Normes et institutions de l’hospitalité dans l’Antiquité méditerranéenne

27-28 juin 2016, École française de Rome

Après nous être intéressés lors d’une précédente rencontre au lexique de l’hospitalité, l’atelier de recherches HospitAm, qui a eu lieu les 27 et 28 juin prochains à l’École française de Rome, s’est penché sur la question des normes et des institutions de l’hospitalité autour de la Méditerranée antique, considérées pour elles-mêmes et dans leur rapport aux pratiques , avec une attention plus particulière aux réalités de l’Antiquité tardive.

(c)johnny automatic
(c) johnny automatic

Selon le démographe et historien H.  LE BRAS (LE BRAS H.,  «  L’hospitalité comme relation », Communications , 65, 1997, p.  143), l’hospitalité, lorsqu’elle passe d’un cadre privé à des structures institutionnalisées, ne change pas forcément de nature et les pratiques d’accueil ne s’en trouvent pas nécessairement modifiées. En revanche, l’hospitalité tend dans ce cas à devenir «  un dispositif de contrôle cohérent   » et viserait alors davantage à encadrer les modalités de l’accueil de l’étranger, en régulant l’intégration de cet étranger au groupe ou, a contrario , son maintien aux frontières de la communauté. Mais qu’en est-il dans le contexte de l’Antiquité méditerranéenne, où les frontières entre sphère privée, publique, familiale ou religieuse s’avèrent souvent floues ou non-pertinentes, brouillant les grilles de lecture contemporaines, notamment quand les codes d’accueil semblent élevés au rang de droit international par le biais de dispositifs tels que la proxénie grecque ou l’hospitium publicum romain  ?

Si les contributions ont pu rappeler le contenu des normes et des institutions hospitalières antiques et décrire leur rapport aux pratiques , l’objectif de ce deuxième atelier était avant tout d’étudier les contextes politiques, économiques et socio-culturels qui voient s’édifier ces normes et institutions. Ces dernières restaient à interroger sur le temps long afin d’envisager l’évolution et la complexité des liens entre hospitalité et droit naturel, religieux, public, et privé. Nos réflexions se sont centrées plus précisément sur l’Antiquité tardive, qui, en Orient comme en Occident, se révèle  une période clé dans cette perspective, entre institutionnalisation d’une culture dite chrétienne de l’hospitalité, persistance de traditions aristocratiques de réception, restructuration de réseaux publics d’accueil et vastes entreprises de codification du droit civil et religieux.

27 juin, après-midi

Accueil : Stéphane Bourdin (École française de Rome)

Introduction : Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon) et Marie-Adeline Le Guennec (EFR)

Institutional hospitality and occasional hosting in Christian society between the fourth and sixth centuries: From individual initiative to assistance as mission: Cristina Corsi (Università degli Studi di Cassino e del Lazio meridionale)

La réglementation de l’hospitalité en milieu monastique tardoantique en réponse à un nouveau besoin : celui de ne pas devoir rompre le jeûne : Emmanuelle Raga (Université libre de Bruxelles)

Late Roman lodging and the law : when travelling clerics get comfortable : Norman Wetzig (Deutsches Archäologisches Institut)

 28 juin, matinée

Une norme, des normes : codes, traditions et lois de l’hospitalité en Orient à la fin de l’Antiquité : Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon)

Keep the door open : hospitality as an obligation in an age of Christological controversy : Konstantin Klein (Otto Friedrich Universität Bamberg)

The Monastic Paradox : negotiating monastic seclusion and pilgrim hospitality in the Late Antique Near East : Marlena Whiting (University of Amsterdam)