Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive. L’exemple de katagôgè : la multiplicité des sens

Bernadette Cabouret-Laurioux (Université Lyon 3)

L’hospitalité est une pratique à la fois ordinaire et complexe, qui relève d’une démarche sociale autant qu’individuelle. On peut l’aborder sous les angles historique, sociologique et anthropologique, ou encore lexical. En sachant néanmoins que les mots sont trompeurs et que d’une région à l’autre, d’un groupe social à l’autre ils peuvent porter des sens différents, a fortiori d’une civilisation à l’autre… Que voulaient dire les Anciens quand ils parlaient d’hospitalité, en évoquaient le concept ou en décrivaient les pratiques ?

L’Antiquité tardive ajoute un nouveau défi puisqu’elle hérite de siècles d’expériences individuelles et collectives d’hospitalité. Elle apporte cependant encore du nouveau au bout de la chaîne de transmission des usages lexicaux, adaptant la terminologie à ses propres exigences. Porteur de ces valeurs nouvelles, le christianisme opère une véritable révolution de l’accueil et suscite un vocabulaire riche et très diversifié, adapté à l’universalité de l’offre d’hospitalité et d’entraide. À partir des sources littéraires et des sources lexicographiques, on a pu constater que le terme xenia, entendu à la fois comme vertu et comme pratique, était désormais moins employé que celui de philoxenia (très nombreuses occurrences, par exemple, chez Jean Chrysostome) ; d’autre part l’expression de l’accueil est souvent véhiculée par une locution : le substantif hupodochè précisé par un génitif (par exemple tôn xenôn). Dans le panorama du vocabulaire concret des lieux et des pratiques d’hospitalité, on choisira de présenter ici le dossier du terme katagôgè, complété par celui de xenodocheion et pandocheion, qui deviennent les maîtres mots de l’accueil à l’époque tardive.

Continuer la lecture de « Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive. L’exemple de katagôgè : la multiplicité des sens »

Tite-Live et l’hospitalité (Ab Vrbe condita, livres 1 à 10) : des choix lexicaux adaptés à un discours sur l’histoire ?

Mathieu Engerbeaud (Université Aix-Marseille)

Tite-Live (c) domaine public
Tite-Live (c) domaine public

Au cours des dix premiers livres de son histoire de Rome, Tite-Live évoque à trente-trois reprises des situations d’hospitalités privées et publiques. Si ces occurrences sont décrites par l’auteur avec une précision lexicale inégale, leur analyse met en évidence l’existence d’une terminologie spécifique pour désigner l’hospitalité, à travers l’emploi de substantifs, d’adjectifs et de verbes. Cependant, les choix lexicaux de Tite-Live semblent s’adapter à sa démonstration historique, et changent selon qu’il juge positivement ou négativement l’action d’un individu ou d’un groupe, ou qu’il décrit des cas d’hospitalités privées ou publiques. En s’appuyant sur un relevé exhaustif des situations d’hospitalité décrites dans les dix premiers livres de l’Ab Vrbe condita, cette enquête a pour objectif d’identifier, dans un premier temps, le lexique spécifique employé par Tite-Live pour décrire cette pratique sociale et culturelle. Deuxièmement, cette étude montrera comment, à travers des choix lexicaux, l’historien met l’hospitalité au service d’une démonstration historique sur le rôle des étrangers dans l’histoire des premiers siècles de Rome.

Continuer la lecture de « Tite-Live et l’hospitalité (Ab Vrbe condita, livres 1 à 10) : des choix lexicaux adaptés à un discours sur l’histoire ? »