Les Romains ont-ils accordé le droit d’hospitalité publique à un pirate ? Le jugement des historiens antiques sur Timasitheos de Lipari (393 av. J.-C.)

Matthieu Engerbeaud (Université Aix-Marseille)

Dionysos et les pirates. Mosaïque, IIe s. ap. J.-C (Musée du Bardo) (c) Giorces

Au cours de leur récit de l’année 393 avant J.-C., plusieurs historiens antiques racontent comment des pirates de Lipari ont pillé une flottille romaine en route pour déposer une offrande à Delphes. Timasitheos, décrit comme le magistrat de cette « cité de pirate », aurait pourtant renoncé au butin avant de libérer les Romains. Pour le remercier, les autorités romaines lui auraient accordé le privilège de l’hospitalité publique. Cependant, cet épisode peu étudié par les chercheurs a fait l’objet d’une réécriture complexe de la part des historiens romains des époques tardo-republicaine et impériale. Ce processus a probablement transformé en « récompense » l’attribution de l’hospitalité publique à Timasitheos, une réappropriation de l’événement qui masque probablement des enjeux politiques et diplomatiques complexes. Par conséquent, les Romains ont-ils vraiment fait de ce « pirate » un de leurs bienfaiteurs ? Lors de l’atelier de recherche des 15 et 16 décembre 2016, j’ai analysé la réécriture de cet épisode et tenté d’expliquer pourquoi une partie de l’historiographie antique a présenté un interlocuteur important de la res publica comme un pirate. Ce billet résume les principaux points de cette intervention.

Timasitheos de Lipari : un étonnant bienfaiteur de la res publica

Le plus ancien récit conservé de l’épisode est celui de Diodore de Sicile (doc. A)1. D’après la Bibliothèque historique, rédigée au milieu du Ier siècle avant J.-C., les Romains auraient décidé de vouer à Apollon Pythien un cratère d’or fabriqué après le prélèvement d’un dixième du butin amassé lors de la prise de Veii (survenue en 396, d’après la chronologie varronienne)2

Au large des îles Éoliennes, les ambassadeurs romains chargés de conduire l’offrande à Delphes par voie maritime sont interceptés par des navires lipariens. Contre toute attente, leur chef (στρατηγός) Timasitheos décide de ne pas conserver le butin et de restituer l’offrande aux Romains. Les ambassadeurs poursuivent leur périple jusqu’au sanctuaire de Delphes et ils déposent le cratère dans le trésor des Massaliotes. D’après Diodore, les Romains auraient remercié Timasitheos en lui offrant le privilège de l’hospitalité publique. Si d’autres dignitaires étrangers ont sans doute bénéficié de cet honneur avant lui, Timasitheos est pourtant le premier individu cité par les textes à le recevoir.

L’interception du convoi romain est également racontée par trois autres auteurs dont les récits sont postérieurs à la rédaction de la Bibliothèque historique. Leur version des faits diverge sensiblement de celle présentée par Diodore.

Premièrement, la comparaison des différents récits permet de constater que les auteurs ont progressivement conféré à cet événement une signification historique et morale. En effet, Tite-Live attribue à Timasitheos une piété et des vertus romaines pour expliquer la libération des ambassadeurs et la restitution de l’offrande (un « homme qui ressemblait davantage aux Romains qu’à ses compatriotes », voir doc. C). Cette interprétation morale de l’épisode apparaît également dans les deux récits postérieurs de Valère Maxime et de Plutarque (doc. D et E).

Deuxièmement, cette étude diachronique met en évidence une évolution du récit de l’événement entre les récits de Diodore et de Plutarque. Effectivement, le contenu narratif de l’épisode semble s’adapter à la démonstration historique et morale de chaque auteur. Parmi ces évolutions, plusieurs faits attribués aux Romains et à Timasitheos semblent même historiquement suspects. Par exemple, si Diodore raconte uniquement la remise en liberté des ambassadeurs romains, Tite-Live affirme que Timasitheos charge plusieurs navires lipariens de les escorter jusqu’à Delphes. Cette péripétie est reprise ensuite par Valère Maxime et par Plutarque. L’auteur des Vies parallèles semble même enjoliver davantage le récit dans la mesure où, d’après lui, Timasitheos se serait même uni (συγκαθιερόω) aux Romains pour vouer le cratère d’or à Delphes3(doc. E). Ces modifications semblent révéler que l’épisode a fait l’objet d’une surenchère historiographique à l’époque impériale, au moment où l’histoire racontée par Diodore est devenue un exemplum.

L’analyse diachronique révèle donc que l’épisode a fait l’objet d’une réécriture et que son contenu s’est adapté aux préoccupations des auteurs et des moralistes qui en ont fait le récit. L’historicité même de la restitution du butin par les soi-disant « pirates » pourrait faire l’objet d’une discussion4. En effet, ce geste semble en apparence paradoxal, car les Lipariens avaient dû payer un tribut de 30 talents au commandant punique Himilcon quelques années plus tôt (vers 396, voir D. S. 14.56.2). Dès lors, la confiscation de ce cratère aurait pu être une réelle opportunité pour les Lipariens, qui auraient pu saisir cette occasion pour surmonter des difficultés économiques dues au paiement récent du tribut. Cependant, le récit de Diodore de Sicile se révèle très précis et semble crédible historiquement. Parmi les quatre récits cités ci-dessus (doc. A, C, D et E), seul cet auteur d’origine sicilienne mentionne le lieu où l’offrande romaine a été déposée dans le sanctuaire de Delphes (dans le trésor des Massaliotes5 ). De plus, seul son récit évoque l’amnistie des descendants de Timasitheos par les Romains lors de la prise de Lipari en 251, au cours de la première guerre punique. Cette information prouve que les Romains avaient établi des relations diplomatiques avec des élites de Lipari et elle pourrait même accréditer l’idée d’une restitution du butin6. Cependant, les motivations de Timasitheos ont été réinterprétées par l’historiographie romaine et l’habileté diplomatique du magistrat a été transformée par ces historiens en une conduite inattendue de la part d’un « pirate ».

Timasitheos : pirate ou interlocuteur privilégié de Rome à Lipari ?

Si les historiens antiques insistent sur la conduite exceptionnelle de ce pirate, qui aurait été le seul à recevoir le privilège de l’hospitalité publique à Rome, l’identification des citoyens lipariens à des pirates reflète avant tout un jugement péjoratif de l’historiographie antique. Les habitants de cette cité insulaire portaient sans doute un autre regard sur les différentes activités que les historiens romains décrivaient comme des actes de piraterie (voir Sintes 2016, p. 18-19 et p. 66). Même si cette petite communauté côtière interceptait sans doute des navires marchands pour bénéficier de revenus complémentaires, elle essayait sans doute de ne pas provoquer la colère des puissances environnantes pour tenter de conserver une liberté politique. Effectivement, en raison de sa situation géographique, Lipari a été convoitée par plusieurs puissances maritimes. Fondée après l’installation de colons de Cnide dans les îles Éoliennes au VIe siècle, la cité insulaire pouvait surveiller et contrôler le franchissement du détroit de Sicile, situé sur l’itinéraire entre la Grèce et l’Étrurie.

Pour cette raison, les puissances de Méditerranée occidentale ont souvent essayé de contrôler Lipari ou d’en déloger leurs rivaux. En effet, les textes rapportent plusieurs attaques menées contre la cité. D’après Pausanias, les Lipariens auraient repoussé un raid naval des Étrusques, sans doute au Ve siècle7 (10.16.7), puis, selon Diodore, la cité aurait été convoitée par les Carthaginois au début du IVe siècle (D. S. 14.56.2). Elle aurait été ensuite malmenée par les Syracusains (14.103.2), avant que les Romains n’en prennent le contrôle au milieu du IIIe siècle. Ces attaques rapportées par les récits historiques prouvent que Lipari était une île convoitée, dont la liberté politique dépendait du bon vouloir des puissances environnantes.

En 393/392, lorsque Timasitheos exerce temporairement le pouvoir, Lipari recouvre sans doute une liberté politique. Alors qu’elle a été rançonnée quelques années plus tôt par les Carthaginois, un indice semble révéler que la cité essaie alors de conserver une indépendance vis-à-vis de Syracuse. Effectivement, d’après Diodore, une flotte de guerre de Rhegion aurait stationné à Lipari en 392, alors que cette cité grecque de Calabre était en guerre contre Syracuse (14.103.2). Les Lipariens tentaient donc probablement de contracter des alliances pour essayer de conserver une liberté politique.

Pour ce faire, ces insulaires ont probablement essayé, au cours de leur histoire, de tirer parti de leur situation géographique pour faire pression sur les puissances régionales qui convoitaient leur île. Ils ont sans doute utilisé précocement leur capacité d’interception des navires comme un moyen de pression sur leurs adversaires et cette politique navale était considérée comme de la piraterie par leurs ennemis. Inversement, les Lipariens se sont sans doute montrés bienveillants envers leurs alliés, et ils ne cherchaient pas à les empêcher de franchir le détroit de Sicile. De la même manière, ils n’avaient pas intérêt à provoquer la colère des puissances qui éprouvaient pour eux une forme d’indifférence.

Dès lors, la libération des ambassadeurs romains et la restitution de leur offrande peuvent être interprétées dans une perspective différente de celle présentée par l’historiographie des époques tardo-républicaine et impériale. Les Lipariens n’ont probablement pas relâché les Romains en raison de leur piété et le geste de Timasitheos s’explique sans doute par la volonté du magistrat de ne pas créer un nouvel ennemi à son peuple, au moment où cette communauté insulaire cherche sans doute de nouveaux alliés (en témoigne la présence d’une flotte de guerre de Rhegion à Lipari en 392). Même si Timasitheos ne pouvait sans doute pas évaluer précisément la capacité militaire des Romains, il souhaitait probablement éviter aux Lipariens le risque de représailles militaires8, d’autant que cette communauté insulaire avait déjà été confrontée quelques décennies plus tôt à une expédition étrusque (qu’elle avait d’ailleurs vaincue).

Ce raisonnement peut être approfondi grâce à l’analyse des relations entre les Romains et les descendants de Timasitheos décrites par Diodore de Sicile. Les échanges de présents et d’immunités en 393 et en 251 révèlent l’existence d’une relation privilégiée entre une partie de l’élite romaine et la famille de Timasitheos. Aussi bien en 393 qu’en 251, les aristocrates lipariens étaient sans doute très divisés sur la conduite à adopter envers les puissances environnantes, qu’il s’agisse de Carthage, de Rome ou de Syracuse. Timasitheos comme ses descendants ont probablement adopté une politique bienveillante envers les Romains (ou une conduite qui ne leur était pas ouvertement défavorable). Bien que les Lipariens aient dû payer un lourd tribut aux Carthaginois quelques années plus tôt, Timasitheos avait peut-être saisi l’intérêt diplomatique de se montrer bienveillant envers les Romains, qui, après avoir annexé la cité étrusque de Veii en 396, devenaient un interlocuteur incontournable sur le continent. Sans évoquer l’idée d’une alliance temporaire, les Romains ont probablement accueilli de manière chaleureuse le geste diplomatique de Timasitheos, et ils ont sans douté considéré cet individu comme un ami de la cité.

Ainsi, le privilège de l’hospitalité publique doit-il être envisagé dans une perspective diplomatique. Dès lors, le magistrat liparien a probablement transformé un incident fâcheux en une réelle opportunité diplomatique. Bien que les sources n’évoquent pas de contacts entre cette famille et des Romains au cours des décennies suivantes, les descendants de Timasitheos sont peut-être restés des interlocuteurs privilégiés pour les Romains dans cette région convoitée par plusieurs puissances. Par conséquent, lorsque la cité a été enlevée aux Carthaginois par les Romains en 2519, les descendants de Timasitheos ont été privilégiés par le conquérant au détriment de l’élite pro-punique qui gouvernait alors probablement l’île.

Pour conclure, la transformation d’un allié en pirate reflète donc des enjeux historiographiques et moralisateurs. Cette histoire a été réécrite à une époque durant laquelle Rome n’est plus confrontée à des puissances maritimes étrangères et concurrente en Méditerranée. Les récits composés alors décrivent les guerres, la diplomatie et le comportement des anciens adversaires des Romains à travers le prisme du bellum iustum (la « guerre juste »)10. Les historiens et moralisateurs établissent un lien de cause à effet entre les victoires et les vertus prêtées aux Romains, et ils excluent donc de facto la possibilité que les Romains aient pu conduire la guerre autrement que pour se défendre. Par conséquent, la complexité des opérations militaires est régulièrement masquée dans les récits historiques au profit de la bataille rangée, considérée comme la seule forme de guerre légitime et décisive, et dont le récit permet de mettre en valeur les vices et les vertus des combattants.

Ces récits ne prennent donc pas en considération le caractère souvent déterminant des opérations de dissuasion et d’intimidation menées à des fins politiques, diplomatiques et militaires. Les historiens de l’époque augustéenne ont réduit la variété de ces opérations sur terre à des actes de pillage, et sur mer à des actes de piraterie. Par conséquent, le jugement de ces historiens a considérablement simplifié les relations diplomatiques et le déroulement des guerres archaïques. Dès lors, le fait pour des peuples non-romains de disposer d’une flotte et de l’utiliser comme un moyen de pression est considéré comme une forme de déloyauté et comme de la piraterie11. Cette tendance pourrait s’être renforcée au Ier siècle avant J.-C. au sujet de Lipari, dans la mesure où la réputation de la Sicile et de ses archipels a été fortement affectée par la guerre de Sextus Pompée. Effectivement, ce conflit a été interprété comme une guerre servile depuis Rome et Sextus Pompée a été présenté par les sources comme un chef pirate (voir Flor. 4.8 ; App. B.C. 1.65).

Ainsi le regard moralisateur de l’historiographie antique a-t-il transformé l’hospitalité publique offerte à Timasitheos en une « récompense » octroyée à un pirate « qui ressemblait davantage aux Romains qu’à ses compatriotes » (Liv. 5.28.3). Au contraire, au début du IVe siècle, les Romains ne pouvaient pas encore se permettre (comme au Ier siècle) de distribuer des récompenses et d’attribuer des punitions à leurs interlocuteurs comme s’ils étaient des sujets de l’ordre romain. Le privilège attribué à Timasitheos avait une portée diplomatique réelle, et il révèle que les Romains avaient saisi l’occasion de faire de cet individu un interlocuteur privilégié parmi les élites lipariennes.

Annexes

Doc. A. La version de Diodore de Sicile (D. S. 14.93.2-5)

Κατὰ δὲ τὴν Ἰταλίαν Ῥωμαῖοι πολιορκοῦντες ἑνδέκατον ἔτος Βηίους κατέστησαν αὐτοκράτορα μὲν Μάρκον Φούριον, ἵππαρχον δὲ Πόπλιον Κορνήλιον. Oὗτοι δὲ ἀναλαβόντες τὰς δυνάμεις Βηίους ἐξεπολιόρκησαν διώρυγα κατασκευάσαντες, καὶ τὴν πόλιν ἐξανδραποδισάμενοι τούς τε ἄνδρας καὶ τὴν ἄλλην λείαν ἐλαφυροπώλησαν. Ὁ μὲν οὖν αὐτοκράτωρ θρίαμβον ἤγαγεν, ὁ δὲ τῶν Ῥωμαίων δῆμος ἐκ τῶν λαφύρων δεκάτην ἐξελόμενος χρυσοῦν κατεσκεύασε κρατῆρα καὶ εἰς Δελφοὺς ἀνέθηκεν. Oἱ δὲ κομίζοντες αὐτὸν πρεσβευταὶ λῃσταῖς Λιπαραίοις περιέπεσον, καὶ πάντες αἰχμαλωτισθέντες κατήχθησαν εἰς Λιπάραν. Τιμασίθεος δ´ ὁ τῶν Λιπαραίων στρατηγὸς γνοὺς τὸ γεγενημένον, τούς τε πρεσβευτὰς ἀνέσωσε καὶ τὸ χρυσίον ἀποδοὺς εἰς Δελφοὺς τοὺς πρέσβεις ἀποκατέστησεν. Oἱ δὲ τὸν κρατῆρα κομίζοντες, ἀναθέντες αὐτὸν εἰς τὸν τῶν Μασσαλιητῶν θησαυρόν, εἰς Ῥώμην ἀνέστρεψαν. Διόπερ ὁ δῆμος τῶν Ῥωμαίων πυθόμενος τὴν τοῦ Τιμασιθέου καλοκἀγαθίαν, παραχρῆμα αὐτὸν ἐτίμησε δημόσιον δοὺς κατάλυμα, καὶ μετὰ ταῦτ´ ἔτεσιν ἑκατὸν τριάκοντα ἑπτὰ τὴν Λιπάραν ἀφελόμενος τῶν Καρχηδονίων τοὺς ἐγγόνους τοῦ Τιμασιθέου τῶν τε εἰσφορῶν ἀτελεῖς ἀφῆκε καὶ ἐλευθέρους ἐποίησεν.

En Italie, les Romains, qui débutaient la onzième année du siège de Veii, nommèrent Marcus Furius dictateur (αὐτοκράτωρ) et maître de la cavalerie Publius Cornelius. À la tête des troupes, ils prirent Veii en construisant un tunnel, réduisirent la cité en esclavage, et vendirent les habitants comme esclaves avec le reste du butin. Le dictateur reçut le triomphe et le peuple romain, prélevant un dixième du butin, fit fabriquer un cratère d’or destiné à être consacré à Delphes. Les ambassadeurs (πρεσβευταί) envoyés pour porter cette offrande furent pris par des pirates lipariens, faits prisonniers et conduits à Lipari. Timasitheos, le chef (στρατηγός) des Lipariens, informé de cet événement, secourra les ambassadeurs, leur rendit l’or qui leur avait été enlevé et les remit en route (ἀποκαθίστημι) vers Delphes. Ceux qui conduisaient le cratère déposèrent l’offrande dans le trésor des Massaliotes avant de retourner à Rome. C’est pourquoi le peuple romain, informé de la parfaite honnêteté (καλοκἀγαθία) de Timasitheos, l’honorèrent du droit d’hébergement public (δημόσιον κατάλυμα) et cent trente-sept ans plus tard, quand ils prirent Lipari aux Carthaginois, les descendants de Timasitheos (οἱ ἔγγονοι τοῦ Τιμασιθέου) furent exemptés de tribut et la liberté leur fut octroyée.

Doc. B. L’histoire de Timasitheos, de Diodore de Sicile à Plutarque


Doc. C. La version de Tite-Live (Liv. 5.28.2-5)

Crateramque auream donum Apollini Delphos legati qui ferrent, L. Valerius L. Sergius A. Manlius, missi longa una naue, haud procul freto Siculo a piratis Liparensium excepti deuehuntur Liparis. Mos erat ciuitatis uelut publico latrocinio partam praedam diuidere. Forte eo anno in summo magistratu erat Timasitheus quidam, Romanis uir similior quam suis ; qui legatorum nomen donumque et deum cui mitteretur et doni causam ueritus ipse multitudinem quoque, quae semper ferme regenti est similis, religionis iustae impleuit, adductosque in publicum hospitium legatos cum praesidio etiam nauium Delphos prosecutus, Romam inde sospites restituit. Hospitium cum eo senatus consulto est factum donaque publice data.

Le cratère d’or destiné à Apollon fut remis aux légats qui devaient le porter à Delphes (L. Valerius, L. Sergius et A. Manlius), mais le navire dans lequel ils se trouvaient fut capturé par des pirates lipariens, non loin du détroit de Sicile, et ils furent emmenés à Lipari. La coutume était de partager le butin entre tous, comme si la piraterie était un revenu public. Heureusement, cette année le magistrat suprême était Timasitheus, un homme qui ressemblait davantage aux Romains qu’à ses compatriotes. Il fut saisi de respect par le nom des légats, le présent, le dieu auquel il était destiné et il parvint à en inspirer la multitude qui, presque toujours, se modèle sur ceux qui la gouvernent, en leur animant de justes et religieuses craintes. Après avoir accordé aux légats l’hospitalité publique, il les fit escorter avec ses navires jusqu’à Delphes et reconduire fidèlement à Rome. Il fut admis par un sénatus-consulte au droit d’hospitalité et la république lui décerna des présents.

Doc. D. La version de Valère Maxime (V. Max. 1.1.ext. 4)

In quam ne incideret Timasitheus Liparitanorum princeps, consilio sibi aliter atque uniuersae patriae utili prouidit exemplo : excepta namque in freto a ciuibus suis piraticam exercentibus magni ponderis aurea cratera, quam Romani Pythio Apollini decimarum nomine dicatam, manibus uenundantium ereptam deo Delphos perferendam curauit.

Pour échapper à ses coups, Timasitheus, le premier des Lipariens, prit une position dont il profita tout autant que ses compatriotes. C’est que, dans un des raids de piraterie qu’ils menaient dans le détroit, ils avaient pris le cratère d’or d’un grand poids que Rome avait voué à Apollon Pythien à titre de dîme et ils poussaient leurs concitoyens à se partager ce butin ; quand il s’en rendit compte il s’employa à le faire parvenir jusqu’à Delphes (trad. R. Combès, CUF, modifiée).

Doc. E. La version de Plutarque (Plut. Cam. 8.5)

[…] Mόλις δἑνὸς ἀνδρὸς ἀρετῇ καὶ δυνάμει Τιμησιθέου τοῦ στρατηγοῦ πεισθέντες μεθῆκαν. δὲ καὶ προσκαθελκύσας ἰδίᾳ πλοῖα παρέπεμψε καὶ συγκαθιέρωσε τὸ ἀνάθημα· δι καὶ τιμὰς ἔσχεν ἃς εἰκὸς ἦν ἐν Ῥώμῃ.

[…] Ce ne fut qu’avec beaucoup de peine que, persuadé par la vertu et par l’autorité de leur chef Timasitheos, ils les relâchèrent. Il mit ensuite en mer ses propres navires, convoya les légats jusqu’à Delphes et s’unit à eux pour la consécration de leur offrande (συγκαθιερόω). Les Romains lui décernèrent des honneurs proportionnés au service qu’il leur avait rendu.

Bibliographie sélective

Auliard, Cl., La diplomatie romaine : l’autre instrument de la conquête. De la fondation à la fin des guerres samnites (753-290 av. J.-C.), Rennes, 2006.

Auliard, Cl., Cadeaux et marchandages diplomatiques à Rome jusqu’au début de la conquête méditerranéenne, Veleia, 26, 2009, p. 63-73.

Colonna, G., Apollon, les Étrusques et Lipari, Mélanges de l’École française de Rome. Antiquité, 96/2, 1984, p. 557-578.

De Sanctis, G., Storia dei Romani. 2, La conquista del primato in Italia, Florence, 1967 (éd. originale 1907).

De Souza, Ph., Piracy in the Graeco-Roman World, Cambridge, 1999.

Dognini, C., I cavalli bianchi di Camillo, dans Sordi, M. (éd.), Guerra e diritto nel mondo greco e romano, Milan, 2002, p. 173-183.

Loreto, L., Il bellum iustum e i suoi equivoci. Cicerone ed una componente della rappresentazione romana del Völkerrecht antico, Naples, 2001.

Mantovani, M., Bellum iustum. Die Idee des gerechten Krieges in der römischen Kaiserzeit, Berne, 1990.

Momigliano, A., Due punti di storia romana arcaica, dans Quarto Contributo alla storia degli Studi classici e del Mondo antico, Rome, 1969, p. 329-361 (= Studia et Documenta Historiae et Iuris, 2, 1936, p. 373-398).

Ogilvier, R. M., A Commentary on Livy. Books 1-5, Oxford, 1965.

Sintes, Cl., Les pirates contre Rome, Paris, 2016.

Sordi, M., I più antichi rapporti fra Roma e Delfi, dans Sfameni Gasparro, G. (éd.), Agathe elpis : studi storico-religiosi in onore di Ugo Bianchi, Rome, 1994, p. 203-210.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Les documents figurent en annexe infra. []
  2. Zonaras mentionne également la fabrication de ce cratère d’or après la prise de Veii (Zonaras 8.21 Dindorf, p. 148, l. 17-18). []
  3. La formulation de Plutarque est assez imprécise et il n’est pas possible de déterminer comment Timasitheos aurait participé à l’offrande romaine. []
  4. Voir dans Ogilvie 1965, p. 689-690 une analyse de l’épisode et un résumé des débats au milieu du XXe siècle. []
  5. La présence de cette offrande romaine dans le sanctuaire des Massaliotes est aussi mentionnée dans un fragment d’Appien (It. 8.1). []
  6. L’histoire de Timasitheos pourrait même avoir pour origine une source sicilienne (voire liparienne). Cette hypothèse, exposée lors de l’intervention, a été débattue ensuite lors de la discussion. []
  7. Colonna 1984, notamment p. 562-564. []
  8. C’est également l’opinion de Cl. Sintes (voir Sintes 2016, p. 55). []
  9. Sur la prise de Lipari en 251, voir Pol. 1.39.13 ; D. S. 23 frag. 18.8 Goukowsky (allusion dans D. S. 14.93.5) ; Zon. 8.14 Dindorf, p. 213, l. 8-16. []
  10. Voir Mantovani 1990 ; Loreto 2001. []
  11. Voir, par exemple, D.H. 7.37.3 (au sujet d’Antium en 491 avant J.-C.). []

Mathieu Engerbeaud

Docteur en histoire romaine de l'Université de Poitiers, ATER à Aix-Marseille Université

More Posts - Website

Auteur : Mathieu Engerbeaud

Docteur en histoire romaine de l'Université de Poitiers, ATER à Aix-Marseille Université

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *