Note de lecture : A. Esposito (éd.), Autour du « banquet » : modèles de consommation et usages sociaux, Dijon, 2015

Maïté Coudour (M2, Université Lyon 3)

L’ouvrage dirigé par Arianna Esposito, spécialisée en archéologie et histoire de la Grèce antique, résulte d’un colloque de trois ateliers tenus entre 2010 et 2013 par l’Université de Bourgogne et regroupe des travaux portant sur le banquet dans l’Antiquité gréco-romaine. Il vise à mieux appréhender ce sujet controversé, ni vraiment privé, ni vraiment public, en bénéficiant des avancées et des nouvelles orientations de la recherche, sur une aire géo-culturelle qui s’étend de la Péninsule ibérique, l’Italie et la Gaule jusqu’en Grèce, en Thrace et aux Balkans.

Ce thème n’est pas neuf dans l’historiographie : Pauline Schmitt Pantel a déjà développé la question du banquet grec, et Oswyn Murray la symbolique du symposion. Nombre de colloques et recherches sont également organisés autour de ses représentations sociales et politiques, mettant en exergue la relation entre les pratiques de commensalité et le pouvoir. Tous les domaines d’études sont concernés, qu’il s’agisse d’archéologie, d’épigraphie, d’iconographie ou d’histoire. Les sources à disposition sont variées et permettent une confrontation essentielle pour comprendre s’il s’agissait de pratiques réglées, si elles étaient propres à chaque culture, ou si, au contraire, elles témoignent d’échanges interculturels ayant pu aboutir à une forme d’acculturation.

L’article introductif, Interpréter le banquet : de la donnée archéologique au concept (p. 11-30), rappelle que le banquet se différencie du symposion dans sa définition même : ce-dernier signifie littéralement « boire ensemble », ce n’est donc qu’une partie du banquet, celle qui suit le deipnon, le repas. Ce terme est pourtant régulièrement employé pour caractériser ces deux moments sans distinction, notamment en archéologie. Quant au banquet, Fernando Quesada-Sanz le définit comme « une réunion de personnes de rang égal ou inégal, en nombre supérieur à une famille nucléaire, afin de consommer de grandes quantités de viande, souvent de qualité supérieure, et/ou des boissons alcoolisées, le tout dans un cadre extraordinaire et connoté socialement », p.236. Les contributions débutent par les banquets et festins dans les sociétés mycéniennes, le monde homérique et la Grèce archaïque. Elles se poursuivent, agencées chronologiquement, par la diffusion du mobilier caractéristique des rites de commensalité dans l’Occident gréco-romain, et par l’exercice de ces pratiques parmi les populations celtiques. Mais, malgré la multitude de sources et la confrontation de travaux aboutissant à une vision d’ensemble, les limites de cet ouvrage sont rapidement exposées : il s’agit d’études de cas extrêmement précises, disséminées sur une ère chronologique et une aire géographique particulièrement grandes.

La première étude se concentre sur les Festins royaux et communs dans les sociétés mycéniennes (p. 31-42), à travers la correspondance établie en 1990 entre les fêtes des palais de Thèbes au XIIIe siècle avant J.-C. et Pylos au XIIe siècle avant J.-C. à partir de vases en métal ou en céramique, d’ossements d’animaux, de tablettes et de plans. L’interprétation d’ensemble dévoile des dépôts d’armes sacrificielles et de vases rituels. Julien Zurbach, historien, épigraphiste et céramologue, analyse les pièces et vestiges en les comparant avec d’autres palais et maisons. Il expose tout de suite le risque de proposer une sur-interprétation car les sources manquent. D’un point de vue littéraire, elles sont, en effet, essentiellement administratives : prélèvements de biens alimentaires en vue d’un festin, statuts des terres… et laissent beaucoup de questions sans réponses. Les deux écoles selon lesquelles le festin renforcerait le système hiérarchique et le repas construirait des relations entre hôtes et invités sont avant tout des hypothèses. L’auteur ajoute que l’implication d’une grande partie de la population est encore mal définie. Pour mieux appréhender le contexte et les fonctions du festin royal, les données des festins seraient ainsi à mettre en parallèle avec celles des repas en commun, mais il s’agit d’une interprétation des données archéologiques sans confrontation autre que les poèmes homériques. C’est justement Les coupes dans le banquet homérique (p. 43-54) que l’article suivant développe autour de la symbolique du don et de l’échange, afin de comprendre les relations entre individus qui en découlent.

Chez Homère, les héros ayant quitté leur patrie, et par là même leur statut officiel, doivent prouver leur appartenance sociale s’ils espèrent participer à un banquet. En effet, les pratiques homériques imposent le prêt d’une coupe de l’hôte à l’invité pour intégrer ce-dernier dans le cercle restreint des commensaux. L’auteur cite l’exemple d’Ulysse, affirmant son statut de chef par son lancer de disque et sa rhétorique, et il n’est pas le seul à se reporter aux épopées homériques. Thomas Brisart fait lui aussi référence au banquet chez Homère, en position assise, afin de le différencier du banquet orientalisé en position allongée. De cette façon, il appuie l’influence orientale dans les pratiques grecques du VIIe siècle. Les objets offerts dans le cadre des relations d’hospitalité (xenia), souvent des coupes, induisaient un futur usage rituel avec les libations, mais servaient également à boire lors des banquets. Les présents avaient ainsi plusieurs fonctions. Leur valeur, si elle ne dépendait pas de leur qualité artistique, prenait un sens au cours des échanges. Ce rite permettait l’intégration d’un nouveau membre au sein du groupe, et pouvait participer à la construction d’un jeune homme dans son parcours vers l’âge adulte et la détention du pouvoir, comme ce fut le cas pour Télémaque. Dans le banquet homérique, le don des coupes s’accompagne d’une formule incluant l’utilisation à venir de l’objet, les libations, et la mémoire du donateur. Elles font ainsi le lien entre sacré, hospitalité, commensalité, et permettent de conserver la mémoire malgré la distance tout en développant un sentiment identitaire.

Or, s’il est bien une thèse qui semble propice à rassembler la plupart des contributeurs de cet ouvrage, c’est celle du banquet à la fois fédérateur et séparateur au sein de la communauté, participant à la création d’une identité aristocratique. Thomas Brisart rappelle que l’élite en Grèce proto-archaïque n’était pas encore clairement définie. L’appartenance sociale devait sans cesse être justifiée, notamment à l’occasion du symposion. Si celui-ci ne peut être considéré comme un marqueur identitaire à cette époque, il contribuait néanmoins à partager des valeurs propres aux convives. C’est également le cas en Gaule celtique. Matthieu Poux écrit que, « très abondantes au Ier siècle avant notre ère, les quantités de vin importé demeurent majoritairement liées à un mode de représentation aristocratique qui s’exprime sans discontinuer dans les sépultures », p.285. Le déroulement des festins aurait contribué à hiérarchiser les relations entre l’hôte et ses convives selon le rang social de chacun d’entre eux, dans une optique bien différente donc des pratiques d’hospitalité grecques qui se déroulaient déjà entre pairs. En Grèce, c’est, entre autres, par une appropriation des codes artistiques venus d’Orient que l’aristocratie se forgea une identité commune. A Délos au IIe siècle, Aldo Borlenghi note l’introduction de divinités et/ou associations orientales, égyptiennes, syriennes et phéniciennes, progressivement associées aux banquets. Les repas rituels pouvaient regrouper la communauté entière ou seulement des associations particulières ou des groupes restreints. Quoi qu’il en soit, le culte voué à une divinité dépassait les critères économiques et sociaux dans un esprit de cohésion et de rassemblement. Cette acceptation de l’autre et de ses dieux constitue un élément essentiel pour mieux comprendre les échanges permis par le banquet entre deux groupes d’une même cité, et témoigne d’une mixité culturelle certaine à travers la construction de sanctuaires spécifiques, sans toutefois diviser la population.

Si l’Orient et l’art orientalisant permirent une véritable cohésion sociale, le statut des défunts par exemple pouvait également se matérialiser par les décors locaux du mobilier funéraire. C’est le cas des coupes retrouvées dans des tombes aristocratiques d’Étrurie, du Latium et de Sicile. Dans ces régions, les cratères produits sur place remplacèrent progressivement ceux importés de Laconie. Si les reproductions étaient parfaitement identiques au niveau des formes, les motifs en revanche se distinguèrent par leur caractère régional. Même si ces vases étaient similaires aux originaux, ils se différenciaient par leur usage, jusqu’à transformer complètement leur fonction d’origine. C’est le cas de la vaisselle de luxe présente dans les tombes celtiques qui dépasse la simple mise en scène du banquet, pour devenir un marqueur identitaire et social de la nouvelle aristocratie urbaine qui succéda aux élites princières. C’est également le cas du cratère découvert dans la tombe de Vix, détourné de son utilisation visant à mélanger le vin et l’eau pour devenir un contenant empli d’hydromel.

Le cratère de Vix (c) Manchot

De récentes recherches établissent un parallèle entre le cratère de Vix et le chaudron de Lavau, découvert en 2015 dans une tombe princière celtique, composée de vases grecs et d’un énorme chaudron étrusque, lui aussi bien trop grand pour avoir véritablement pu servir lors d’un banquet. Il s’agissait ainsi d’un emprunt à l’art grec au profit du mobilier funéraire princier du Ve siècle avant notre ère. Un même objet pouvait ainsi avoir deux utilités selon l’endroit de sa découverte. Ce détournement aboutissait parfois à un revirement du politique au religieux, comme c’est le cas pour les vases ibériques.

C’est sur cette thématique du cratère comme objet rituel qu’Arianna Esposito oriente son Approche de la céramique grecque en Péninsule ibérique (p. 97-114). Basées sur une démarche comparative entre la Grèce, l’Italie et la Péninsule ibérique, ses recherches tentent de démontrer si la présence de céramiques grecques en Péninsule ibérique renvoie forcément aux usages qui en étaient faits par les Grecs. La conclusion qui s’impose est celle d’une différenciation dans la façon d’utiliser un même objet d’une région à une autre : les vases importés étaient destinés à un usage funéraire. Détournés de leur fonction première, ils devenaient ainsi des ustensiles de libation avant d’être brisés volontairement sur les tombes dans le cadre des rites funéraires. Retrouver des céramiques grecques caractéristiques du banquet dans l’espace méditerranéen ne signifie donc pas que l’usage qui en était fait ait été le même que celui d’origine. Cela témoigne plus d’un détournement que d’une appropriation de la culture grecque : le vase collectif du symposion devient un vase funéraire individuel pour d’autres civilisations. Dans le monde étrusque et celtique, la vaisselle de luxe témoignait avant tout d’une hiérarchie sociale. Sa mise en scène était donc primordiale. Les figurations du banquet représentaient un luxe immédiatement imposé aux invités dès leur arrivée. La symétrie contribuait à renforcer l’esthétique de la scène avec des objets et/ou motifs caractéristiques du banquet funéraire, toujours dans un objectif de mise en scène des élites.

Dans les tombes aristocratiques du début de l’Âge du Fer, les sources iconographiques analysées par Christoph Huth témoignent elles aussi d’un pouvoir légitimé par le fait religieux, le don de boisson mettant en relation les dieux et les hommes à travers un rituel funéraire à la fois politique et religieux. Il écrit à ce propos que « la boisson […] ouvre les portes à une compréhension plus profonde de l’ordre du monde établi par les dieux », p.212. Le lien unissant les hommes et les dieux par la boisson est parfois plus discret : dans le mobilier funéraire de la tombe de Vix, l’immense cratère, trop gros pour servir lors d’un véritable banquet, est en réalité un symbole d’abondance et de résurrection, conformément aux mythes européens attachant l’image du chaudron à celle d’une nouvelle vie après la mort. C’est encore par la consommation de boisson, lors des banquets organisés en temps de crise, que les Anciens se stimulaient avant un combat. Il existait en effet des banquets rituels attestés en Péninsule ibérique rappelant les banquets funéraires, à la différence qu’ils avaient lieu non pas après la mort… mais avant, précédant une bataille qui semblait perdue d’avance. Les preuves se limitent toutefois aux sources archéologiques et l’hypothèse, bien que probable, manque d’études détaillées, ce qui lui valut d’être réfutée et en fait aujourd’hui un sujet encore très controversé.

Toutefois, l’existence de banquet de type symposion dans d’autres régions occidentales n’est pas aussi claire. En Gaule celtique, l’hospitalité se démarquait par son ouverture aux étrangers, rapportée par Diodore de Sicile ou Jules César. Les pratiques de commensalité existaient bel et bien dans la société gauloise et respectaient une hiérarchie sociale au sein même du repas : l’invité le plus puissant devait être installé aux côtés de l’hôte. L’hôte possède alors une forme de supériorité, le plaçant comme personnage éminent et détenteur de pouvoir. S’il n’est pas possible de parler de symposion gaulois par une trop grande différence dans les rites et pratiques en comparaison au banquet gréco-romain, le peu de sources littéraires s’étant penchées sur la question rapportent bien l’existence de festins, ou au moins de repas communs qui, s’ils ne contribuaient pas à la création d’une identité aristocratique, constituent des moments propices aux relations et aux échanges entre individus d’un même groupe social.

En effet, par symposion gaulois, il faudrait comprendre une imitation et une appropriation par les Gaulois des pratiques grecques. Or, ceci supposerait une hiérarchie culturelle entre les peuples, plaçant la civilisation gréco-romaine au-dessus des autres. Si les repas assimilés au symposion ont bien eu lieu dans l’espace celtique, preuve en sont les amas d’amphores à vins spécifiques, cela ne signifie pas pour autant une récupération des usages grecs. Matthieu Poux fait état d’une tradition de la consommation de vin déjà ancrée, depuis longtemps, dans la culture gauloise. Le banquet accompagnait aussi bien des événements de la sphère publique (assemblées, procès…) que de la sphère privée (mariage,…), mais il se distingue des pratiques grecques jusque dans les sépultures : les objets rituels traditionnellement découverts dans les tombes, notamment les cratères, n’apparaissent quasiment jamais dans celles de l’aristocratie gauloise. L’auteur note une utilisation similaire de la consommation de boisson alcoolisée au sein de la sphère domestique, avec des pratiques plus proches d’un repas commun que d’un véritable symposion grec même si le mobilier découvert notamment sur le site de Corent ouvre la réflexion sur une possible intégration des rites gréco-romains. Cela étant, si la pratique du symposion a bien été importée dans la société celtique, ce n’est qu’à partir de l’Empire romain avec la dynastie julio-claudienne. Avant cela, le terme est inapproprié pour parler des pratiques exercées dans le cadre de l’hospitalité.

Entre privé et public, profitant d’une multitude de sources à disposition, la commensalité et ses différentes pratiques dans l’Antiquité ont fait l’objet de nombreuses recherches et restent encore aujourd’hui une thématique largement débattue. Il s’agit d’un sujet longuement abordé dans l’historiographie dédiée au symposion grec, mais de plus en plus repris dans le cadre des autres régions méditerranéennes. Se pose alors la question, dans les recherches actuelles et au sein des contributions à cet ouvrage, des liens unissant ce qui a pu être considéré comme un modèle grec et les usages qui en étaient faits dans l’Occident et le Proche-Orient antiques. Le mot de la fin revient à José Gomez de Soto, spécialisé en Archéologie et en Histoire de l’Art en Gaule protohistorique, directeur de recherche émérite au CNRS, Alessandro Nasso, chercheur en archéologie étrusque et pré-romaine en Italie, et Michel Bats, archéologue spécialisé en céramologie et directeur honoraire de recherche au CNRS. Il ressort de cette postface une ouverture sur les thématiques de l’alimentation et des manières de table, aussi importantes que la vaisselle ou l’échange entre individus. Le contenu est à mettre en relation avec le contenant, toujours dans un objectif de recensement et de confrontation des sources afin d’établir des analyses les plus fines possible. José Gomez de Soto rappelle que l’utilisation de récipients importés ou imités et l’influence étrangère dans les modèles et rituels des banquets n’en font pas pour autant des pratiques grecques : chaque région possède ses propres codes culturels et sociétaux, sa propre conception de ce que doit être l’identité aristocratique, et cela n’empêche pas les échanges avec d’autres civilisations. Pourtant, le terme de banquet reste assimilé au monde grec et au symposion, alors même que ce-dernier, comme il a été défini à maintes reprises par les différents chercheurs, n’en constitue qu’une partie spécifique. Il s’agit d’un domaine d’études en constant renouvellement mais qui reste traité d’une façon traditionnelle, entre commensalité, aristocratie et rituels religieux. Si les sources à disposition sont nombreuses, elles n’en restent pas moins révélatrices de cas particuliers plus que d’une uniformisation des pratiques. Cet ouvrage marque un tournant dans les approches scientifiques des pratiques d’hospitalité et de commensalité, avec par exemple des lectures orientées sur la mise en scène du mobilier funéraire, ouvrant la voie à de nouveaux angles d’attaque.

Bibliographie

Schmitt-Pantel, P., De la table d’Alkinoos en Phéacie à la table de Kléanax à Kymè : variations sur le thème grec de l’invitation des élites au banquet, dans Leclant, J., Vauché, A., Sartre, M., éds., Pratiques et discours alimentaires en Méditerranée de l’Antiquité à la Renaissance, Paris, 2008, p. 73-90.

Schmitt-Pantel, P., 2012, Les banquets dans les cités grecques : bilan historiographique, dans Dialogues d’histoire ancienne, supplément n°7, 2012, p.73-93.

Verger, S., De Vix à Weiskirchen. La transformation des rites funéraires aristocratiques en Gaule du Nord et de l’Est au Ve siècle avant J.-C., dans Mélanges de l’École française de Rome, Antiquité, 107/1, 1995, p. 335-458.

Exposition de l’INRAP au Musée d’Archéologie et d’Histoire de Châtillon-sur-Seine : Princesse de Vix, prince de Lavau, deux tombes celtes, 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *