Note de lecture : A. Tchernia, J.-P. Brun, Le vin romain antique, Paris, 1999

Nadège Vogl (M2, Université Lyon 3)

À  travers leur ouvrage Le Vin Romain Antique, A. Tchernia et J.-P. Brun ont tenté d’offrir une synthèse sur le vaste sujet qu’est le vin antique et, a fortiori, celui des Romains. Pour cela, ils se sont notamment appuyés sur la mise en place d’un protocole d’archéologie expérimentale en vue de produire du vin « antique » au Mas des Tourelles à Beaucaire (Gard). A. Tchernia et J.-P. Brun sont tous deux archéologues et historiens spécialisés dans l’histoire économique antique, ce qui comprend à la fois la production et la commercialisation de denrées et notamment, le vin. Ce dernier a, depuis l’Antiquité, fait l’objet de nombreux travaux, rapports et conseils essentiellement agronomiques que l’on retrouve notamment chez Pline, Caton, Varron, Columelle ou Paladius.  Le Vin Romain Antique s’inscrit donc dans une longue et riche tradition historiographique. Cette dernière est restée, pendant des années, centrée quasi exclusivement sur l’aspect économique de cette denrée. C’est avec la thèse de P. Schmitt-Pantel (La cité au banquet : histoire des banquets publics dans les cités grecques, 1987) que le vin se voit pleinement considéré comme un produit social aux implications sociétales nombreuses et variées. Les rites et codes autour du vin font alors l’objet d’une intensification des recherches et des publications : G. Garrier (dir. Le vin des historiens, 1990), J.-F. Gautier (Histoire du vin, 1992), H. Jonhson (Une histoire mondiale du vin, 2002), M. Poux (L’Âge du vin. Rite de boisson, festins et libations en Gaule indépendante, 2004), P. E. McGovern (Ancient Wine : The Search for the Origins of Viniculture, 2007)… pour les exemples les plus significatifs.

Continuer la lecture de « Note de lecture : A. Tchernia, J.-P. Brun, Le vin romain antique, Paris, 1999 »

Appel à communications – Colloque international « Tiens bien la route ! Routes, agglomérations et territoires antiques et médiévaux », Bordeaux, 29-30 novembre 2017

Colloque organisé par Sara Zanni (Institut Ausonius, Université Bordeaux Montaigne)

Ce colloque sera consacré à la route antique et médiévale et à ses rapports avec le territoire comme organismes vivants. Une attention spécifique sera dédiée aux nouveaux instruments et aux nouvelles méthodes de recherche et de publication, dans la continuité de la Table Ronde Internationale « La Route Antique et Médiévale : nouvelles approches, nouveaux outils », organisée à Bordeaux le 15 Novembre 2016.

Ce colloque propose d’approfondir les thèmes suivants :
Axe 1 : Routes et agglomérations, instruments de contrôle
structuration du territoire, hiérarchisation du réseau routier.
Axe 2 : L’impact de la route sur la vie des territoires traversés :
a. La transformation de la société sur le plan économique, religieux, culturel.
b. La route dans le paysage et le paysage vu de la route : la notion de territoire routier.
c. Les structures d’accueil, de service et d’hospitalité dans une perspective diachronique.

Axe 3 : Valorisation scientifique et patrimonialisation :
a. La route antique et médiévale sur le Web : une nouvelle ère pour les publications scientifiques, ouvertes également au grand public.
b. Parcs archéologiques et muséalisation.
c. Itinéraires culturels et randonnées à thème historique : en équilibre entre mise en valeur et phénomène de mode.

Proposition de communications :
Les contributions prendront la forme de communications de 20 minutes ou de poster.
Les propositions doivent être adressées à l’adresse suivante, avant le 15 mai 2017 : sara.zanni@u-bordeaux-montaigne.fr
Les propositions seront envoyées en fichier Word et comprendront un titre et un résumé ne dépassant pas les 15 lignes, coordonnées de l’auteur/des auteurs et affiliations scientifiques ou institutionnelles.

Pour consulter l’appel en pdf

La mise en scène de l’hospitalité féminine dans la Vita Radegundis de Venance Fortunat

Emmanuelle Raga (Université libre de Bruxelles)

Vitrail représentant Sainte Radegonde dans le chœur de l’église Sainte Radegonde de Poitiers (c) Jules Carpentier

Paul Diacre raconte que Venance Fortunat, jeune poète italien né vers 530, aurait été guérit d’une grave maladie des yeux devant une effigie de saint Martin et que c’est ce qui aurait motivé son désir de se rendre à Tours. Vers 565 il se rend en tout cas en Gaule. Le fait qu’il ait été reçu à la frontière par un guide envoyé par le roi Sigebert invite à considérer qu’il avait été directement invité par le roi. Son périple gaulois peut être ensuite retracé grâce aux mentions et aux dédicaces de ses poèmes, adressés à des évêques et des aristocrates locaux avec qui il se lie d’amitié. Après être descendu jusqu’en Espagne, il remonte jusqu’à Poitiers où il s’arrête auprès de la reine Radegonde dont il est devenu l’ami et qui vit dorénavant au sein du monastère de Sainte Croix qu’elle a fondé après avoir quitté la cour royale. Fin 567 ou début 568, il s’établit définitivement à Poitiers où il est chargé des affaires de la communauté fondée par Radegonde. Il deviendra sous son patronage prêtre puis évêque de Poitiers. Radegonde est quant à elle issue de la noblesse thuringienne. Elle fut acquise encore enfant comme butin de guerre par les rois Clotaire et Thierry puis tirée au sort entre les deux frères pour revenir à Clotaire qui l’épousera par la suite. Peu de temps après sa mort en 587, Fortunat lui consacre cette Vita qui connu un grand succès.

Continuer la lecture de « La mise en scène de l’hospitalité féminine dans la Vita Radegundis de Venance Fortunat »

L’hospitalité au féminin en question : xenia, proxenia et theorodokia

Marie Augier (Université de Strasbourg – Archimède UMR 7044)

Résumé

Dans la littérature classique, l’hospitalité est la plupart du temps présentée comme une pratique de sociabilité essentiellement masculine ; dans ce cadre, parmi les femmes de l’oikos, les épouses semblent avoir un rôle complémentaire à celui de leur mari. Pourtant, la documentation plus tardive, notamment celle de la période hellénistique, évoque des femmes qui semblent assumer seules des fonctions liées à la pratique de l’hospitalité. Plusieurs documents épigraphiques mentionnent ainsi le nom de femmes proxènes ou théorodoques ou encore bénéficiaires de l’hospitalité en tant que théores. Cette documentation nous amène à nous interroger sur ces femmes désignées comme des actrices de l’hospitalité. Une femme pouvait-elle être xenos, proxenos ou theorodokos ? Quel était le réel rôle de ces femmes dans ces pratiques de sociabilité ordinairement masculines ? De quelles femmes s’agissait-il ? Que nous apprennent ces documents sur leur statut socio-économique à la période hellénistique ? Il s’agira de se demander si ces titres conférés à des femmes en faisaient de véritables actrices de l’hospitalité ou s’ils étaient purement honorifiques.

Parution : B. Boudou, Politique de l’hospitalité, une généalogie conceptuelle, Paris, 2017

B. Boudou, Politique de l’hospitalité. Paris, CNRS éditions, 2017.
L’hospitalité est une pratique en apparence simple et universellement partagée. Il serait donc tentant d’en fournir une définition générique : l’hospitalité est l’institution qui règle l’interaction entre un accueillant (chez lui) et un accueilli (nouveau venu), consistant en un processus de familiarisation réciproque (faire connaissance, entretenir une relation, etc.). Elle a comme fonctions la dispensation de bienfaits, l’amorçage de la socialité, l’identification de l’étranger, ou l’intégration temporaire de l’invité.
L’hospitalité ne saurait néanmoins être réduite à une vertu privée. Elle est au contraire une pratique politique : elle institue des règles, des frontières, et des dispositifs d’intégration ou d’exclusion. Cet ouvrage expose les différentes formes qu’elle a pu revêtir, des sociétés traditionnelles à nos jours en explicitant les relations de pouvoir qui se jouent dans le langage vertueux de l’hospitalité. Une telle généalogie permet de retrouver les moments et les lieux clés qui ont façonné ce concept en le transformant, le déplaçant et le recomposant selon sa fonction politique.
Cet ouvrage, tout en répondant à une actualité brûlante et souvent tragique ouvre à une réflexion distanciée mais active afin de démocratiser les frontières.

Continuer la lecture de « Parution : B. Boudou, Politique de l’hospitalité, une généalogie conceptuelle, Paris, 2017 »