Note de lecture : K. M. D. Dunbabin, The Roman Banquet. Images of Conviviality, Cambridge, 2003

Adèle Arghyris (M2, ENS de Lyon)

L’ouvrage de Katherine Dunbabin, The Roman Banquet, Images of Conviviality, aborde la question de la signification des banquets romains, conçus comme des réunions sociales primordiales à la période classique. Professeur émérite du département d’Antiquité de l’Université de McMaster et spécialiste de l’art romain, Katherine Dunbabin s’appuie sur différents types de sources qui représentent des scènes de banquets diverses, telles que les représentations picturales, les mosaïques domestiques, les tombes et les sarcophages. Elle se fonde également sur les sources littéraires, rédigées par Cicéron, Pline le Jeune, Sidoine Appolinaire, Juvénal et Martial. Reprenant les réflexions de Jean-Marie Dentzer issues de son ouvrage Le motif du banquet couché, l’auteur poursuit un double but : « to explore how art can be used as evidence for social and cultural history, while giving due weight to the conventions and pressures that governed the production of images themselves » (p. XV).

Continuer la lecture de « Note de lecture : K. M. D. Dunbabin, The Roman Banquet. Images of Conviviality, Cambridge, 2003 »

Note de lecture : Fl. Gerchanoc, L’oikos en fête. Célébrations familiales et sociabilités en Grèce ancienne, Paris, 2012

Adèle Arghyris (M2, ENS de Lyon)

L’ouvrage de Florence Gherchanoc, L’oikos en fête. Célébrations familiales et sociabilité en Grèce ancienne, est issu d’une thèse doctorale, soutenue en décembre 1998 sous la direction de Pauline Schmitt-Pantel. Les travaux de l’auteur portent sur les rituels familiaux et la sociabilité : son but est d’étudier « l’ensemble des gestes accomplis par ou au nom d’un individu ou d’une collectivité (en l’occurrence loikos) qui sert à organiser l’espace et le temps familiaux, à définir les rapports entre les hommes et les dieux, à mettre en place les catégories humaines, les liens qui les unissent » (p. 13) ; l’auteur étudie donc l’art de vivre ensemble et les célébrations festives qui en découlent et qui marquent les moments importants de la vie familiale – mariages, naissances, décès, ce que l’auteur appelle une « rupture à l’intérieur du groupe familal » (p. 14). Elle insiste en outre sur la variété du vocabulaire utilisé chez les Grecs pour désigner la famille (oikos, genos, anchisteia). L’ouvrage est ambitieux, dans la mesure où la famille n’a que rarement été étudiée pour elle-même et où les sources littéraires et épigraphiques restent fragmentaires et sont issues d’époques différentes. Les sources littéraires sont également à prendre avec précaution, puisque certaines ne sont que des « discours » et des « mises en scènes » des pratiques grecques (p. 20). La réflexion de l’auteur se construit donc par déduction, et elle prend soin d’en avertir son lecteur.

Continuer la lecture de « Note de lecture : Fl. Gerchanoc, L’oikos en fête. Célébrations familiales et sociabilités en Grèce ancienne, Paris, 2012 »

Aspects du lexique de l’hospitalité dans l’œuvre de Philon d’Alexandrie

Smaranda Marculescu (IHRIM – ENS de Lyon)

Joseph dîne avec ses frères. Photo (c) Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais
Joseph dîne avec ses frères. Photo (c) Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais

Aborder le thème de l’hospitalité chez Philon s’avère être une entreprise assez complexe, car plus encore qu’à propos d’autres sujets, on saisit les interférences entre, d’une part, l’œuvre exégétique de l’Alexandrin, ses conceptions philosophiques et théologiques et, de l’autre, les contextes historiques, culturels et religieux dans lesquels il évolue.

Continuer la lecture de « Aspects du lexique de l’hospitalité dans l’œuvre de Philon d’Alexandrie »

Normes et institutions de l’hospitalité dans l’Antiquité méditerranéenne – Propos introductifs

Mosaïque dite "The Funerary Couch" (Edessa, IIIe s. ap. J.-C.)
Mosaïque dite « The Funerary Couch » (Edessa, IIIe s. ap. J.-C.)

Le précédent atelier du projet Hospitam (Lyon, mars 2016), consacré aux « mots de l’hospitalité autour de la Méditerranée antique » avait permis de mieux préciser les contours de l’hospitalité dans plusieurs contextes culturels antiques et d’approfondir d’épineuses questions de définition. En dépit de permanences souvent plus lexicales que conceptuelles, le polymorphisme de la terminologie semble refléter la pluralité des sociétés dans lequel ce lexique évolue ; il témoigne d’une actualisation continue des termes et de concepts relevant de l’hospitalité et de l’accueil. À l’issue de cet atelier, il avait alors semblé judicieux d’étendre l’enquête vers la question des normes et des institutions de l’hospitalité, dont l’étude des nomenclatures lexicales constituait en quelque sorte déjà la première étape.

Continuer la lecture de « Normes et institutions de l’hospitalité dans l’Antiquité méditerranéenne – Propos introductifs »

Une norme, des normes ? Codes, traditions et lois de l’hospitalité en Orient à la fin de l’Antiquité

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon)

Creuset des traditions gréco-romaines, juives et arabes de l’hospitalité, l’Orient romain se caractérise, à l’époque tardo-antique, par la multiplicité et la profusion des normes en matière d’hospitalité. Nous essayerons ici de dresser un inventaire (non exhaustif) des différentes normes hospitalières qui subsistent en Orient entre le IIIe et le VIe siècles afin de mettre en regard les contextes qui voient émerger les tentatives de normalisation des pratiques d’accueil aussi bien dans les milieux païens, chrétiens et juifs. Nous verrons que loin de former un tout homogène, l’hospitalité orientale est protéiforme, modelée au gré des traditions qui se superposent et interagissent entre elles à l’époque tardo-antique. Les sources occidentales ont sans doute eu tendance à gommer les nuances et à homogénéiser l’hospitalité orientale, considérée comme un tout uniforme. Par ailleurs, les processus de codification en matière d’accueil constituent un prisme intéressant pour étudier les rapports de force et de pouvoirs qui s’exercent au sein des sociétés antiques où religion et politique interfèrent grandement, notamment au cours de l’Antiquité tardive où l’identité religieuse remplace peu à peu l’identité civique.

Continuer la lecture de « Une norme, des normes ? Codes, traditions et lois de l’hospitalité en Orient à la fin de l’Antiquité »