Acteurs et actrices de l’hospitalité dans l’Antiquité méditerranéenne

14-15 octobre et 15-16 décembre 2016, ENS de Lyon

Après s’être penché sur le lexique de l’hospitalité (ENS de Lyon, 24-25 mars 2016) puis sur les normes et des institutions de l’hospitalité autour de la Méditerranée (École française de Rome, 27-28 juin 2016), le projet HospitAm entend à présent aborder la question des acteurs et des actrices de l’hospitalité dans l’Antiquité méditerranéenne. Eu égard à l’ampleur du sujet envisagé, deux ateliers sont consacrés à cette thématique, l’un les 14 et 15 octobre (programme en pdf), l’autre les 15 et 16 décembre 2016 (programme en pdf).

Stèle d'Aesernia, Ier s. ap. J.-C. (c) I. De Stefano Manzella
Stèle d’Aesernia, Ier s. ap. J.-C. (c) I. De Stefano Manzella

Dans la continuité de notre réflexion sur le rôle joué par les institutions (en particulier étatiques et religieuses) dans la construction et l’encadrement des réseaux d’accueil – par comparaison notamment avec l’hospitalité privée, il s’agit à présent de personnifier ces réseaux à travers l’étude précise de l’identité, du statut et des parcours des différents acteurs de l’hospitalité : cela doit nous amener en particulier à mettre en regard, sur le temps long, les acteurs qui pratiquent l’accueil, les « hôtes-accueillants », et ceux qui en sont les bénéficiaires, les « hôtes-accueillis ». Par le prisme des acteurs, l’objectif de ces deux ateliers est également de préciser le fonctionnement de ces réseaux hospitaliers, notamment à travers l’étude des mécanismes de protection et d’appui réciproque entre groupes sociaux, qui dans de nombreuses sociétés antiques structurent les relations d’hospitalité (patronage classique, évergétisme chrétien…).

Ces deux ateliers seront dans le même temps l’occasion d’interroger la pertinence de concepts employés dans la littérature secondaire pour caractériser l’identité de ces acteurs, en particulier à titre collectif. En prenant l’exemple de l’Antiquité tardive, les sources des IVe-VIe siècles laissent-elles réellement apparaître une « globalisation » progressive des acteurs, comme certains historiens semblent l’affirmer ? Les sources, chrétiennes en particulier, tendraient ainsi à regrouper les bénéficiaires de l’hospitalité en des catégories de plus en plus figées, sous les vocables génériques de « pauvres » ou « d’étrangers », avec une difficulté accrue pour le chercheur de parvenir à la restitution d’initiatives précises. Ainsi, au sujet des pauperes de l’Antiquité tardive, on rappellera par exemple qu’à l’encontre d’E. Patlagean1, pour qui il a réellement existé un appauvrissement d’une partie de la société entre le IVe et le VIe siècles, Chr. Freu  considère que ces pauvres qui apparaissent dans les textes chrétiens sont davantage une création du discours qu’une réalité2. Il convient plus largement de réfléchir à la composition effective des catégories d’hôtes évoquées par les sources, à leur degré d’homogénéité réelle ou construite et à leur rapport aux pratiques individuelles.

Certains acteurs, à titre individuel ou collectivement, doivent retenir en particulier l’attention :

– les élites et les aristocrates, pour lesquels l’hospitalité apparaît comme un marqueur socio-politique essentiel, qu’il s’agisse des rois et des princes chez Homère, des magistrats et des évergètes des cités grecques et de l’État romain, des grands prêtres et des familles aristocratiques dans le monde juif, ou encore des familles nobiliaires araméennes. En quoi l’hospitalité contribue-t-elle à la puissance politique et au prestige d’une élite évergète et concurrente au sein de la cité (lors des ambassades, des banquets ou des activités philanthropiques notamment) ? L’hospitalité peut-elle, en ce sens, participer de stratégies d’ascension sociale ? Relève-t-elle seulement d’un code admis et partagé entre pairs ou cette hospitalité des élites recoupe-t-elle des pratiques et des normes plus universelles, au moins à l’échelle d’une société donnée ? Du reste, comment tenir compte de l’indéniable effet de sources qui met à disposition de l’historien une documentation ayant majoritairement trait aux acteurs issus des élites, pour rendre compte de l’hospitalité dans toute sa diversité humaine et sociale à l’échelle de la Méditerranée antique ?

les milieux des évêques et des moines qui prônent une hospitalité universelle et se présentent comme les champions de l’hospitalité à la fin de l’Antiquité. Le dogme chrétien, en pleine élaboration, affirme d’emblée la solidarité du groupe, le souci du pauvre et les valeurs de charité. Pour autant, à l’opposé du message chrétien, l’hospitalité « entre soi » de certains évêques ou de certains moines n’est-elle pas davantage la transposition d’un code aristocratique dans un autre domaine, celui du charisme et de l’ascétisme, où le critère n’est plus désormais civique, mais religieux ? Un déplacement de curseur semble nécessaire afin d’examiner comment, loin d’avoir gommé toutes les différences sociales et culturelles à la fin de l’Antiquité, le christianisme prolonge des critères de différenciation hérités des périodes plus anciennes, voire en introduit de nouveaux : ainsi, comment les critères de la richesse, de l’influence, du charisme, de la réputation, de la puissance et de l’obédience agissent-ils sur l’identité des acteurs de l’hospitalité au cours de l’Antiquité tardive ?

– les marchands (ou plus généralement les « circulants »), pour lesquels l’accueil fait partie des besoins matériels permettant de mener à bien leur activité économique. Comment les réseaux d’accueil marchands se construisent-ils et s’organisent-ils (par association professionnelle ? Par origine ? Par marché économique et géographique?) ? Le cas échéant, ces réseaux d’accueil, dont il faudra naturellement se demander s’ils étaient interprétés en contexte comme des pratiques hospitalières, présentent-ils pour leurs bénéficiaires des enjeux spécifiques par rapport à l’hospitalité privée ou publique (protection d’intérêts économiques ? médiation commerciale ?) ?

– les femmes semblent revêtir une dimension toute particulière pour la pratique de l’hospitalité dans l’Antiquité méditerranéenne. Communément exclues des pratiques de sociabilité masculines, les figures de la domina chargée de l’organisation de la maisonnée ou de l’hôtesse qui gère l’oikos et incarne les vertus domestiques (telle la melissa, la femme-abeille, chantée par Hésiode), n’en sont pas moins omniprésentes dans la littérature classique comme actrices de l’hospitalité, chargées de la réception et du bien-être des hôtes. Elles semblent même gagner en autonomie à la période tardive, tant comme bénéficiaires que comme dispensatrices de l’hospitalité, même si des effets de source peuvent jouer sur cette représentation. Il conviendra donc de clarifier le rôle des femmes (en soulignant d’ailleurs leur diversité) dans la pratique de l’hospitalité et d’en mesurer l’influence sur le statut qui leur était reconnu, tant pour les périodes classiques que tardives : les contributions pourront s’intéresser en particulier aux figures des veuves, des ascètes, des pèlerines et des impératrices, à l’instar par exemple des figures éminentes de Mélanie la Jeune, d’Égérie ou de Théodora.

– il convient enfin de s’intéresser à ceux que l’on qualifiera d’« anti-acteurs » de l’hospitalité : les acteurs aux marges de l’hospitalité, ceux qui paraissent s’affranchir de ses codes ou en proposer une pratique alternative, tolérée ou rejetée. On pourra ainsi revenir sur ceux qui abusent de l’hospitalité (la figure du parasite au banquet…) ; sur ceux qui la refusent (l’avare des satires ; le moine perdu dans les excès de l’ascétisme) ; ou enfin sur ceux qui pratiquent un autre type d’accueil dont on peut se demander s’il nie ou transpose l’hospitalité : ainsi les aubergistes, donnés à voir tantôt comme des hôtes rétribués tantôt comme des commerçants pratiquant un accueil mercantile, stipendié et anonyme. Qu’en est-il de ces figures passablement stéréotypées et que nous apprennent-elles a contrario sur les hôtes gratuits ?

14 octobre, après-midi

Introduction : Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon) et Marie-Adeline Le Guennec (EFR)

A « travel blog » of the fourth century AD. The journey of Theophanes through Egypt and Syria : Cristina Corsi (Università degli Studi di Cassino e del Lazio meridionale)

Les marchands et les interprètes, des hôtes comme les autres ? Quelques exemples issus des milieux syriaques (IIIe-VIe siècles) : Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon)

Les acteurs de l’hospitalité dans les sources italiennes : Grégoire le Grand et le premier haut Moyen Âge : Eleonora Destefanis (Unverisità degli Studi del Piemonte Orientale)

15 octobre, 10h-13h (ENS de Lyon, Site Monod, Salle « 1, Place de l’école »)

L’hospitalité chrétienne à l’épreuve du sac de Rome : Pierre Descotes (ENS de Paris)

The silent voice of the husband : hospitality and gender in the city of Jerusalem : Konstantin Klein (Otto Friedrich Universität Bamberg)

Nemo se stabularii aut coponis hospitem iudicat (Sénèque, De beneficiis, 1, 14, 1). L’aubergiste romain, un anti-acteur de l’hospitalité ? : Marie-Adeline Le Guennec (École française de Rome)

Le cuisinier dans le monde romain : un acteur au service de l’hospitalité symposiaque : Dimitri Tilloi d’Ambrosi (Université Lyon 3)

15 décembre (10h-17h30, ENS de Lyon, Site Monod, Salle « 1, Place de l’École »)

Évergètes, hôtes et accueillis dans les structures d’hospitalité des sanctuaires ruraux de Gaule et des Germanies : Audrey Ferlut (Université Lyon 3)

Figures et anti-figures de l’hospitalité dans les écrits du judaïsme hellénistique : Smaranda Marculescu (IHRIM – ENS de Lyon)

L’accueil des enfants en milieu monastique syriaque (Ve-VIIIe s.) : Florence Jullien (CNRS – UMR 7528 « Mondes iranien et indien »)

Les femmes à Rome, actrices de l’hospitalité (Ier-IVe s. ap. J.-C.) ? : Adèle Arghyris (ENS de Lyon)

Female Networks of Hospitality in the Late Antique Holy Land : Marlena Whiting (University of Amsterdam)

The silence voice of the husband : hospitality and gender in the city of Jerusalem (II) : Konstantin Klein (Otto-Friedrich Universität Bamberg)

La mise en scène de l’hospitalité féminine dans la Vita Radegunsis de Venance Fortunat : Emmanuelle Raga (Université libre de Bruxelles)

16 décembre (10h – 17h, ENS de Lyon, Site Monod, Salle « 1, Place de l’École »)

L’hospitalité au féminin en question : xenia, proxenia et theorodokia : Marie Augier (Université de Strasbourg)

Le garant de proxénie ou la personnalisation des relations d’hospitalité publique : Richard Bouchon (Université Lyon 2)

Les Romains ont-ils accordé le droit d’hospitalité publique à un pirate ? Le jugement des historiens antiques sur Timasitheos de Lipari (393 av. J.-C.) : Mathieu Engerbeaud (Université Aix-Marseille)

L’aristocratie romaine et l’hospitalité à la fin de la République. Statuts, pratiques et représentations : Robinson Baudry (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense)

Quelques exemples de voyages d’évêques tardo-antiques et leurs hôtes : Ariane Bodin (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense)

Les acteurs de l’hospitalité à travers le récit de l’exil du moine éthiopien  Ēwosṭātēwos dans l’Orient chrétien au milieu du XIVe siècle : des modèles de l’accueil empruntés à l’Antiquité tardive ? : Olivia Adankpo-Labadie (EFR)

  1. Patlagean Evelyn, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, IVe-VIIe siècles, Paris, 1977 []
  2. Freu, Chr., Les figures du pauvre dans les sources italiennes de l’Antiquité tardive, Paris, 2007 []