Note de lecture : C. Grandjean, Chr., Hugoniot, B. Lion (éd.), Le banquet du monarque dans le monde antique, Rennes, 2013

Cécile Marquerie (M1, ENS de Lyon)

Le banquet est un thème riche pour l’analyse des sociétés antiques. Ce dernier a suscité de nombreuses études, notamment celle menée lors du colloque international « Le banquet du monarque » qui s’est tenu à l’université de Tours en mars 2010. À la suite de ce rassemblement, une publication des actes du colloque a été entreprise par les historiens Catherine Grandjean, Christophe Hugoniot et Brigitte Lion, aboutissant à la sortie de l’ouvrage Le banquet du monarque dans le monde antique en 2013.

Au cours de l’introduction, ces chercheurs définissent le thème du banquet, qui « sous entend la consommation de nourriture et de boisson en commun, une convivialité joyeuse souvent accompagnée de musique et de distractions, un apparat visible dans les ustensiles et le mobilier, la qualité des denrées et leur quantité, dans un monde où l’abondance a une fonction idéologique centrale, ainsi que des relations hiérarchisées entre les participants » (p. 15).

Cet ouvrage rassemble les contributions de nombreux historiens, dont la publication a été coordonnée par les trois directeurs présentés ci-dessus. Tous trois professeurs et maîtres de conférences à l’Université de Tours, ils sont chacun spécialistes d’une aire chrono-culturelle différente. Ainsi, les thèmes de recherche de Catherine Grandjean s’inscrivent dans le monde grec. Numismate, elle s’est notamment intéressée à l’économie et aux monnaies des cités hellénistiques à diverses échelles et a travaillé sur des sujets similaires au cours de sa participation à l’ouvrage À la Table des rois, Luxe et pouvoir dans l’œuvre d’Athénée de Naucratis. Le monde romain est représenté au sein de ces directeurs par Christophe Hugoniot, spécialiste de l’Afrique romaine et de la prosopographie. Ses travaux se sont souvent orientés vers des thèmes relatifs au banquet comme les repas, la vie aristocratique ou encore la notion de spectacle. Enfin, Brigitte Lion se consacre aux espaces proche-orientaux et mésopotamiens à travers des objets d’étude divers, notamment l’histoire des femmes ;  ses recherches couvrent également l’histoire de la faune, de la flore et de l’alimentation qui s’inscrit également dans le champ d’étude du banquet monarchique.

Si le thème du banquet dans le monde antique est un objet d’étude bien représenté au sein de l’historiographie actuelle, l’originalité du Banquet du monarque dans le monde antique tient à une ambition très large qui inscrit ce sujet au sein d’un champ spatial et temporel extrêmement diversifié. En effet, cet ouvrage rassemble diverses contributions allant du IIe millénaire av. J.-C. à l’Antiquité tardive et englobant les mondes proche-orientaux, grecs, celtes, étrusques et romains. Au-delà des seuls banquets royaux et monarchiques, il s’étend également aux banquets organisés par l’aristocratie, les tyrans ou les empereurs.

Les domaines de recherche liés à l’histoire de l’alimentation antique ont connu un véritable essor au cours des dernières années. Les banquets civiques grecs et les banquets impériaux et aristocratiques apparaissent également comme des domaines en plein renouvellement. Cependant, cet ouvrage concerne aussi bien des thèmes maintes fois traités et étudiés que des sujets peu envisagés par les historiens, comme par exemple l’étude de l’alimentation terrestre pour le monde tardif. Concernant les auteurs et leur production personnelle, le thème du banquet monarchique constitue parfois une nouveauté pour certains, comme Sylvie Crogiez-Pétrequin (à l’origine de l’article « À la table des grands dans le monde romain tardif, images et réalités »), spécialiste de l’Antiquité tardive mais pour qui les questions de l’alimentation ou encore de la commensalité et de la sociabilité royales représentaient un nouvel objet d’étude. En revanche, d’autres chercheurs ayant apporté leur contribution à cet ouvrage sont très familiers de ces sujets relatifs au banquet et à la commensalité, comme Konrad Vössing qui est une véritable référence en la matière.
Ainsi, les auteurs participant à la retranscription de ce colloque proposent une analyse très générale du banquet monarchique, tant sur le plan chronologique que géographique, les espaces étudiés englobant quasiment l’ensemble des régions méditerranéennes et allant parfois au-delà. Ce tableau proposé dans Le banquet du monarque dans le monde antique s’attache à étudier ce thème sous des angles multiples qui embrassent aussi bien les domaines politiques, sociaux et économiques. Ainsi, les problématiques de cet ouvrage s’articulent autour des représentations politiques du banquet, des figures de la commensalité, de la circulation des surplus royaux ou encore des contacts et des héritages liés à cette manifestation. Au regard d’un champ d’étude si vaste, les hypothèses de travail défendues par ces auteurs sont donc multiples.

L’analyse d’un thème aussi vaste que le banquet au sein d’une telle diversité d’espaces et de sociétés nécessite une multiplicité de sources. En général, les auteurs du Banquet du monarque s’appuient respectivement sur un type de source en particulier, soit des archives, des textes littéraires, des documents iconographiques ou encore des données archéologiques. Cependant, certains articles utilisent plusieurs types de sources comme le fait par exemple Annapaola Zaccaria Ruggiu lors de sa contribution sur la banquet au sein de l’Italie tyrrhénienne, qui met en relation des représentations iconographiques et des éléments archéologiques relatifs aux fouilles de résidences et de salles de banquets. D’autres historiens utilisent au sein de cet ouvrage une documentation très précise et ciblée, comme le fait Manuel Royo dans son analyse du livre LXVII, 9 de Dion Cassius.
Cette publication des actes du colloque « Le banquet du monarque » est divisée en cinq parties qui traitent chacune d’une des grandes thématiques que cet ouvrage propose d’aborder. Ce compte-rendu s’emploie à analyser les trois premiers chapitres de l’ouvrage et leur sujet d’étude, à savoir le banquet et ses représentations politiques, ses contacts et ses héritages, et enfin les commensaux.

La première partie considère le banquet comme un événement éminemment politique, prenant ainsi en compte toutes les caractéristiques et les modalités qui lui confèrent une place importante au sein des sphères du pouvoir et des relations hiérarchiques qui s’y jouent.
Les types de sources exploités sont multiples et leur utilisation est différente selon les auteurs. Concernant les textes littéraires, certains historiens mettent en scène les textes des Anciens en les utilisant comme argument pour démontrer une hypothèse donnée. Ainsi, Gerbert Sylvestre Bouyssou, dans sa contribution « Le tyran ou le banquet impossible », s’emploie à convaincre de l’impossibilité du banquet traditionnel dans un contexte tyrannique en prenant appui sur divers auteurs antiques tel que Xénophon, Diodore de Sicile ou encore Athénée de Naucratis. Au contraire, Manuel Royo consacre entièrement son article à un passage précis du livre LXVII de Dion Cassius en tentant de concilier les différentes lectures et interprétations historiographiques de cette épisode.
On assiste ainsi à une variété des démarches des auteurs dans la démonstration de leurs hypothèses. Dominique Charpin et Vincent Azoulay ouvrent tous deux leur raisonnement avec un exemple précis destiné à présenter le type de problème que peuvent poser les sources ou certains éléments de leur étude. Certaines analyses restent très ciblée sur un thème, une époque ou une aire chronologique donnée tandis que d’autres s’attachent à comparer des éléments de sociétés qui différent par leur éloignement chronologique, géographique ou culturel. Cette tentative de mise en relation est effectuée par Vincent Azoulay qui compare des monarques égyptiens et perses en s’appuyant sur la vision des historiens de la Grèce classique. Annapaola Zaccaria Ruggiu s’emploie à exposer les différences et les évolutions du banquet sur une période de plusieurs siècles en partant du règne de Tarquin le Superbe jusqu’à au IIe siècle av. J.-C.
Le banquet en tant qu’événement politique est analysé sous une multitude d’angles au cours de ce chapitre. Les auteurs balayent ainsi la question du statut des participants, des comportements attendus lors de ces réceptions et de leurs implications politiques, des évolutions notables de la place et du rôle de ces réceptions au sein d’une société donnée ou encore des spécificités particulières de certains types de banquets. Quelle que soit l’aire chrono-culturelle choisie par chacun de ces historiens, leurs analyses et leurs conclusions comportent des points communs importants.

En effet, ces auteurs s’attachent tout d’abord à décrire les modalités et les particularités du banquet étudié, certains de façon plus large telle que Sylvie Crogiez-Pétrequin qui expose un état des lieux du monde romain tardif et de ses relations avec le thème du banquet. Enfin, chacune de ces contributions développe une vision extrêmement politique du banquet monarchique : ainsi, cet événement serait une sorte de reflet de la nature du pouvoir au sein de ces sociétés. On assiste en effet, au sein de chacune d’elles, à une mise en avant de caractéristiques sociétales et politiques fondamentales au sein de ces réceptions aristocratiques et monarchiques. Le banquet est exposé ici non seulement comme un objet d’étude capable de faire apparaître les particularités et les modalités d’un gouvernement, mais également comme un moyen de gouvernement en lui même.

La première partie du Banquet du monarque dans le monde antique suit ainsi un découpage et un agencement cohérents. En effet, si ces derniers sont organisés de façon à isoler chacune des trois aires chrono-culturelle, ils suivent également une gradation dans l’importance du rôle et de la place du banquet en tant qu’événement politique. Les deux derniers articles, dus à Manuel Royo et à Sylvie Crogiez-Pétrequin, démontrent particulièrement cette idée de mise en scène de la puissance du souverain à travers le banquet et de son rôle de révélateur de la nature du pouvoir. Cependant, certaines affirmations des auteurs du Banquet du monarque étonnent parfois par leur caractère un peu extrême : lorsque Vincent Azoulay affirme que les souverains qu’il étudie recourent parfois à des pratiques destinée à abaisser ou nier leur statut de supériorité, il ne prend pas toujours en considération la subjectivité des sources romaines relativement inaptes à comprendre toutes les spécificités de la culture séleucide.

Finalement, les derniers mots de ce recueil d’analyse sur les représentations politiques du banquet écrits par Sylvie Crogiez-Pétrequin revêtent une valeur générale. Ils reviennent ainsi sur les diverses expressions du banquet évoquées au cours de cette partie et leur confèrent une importance générale de définition, de manifestation et d’exposition du pouvoir.

La seconde partie du Banquet du monarque dans le monde antique continue de suivre cette réflexion sur l’aspect éminemment politique du banquet tout en ajoutant un angle plus économique, territorial et idéologique. En effet, ce chapitre étudie les contacts et les héritages du banquet et se concentre donc principalement sur le monde proche oriental et mésopotamien, les civilisations s’y étant épanouies étant considérées comme des précurseurs dans le développement du luxe. Cette unité géographique permet de mieux assimiler l’évolution des pratiques et du rôle du banquet au sein de ces espaces, ce qui représente une qualité pour la compréhension du lecteur que l’on ne retrouve pas au sein des autres chapitres.

Les historiens de cet ouvrage ayant travaillé sous cet angle d’étude se sont appuyés  sur une documentation proche-orientale mais également sur des sources grecques et romaines afin d’établir des comparaisons avec le monde hellénistique ou encore d’analyser la représentation de ces banquets pour les auteurs du monde gréco-romain. Cependant, ces articles n’ont pas tous le même rapport aux sources. La plupart utilisent une source précise, tel que le dossier d’une dizaine de textes datés du règne de Darius, les Deipnosophistes d’Athénée de Naucratis ou encore les deux extraits des Histoires de Posidonios rapportées par Athénée. Laurent Capdetrey, au contraire, s’ouvre à une réflexion plus large lors de son analyse « La  »Table du Roi »: une institution hellénistique ? ».
Le propos de cette partie s’articule entre plusieurs idées principales. La première se concentre autour d’un travail sur le lien entre le banquet et le contrôle du territoire à travers l’économie tributaire, que l’on retrouve au sein des contributions de Gauthier Tolini et Laurent Capdetrey. Ces articles rejoignent également celui de John Wilkins dans une étude du banquet perse mêlant ainsi des approches complémentaires. D’un point de vu culturel, ce dernier rejoint également la dernière contribution de Charlotte Lerouge-Cohen qui s’intéresse plus largement aux représentations idéologiques du monde oriental et à ses usages de table à partir d’auteurs issus du monde gréco-romain, en particulier Athénée de Naucratis. Si les argumentations de ces historiens sont pour la plupart claires et ordonnées, leur agencement au sein de ce chapitre est discutable, les articles traitant du pouvoir royal étant séparés par des contributions aux préoccupations plus culturelles et idéologiques.

L’intérêt de cette partie sur les contacts et les héritages du banquet est qu’elle met en lumière toute une évolution des espaces proche-orientaux et mésopotamien à travers la succession de plusieurs types de société, à savoir l’Empire perse (et tout la dynastie des Achéménides), puis la mise en place de royaumes hellénistiques suite aux conquêtes d’Alexandre le Grand et enfin la dynastie Parthe des Arsacides. De plus, elle apporte une analyse économique, administrative et institutionnelle qui vient compléter les considérations purement politiques auxquelles était consacrée la première partie.

Enfin, la troisième partie s’intéresse plus particulièrement aux participants de ces banquets monarchiques, les commensaux. Elle est composée de trois articles qui traitent une fois encore de champs spatio-temporels différents, à savoir l’Empire néo-assyrien, les espaces de la conquête d’Alexandre le Grand et l’Italie romaine.
Malgré ces différences, le thème choisi et les conclusions tirées par ces auteurs présentent des proximités intéressantes. En effet, la question des commensaux suppose l’étude de leur place, de leur rôle et surtout des hiérarchies au sein de ces banquets. Cette partie met donc toujours en lumière ce lien étroit entre le thème du banquet du monarque et le domaine de l’histoire politique. Au cours de la lecture des articles de Konrad Vössing et de Christophe Badel, on retrouve bien cette interrogation sur les diverses formes d’expression des convives au sein de cet instrument politique qu’est le banquet. Cependant, la réflexion de Christophe Badel sur le conuiuium priuatum a parfois tendance à s’éloigner du sujet principal de l’ouvrage, son développement se concentrant sur une sphère très large de banquets publics dans le monde romain, qui ne constituent pas en soi des banquets monarchiques. La contribution de Pierre Villard sur « Les commensaux des rois néo-assyrien » est remarquable par sa présentation claire et précise de la documentation de cette période et de ses enjeux en tant que source. Son travail peut être mis en relation avec les interrogations sur le caractère privé ou public d’un banquet royal ou aristocratique que l’on retrouve dans l’article de Christophe Badel.
Finalement, ce chapitre apporte une contribution supplémentaire à l’ouvrage en ajoutant aux considérations politiques, institutionnelles et territoriales un angle d’étude plus social, dépeignant les personnages des commensaux comme un groupe socio-politique jouant un rôle majeur au sein des banquets monarchiques et aristocratiques.

Au delà de ces nombreuses études abordant des angles d’analyse divers, Le banquet du monarque dans le monde antique se pose la question du vocabulaire relatif à ces événements inscrits dans l’ensemble des sociétés antiques. Du deipnon et du symposion grec au conuiuium romain, cette interrogation majeure pose la question de l’évolution du banquet au sein de mondes méditerranéens marqués par les interactions commerciales, culturelles et politiques entre eux.
Cet ouvrage se définit également par la grande variété des sources qu’il mobilise et par la considération marquée de plusieurs de ses auteurs dans l’explication et la définition de leur ampleur, leurs limites et leurs enjeux. Cette qualité est également notable par l’importance de la documentation visible au cours de l’ouvrage, qui n’hésite pas à introduire directement au sein de ses pages les plans issus des fouilles archéologiques et les représentations iconographiques sur lesquels il s’appuie.

Si la plan thématique adopté ne suit pas le cours chronologique de l’histoire et tend parfois à amoindrir l’éclairage de l’ouvrage de par la diversité des sociétés et des thèmes abordés, il présente néanmoins un panorama très large classé par angle d’étude qui invite les spécialistes à un comparatisme dynamisant. Enfin, en considérant la diversité des civilisations mises en scène au cours du Banquet du monarque, un recoupement par sujet permet de mettre davantage en avant les angles d’étude respectifs de chacun des chapitres et de les resituer non pas seulement dans leur contexte historique, mais également dans la structure générale d’une société.
Enfin, bien que ces articles mettent en lumière des rapprochements éventuels entre des sociétés différentes et éloignées chronologiquement, culturellement et géographiquement, cet ouvrage n’oublie pas de questionner l’altérité qui existe entre ces différents espaces. Ainsi, les considérations liées à l’exposition d’une comparaison ou plus largement à la démonstration d’une hypothèse donnée ne prennent généralement pas le pas sur les réalités historiques.
Finalement, cet ouvrage dresse un tableau extrêmement large du banquet antique en l’inscrivant à la fois dans un champ spatio-temporel vaste et dans une multitude d’angles d’étude allant de l’histoire économique, culturelle ou idéologique à l’histoire politique. Si cette dernière prend évidemment le pas sur les précédentes, son traitement au sein des contributions n’est jamais exclusif et se mêle généralement à d’autres considérations. Les thèmes de la manifestation et de l’exercice du pouvoir, de la commensalité et de la hiérarchie qu’elle suppose ou encore des diverses pratiques que l’on retrouve dans le banquet du monarque demeurent les sujets principaux de cette étude qui met en lumière le banquet de chacune de ces civilisations comme le « miroir de l’organisation politique qu’elle contribue à conforter » (p. 460).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *