Topographical issues in the Itinerarium Egeriae : An essay on the modalities of travel in the fourth century AD

Cristina Corsi (Università di Cassino)

Since the relatively recent discovery of the parchment reporting the incomplete narrative of a journey undertaken to the Holy Land, the text of the so-called Itinerarium Egeriae (formerly known as Peregrinatio Aetheriae) has attracted an amazing attention from scholars. Actually, the parchment, written at Montecassino and dated to the eleventh century, was found only at the end of the nineteenth century by Gian Francesco Gamurrini in the library of the Confraternita dei Laici in Arezzo.

Continuer la lecture de « Topographical issues in the Itinerarium Egeriae : An essay on the modalities of travel in the fourth century AD »

L’accueil au sein des ensembles ecclésiastiques en Occident au haut Moyen Âge (VIe-Xe siècles) : topographie, architecture et évidence matérielle

Eleonora Destefanis (Università del Piemonte Orientale)

Archéologie et structures matérielles de l’accueil : des problèmes de méthode

L’hospitalité et, plus en général, les problèmes liés à l’accueil peuvent être abordés à travers plusieurs prismes mais l’un des moins exploités pour l’Occident est celui des structures matérielles. Pour la période post-classique, sur laquelle cette communication se concentre, cette situation peut s’expliquer par le fait que les sources archéologiques sont très maigres, au moins jusqu’aux siècles centraux du Moyen Âge, et que l’interprétation de ces dernières est souvent très problématique. Les sources écrites, par contre, se multiplient pour cette période, à la fois en milieu urbain et rural, mais elles ne se penchent presque jamais sur les aspects architecturaux, l’objectif de leur rédaction étant administratif, juridique, hagiographique etc. Les ensembles ecclésiastiques – notamment les monastères, les complexes épiscopaux et les sanctuaires de pèlerinage – sont sans aucun doute les contextes qui présentent les témoignages les plus significatifs pour le haut Moyen Âge1.

L’un des problèmes principaux demeure l’identification des bâtiments d’accueil et la possibilité de les reconnaître en fouille, un sujet sur lequel l’archéologie s’interroge depuis longtemps, notamment quant aux marqueurs contribuant à ce but. La question se pose déjà pour l’Antiquité tardive, si l’on pense par exemple au fameux xenodochium de Pammachius à Porto, mentionné par Jerôme (Hier., Epist. LXVI, 11 : CSEL 54, p. 661 ; Hier., Epist. LXXVII, 10 : CSEL 55, p. 47) dont l’ancienne identification de De Rossi (1866a et b) a été démentie par les fouilles menées depuis 1991 (La basilica portuense 2013).

Continuer la lecture de « L’accueil au sein des ensembles ecclésiastiques en Occident au haut Moyen Âge (VIe-Xe siècles) : topographie, architecture et évidence matérielle »

  1. Pour l’Antiquité tardive voire aussi les remarques dans Corsi 2016, avec références. []

Les villas d’Alba-la-Romaine

Élisa Boussart, Lucie Salamor (Projet Alba-la-Romaine)

La mosaïque aux poissons retrouvée à Alba-la-Romaine (c) P. Fournier

Villa, domus : une terminologie difficile à établir

Dans sa thèse parue en 1983, R. Lauxerois écrit : “Ville ouverte, la capitale [Alba] débordait dans toute la plaine, jusque sur les coteaux”. S’esquisse alors une différenciation qualitative et spatiale dans la civitas d’Alba Helviorum, et qui semble s’inscrire dans la typologie des modes d’habitation relevés dans le Haut Empire romain. Si la première campagne de fouilles dans les années 1960 permet de mettre en avant les contours du centre monumental, la deuxième phase initiée dans les années 1980 a élargi le cercle de connaissances sur Alba aux limites larges de la cité. Deux types d’habitation sont donc attestés : la domus et la villa.

Cependant, entre ces deux formes d’habitation, la distinction est difficile, et la limite à poser entre ces groupes architecturaux est conditionnée par un mince corpus de sources architecturales et littéraires à Alba. De plus, les fouilles à Alba s’inscrivent dans un contexte de débat historiographique quant à la terminologie alors en place ; la villa, réalité architecturale ou fonctionnelle, telle est la question. C’est seulement en 1990, par la parution d’une synthèse des fouilles jusqu’alors réalisées, Architecture et urbanisme antique, que la clarification se fait. Après un élargissement du cercle de fouilles, un examen approfondi des emplacements, des sols, des matériaux de construction et des vestiges archéologiques, Le Pinard, forme d’habitat simple en 1981, puis villa en 1989, obtient le statut -encore reconnu aujourd’hui- de domus. Dans ce même ouvrage, trois villae sont clairement définies : la villa suburbaine de Saint-Martin, la villa de la Plaine et la villa de Juliau.

A grande ou à petite échelle, la présence de villae donne des indications sur les orientations socio-économiques de la cité. Production, échanges, hospitalité, consommation, les villae proposent des modalités particulières de ces pratiques dans la cité des Helviens.

Continuer la lecture de « Les villas d’Alba-la-Romaine »

La vigne à Alba : bref aperçu

Émilien Legendre et Léo Rosell (Projet Alba-la-Romaine)

Feuille de vigne en bronze retrouvée à Alba-la-romaine (c) P. Fournier

« On a découvert, il y a sept ans, à Alba helvia, dans la Narbonnaise, une vigne qui passe la fleur en un jour, ce qui la protège des accidents ; on la nomme carbunica et la province entière en est plantée aujourd’hui » (XIV, 43). C’est par ces mots de Pline, tirés de son Histoire naturelle, que nous apprenons que dès l’époque romaine la région était connue pour sa production viticole. On peut penser que le nom de ce cépage, carbunica, renvoyait à sa couleur, qui devait être d’un rouge foncé. Le plant aurait été découvert à Alba vers 70 après J.-C., et serait passé du stade de lambrusque à celui de vigne cultivée, avant de s’étendre au reste de la province. Issu d’une vendange tardive, ce vin était très capiteux.

Continuer la lecture de « La vigne à Alba : bref aperçu »

Le commerce de luxe

Anouk Roche et Eléonore Terville (Projet Alba-la-Romaine)

Cruche en verre retrouvée à Alba-la-romaine (c) P. Fournier

« Reçois ton hôte comme tu aimerais chez lui être reçu. » Ce proverbe latin du Ier siècle avant J.-C. semble indiquer l’importance de la qualité de l’hospitalité chez les Romains. Une nécessité sans doute encore plus importante dans les classes les plus hautes de la société où l’apparence est primordiale. Accueillir quelqu’un chez soi, quelle que soit la durée du séjour, est un moyen de montrer à l’invité le luxe de la maisonnée.

Continuer la lecture de « Le commerce de luxe »