La mise en scène de l’hospitalité féminine dans la Vita Radegundis de Venance Fortunat

Emmanuelle Raga (Université libre de Bruxelles)

Vitrail représentant Sainte Radegonde dans le chœur de l’église Sainte Radegonde de Poitiers (c) Jules Carpentier

Paul Diacre raconte que Venance Fortunat, jeune poète italien né vers 530, aurait été guérit d’une grave maladie des yeux devant une effigie de saint Martin et que c’est ce qui aurait motivé son désir de se rendre à Tours. Vers 565 il se rend en tout cas en Gaule. Le fait qu’il ait été reçu à la frontière par un guide envoyé par le roi Sigebert invite à considérer qu’il avait été directement invité par le roi. Son périple gaulois peut être ensuite retracé grâce aux mentions et aux dédicaces de ses poèmes, adressés à des évêques et des aristocrates locaux avec qui il se lie d’amitié. Après être descendu jusqu’en Espagne, il remonte jusqu’à Poitiers où il s’arrête auprès de la reine Radegonde dont il est devenu l’ami et qui vit dorénavant au sein du monastère de Sainte Croix qu’elle a fondé après avoir quitté la cour royale. Fin 567 ou début 568, il s’établit définitivement à Poitiers où il est chargé des affaires de la communauté fondée par Radegonde. Il deviendra sous son patronage prêtre puis évêque de Poitiers. Radegonde est quant à elle issue de la noblesse thuringienne. Elle fut acquise encore enfant comme butin de guerre par les rois Clotaire et Thierry puis tirée au sort entre les deux frères pour revenir à Clotaire qui l’épousera par la suite. Peu de temps après sa mort en 587, Fortunat lui consacre cette Vita qui connu un grand succès.

Continuer la lecture de « La mise en scène de l’hospitalité féminine dans la Vita Radegundis de Venance Fortunat »

La réglementation de l’hospitalité en milieu monastique tardoantique en réponse à un nouveau besoin : celui de ne pas devoir rompre le jeûne

Emmanuelle Raga (Université libre de Bruxelles)

Le combat de Carnaval et de Carême, P. Bruegel l'Ancien, 1559 (a) domaine public
Le combat de Carnaval et de Carême, P. Bruegel l’Ancien, 1559 (a) domaine public

L’enjeu de l’hospitalité pour les aspirants ascètes de l’Antiquité tardive pose une difficulté très concrète : comment embrasser pleinement une vie contemplative sans négliger le fondamental devoir d’hospitalité ? La visite d’hôtes empiète en effet sur plusieurs aspects d’une vie contemplative. Non seulement elle impose d’interrompre toute activité pour recevoir le ou les invités mais de plus cette action ne peut être pleinement accomplie sans l’offre et le partage d’aliments (de surcroît idéalement d’aliments sortant de l’ordinaire) et impose donc de rompre le jeûne et l’abstinence alimentaire qui accompagnent tout projet contemplatif. De manière générale, la double injonction à vivre une vie contemplative sans pour autant négliger les devoirs d’une vie active confronte tous les aspirants ascètes à un dilemme requérant un compromis. Ce dilemme se pose naturellement également pour les communautés monastiques.

Continuer la lecture de « La réglementation de l’hospitalité en milieu monastique tardoantique en réponse à un nouveau besoin : celui de ne pas devoir rompre le jeûne »

Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive occidentale : le cas d’humanitas et les nouveaux enjeux de l’hospitalité à l’âge de l’ascétisme chrétien

Emmanuelle Raga (Université Libre de Bruxelles)

Le devoir d’hospitalité est confronté dans l’Antiquité tardive à l’influence grandissante du mouvement ascétique chrétien, lequel génère pour les aspirants ascètes un dilemme quotidien entre les devoirs sociaux dont fait partie l’hospitalité (et donc l’offre et le partage alimentaire), et les aspirations personnelles à la mortification concrétisée notamment par la pratique du jeûne. Ce nouvel enjeu fait émerger l’hospitalité sous un angle particulier dans les sources écrites. Deux types de sources seront envisagées ici : celles émanant des élites désireuses de combiner une vie pieuse avec leur statut aristocratique (qui implique l’entretien du réseau à l’aide notamment du banquet), et celles émanant des prédicateurs ascétiques cherchant à guider leurs disciples ascètes et cénobites vers une vie contemplative malgré l’inévitable perturbation qu’amène le devoir d’hospitalité. Deux auteurs représentatifs de ces deux milieux sociaux nous intéresseront ici en raison de leur usage similaire du vocable d’humanitas pour désigner l’hospitalité alimentaire : Jean Cassien et Sidoine Apollinaire.

Continuer la lecture de « Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive occidentale : le cas d’humanitas et les nouveaux enjeux de l’hospitalité à l’âge de l’ascétisme chrétien »