Les lieux d’accueil des fidèles dans les « grands sanctuaires » des Trois Gaules : données archéologiques anciennes et problématiques nouvelles

Cécile Hartz (Paris I-Panthéon-Sorbonne) 1

Introduction

L’expression « grand sanctuaire » ne possède aucune définition stricte dans la littérature archéologique actuelle. Elle renvoie généralement à un lieu de culte public situé hors du chef-lieu de cité – dans sa proche périphérie ou sur son territoire – composé d’un ou plusieurs temples souvent associés à d’autres édifices comme des thermes, un théâtre et des annexes. Ces ensembles monumentaux peuvent dans certains cas être isolés de tout habitat (Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 2006, p. VIII).

Continuer la lecture de « Les lieux d’accueil des fidèles dans les « grands sanctuaires » des Trois Gaules : données archéologiques anciennes et problématiques nouvelles »

  1. Les réflexions présentées ici sont tirées des résultats d’une thèse intitulée « Le Vieil-Évreux et les « grands sanctuaires » dans les cités des Trois Gaules : réflexions sur la dynamique de l’habitat » préparée à l’Université Paris I – Panthéon – Sorbonne sous la direction de Mme Françoise Dumasy et soutenue en octobre 2015. []

Les marchands et les interprètes, des hôtes comme les autres ? Quelques exemples issus des milieux syriaques (IIIe-VIe siècles)

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon)

L’objectif de ce billet est d’interroger la distinction entre hôte accueillant et hôte accueilli à travers l’étude de deux groupes de voyageurs orientaux tardo-antiques (IIIe-VIe siècles) amenés à recevoir ou à donner l’hospitalité en raison de leur activité professionnelle : les marchands et les interprètes. Ces acteurs de l’hospitalité sont parfois oubliés ou méconnus, faute de documentation ou d’intérêt de la part des Anciens qui préfèrent se concentrer sur les hôtes de marque issus des élites ou bien – dans un monde de plus en plus christianisé – sur les figures de l’apôtre, de l’évêque, du moine ou du pèlerin. Malgré tout, en filigrane, quelques portraits de marchands et d’interprètes se détachent et interrogent l’historien. À quelle figure d’hôte se rattachent ces professionnels du voyage ? Comment sont-ils considérés par les autres acteurs de l’hospitalité ? Dans quelle mesure les réseaux commerciaux, religieux et politiques se superposent-ils ? De prime abord, doit-on considérer les marchands et les interprètes comme des médiateurs de l’hospitalité et non comme des hôtes à part entière ? Enfin, quel est le rôle, pour les autres acteurs de l’hospitalité (ambassadeur, émissaire, apôtre, pèlerin, saint…), des contacts directs établis en amont par ces catégories de voyageurs ?

Continuer la lecture de « Les marchands et les interprètes, des hôtes comme les autres ? Quelques exemples issus des milieux syriaques (IIIe-VIe siècles) »

Le défi logistique du logement durant les grandes fêtes en Grèce ancienne

Nicola Zwingmann (Chercheuse indépendante – Tübingen)

Résumé

Pendant plus d’un millénaire, du VIIIe s. av. J.-C. jusqu’au IVe s. ap. J.-C., se déroulaient tous les quatre ans à Olympie les jeux les plus anciens et les plus grands de l’antiquité grecque. Dès les VIe / Ve s. av. J.-C., 40.000 à 50.000 mille hommes venus de l’ensemble du monde grec gagnaient à cette occasion un sanctuaire situé en pleine campagne, à l’écart de toute infrastructure urbaine. Leur rassemblement représentait évidemment un défi logistique énorme. Comment tous ces gens étaient-ils logés et ravitaillés en nourriture et en eau, et comment se voyaient-ils ménagé un accès aux installations d’hygiène de base? Comment d’autres lieux de grands rassemblements affrontaient-ils ces problèmes et quels sont ici les traits caractéristiques d’Olympie ?

Les lieux d’accueil des fidèles dans les « grands sanctuaires » des Trois Gaules : données archéologiques anciennes et problématiques nouvelles

Cécile Hartz (ArScan)

Résumé

Sont ici désignés par l’expression « grand sanctuaire » des sites qui, dans les Trois Gaules, présentent un ensemble monumental composé d’un ou plusieurs temples associés à d’autres édifices (thermes, théâtre, annexes de service…) et qui sont localisés hors du chef-lieu de cité ou de sa zone suburbaine (par exemple Sanxay, dans le département de la Vienne ou Champlieu dans le département de l’Oise). Ces ensembles sont longtemps apparus comme isolés de tout habitat qui pourrait justifier leur ampleur. Dès le XIXe s., les quelques bâtiments parfois identifiés autour des monuments ont été interprétés comme des logements pour les desservants du culte ou comme des hôtelleries destinées à l’accueil des fidèles, en l’absence toutefois d’attestation archéologique indiscutable.

Continuer la lecture de « Les lieux d’accueil des fidèles dans les « grands sanctuaires » des Trois Gaules : données archéologiques anciennes et problématiques nouvelles »

Le deversorium dans les villae occidentales tardives : comment l’identifier ?

Jean-Philippe Carrié (Université de Limoges)

Résumé

Depuis le début du XXe siècle, il est admis que la villa aristocratique romaine était équipée d’appartements pour recevoir les invités et les visiteurs. Les témoignages, depuis Vitruve jusqu’à Isidore de Séville, permettent de comprendre que ces appartements aménagés pour les visiteurs représentent l’application d’un concept assez ancien et sont connus, dès le Ier siècle ap. J.-C., sous le nom de domunculae ou d’hospitalia.

Continuer la lecture de « Le deversorium dans les villae occidentales tardives : comment l’identifier ? »