Les acteurs de l’hospitalité à travers le récit de l’exil du moine éthiopien Ēwosṭātēwos dans l’Orient chrétien au milieu du XIVe siècle : des modèles de l’accueil empruntés à l’Antiquité tardive ?

Olivia Adankpo-Labadie (EFR, UMR 8171 IMAf)

Vue du monastère de Dabra Ṣarābi (c) Olivia Adankpo-Labadie

En guise d’introduction : les moines éthiopiens acteurs de l’hospitalité à l’époque médiévale

Dans l’Éthiopie médiévale, les établissements monastiques organisent le territoire et constituent des relais du pouvoir. Structurés pour nombre d’entre eux en réseaux, à l’image de Dabra Libānos et Dabra Ḥāyq dans les régions du Šawā et de l’Amḥārā, les monastères accueillent des religieux de passage, moines, ermites ou grands ecclésiastiques du royaume. Ils peuvent également servir de halte pour les membres de l’aristocratie et de la cour royale (Derat, 2003, p. 272-284). De cette manière, les moines peuvent être considérés comme des acteurs majeurs de l’hospitalité. Les moines, en tant que religieux, doivent exercer l’hospitalité et la charité, et en retour peuvent la recevoir lors de leurs déplacements. Si de très nombreux aspects de la culture monastique ont été étudiés, l’hospitalité, les modalités d’accueil des voyageurs, les structures d’accueil sont particulièrement méconnues pour la période médiévale. La difficulté s’explique en partie par l’absence de terminologie précise concernant les modalités et les acteurs de l’hospitalité.

Continuer la lecture de « Les acteurs de l’hospitalité à travers le récit de l’exil du moine éthiopien Ēwosṭātēwos dans l’Orient chrétien au milieu du XIVe siècle : des modèles de l’accueil empruntés à l’Antiquité tardive ? »

La mise en scène de l’hospitalité féminine dans la Vita Radegundis de Venance Fortunat

Emmanuelle Raga (Université libre de Bruxelles)

Vitrail représentant Sainte Radegonde dans le chœur de l’église Sainte Radegonde de Poitiers (c) Jules Carpentier

Paul Diacre raconte que Venance Fortunat, jeune poète italien né vers 530, aurait été guérit d’une grave maladie des yeux devant une effigie de saint Martin et que c’est ce qui aurait motivé son désir de se rendre à Tours. Vers 565 il se rend en tout cas en Gaule. Le fait qu’il ait été reçu à la frontière par un guide envoyé par le roi Sigebert invite à considérer qu’il avait été directement invité par le roi. Son périple gaulois peut être ensuite retracé grâce aux mentions et aux dédicaces de ses poèmes, adressés à des évêques et des aristocrates locaux avec qui il se lie d’amitié. Après être descendu jusqu’en Espagne, il remonte jusqu’à Poitiers où il s’arrête auprès de la reine Radegonde dont il est devenu l’ami et qui vit dorénavant au sein du monastère de Sainte Croix qu’elle a fondé après avoir quitté la cour royale. Fin 567 ou début 568, il s’établit définitivement à Poitiers où il est chargé des affaires de la communauté fondée par Radegonde. Il deviendra sous son patronage prêtre puis évêque de Poitiers. Radegonde est quant à elle issue de la noblesse thuringienne. Elle fut acquise encore enfant comme butin de guerre par les rois Clotaire et Thierry puis tirée au sort entre les deux frères pour revenir à Clotaire qui l’épousera par la suite. Peu de temps après sa mort en 587, Fortunat lui consacre cette Vita qui connu un grand succès.

Continuer la lecture de « La mise en scène de l’hospitalité féminine dans la Vita Radegundis de Venance Fortunat »

L’accueil des enfants en milieu monastique syriaque (Ve-VIIIe siècles)

Florence Jullien (CNRS, UMR 7528 “Mondes iranien et indien”)

Monastère de Mār Yoḥannon, Ṭūr ‘Abdīn. © S. de Courtois (prêt gracieux de l’auteur)

À l’instar des structures monastiques du milieu byzantin, les monastères syriaques (syro-orientaux ou syro-orthodoxes) ont été des lieux d’accueil ouverts à l’instruction des enfants et des jeunes gens. Cette tradition très ancienne a suscité un certain nombre de contraintes aux acteurs de l’hospitalité comme à ses bénéficiaires. Cela explique qu’elle ait été souvent remise en question, discutée, conspuée même, et qu’elle ait pu occasionner des réserves de la part d’une partie de la population monastique.

Continuer la lecture de « L’accueil des enfants en milieu monastique syriaque (Ve-VIIIe siècles) »

Quelques exemples de voyages d’évêques tardo-antiques et leurs hôtes

Ariane Bodin (Université Paris Ouest)

Statue de saint Germain d’Auxerre, église de Saint-Germain l’Auxerrois, sculpture en bois polychromée, XVe siècle (c) domaine public

Les clercs convertis à l’ascétisme sont réputés pour accueillir des hôtes ou des étrangers dans leur monastère, et lorsqu’ils sont en déplacement, ils cherchent à recevoir l’hospitalité d’individus modestes comme de ceux vivant dans des monastères. Ainsi, ils évitent d’avoir à fréquenter la maison d’individus qui pourraient les tenter de s’écarter de leur mode de vie. Il s’agira de présenter dans ce billet comment ces clercs ascètes mettent en place des stratégies afin de pouvoir continuer à mener le sanctum propositum en dehors de leur cité épiscopale, en s’appuyant sur quelques exemples de clercs ascètes en déplacement ayant le plus souvent vécu au Ve siècle dans l’Occident gaulois ou africain.

Tout d’abord, il s’agira de s’intéresser au cas d’Augustin d’Hippone ainsi que des évêques qui lui sont proches, puis de présenter celui de Germain d’Auxerre qui alterne entre des séjours chez des laïcs ou des ecclésiastiques et dans des auberges, pour finir avec celui de Fulgence de Ruspe, qui loge exclusivement dans des monastères.

Continuer la lecture de « Quelques exemples de voyages d’évêques tardo-antiques et leurs hôtes »

L’hospitalité chrétienne à l’épreuve du sac de Rome

Pierre Descotes (ENS de Paris)

Statue de Saint Augustin, Santa Maria delle Grazie (San Giovanni Valdarno) (c) Syrio
Statue de Saint Augustin, Santa Maria delle Grazie (San Giovanni Valdarno) (c) Syrio

L’idée de ce billet est de montrer comment l’hospitalité, dans l’œuvre d’Augustin d’Hippone, apparaît d’abord une notion abstraite, que l’évêque d’Hippone évoque à l’occasion du commentaire de textes bibliques et qui permet de penser un certain nombre de points de la doctrine chrétienne. Se dégage aisément des quelques sermons que nous évoquons une « théorie de l’hospitalité » – en quoi elle constitue un devoir pour le chrétien, ce qu’elle lui apprend sur sa condition. Il s’agit donc d’une notion qui, chez Augustin, intéresse d’abord l’exégète et l’historien des idées, sans donner lieu aux développements qui peuvent concerner l’historien. L’originalité de la perspective d’Augustin est soulignée par la comparaison avec son maître, Ambroise, qui s’intéresse aux aspects les plus concrets de l’hospitalité qu’offrent les clercs à leurs visiteurs, en insistant sur le profit qu’ils en retirent :

C’est en effet une forme publique d’humanité que l’étranger ne soit pas privé d’une maison qui l’accueille, qu’il soit reçu comme il se doit, que la porte soit ouverte à qui arrive. Il est tout à fait convenable au jugement de tout le monde que les étrangers soient reçus avec honneur, qu’ils ne manquent pas de l’agrément d’une table accueillante, qu’ils rencontrent les devoirs de la générosité, que soit guettée l’arrivée des autres. (De officiis, 2,106)

Ambroise, lui aussi, s’appuie sur des textes bibliques, mais pour développer une définition de l’hospitalité entièrement tournée vers ses bénéfices . Quoiqu’il souligne que le profit que retire le chrétien hospitalier n’est évidemment pas seulement matériel, mais aussi spirituel, le mouvement de la pensée demeure net : on passe, comme souvent chez Ambroise, du concret à l’abstrait, du terrestre au spirituel. Chez Augustin, le mouvement est inverse : la notion est avant tout biblique et théologique, un outil conceptuel qui éclaire le sens de l’existence chrétienne, conçue comme une peregrinatio.

Continuer la lecture de « L’hospitalité chrétienne à l’épreuve du sac de Rome »