Identifier les structures d’accueil monastiques et leurs fonctions. Éléments méthodologiques appliqués à quelques abbayes bénédictines dans le duché de Normandie (XIIème-XIVème siècle)

Mathilde Gardeux (ArAr)

Du 4 au 15 janvier 2017, le projet HospitAm a financé une mission de recherche effectuée dans le cadre d’une thèse de doctorat sur l’organisation de l’accueil monastique dans le duché de Normandie et, plus spécifiquement, sur le contexte hospitalier des abbayes du corpus de thèse. Les investigations menées dans les bibliothèques de Rouen, Caen et le fonds ancien d’Avranches ont apporté un nouveau regard sur les problématiques liées à l’identification des bâtiments monastiques et leurs fonctions, notamment lorsque les archives font défaut. Ces nouvelles recherches ont ainsi complété les trois caractéristiques d’identification mises en avant par l’étude archéologique, à savoir le contexte topographique, l’agencement architectural des bâtiments et leur décor. D’autre part, la rareté des archives monastiques concernant l’accueil nécessitait d’aborder le problème sous un nouvel angle, plus général cette fois-ci. C’est ainsi que nous sommes sortie de ces abbayes pour mieux connaître leur contexte hospitalier et leur statut, afin d’en évaluer l’influence sur l’organisation de l’accueil et les structures d’hospitalité mises en place dans chaque établissement.

La situation topographique des bâtiments de réception

L’étude de l’emplacement des bâtiments est un préalable nécessaire avant toute étude archéologique car elle permet de repérer les connections d’un édifice avec l’ensemble de l’espace monastique. Ces connections ou, au contraire, l’interdiction d’accès à certains endroits spécifiques de l’abbaye par l’absence de passage, permet de déterminer certaines fonctionnalités propres à l’organisation de l’accueil : proximité avec l’accès principal à l’abbaye, avec des espaces de services (écuries, cours intérieure), ou la relation avec le carré claustral.

L’historiographie a souvent attribué aux édifices situés à l’ouest du cloître une fonction d’accueil et d’hébergement. Les recherches menées sur les édifices du corpus de thèse, en Normandie comme ailleurs en France, ont effectivement confirmé cette hypothèse, mais cette interprétation recouvre néanmoins des situations très diverses. Ainsi, au XIIème siècle, certains édifices de réception se trouvent installés dans l’aile ouest du cloître, comme à Saint-Pierre de Jumièges, Saint-Georges de Boscherville et probablement l’abbaye Saint-Étienne de Caen. Sur ces trois sites, on remarque que les salles du rez-de-chaussée, ou la salle principale dans le cas de Jumièges, sont complétées au nord par un passage qui a probablement fait office de parloir.

Abbaye Saint-Pierre de Jumièges, la grande salle de l’aile ouest du cloître vue du nord (c) Ch.Kollmann, Service de l’Inventaire de Normandie

En revanche, de nouveaux emplacements sont choisis à partir du XIIIème siècle. Ainsi, toujours à l’abbaye Saint-Étienne, un nouvel édifice dédié à la réception est construit à l’ouest du cloître, de l’autre côté de la cour intérieure.

La « grande salle » de l’abbaye Saint-Étienne de Caen vue du sud (c) M. Gardeux

Il en va de même à Saint-Georges de Boscherville, où un logis appartenant à la famille fondatrice, les Tancarville, est édifié au nord-ouest de la cour intérieure, contre le mur de clôture. Toujours à Caen, un second édifice de réception, la « grande salle », fut bâti dans la première moitié du XIVème siècle, mais cette fois au sud-ouest du cloître, sans aucune connexion directe avec celui-ci. La cohabitation de deux édifices de réception, tous deux détachés du cloître, pose bien évidemment des questions quant à leur fonction, ce sur quoi nous reviendrons ultérieurement.

Abbaye Saint-Étienne de Caen, la « grande salle » vue de l’est, située au 1er étage (c) M. Gardeux

À la même époque, l’abbaye de Jumièges fait édifier un logis sur ses terres du Mesnil-sous-Jumièges, à 4km de l’établissement. Si le logis semble avoir été d’abord construit pour administrer le domaine, il a probablement servi de bâtiment d’hébergement pour les hôtes de l’abbaye, comme en témoigne la venue d’Agnès Sorel en janvier 1450, tandis que Charles VII logeait à l’abbaye de Jumièges. Le Mont-Sant-Michel possédait très certainement un logis aux fonctions semblables à Ardevon, situé à 6km au sud de l’abbaye.

Cependant, deux autres sites présentent des situations topographiques différentes pour leurs bâtiments de réception. Au Mont-Saint-Michel, la topographie du terrain obligea les constructeurs à trouver de nouvelles solutions architecturales, si bien que le monastère s’est développé « à la verticale » au lieu d’un développement à « l’horizontale ». Dès le XIIIème siècle, l’entrée se fait au sud-est et les visiteurs pouvaient accéder directement au rez-de-chaussée du bâtiment appelé la « Merveille ».

Abbaye du Mont-Saint-Michel, la « Merveille » vue du nord. La « salle des hôtes » se trouve au deuxième niveau (c) M. Gardeux

Aujourd’hui, on interprète le rez-de-chaussée de cet édifice comme un espace d’accueil pour les plus démunis, puis, à l’étage, se trouvait la salle dite des hôtes, reliée au troisième et dernier niveau, le plus éloigné de la porterie : le cloître, le dortoir des moines et l’église abbatiale. Dans ce cas précis, la contrainte du terrain a permis d’expliciter la hiérarchisation des bâtiments et des fonctions au sein de l’espace monastique.

Si l’on observe des situations très diverses, parfois contraintes par la topographie naturelle, la plupart des édifices étudiés se trouvent à l’ouest du cloître, parfois près de ce dernier comme à Longues-sur-Mer, voir même dans le carré claustral comme à Jumièges et Saint-Georges de Boscherville.

Les fouilles du cloître de l’abbaye Saint-Georges de Boscherville ; au premier plan : l’aile ouest (c) J. Le Maho

Tous ces édifices constituent une interface entre l’extérieur et le cœur du monastère, à l’exception peut-être du logis de Longues-sur-Mer et de la « grande salle » de Saint-Étienne de Caen. Dans ce cas, il est probable que leur situation topographique témoigne d’une fonction particulière dans l’organisation de l’accueil.

Architecture et décor – formes et fonctions

Les dispositions architecturales

Les dispositions architecturales de ces édifices suivent deux grands schémas principaux. À Jumièges, au Mont-Saint-Michel et à Caen, les bâtiments d’accueil prennent la forme de grandes salles, très hautes sous voûte (au moins 8m à Jumièges) et mesurant entre 30m et 36m de long pour 11m de large. Aucune d’entre elle ne présente de subdivision interne, hormis la « salle des hôtes » au Mont-Saint-Michel, divisée en deux travées par une file de colonnes.

La « salle des hôtes » du Mont-Saint-Michel, vue du nord-est (c) M. Gardeux

Cependant, cette disposition est avant tout une nécessité architecturale puisque le réfectoire des moines se trouve au-dessus de la salle, obligeant ainsi les constructeurs à renforcer le couvrement. Ces grandes salles sont éclairées par de nombreuses fenêtres, aussi hautes que les murs gouttereaux comme c’est le cas à Caen et au Mont-Saint-Michel. Ces mêmes salles possèdent également des cheminées, contrairement à l’aile ouest de Jumièges où aucun système de chauffage ne fut retrouvé. Cela ne signifie pas pour autant que la grande salle n’était pas chauffée, des braseros pouvant être installés. Cependant, au sein de ce schéma principal, la « grande salle » de Saint-Etienne de Caen possède une particularité puisqu’elle se trouve à l’étage d’un édifice isolé, au-dessus d’un rez-de-chaussée couvert par un plafond. En cela, elle suit le même schéma que le premier bâtiment de réception construit au XIIIème siècle à l’ouest du cloître. Cette disposition, accompagné d’une situation topographique particulière, suppose donc deux hypothèses différentes pour ces deux bâtiments : soit la « grande salle » remplaça le bâtiment construit au XIIIème siècle devenu vétuste ou occupé par de nouvelles fonctions, soit les deux bâtiments possédaient des fonctions différentes mais liées à l’accueil ; au premier, plus près de la porte principale du monastère, la réception des pauvres et des voyageurs arrivant quotidiennement à l’abbaye, au second la réception des hôtes de marque (comtes, barons, ducs, membre de la hiérarchie ecclésiastique…) et, peut-être leur hébergement.

Second schéma : les logis. Au Mesnil-sous-Jumièges comme à Longues-sur-Mer, les deux bâtiments sont construits selon le modèle des habitats seigneuriaux : un rez-de-chaussée et un étage, accessible par l’extérieur et subdivisé en plusieurs salles (deux ou trois). Des cheminées étaient installées dans les pièces destinées à la réception et à l’hébergement, et le logis du Mesnil-sous-Jumièges disposait même de fenêtres à coussièges.

Le logis du Mesnil-sous-Jumièges vu du nord-ouest (c) m. Gardeux

Bien que ce dispositif n’ait pas été retrouvé à Longues-sur-Mer, le nombre et la disposition des fenêtres témoignent d’un grand soin apporté à l’éclairage du rez-de-chaussée et de l’étage : quatre fenêtres étaient installées dans le mur sud, à l’étage comme au rez-de-chaussée, et une fenêtre dans le mur nord. Les baies tournées vers le sud permettaient ainsi d’apporter un éclairage maximum aux deux niveaux durant la plus grande partie de la journée. Quant au logis des Tancarville, à Saint-Georges de Boscherville, il suit le même schéma que le logis du Mesnil-sous-Jumièges et possédait également une chapelle privée, installée dans la partie est. Les destructions ne permettent pas de retrouver l’emplacement des cheminées et la présence éventuelle de fenêtres à coussièges, mais les vestiges et les plans réalisés à l’époque moderne confirment l’existence d’un rez-de-chaussée et d’un étage. C’est également à Saint-Georges de Boscherville que l’on trouve une exception au schéma des logis. En effet, l’une des caractéristiques de ces logis est d’être isolé du cloître, et peuvent être même en dehors de l’abbaye, comme au Mesnil. Or il se trouve que l’aile ouest du cloître de Saint-Georges présente plusieurs caractéristiques appartenant aux logis : présence d’un étage, d’une salle au rez-de-chaussée avec cheminée et d’une autre, au nord, interprétée comme un espace de service, cellier ou cuisine. Entre ces deux grandes salles se trouvait un parloir qui reliait la cour intérieure de l’abbaye avec le cloître. Il semblerait donc que l’abbaye Saint-Georges, dans la seconde moitié du XIIème siècle, ait repris les caractéristiques de l’habitat seigneurial pour l’adapter à une structure d’accueil.

Le décor

Ces édifices, aussi divers soient-ils, partagent un point commun : le soin apporté à leur décor. Les restitutions proposées à l’issue des recherches archéologiques et des restaurations effectuées sur certains édifices ont montré que chaque ouverture était ornée de chapiteaux sculptés, et certains accès pouvaient même être monumentalisés comme c’est le cas à Jumièges : l’entrée principale de l’aile ouest se faisait par un porche construit à l’ouest, haut d’au moins 6m et situé sur le même axe que l’entrée supposée de l’abbaye au XIIème siècle. D’après une gravure réalisé dans la première moitié du XIXème siècle, ce porche monumental était orné de voussures sculptées de frises aux motifs géométriques, reposant sur des chapiteaux au décor figuré. La façade occidentale de l’aile ouest est elle-même ornée d’un décor sculpté très varié : fausses baies, frises géométriques, tête sculptée sur le linteau des fenêtres et modillons anthropomorphe sur la corniche. Plus tardivement, l’on retrouve de hautes baies à remplage au Mont-Saint-Michel et à Caen, la « grande salle » étant même ornée d’une grande rose sur son pignon nord. Les éléments architectoniques possédaient également un décor sculpté : chapiteaux à décor géométriques (Saint-Georges et Jumièges) ou végétal (Mont-Saint-Michel et Longues-sur-Mer) sur les colonnes soutenant les retombés des voûtes et des arcs, ces derniers étant moulurés (Mont-Saint-Michel et Jumièges) ou ornés d’un décor géométrique (Saint-Georges).

Les logis de Longues-sur-Mer, du Mesnil-sous-Jumièges et la « grande salle » de Caen témoignent de la présence d’enduits peints dans ces édifices d’accueil et, comme pour les éléments sculptés, font état d’une grande variété dans le choix des motifs. À Caen, les quelques fragments d’enduits encore en place représentent des blasons peints et un quadrilobe, ce dont témoigne un dessin de Georges Bouet exécuté au XIXème siècle avant les restaurations. On retrouve ce même motif de frise à Longues et au logis du Mesnil, mais les vestiges sont beaucoup plus importants : des bandes entières de blasons peints dans des quadrilobes sont encore conservées et situées sous le plafond ou au niveau de l’arase des murs.

Détail des blasons peints dans la salle centrale, à l’étage du logis du Mesnil-sous-Jumièges (c) M. Gardeux

Un décor géométrique en trompe-l’œil souligne ces frises, complété, dans le cas de Longues, par un décor de faux appareil à fleurs et d’entrelacs végétaux sur les fenêtres. Enfin, ce même site présente un élément de décor unique dans notre corpus et, à notre connaissance, dans les bâtiments de réception et d’hébergement du nord-ouest de la France : une Annonciation et un saint Michel terrassant le dragon sont peints sur le mur-pignon est, à l’étage. Ce choix iconographique témoigne probablement d’une dévotion privée, comme cela était courant à partir du XIVème siècle, et résultant d’une privatisation de l’étage à destination d’une personne en particulier, peut-être l’abbé.

L’établissement dans son contexte : quelle influence sur l’organisation de l’accueil ?

Nous nous appuierons ici sur deux sites en particulier qui, de par leur proximité géographique, partage un contexte hospitalier commun : Saint-Pierre de Jumièges et St-Georges de Boscherville. Distant de seulement 18km l’un de l’autre mais fondés à quatre siècles d’intervalle, ces deux établissements ont été créés avec des intentions bien différentes : saint Philibert fonda l’abbaye Saint-Pierre de Jumièges sur des terres données par la reine Bathilde lors de la grande vague de fondation que connut la Neustrie à partir du VIIème siècle, tandis que St-Georges fut fondé par Raoul de Tancarville, chambellan de Normandie, et placé sous la protection de cette famille jusqu’au début du XIVème siècle.

À partir du XIIème siècle, ces deux abbayes vont effectuer de grand travaux de réaménagement et, notamment, reconstruire l’aile ouest de leur cloître. Pourtant, l’architecture et la fonction de ces édifices diffèrent : salle de réception à Jumièges, bâtiment de réception et d’hébergement à St-Georges. Autour de 1295, la famille des Tancarville fait édifier un logis dans la cour intérieure de l’abbaye, destiné à recevoir ses membres et ses invités.

La chapelle de l’ancien logis des Tancarville, à l’abbaye Saint-Georges de Boscherville, vue depuis le nord-est (c) M. Gardeux

Quelques années plus tard, dans la première moitié du XIVème siècle, l’abbaye de Jumièges fait édifier un logis sur ses terres du Mesnil-sous-Jumièges. Au même moment, l’état des biens de l’abbaye, dressé en 1338, fait état du grand nombre d’étrangers de passage à l’abbaye : rois, comtes, barons, prélat et personnes du peuple. D’après le même document, la proximité de l’établissement avec la Seine et la route menant à Rouen explique cette affluence qui obligeait l’abbaye à consacrer d’importants moyens pour les aumônes, l’hébergement des hôtes de marque et les repas offerts aux voyageurs. Il semblerait donc que la situation géographique de Jumièges et ses importants revenus aient fait de l’abbaye Saint-Pierre une étape privilégiée par les voyageurs, contrairement à St-Georges de Boscherville, dont les dispositifs d’accueil étaient peut-être restreints en raison de l’ascendance de la famille des Tancarville et de revenus moins importants. En effet, malgré sa proximité avec la route principale reliant Rouen à l’estuaire de la Seine, les sources écrites ne mentionnent aucune affluence de voyageurs à l’abbaye : seul le journal des visites de l’archevêque Eudes Rigaud nous précise que l’aumône était régulièrement distribuée aux pauvres se présentant à la porte.

D’autre part, la présence d’une grande salle de réception à Jumièges témoigne de son statut de seigneurie, d’autant plus que l’abbé n’était pas soumis à la présence de son fondateur dans l’abbaye, ce qui n’est pas le cas à Saint-Georges de Boscherville. Fondée sur les terres de la famille des Tancarville, l’abbaye Saint-Georges était placée sous leur protection exclusive et recevaient régulièrement leur visite, notamment lors d’événements importants comme les cérémonies d’adoubement. Il est donc tout à fait possible que la famille des Tancarville ait réservé l’hébergement dans l’aile ouest à ses seuls invités et non pour tous les voyageurs se présentant à la porte de l’établissement.

En revanche, on constate que ces deux abbayes, comme toutes celles de notre corpus, distribuent régulièrement des aumônes aux pauperes. Souvent, celles-ci sont données à la porte de l’abbaye mais la présence d’un hospice ou d’un bâtiment réservé à l’hébergement des indigents n’est jamais mentionnée. Étant donné la présence d’hospices et de maladreries autour de ces deux abbayes, il est probable que l’organisation de l’accueil des établissements bénédictins se soit concentré sur les distributions d’aumônes, conformément à la règle de saint Benoît, mais que l’hébergement n’ait été réservé qu’aux invités de l’abbaye.

Bien que les bâtiments dédiés à l’accueil monastique aient tous possédé des caractéristiques propres à l’architecture seigneuriale, ils ne suivent pas pour autant un modèle unique, car les constructeurs ont adapté leur architecture en fonction des besoins de l’établissement. C’est pourquoi l’on retrouve une grande salle de réception à Jumièges, et non à Longues-sur-Mer ou à Saint-Georges-de-Boscherville : si l’étude archéologique restitue leur chronologie, leur architecture et leur fonction, l’analyse de leur contexte hospitalier et du réseau tissé autour de ces abbayes a permis de les replacer dans l’organisation de l’accueil monastique et, plus largement, de comprendre la place de ces établissements dans leur contexte hospitalier.

Bibliographie

Burnouf J., Colin-Souef M., Flambard A-M., Letellier A., Recherches archéologiques sur le site de Saint-Étienne de Caen, dans Archéologie médiévale, Caen, 1986, p.185-212.

Decaëns H. (dir.), Le Mont-Saint-Michel, Paris, 2015.

Faisant É., Saint-James F., Les logis médiévaux de l’abbaye aux Hommes de Caen, dans Bulletin de la société des antiquaires de Normandie, n°69, Caen, 2012, p.9-61.

Gardeux M., Espace d’assistance, espace de pouvoir : les dispositifs d’accueil et d’hébergement dans quelques monastères bénédictins en Normandie aux XIIème et XIIIème siècles, dans Bully S., Sapin C. (dir.), Au seuil du cloître : la présence des laïcs (hôtelleries, bâtiments d’accueil, activités artisanales et de services) entre le Vème et le XIIème siècle, Bulletin du Centre d’Etudes Médiévales d’Auxerre, hors-série n°8, 2015 http://cem.revues.org.

dom Laporte J., L’état des biens de l’abbaye de Jumièges en 1338, dans Annales de Normandie, Paris, 1959, p.67-89.

dom Laporte J., Un règlement pour les monastères bénédictins de Normandie (XIIIème-XVème siècle), dans Revue bénédictine, Maredsous, 1948, p.125-144.

Le Maho J., Le logis des Chambellans dans l’abbaye Saint-Georges de Boscherville (XIIIème siècle), dans Bulletin de la commission départementale des antiquités de la Seine-Maritime, 1989, p.145-153.

Le Maho J., Wasylyszyn N., Saint-Georges de Boscherville, 2000 ans d’histoire, Rouen, 2008 (première édition, 1998).

Manoury N., Les bâtiments conventuels de l’abbaye de Jumièges (VIIème-XVIIIème siècle), dans Archéologie médiévale, Paris, 1997, p.77-107.

Meirion-Jone G. (dir.), La demeure seigneuriale dans l’espace Plantagenêt. Salles, chambres et tours, Rennes, 2013.


Mathilde Gardeux

Doctorante depuis 2010 à l'université Lyon 2 (UMR5138 Arar Archéologie et archéométrie), j'effectue des recherches sur l'organisation de la réception et de l'hébergement des hôtes de l'abbaye à travers l'étude des vestiges archéologiques et des sources écrites, du XIIème au XIVème siècle. Mes investigations portent sur le quart nord-ouest de la France avec la Normandie ducale comme "laboratoire" de recherches approfondies. Ces travaux sur une région ayant une cohérence géographique et historique m'ont permis d'aborder la question de l'hospitalité religieuse sur un territoire précis et de mieux cerner le rôle des établissements bénédictins masculins dans cette organisation.

More Posts - Website

Auteur : Mathilde Gardeux

Doctorante depuis 2010 à l'université Lyon 2 (UMR5138 Arar Archéologie et archéométrie), j'effectue des recherches sur l'organisation de la réception et de l'hébergement des hôtes de l'abbaye à travers l'étude des vestiges archéologiques et des sources écrites, du XIIème au XIVème siècle. Mes investigations portent sur le quart nord-ouest de la France avec la Normandie ducale comme "laboratoire" de recherches approfondies. Ces travaux sur une région ayant une cohérence géographique et historique m'ont permis d'aborder la question de l'hospitalité religieuse sur un territoire précis et de mieux cerner le rôle des établissements bénédictins masculins dans cette organisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *