L’hospitalité au féminin en question : xenia, proxenia et theorodokia

Marie Augier (Université de Strasbourg – Archimède UMR 7044)

Résumé

Dans la littérature classique, l’hospitalité est la plupart du temps présentée comme une pratique de sociabilité essentiellement masculine ; dans ce cadre, parmi les femmes de l’oikos, les épouses semblent avoir un rôle complémentaire à celui de leur mari. Pourtant, la documentation plus tardive, notamment celle de la période hellénistique, évoque des femmes qui semblent assumer seules des fonctions liées à la pratique de l’hospitalité. Plusieurs documents épigraphiques mentionnent ainsi le nom de femmes proxènes ou théorodoques ou encore bénéficiaires de l’hospitalité en tant que théores. Cette documentation nous amène à nous interroger sur ces femmes désignées comme des actrices de l’hospitalité. Une femme pouvait-elle être xenos, proxenos ou theorodokos ? Quel était le réel rôle de ces femmes dans ces pratiques de sociabilité ordinairement masculines ? De quelles femmes s’agissait-il ? Que nous apprennent ces documents sur leur statut socio-économique à la période hellénistique ? Il s’agira de se demander si ces titres conférés à des femmes en faisaient de véritables actrices de l’hospitalité ou s’ils étaient purement honorifiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *