Les lieux de l’hospitalité dans l’Antiquité méditerranéenne

16-17 mars 2017, ENS de Lyon

3-4 juillet 2017, École française de Rome

124px-pictograms-nps-accommodations-sleeping_shelter-2-svgDeux prochains ateliers du projet HospitAm seront consacrés à la question des lieux de l’hospitalité dans l’Antiquité méditerranéenne et de leur identification par le chercheur: ces ateliers auront lieu respectivement les 16 et 17 mars 2017 à l’ENS de Lyon et les 3 et 4 juillet 2017 à l’École française de Rome.

L’attention des historiens et des archéologues s’est largement concentrée, dans cette perspective, sur l’étude des lieux d’accueil provisoire du monde romain et, plus précisément
sur la question des stations routières publiques développées, à partir du Ier s. ap. J.-C., dans le cadre du système d’accueil étatique dit du cursus publicus. Tout récemment, un colloque
organisé par P. Basso et E. Zanini à l’Université de Vérone1, a permis de replacer cette problématique des stations officielles dans une approche plus générale de l’accueil routier romain sur le temps long, orientée par les questions de l’identification, de la caractérisation et de la dénomination de ces lieux d’accueil en bordure de route. Notre ambition, dans le cadre de ces ateliers, est pour notre part de déplacer le curseur vers l’ hospitalité gratuite , s’accomplissant dans un cadre privé ou public, en considérant cette fois le contexte méditerranéen dans son ensemble, entre Antiquité et Haut Moyen Âge. Nous entendons placer au centre de notre réflexion la question de l ‘identification des lieux dédiés à l’hospitalité dans le contexte de la Méditerranée antique, sur le temps long, tant d’ailleurs pour l’hospitalité de table que pour celle incluant un hébergement, éventuellement associée à des divertissements, des services administratifs, des soins etc.  : nous pourrons ainsi contribuer au débat historiographique évoqué supra en le prolongeant dans le sens des pratiques de réception gratuite, tout en lui donnant une portée moins romano-centrée.

La réflexion devra naturellement se porter sur les critères d’identification de ces lieux et espaces de l’hospitalité antique (contexte, structures matérielles caractéristiques, identification «  par défaut  ») et sur les façons de croiser dans cette perspective approches textuelles, archéologiques et iconographiques. Cette enquête permettra d’approfondir notre réflexion sur la pertinence ou non d’établir des distinctions , ici d’un point de vue spatial, entre les différentes catégories d’hospitalité évoquées par nos sources pour le contexte de l’Antiquité méditerranéenne (privée, publique, religieuse…)  ; nous nous interrogerons ainsi sur le partage, en matière d’hospitalité, de structures voire de lieux communs, ou encore sur d’éventuels emprunts (architecturaux, planimétriques, décoratifs) d’une forme d’hospitalité à l’autre, mettant dès lors en doute le recours à des nomenclatures trop tranchées.

Une approche multiscalaire sera privilégiée durant l’atelier, afin de mieux comprendre la manière dont ces lieux de l’hospitalité s’insèrent dans leur environnement et dont ces espaces consacrés à un usage par essence provisoire interagissent avec des espaces aux fonctions et aux occupants plus pérennes  : et ce à l’échelle tant d’une région, d’un itinéraire routier, d’une ville, que d’une maison, d’un sanctuaire, d’un monastère.

Enfin, l’orientation méditerranéenne propre au projet HospitAm nous invite à nous interroger sur l’existence de phénomènes matériels communs à l’ensemble de l’aire culturelle méditerranéenne, de caractéristiques régionales et/ou périodiques, ou d’emprunts d’une zone à l’autre du bassin méditerranéen (l’étude de l’évolution des espaces dédiés au banquet symposiaque entre Grèce, Étrurie et Rome constituant un exemple particulièrement éclairant d’enquêtes de ce type).

Programme en cours de définition

 

  1. P. Basso, E. Zanini, éds, Statio amoena. Sostare e vivere lungo le strade Romane. Oxford, Archaeopress, 2016 []