Note de lecture : Fl. Gerchanoc, L’oikos en fête. Célébrations familiales et sociabilités en Grèce ancienne, Paris, 2012

Adèle Arghyris (M2, ENS de Lyon)

L’ouvrage de Florence Gherchanoc, L’oikos en fête. Célébrations familiales et sociabilité en Grèce ancienne, est issu d’une thèse doctorale, soutenue en décembre 1998 sous la direction de Pauline Schmitt-Pantel. Les travaux de l’auteur portent sur les rituels familiaux et la sociabilité : son but est d’étudier « l’ensemble des gestes accomplis par ou au nom d’un individu ou d’une collectivité (en l’occurrence loikos) qui sert à organiser l’espace et le temps familiaux, à définir les rapports entre les hommes et les dieux, à mettre en place les catégories humaines, les liens qui les unissent » (p. 13) ; l’auteur étudie donc l’art de vivre ensemble et les célébrations festives qui en découlent et qui marquent les moments importants de la vie familiale – mariages, naissances, décès, ce que l’auteur appelle une « rupture à l’intérieur du groupe familal » (p. 14). Elle insiste en outre sur la variété du vocabulaire utilisé chez les Grecs pour désigner la famille (oikos, genos, anchisteia). L’ouvrage est ambitieux, dans la mesure où la famille n’a que rarement été étudiée pour elle-même et où les sources littéraires et épigraphiques restent fragmentaires et sont issues d’époques différentes. Les sources littéraires sont également à prendre avec précaution, puisque certaines ne sont que des « discours » et des « mises en scènes » des pratiques grecques (p. 20). La réflexion de l’auteur se construit donc par déduction, et elle prend soin d’en avertir son lecteur.

Continuer la lecture de « Note de lecture : Fl. Gerchanoc, L’oikos en fête. Célébrations familiales et sociabilités en Grèce ancienne, Paris, 2012 »

Note de lecture : E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, 4e – 7e siècles, Paris, 1977.

Simon Lamson (M1 – ENS de Lyon)

E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, 4e - 7e siècles, Paris, 1977
E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, 4e – 7e siècles, Paris, 1977

E. Patlagean pose dans cette thèse l’enjeu essentiel qu’elle s’est efforcée de faire reconnaître durant sa carrière d’historienne, à savoir la spécificité du haut-empire byzantin en tant que moment historique à part entière. Elle contribue ainsi à un renouvellement de l’étude économique de la société byzantine en croisant des sources d’inspiration aussi variée qu’ A. Chastagnol et Cl. Lévi-Strauss.

Continuer la lecture de « Note de lecture : E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, 4e – 7e siècles, Paris, 1977. »

Deux inscriptions grecques préconisant des rites mettant en scène l’hospitalité vis-à-vis d’entités surnaturelles ?

Alexandre Jakubiec (ENS de Lyon)

Résumé

La loi colonne B de la loi sacrée de Sélinonte (SEG XLIII, 630) et un passage de la loi cathartique de Cyrène (SEG IX, 72, l.111‑121), datées respectivement des années 460-450 et des environs de 325, sont l’objet de nombreux débats étant donné leur caractère quelque peu énigmatique. S’il est clair que les deux lois prescrivent des rites d’hospitalité, la question de la nature des entités devant être accueillies suscitent des discussions parmi les Modernes. Une nouvelle étude de ces inscriptions peut permettre de montrer qu’il était probablement question d’offrir l’hospitalité à des entités surnaturelles.

Continuer la lecture de « Deux inscriptions grecques préconisant des rites mettant en scène l’hospitalité vis-à-vis d’entités surnaturelles ? »