » avec dépôt conjoint d’armes et/ou d’importations. Cela témoigne certainement d’un rapport au vin plus collectif que privé. On retrouve des vestiges liés au vin sur les sanctuaires, par exemple aux sources de l’Yonne, à moins de 5km de l’oppidum de Bibracte. L’ensemble des tessons d’amphores évoquent dans leur contexte des éventuels rites collectifs, dont l’analyse sera développée dans la synthèse.

Ainsi, à travers ce cas singulier, M. Poux montre que l’on peut aussi bien faire l’hypothèse d’une consommation aristocratique et cérémonielle que d’une consommation banalisée dans toutes les couches de population du territoire éduen. Ces deux hypothèses sont complémentaires. Cet exemple, bien qu’il fasse figure de relative exception parmi l’ensemble du catalogue, notamment en raison de son rapport particulier avec Rome, reflète néanmoins la tendance globale des pratiques gauloises à propos du vin.

On entre dans la troisième partie de l’ouvrage qui rassemble toute la réflexion menée sur les études régionales et d’où résulte une synthèse organisée selon des chapitres économiques, culturels, sociétaux, religieux, qui mettent en relation ces différents aspects.

Le premier chapitre s’ouvre sur la question « Boom économique ou révolution culturelle ? », pour caractériser l’avènement de cet « âge du vin ». Dans un premier temps, l’auteur esquisse les étapes du commerce, en commençant par les temps précédant l’influence romaine, puis en passant à l’apogée de la consommation au début du Ier s, jusqu’à la décrue marquée du volume d’amphores importée après la conquête. Il remarque ensuite l’ampleur et la spécificité du marché gaulois, qui contraste avec les autres marchés méditerranéens. Premier importateur du vin italique à la fin du premier âge du fer, ce commerce s’effectue pourtant en dehors du contrôle direct des armées romaines, signifiant bien la primauté de la demande indigène.

L’auteur prend en compte les différents éléments qui entrent en jeu dans la répartition des vestiges, notamment les amphores. La question de l’utilisation d’autres récipients, spécialement le tonneau (largement diffusé à partir du Ier siècle après J.-C. seulement), intervient pour déduire, mais pas forcément prouver, la raison de l’absence d’amphores dans certaines régions. Parmi les vecteurs de diffusion abordés, M. Poux avance un élément secondaire mais loin d’être dérisoire : les routes naturelles (en particulier les voies fluviales) et les facteurs géographiques, qui conditionnent la distribution des produits. L’ensemble des échanges par ces modalités forme des réseaux commerciaux, dont M. Poux souligne bien qu’il n’y pas suffisamment de preuves d’une logique économique voulue par les Romains. La part des autorités gauloises est démontrée, par exemple au travers de l’importance indéniable de l’emprise éduenne. Ainsi, à Rome revient l’œuvre commerciale et ses profits, aux élites gauloises l’initiative des échanges, le contrôle de la diffusion et de la consommation du vin, d’où ils tirent des bénéfices politiques et sociaux.

L’importance de la demande est donc plus significative que l’offre romaine, ce qui ouvre la réflexion sur les questionnements posés dans les deux chapitres suivants : « quels consommateurs ? » et « quelle consommation ? ». Le deuxième chapitre explore les relations entre vin et société. Vu comme une « boisson des riches » à la tarification exorbitante, il reste un produit de haute réputation à l’époque d’une « démocratisation » du vin en Italie, au IIe siècle av. J-C. Il appuie ses hypothèses sur les données archéologiques des habitats et sépultures, accompagnées d’illustrations pertinentes, en cartes et tableaux schématisant les concentrations d’amphores et la hiérarchisation qu’on peut en tirer. En effet, d’après l’étude des sépultures, on trouve quasi exclusivement des individus issus de la classe aristocratique, dont la variété témoigne même d’une hiérarchie interne du banquet gaulois, entre tombes d’organisateurs et tombes de convives, répartis selon différents degrés d’honorabilité.

Dans le troisième chapitre est principalement interrogé le « mythe » de la romanisation des peuples gaulois par le biais du commerce vinaire. M. Poux s’attache à démontrer que l’introduction du vin en Gaule septentrionale n’est pas le signe d’une rapide acculturation, puisque ce n’est qu’un élément isolé dans les importations alimentaires méridionales. Cependant il est bien mis en évidence que cette boisson revêt une connotation particulière, à laquelle on ne réserve pas une consommation ordinaire mais qui tient plutôt d’un usage dans la sphère sacrificielle et religieuse. Par ailleurs, la qualité du vin n’est pas forcément le signe d’une exigence sociale élevée (à part sur quelques sites où il est réservé à des occasions festives bien particulières). De plus, les boissons indigènes, à savoir bière et hydromel, conservent le premier rang de consommation courante. Elles partagent des attributs socio-religieux comparables au vin et ne témoignent pas d’une perte de prestige vis-à-vis de ce dernier, même si son côté plus exotique le rend très apprécié des élites gauloises. Débusquant toujours les idées préconçues sur le vin comme prémisse à une conquête romaine civilisatrice, l’auteur montre qu’on ne peut pas parler d’adoption complète du symposium. Il s’agit plutôt d’une adaptation au festin indigène, chargé toujours d’une essence aristocratique et hiérarchisé mais qui se différencie par exemple par les accessoires liés à cette pratique (chaudrons et seaux en guise de cratères et situles).

Les chapitres quatre et cinq s’attardent sur le champ rituel. Faisant preuve de rigueur pour l’identification des vestiges, l’auteur cherche à assurer les sites où ont eu lieu une consommation rapide et collective. Pour cela, les données archéologiques sont prises en compte à l’aide approche taphonomique. De la part des hommes est distinguée la part des dieux, et la symbolique du geste dans l’offrande. De là émanent des destructions volontaires au caractère sacrificiel. Les amphores, accompagnées d’autres objets (vaisselle métallique, ossements…) sont inscrites dans des rites d’enfouissement et de crémation, comme des moyens de donner aux dieux, par la terre pour les dieux chtoniens, par la fumée qui s’élève vers les cieux pour les dieux ouraniens.

Dans ces chapitres ayant attrait aux aspects religieux, M. Poux souligne la valorisation du vin et de la vaisselle liée à son service sur les lieux de cultes spécifiquement identifiés (incluant sanctuaires, mais aussi enclos, puits etc…). Le tout s’accompagne de rituels associés à d’autres offrandes, comme les armements, les parures ou encore les défunts. La primauté de l’amphore, véritable objet de consécration parée d’une haute valeur symbolique, fourni un support d’examen irremplaçable, largement représenté dans les résultats des campagnes de fouilles. A partir des sites pourvus en vestiges inscrits dans le cadre d’une consommation collective du vin et des rituels associés, comme l’auteur l’a illustré, ces investigations peuvent développer les identifications de lieux de culte en Gaule préromaine.

Le sixième chapitre se concentre sur les motifs et l’idéologie dont est parée l’ivresse gauloise. La consommation du vin est perçue comme un acte social et religieux, intégré aux divers groupes de populations constituant la société gauloise, que ce soit chez les guerriers, chez les sacrificateurs (par les libations), ou encore chez les hommes politiques. Pour ces derniers le vin est emblématique de leur souveraineté sur les échanges, mais est également utilisé en tant que récompense dans les relations de clientélisme (les fameux « pots-de-vin »). Le vin est aussi mis en lien avec la mort et les rites funéraires qui accompagnent le décès, tels que les banquets funéraires attestés sur différents sites gaulois.

Sur les trente dernières pages, le septième chapitre, intitulé « Le temps et l’espace », remet dans une perspective historique toute cette synthèse globale. Par une approche chronologique et spatiale, le cheminement et l’évolution de la consommation du vin et de ses pratiques sont retracés. Cette restitution commence aux les banquets archaïques, en passant par une certaine interruption des échanges entre la Gaule et la Méditerranée, puis l’institution du culte aux mains des druides au IIIe siècle av. J-C, elle se poursuit par l’âge d’or des importations d’amphores vinaires aux IIe et Ier siècles, pour se conclure sur les conséquences de la conquête romaine. De ce dernier événement résulte sans doute la mesure d’abolition des cérémonies rituelles celtiques impliquant le vin. Se penchant ensuite sur la diversité culturelle et géopolitique des peuples gaulois, M. Poux dégage différents cercles de populations, selon leurs rapports avec le monde romain, en particulier sur le plan économique. Il distingue quatre modes de consommation en fonction des organisations sociales de ces groupes et de la valorisation plus ou moins accrue du vin en tant qu’objet, tant sur le plan de sa quantité dans les vestiges que sur celui de sa valeur attribuée par les différents peuples. Mais cette présentation doit, bien entendu, être réexaminée au cas par cas, ce qui n’est pas manqué d’être précisé.

Le propos prend parfois un ton polémique, qui a le mérite de contribuer au bouleversement de nombre d’idées reçues concernant le commerce du vin et sa réception par les sociétés gauloises. L’hypothèse d’une pseudo-démocratisation de sa consommation au cours du temps est démantelée par l’analyse statistique des sépultures, qui montre que le vin reste l’apanage des élites jusqu’à la conquête romaine. Il est démontré que l’essor de sa diffusion est bien à distinguer d’une influence du symposium gréco-romain, l’arrivée des premières amphores vinaires étant bien antérieure à l’introduction de cette pratique en Gaule. Les découvertes archéologiques renvoient à des coutumes rituelles et festives bien plus archaïques, qui avaient déjà fait leur temps chez les civilisations méditerranéennes. Le traditionalisme relatif au banquet celtique offre l’image d’une boisson particulièrement prisée par les Gaulois, et son importation demeure indépendante des usages et de la connotation du vin dans la culture romaine.

M. Poux met en lumière un mode de fonctionnement des sociétés gauloises autour du thème de la boisson, au travers de cette étude qui ne néglige aucun des facteurs économiques, culturels ni religieux et qui vient apporter des éclairages nouveaux sur ces deux derniers plans. En définitive, il propose de développer une archéologie du festin, affirmant une volonté d’élargissement plus que louable, autant sur les plans géographiques, chronologiques, que sur la documentation et par la contribution d’un plus large éventail des disciplines liées à l’archéologie.

Bibliographie complémentaire

Brun, J.-P., Archéologie du vin et de l’huile en Gaule romaine. Paris, 2005.

Laubenheimmer, F., Le Temps des amphores en Gaule, vins, huiles et sauces. Paris, 1990.

Tchernia, A., Modèles économiques et commerce du vin à la fin de la République et au début de l’Empire, dans AA.VV. El vi a l’antiguitat :  economia, producció i comerç al mediterrani occidental, Badalona, 1985, p. 327‑336.

Olmer, F., Les amphores romaines en Bourgogne. Contribution à l’histoire économique de la région dans l’Antiquité, depuis la Tène finale jusqu’au Haut-Empire. Thèse de doctorat, 1997.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *