Les acteurs de l’hospitalité à travers le récit de l’exil du moine éthiopien Ēwosṭātēwos dans l’Orient chrétien au milieu du XIVe siècle : des modèles de l’accueil empruntés à l’Antiquité tardive ?

Olivia Adankpo-Labadie (EFR, UMR 8171 IMAf)

Vue du monastère de Dabra Ṣarābi (c) Olivia Adankpo-Labadie

En guise d’introduction : les moines éthiopiens acteurs de l’hospitalité à l’époque médiévale

Dans l’Éthiopie médiévale, les établissements monastiques organisent le territoire et constituent des relais du pouvoir. Structurés pour nombre d’entre eux en réseaux, à l’image de Dabra Libānos et Dabra Ḥāyq dans les régions du Šawā et de l’Amḥārā, les monastères accueillent des religieux de passage, moines, ermites ou grands ecclésiastiques du royaume. Ils peuvent également servir de halte pour les membres de l’aristocratie et de la cour royale (Derat, 2003, p. 272-284). De cette manière, les moines peuvent être considérés comme des acteurs majeurs de l’hospitalité. Les moines, en tant que religieux, doivent exercer l’hospitalité et la charité, et en retour peuvent la recevoir lors de leurs déplacements. Si de très nombreux aspects de la culture monastique ont été étudiés, l’hospitalité, les modalités d’accueil des voyageurs, les structures d’accueil sont particulièrement méconnues pour la période médiévale. La difficulté s’explique en partie par l’absence de terminologie précise concernant les modalités et les acteurs de l’hospitalité.

Continuer la lecture de « Les acteurs de l’hospitalité à travers le récit de l’exil du moine éthiopien Ēwosṭātēwos dans l’Orient chrétien au milieu du XIVe siècle : des modèles de l’accueil empruntés à l’Antiquité tardive ? »

Note de lecture : R. Turcan, Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée, Paris, 2003.

Morgane Varin (M1, ENS de Lyon)

L’ouvrage Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée est le fruit du travail de Robert Turcan, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres depuis 1990. Ce latiniste et spécialiste de l’histoire antique romaine s’est penché tout au long de sa carrière sur l’histoire religieuse et l’histoire de l’art romain, l’iconographie religieuse et la littérature latine. C’est dire si parmi ses plus récents travaux, ce livre, publié en 2003, s’inscrit dans la continuité de ses recherches précédentes1 . On l’aura remarqué, l’auteur, membre du Comité national du C.N.R.S., ne se limite pas à la seule littérature latine, puisqu’il est à la fois membre de la Société des Études latines (Paris) et de l’Association des Études grecques (Paris). Ses connaissances en histoire de l’art sont également importantes :  membre de l’Académie centrale européenne de Science et Art, il a aussi publié des ouvrages tels que Religion romaine, iconography of religions en 1988.

Le but de cet ouvrage est de traiter spécifiquement des sources disponibles pour un sujet très peu connu par manque de sources antiques, afin de fournir une sorte d’état des lieux des connaissances actuelles dans le domaine non seulement d’un culte bacchique qui apparaît encore comme très obscur, mais surtout d’un moment spécifique de ce culte, à savoir l’initiation des novices ou télétè (« consécration »), rituel entre tous sacré et protégé par le secret, comme en témoigne le nom de mystère. Il s’agit donc d’un « corpus documentaire », comme le qualifie lui-même l’auteur, restreint cependant à une période chronologique définie, à savoir l’époque romaine, depuis le scandale des Bacchanales de -186, date à laquelle l’on dispose des premières sources fournies en matière de rites initiatiques dionysiaques, jusqu’à l’époque hellénistique, durant laquelle ce culte fleurit particulièrement en Égypte lagide. Celui-ci y est revalorisé, et plus spécifiquement à Alexandrie, où les associations dionysiaques se multiplient et les rites se mettent en place, à tel point que le phénomène en vient à inquiéter les autorités et que, paradoxalement, le pharaon Ptolémée IV Philopator y participe. Ainsi, cet ouvrage permet de se rendre compte de façon très précise des modalités d’un culte qui à la fois devient mystérique et secret, et se normalise autour de ce que l’on appelle un hieros logos.

Continuer la lecture de « Note de lecture : R. Turcan, Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée, Paris, 2003. »

  1. On citera particulièrement sa thèse de doctorat, datée de 1966 : Les sarcophages romains à représentations dionysiaques. Essai de chronologie et d’histoire religieuse, Paris, 1966, réunissant déjà iconographie et culte dionysiaque, mais aussi ses œuvres traitant des religions orientales, comme en 1967 Sénèque et les religions orientales, et plus spécialement du culte de Mithra, comme Mithra et le mithriacisme en 1981 (2ème éd. en 1993). []

La mise en scène de l’hospitalité féminine dans la Vita Radegundis de Venance Fortunat

Emmanuelle Raga (Université libre de Bruxelles)

Vitrail représentant Sainte Radegonde dans le chœur de l’église Sainte Radegonde de Poitiers (c) Jules Carpentier

Paul Diacre raconte que Venance Fortunat, jeune poète italien né vers 530, aurait été guérit d’une grave maladie des yeux devant une effigie de saint Martin et que c’est ce qui aurait motivé son désir de se rendre à Tours. Vers 565 il se rend en tout cas en Gaule. Le fait qu’il ait été reçu à la frontière par un guide envoyé par le roi Sigebert invite à considérer qu’il avait été directement invité par le roi. Son périple gaulois peut être ensuite retracé grâce aux mentions et aux dédicaces de ses poèmes, adressés à des évêques et des aristocrates locaux avec qui il se lie d’amitié. Après être descendu jusqu’en Espagne, il remonte jusqu’à Poitiers où il s’arrête auprès de la reine Radegonde dont il est devenu l’ami et qui vit dorénavant au sein du monastère de Sainte Croix qu’elle a fondé après avoir quitté la cour royale. Fin 567 ou début 568, il s’établit définitivement à Poitiers où il est chargé des affaires de la communauté fondée par Radegonde. Il deviendra sous son patronage prêtre puis évêque de Poitiers. Radegonde est quant à elle issue de la noblesse thuringienne. Elle fut acquise encore enfant comme butin de guerre par les rois Clotaire et Thierry puis tirée au sort entre les deux frères pour revenir à Clotaire qui l’épousera par la suite. Peu de temps après sa mort en 587, Fortunat lui consacre cette Vita qui connu un grand succès.

Continuer la lecture de « La mise en scène de l’hospitalité féminine dans la Vita Radegundis de Venance Fortunat »

L’hospitalité au féminin en question : xenia, proxenia et theorodokia

Marie Augier (Université de Strasbourg – Archimède UMR 7044)

Résumé

Dans la littérature classique, l’hospitalité est la plupart du temps présentée comme une pratique de sociabilité essentiellement masculine ; dans ce cadre, parmi les femmes de l’oikos, les épouses semblent avoir un rôle complémentaire à celui de leur mari. Pourtant, la documentation plus tardive, notamment celle de la période hellénistique, évoque des femmes qui semblent assumer seules des fonctions liées à la pratique de l’hospitalité. Plusieurs documents épigraphiques mentionnent ainsi le nom de femmes proxènes ou théorodoques ou encore bénéficiaires de l’hospitalité en tant que théores. Cette documentation nous amène à nous interroger sur ces femmes désignées comme des actrices de l’hospitalité. Une femme pouvait-elle être xenos, proxenos ou theorodokos ? Quel était le réel rôle de ces femmes dans ces pratiques de sociabilité ordinairement masculines ? De quelles femmes s’agissait-il ? Que nous apprennent ces documents sur leur statut socio-économique à la période hellénistique ? Il s’agira de se demander si ces titres conférés à des femmes en faisaient de véritables actrices de l’hospitalité ou s’ils étaient purement honorifiques.

Parution : B. Boudou, Politique de l’hospitalité, une généalogie conceptuelle, Paris, 2017

B. Boudou, Politique de l’hospitalité. Paris, CNRS éditions, 2017.
L’hospitalité est une pratique en apparence simple et universellement partagée. Il serait donc tentant d’en fournir une définition générique : l’hospitalité est l’institution qui règle l’interaction entre un accueillant (chez lui) et un accueilli (nouveau venu), consistant en un processus de familiarisation réciproque (faire connaissance, entretenir une relation, etc.). Elle a comme fonctions la dispensation de bienfaits, l’amorçage de la socialité, l’identification de l’étranger, ou l’intégration temporaire de l’invité.
L’hospitalité ne saurait néanmoins être réduite à une vertu privée. Elle est au contraire une pratique politique : elle institue des règles, des frontières, et des dispositifs d’intégration ou d’exclusion. Cet ouvrage expose les différentes formes qu’elle a pu revêtir, des sociétés traditionnelles à nos jours en explicitant les relations de pouvoir qui se jouent dans le langage vertueux de l’hospitalité. Une telle généalogie permet de retrouver les moments et les lieux clés qui ont façonné ce concept en le transformant, le déplaçant et le recomposant selon sa fonction politique.
Cet ouvrage, tout en répondant à une actualité brûlante et souvent tragique ouvre à une réflexion distanciée mais active afin de démocratiser les frontières.

Continuer la lecture de « Parution : B. Boudou, Politique de l’hospitalité, une généalogie conceptuelle, Paris, 2017 »