Note de lecture : R. Nadeau, Les manières de table dans le monde gréco-romain, Rennes, 2010

Marion Brunel (Master 1, ENS de Lyon)

R. Nadeau est un chercheur honoraire qui enseigne également à l’Université d’Exeter en Grande Bretagne. Le travail effectué dans Les manières de table dans le monde gréco-romain, publié en 2010, a pour objectif de proposer une étude des pratiques alimentaires au IIe siècle ap. J.-C. à travers les ouvrages de trois auteurs grecs principalement. La période est délimitée à un siècle, et comme R. Nadeau le précise lui même, le but de cet ouvrage n’est nullement « d’écrire une histoire de la gastronomie grecque ni un catalogue exhaustif des pratiques liées à la table ». Il s’agit plutôt de s’intéresser à la vision qu’avaient les auteurs du IIe siècle ap. J.-C. des manières de la table et de la façon dont ils les jugent.

Ce travail s’inscrit dans la continuité d’une thèse de doctorat soutenue en 2008 à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, qui portait sur les pratiques alimentaires au IIe siècle ap. J.-C. Si cet ouvrage semble être une continuité dans le travail de recherche de R. Nadeau, il s’inscrit également, au niveau historiographique, dans la suite des études portant sur les pratiques alimentaires, qui se sont développés en France dans les années 1960-1970. On peut citer les travaux du sociologue Norbert Élias, qui sont mentionnés à de nombreuses reprises dans l’ouvrage étudié. Ils servent souvent de points de comparaison et permettent à R. Nadeau de mettre en relief certaines évolutions historiographiques. Il s’agit plutôt d’en montrer les nuances, et les limites. R. Nadeau s’appuie également sur des œuvres plus récentes, issues de l’historiographie germanique et anglo-saxonne.

Cet ouvrage porte donc sur les manières de la table, plus spécifiquement lors du banquet qui constitue avant tout un acte social. Pour ce faire, Robin Nadeau s’appuie en particulier sur trois auteurs grecs du IIe siècle ap. J.-C. : Plutarque, Lucien, et Athénée de Naucratis. Pour citer plus spécifiquement les œuvres utilisées, il y a les Propos de la table et le Banquet des Sept sages de Plutarque, le Banquet ou les Lapithes au service des grands de Lucien, et enfin les Deipnosophistes de Athénée. Ce sont des ouvrages avec des contenus extrêmement différents, bien qu’ils prennent tous pour cadre un banquet. En effet, Plutarque a une vision plutôt moralisatrice et narre des discussions entre des convives qui sont probablement réelles. Lucien, à travers des portraits stéréotypés, use d’un style satirique qui ridiculise certaines pratiques. Quant au travail d’Athénée, il s’agit d’une collection de citations entre des savants lors d’un banquet. Bien que tous ces auteurs n’y appartiennent pas, il est important de noter qu’ils s’inscrivent tous dans l’époque de la Seconde Sophistique où l’on observe un fréquent recours à des personnalités du passé afin d’appuyer les différents arguments. R. Nadeau cherche ainsi à reconstituer les manières de la table à une époque donnée, en tentant d’observer les informations qui semblent communes aux différentes sources. Je dirais même que le travail porte sur la vision que l’on pouvait avoir des pratiques alimentaires lors des banquets en observant certains préjugés des auteurs, tout en prenant garde à les replacer dans un certain contexte socio-spatial.

L’ouvrage se divise en six parties : les sources, l’apprentissage des manières de la table, les rituels alimentaires, les invités et l’amphitryon, l’éthique et la nourriture et enfin le banquet gréco-romain.

R. Nadeau aborde donc en premier lieu la question des sources. Il s’agit de contextualiser les œuvres de Plutarque, Lucien, et Athénée, et de définir leur place et leur rapport avec le reste de la société, dans une Grèce sous domination romaine. Cet premier point est important car il est nécessaire dans le travail qu’opère l’auteur. En effet «  le contenu des témoignages littéraires utilisés dans le cadre de ce travail est déterminé par la culture des auteurs, leurs croyances, mais également par des conventions inhérentes à leur milieu social d’appartenance. »

Ainsi, si l’on veut essayer de déterminer la réalité à partir de témoignages, il faut tenir compte de certains paramètres.

Les manières de table ne sont pas quelques choses d’innée, et il convient donc de les apprendre. C’est le second point de l’argumentation de R. Nadeau. Il s’agit d’observer comment et dans quelles conditions cet apprentissage se fait. Ainsi, les écoles de philosophie, les manuels de bienséance, mais également et plus simplement les banquets sont des moyens de transmission de valeurs comportementales liées à une certaine condition sociale. En effet, R. Nadeau cherche à souligner le fait que les pratiques alimentaires sont liées à la place qu’on occupe dans la société. De plus, le banquet implique des connaissances et une certaine culture qui sont autant de marqueurs d’appartenance à une certaine élite sociale. (« La langue et les connaissances sont des marqueurs d’identité, du statut social. »)

Les rituels alimentaires en Grèce ancienne sont abordées sous plusieurs angles. L’a. aborde en premier lieu la question du banquet et du religieux. En effet, «les dieux ont leur place dans le rituel alimentaire grec ». Pour ce qui est du partage, il s’agit aussi bien du partage de la nourriture que du partage de la parole. Plus simplement, ce chapitre sur les rituels alimentaires a pour but de montrer que le banquet est un moment de convivialité avec les dieux mais également entre hommes, d’où l’importance de la discussion qui est le point central du symposium. Cet échange doit se faire dans le respect d’autrui, et de la hiérarchie sociale, ce qui explique la nécessité de certains rituels qui normalisent cet aspect du banquet, tel les toast et les remerciements qui sont autant de marqueurs de cette sociabilité.

Les invités et l’amphitryon sont dans la continuité de cette argumentation. R. Nadeau questionne la notion de rapport entre les convives et l’organisateur, de leur lien, et de leur place dans le banquet. Certains de ces points sont également abordés dans la question des rituels alimentaires. En effet, le banquet oscille entre égalité théorique entre les convives, et importance de la hiérarchie sociale. Aussi les banquets ne vont pas tous mettre en place le même rapport entre les invités et l’amphitryon, avec des différences notables entre le symposion, qui se place plus dans cette notion d’égalité entre banqueteurs, et le conuiuium qui a une connotation beaucoup plus politique.

Je n’aborderai pas la question de l’éthique et de la nourriture. Pour finir son argumentation, R. Nadeau s’intéresse au banquet gréco-romain. Les différentes postures et les salles de banquet, andron, xenon et triclinium, témoignent de certaines divergences entre les deux cultures, mais également de certains échanges. Le modèle du triclinium par exemple s’est diffusé dans le monde grec, bien qu’à la base ce soit une salle de banquet romaine. « Alors, y a-t-il acculturation, syncrétisme ou transferts culturels ? » C’est tout l’enjeu de la question. L’a. considère que l’on ne peut pas parler de romanisation pour ce qui est de la Grèce, ni d’acculturation. Pour lui, «  Le concept le plus viable – et le moins tendancieux – est sans doute celui de transfert culturel, car il évoque des échanges multiples sans création d’un lien de domination explicite et irréversible d’une culture sur d’autres. »

Pour ce qui est de la place des femmes, on penche aujourd’hui pour des réceptions séparées. Il faut aussi marquer la différence entre les épouses, et les filles de joie, différence qui se marque également par la position prise pour le repas : assise pour les femmes des banqueteurs, tandis que la position allongée est plutôt synonyme de mœurs légères. Toutefois, on peut noter diverses évolutions dans ce schéma : d’abord les épouses adoptent de plus en plus la posture allongée, et d’autre part on peut évoquer qu’au IIe siècle, la femme est acceptée dans les banquets de l’élite gréco-romaine. Il est difficile de savoir si il s’agit véritablement d’une évolution ou si en réalité la femme grecque n’a jamais été exclue du banquet.

Le développement de l’auteur se base donc sur différents éléments qui vont ensuite se compléter pour tenter d’analyser la complexité des manières de la table. L’ensemble est cohérent, et permet de dégager plusieurs points importants dans son argumentation. Les banquets sont des lieux de sociabilité, certes, mais entre des membres de même classe sociale. Cette question de place dans la société est extrêmement importante, et elle est d’ailleurs abordée à de nombreuses reprises. Les manières de la table diffèrent en fonction du milieu dans lequel on évolue, et celles qui sont jugés meilleures sont en réalité celles des élites. Ces dernières vont volontairement mettre en place certains rituels pour mieux se différencier du reste de la population.

De plus, les manières de la table diffèrent également suivant les espaces, avec parfois des pratiques régionales. On peut noter certaines divergences entre le banquet romain et le banquet grec, bien qu’au IIe siècle ap. J.-C., les élites semblent pouvoir s’adapter aussi bien à l’un qu’à l’autre. La encore, cela témoigne de l’importance de la hiérarchie sociale. Il n’est pas dérangeant pour un aristocrate grec de manger selon les coutumes romaines dans un contexte donné, du moment que les convives sont du même rang que lui.

Enfin, on peut noter l’importance du passé qui constitue visiblement une référence pour Plutarque, Lucien et Athénée. C’est particulièrement le cas des récits d’Homère qui sont fréquemment cités. Ils apparaissent comme témoin du passé et modèle pour les contemporains, avec un rapprochement permanent entre ce qui se faisait avant, et qui était forcément bien, et les pratiques du moment. Cela se comprend dans le contexte dans la Seconde Sophistique qui va souvent s’appuyer sur les pratiques, et les auteurs du passé pour avancer des arguments. Ainsi, ce que l’auteur a montré au travers de cet ouvrage c’est que les manières de la table s’inscrivent à la fois dans une continuité avec le passé, dans une aire géographique donnée, et pour un milieu social déterminé. Dans cette démarche, l’argumentation est réussie.

Pour nuancer, on peut toutefois se rapporter aux propos de M.-M. Mactoux qui a réalisé une critique de l’ouvrage de Robin Nadeau dans la revue Persée1 . La question des esclaves dans le banquet n’est pas abordée, et la place des femmes n’est que trop partiellement critiquée par l’a. Afin de mettre en relief le caractère élitiste du banquet, il est nécessaire d’apporter des points de comparaison en s’intéressant à d’autres groupes sociétaux qui, comme le souligne R. Nadeau lui-même, n’ont pas les mêmes pratiques alimentaires, et manières de se comporter au repas. Toutefois, cette absence s’explique par les sources elles-mêmes qui sont écrites par des membres de l’élite. De plus, le banquet en soi renvoie à l’aristocratie, et il est donc difficile de comparer.

L’ouvrage de R. Nadeau est donc solide du point de vue de son argumentation et de ce qu’il veut démontrer. Les différents points abordés tout au long de l’œuvre se complètent bien pour montrer la complexité des rites alimentaires qui répondent tous à un besoin social, faisant du banquet le lieu de la sociabilité par excellence.

J’ai trouvé cette lecture très intéressante dans le sens où il est possible d’y lire une analyse très complète du banquet gréco-romain. Elle m’a permis de mieux différencier les différents éléments qui forment ensuite une globalité pour comprendre la réalité des manières de la table. C’est un ouvrage utile du point de vie historiographique. Les ouvrages de références concernant l’alimentation datent plutôt des années 1970, et l’œuvre de R. Nadeau permet de rafraîchir certaines visions concernant le banquet. De plus, du point de vue de l’alimentation, l’Antiquité n’est pas la période qui a vu le plus d’études sur le sujet. Il est donc toujours intéressant d’avoir un travail de ce type. Comme l’a précisé Maurice Sartre, historien d’Histoire Ancienne à l’Université de Tour, dans un article publié dans le journal le Monde2 : « L’entreprise de Robin Nadeau mérite d’autant plus d’être soulignée que les travaux sur les manières de table de l’Antiquité restent rares, en dehors du banquet civique et du symposion aristocratique ou philosophique. » Toutefois, comme l’a. l’indique, « Ce travail gagnerait donc à être comparé à une étude d’envergure sur les manières de table romaines ». Car en effet, il est dommage que les sources considérées soient uniquement grecques et des auteurs romains auraient pu enrichir cette étude. Cet ouvrage reste très solide du point de vue des connaissances et de l’argumentation, notamment à travers les rites alimentaires, partie que j’ai trouvé tout particulièrement intéressante de par les thèmes abordés.

 

  1. Mactoux M.-M., Enjeu politique des banquets, Persée, Dialogues d’Histoire Ancienne, volume 37, numéro 1, page 196-199 []
  2. Maurice Sartre , « Gourmandise. Histoire d’un péché capital », de Florent Quellier et « Les Manières de table dans le monde gréco-romain », de Robin Nadeau : un si savoureux péché !, Le Monde, 2010 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *