Deux inscriptions grecques préconisant des rites mettant en scène l’hospitalité vis-à-vis d’entités surnaturelles ?

Alexandre Jakubiec (ENS de Lyon)

Résumé

La loi colonne B de la loi sacrée de Sélinonte (SEG XLIII, 630) et un passage de la loi cathartique de Cyrène (SEG IX, 72, l.111‑121), datées respectivement des années 460-450 et des environs de 325, sont l’objet de nombreux débats étant donné leur caractère quelque peu énigmatique. S’il est clair que les deux lois prescrivent des rites d’hospitalité, la question de la nature des entités devant être accueillies suscitent des discussions parmi les Modernes. Une nouvelle étude de ces inscriptions peut permettre de montrer qu’il était probablement question d’offrir l’hospitalité à des entités surnaturelles.

Continuer la lecture de « Deux inscriptions grecques préconisant des rites mettant en scène l’hospitalité vis-à-vis d’entités surnaturelles ? »

Hospitalité et structures d’hospitalité à proximité des sanctuaires ruraux et de confins

Audrey Ferlut (Université Lyon 3)

 

Les sanctuaires ruraux ou des confins dans la partie occidentale de l’Empire romain ont attiré massivement les hommes et les femmes des cités des Trois Gaules, des Germanies ou de Bretagne pour pratiquer des cultes dédiés à des divinités nourricières, des divinités guérisseuses, des divinités des sources et des eaux et des divinités tutélaires. En raison de la présence de ces sanctuaires dans les zones suburbaines ou dans les zones rurales des cités, les populations qui y venaient, parfois pour plusieurs jours de fête, voire pour des séjours plus longs, avaient besoin de lieux d’accueil. Les fouilles archéologiques de certains sanctuaires ont d’ailleurs mis au jour l’existence d’hospitalia, soit des espaces spécifiques d’accueil des dédicants venant dans le sanctuaire. Néanmoins, la question se pose de savoir si ces hospitalia relèvent de la simple structure d’accueil – dans le sens d’une auberge ou d’un lieu d’accueil – ou s’ils sont vraiment des lieux d’hospitalité. Il est possible d’imaginer que, selon les divinités et les formes prises par le culte, les hospitalia n’aient pas la même fonction : hospitalité dans certains cas – peut-être pour les sanctuaires guérisseurs – ou simple lieu d’accueil des dédicants de passage pour les autres.

L’épigraphie, par l’intermédiaire d’une seule inscription mise au jour à Wasserbillig, a permis de mettre en lumière le rôle de certains hospitalia comme structure dédiée dans un acte d’évergétisme et avec pour objectif précis l’hospitalité. Néanmoins, la documentation épigraphique est beaucoup trop ténue pour pouvoir donner des clés de compréhension suffisante du phénomène. Le croisement avec l’archéologie et les règles diffusées par les textes anciens seront un atout précieux pour répondre à toutes les questions de vocabulaire, d’interprétation des données épigraphiques et archéologiques que la question de l’étude des structures de l’hospitalité dans les sanctuaires ruraux et des confins a mis en lumière.

Continuer la lecture de « Hospitalité et structures d’hospitalité à proximité des sanctuaires ruraux et de confins »

L’étude de l’hospitalité antique, renouveaux et questionnements

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon) et Marie-Adeline Le Guennec (EFR)

Monde romain

La question de la circulation des hommes, des biens et de l’information dans le contexte du monde romain antique a donné lieu à une abondante bibliographie, en plein renouvellement depuis une vingtaine d’années, et ce tant dans les approches documentaires que dans les problématiques développées par l’historiographie. Des avancées essentielles sont d’abord venues de l’augmentation massive de nos connaissances sur les infrastructures qui permettaient les mobilités humaines, matérielles et intellectuelles à travers l’empire territorial de Rome : que l’on pense notamment à l’étude des voies romaines et de leurs équipements, à celles des navigations fluviales et maritimes et de leurs infrastructures, ainsi que, plus spécifique au monde romain entre République et Antiquité tardive, au système d’accueil dit du « cursus publicus » mis en place par l’État romain pour faciliter le déplacement des officiels en mission à travers le territoire romain. Dans le même temps, les études de cas, typologiques, régionales ou documentaires, ont consenti des progrès significatifs dans cette analyse des circulations : les exemples sont ici innombrables et nous ramènent au constat de la prégnance de ce phénomène de la mobilité pour l’Antiquité romaine. Enfin, des travaux plus généralistes, souvent orientés par une approche transpériodique, ont permis de réfléchir aux concepts convoqués (migrations, mobilités, circulations, voyage etc.) pour rendre compte des phénomènes de mobilité observés dans les sources pour les mondes méditerranéens antiques, parmi lesquels plus spécifiquement le monde romain: on évoquera naturellement, pour le domaine anglo-saxon, The Corrupting Sea de N. Purcell et P. Horden (Oxford, 2000), où l’exploration des mobilités constitue du reste une donnée essentielle de la thèse de la Mediterranean connectivity soutenue par les auteurs ; de même que le programme de recherche international La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne : procédures de contrôle et documents d’identification, piloté par Cl. Moatti, W. Kaiser et Chr. Pébarthe, qui a donné lieu à une série de rencontres et à la parution de trois volumes collectifs entre 2004 et 2009.

Dans le cadre de ce dynamisme historiographique récent, on pourrait s’attendre à ce que la question de l’accueil, et partant de l’hospitalité, qui constitue le pendant direct de l’étude des mobilités romaines, ait connu un traitement scientifique similaire. Et ce d’autant plus, d’abord, que l’hospitalité privée, sous-tendue par des solidarités d’origines diverses (personnelles, professionnelles, religieuses, entre autres) et par une culture de réseau, jouait à Rome un rôle particulièrement notable dans la prise en charge des gens de passage ; et ensuite, parce que l’hospitalité constituait une valeur de référence essentielle dans le contexte culturel romain, qui perdure dans la transition entre Antiquité tardive et Moyen-Âge. L‘étude de l’historiographie de l’hospitalité romaine antique s’est néanmoins concentrée sur trois axes essentiels, qui se superposent d’ailleurs en partie : l’hospitalité des élites, l’hospitalité au banquet et l’hospitalité dite chrétienne.

Continuer la lecture de « L’étude de l’hospitalité antique, renouveaux et questionnements »

L’hospitalité de Capoue envers les soldats romains vaincus aux Fourches Caudines, d’après Tite-Live

Mathieu Engerbeaud (Université Aix-Marseille)

De la fondation de Rome jusqu’au commencement des guerres puniques, les récits historiques décrivent seulement à trois occasions l’hospitalité accordée par une cité alliée de Rome aux légionnaires vaincus. Tusculum aurait accordé deux fois son hospitalité aux Romains battus par les Èques, en 449 et en 418 ; et en 321, les citoyens de Capoue auraient accueilli spontanément les soldats romains vaincus par les Samnites aux Fourches Caudines. Parmi ces trois occurrences, seule l’hospitalité des Capouans a fait l’objet d’une description détaillée dans l’Ab Vrbe condita de Tite-Live (9.6.4-11). Malgré la précision de cet extrait, le récit de l’auteur latin présente un paradoxe. En effet, selon lui, les Romains n’auraient témoigné aucune reconnaissance à leurs hôtes bienveillants, alors que les Capouans étaient décrits par Tite-Live comme les alliés les plus fidèles de Rome au IVe siècle. Ce comportement contraste avec la générosité des Romains décrite plusieurs fois par Tite-Live au cours de l’histoire des premiers siècles de Rome, car la res publica valorise traditionnellement l’aide reçue de la part de ses alliés, à travers l’attribution de privilèges ou de récompenses ponctuelles. À l’inverse, l’auteur latin décrit l’accueil spontané des Capouans comme un acte de générosité inattendu de la part d’un peuple qu’il juge orgueilleux. Cette mise en scène des faits par l’auteur romain, postérieure de trois siècles aux événements, reflète sans doute l’image négative attribuée par l’historiographie antique à Capoue, une cité qui, après avoir été l’alliée de Rome, l’a trahie pour accorder son hospitalité à Hannibal au cours de la deuxième guerre punique. L’analyse de cet extrait met en évidence les difficultés spécifiques que présentent les récits historiques pour étudier l’hospitalité au cours des premiers siècles de Rome et l’imaginaire qui lui est associé à l’époque d’Auguste. Continuer la lecture de « L’hospitalité de Capoue envers les soldats romains vaincus aux Fourches Caudines, d’après Tite-Live »

L’inhospitalité à table dans le monde romain, une inversion des valeurs de la commensalité

Dimitri Tilloi d’Ambrosi (Université Lyon 3)

Le modèle de la cena romaine est empreint de règles que doivent suivre les invités, qui se réunissent pour partager un repas autour du maître de maison, lequel manifeste ainsi son hospitalité. Cependant, si ces préceptes ne sont pas respectés, des tensions peuvent apparaître entre l’hôte et ses convives, ou bien entre les invités eux-mêmes.

Les sources littéraires, en particulier épistolaires et satiriques, épigraphiques ou iconographiques laissent entrevoir plusieurs exemples de situations où des tensions résultent du non-respect des principes de l’hospitalité. Le fait de ne pas honorer une invitation envoyée par un ami après l’avoir acceptée, ou bien ne pas être invité par le maître de maison, peuvent être des causes d’animosité, comme le rappellent Pline le Jeune ou des inscriptions de Pompéi. Durant le repas lui-même, certaines conversations ou attitudes sont propices à engendrer des conflits ou des crispations, allant à l’encontre du caractère convivial de la cena. Les banquets impériaux, relatés par les biographies de Suétone ou de l’Histoire Auguste, peuvent donner lieu à des scènes où les valeurs de l’hospitalité se trouvent inversées, si l’empereur manifeste sa cruauté ou sa volonté d’humilier ses invités. Une fois le repas terminé, le maître de maison peut offrir des cadeaux à ses convives, lesquels ont la possibilité d’emporter chez eux des mets ou de la vaisselle. Martial laisse entendre que cette pratique peut générer des attitudes contrevenant aux règles de l’hospitalité. Il décrit certains invités se comportant de façon cupide, n’hésitant pas même à revendre les cadeaux.

Le repas romain est ainsi l’occasion d’observer une multitude d’occasions où les manières et les comportements adoptés peuvent aller à l’encontre de l’hospitalité. Cette dernière doit être le moyen, quand elle est respectée, aussi bien par le maître de maison que par l’invité, d’afficher la maîtrise des codes de la civilité, qui contribuent pleinement à l’élaboration d’une sociabilité.

Continuer la lecture de « L’inhospitalité à table dans le monde romain, une inversion des valeurs de la commensalité »