Nemo se stabularii aut coponis hospitem iudicat (Sénèque, De beneficiis, 1, 14, 1). L’aubergiste romain, un anti-acteur de l’hospitalité ?

Marie-Adeline Le Guennec (École française de Rome)

(c) Dietmar Rabich
(c) Dietmar Rabich

L’objectif de ce billet est d’approfondir la réflexion débutée lors d’un précédent atelier HospitAm, consacré aux approches lexicales de l’hospitalité dans le contexte de l’Antiquité méditerranéenne. J’avais alors proposé une communication intitulée « Hospitalité et accueil mercantile dans l’Occident romain antique, des lexiques en opposition ? », dans laquelle j’avais commencé à évoquer, par le prisme du lexique, les liens complexes existant entre l’hospitium, désignation latine de l’hospitalité gratuite, et une forme particulière d’accueil pratiquée dans le monde romain antique, l’accueil mercantile.

Dans la documentation, cette modalité commerciale de séjour est régulièrement représentée comme une pratique qui, du fait de son caractère mercantile et anonyme, serait incompatible, voire en contradiction directe, avec les logiques de don et de contre-don, de réciprocité et de dépendance, d’amitié et de clientèle sur lesquelles étaient fondés, à Rome, les rapports politiques et sociaux, et dont l’hospitium constituait l’une des manifestations privilégiées. Cette référence à l’hospitalité se ressentait également dans la manière dont les professionnels de l’accueil donnaient à voir et sans doute concevaient leur métier, dans une perspective résolument inverse, comme une transposition de l’hospitalité privée dans le champ commercial. C’est donc sur ce lien complexe entre hospitalité et accueil mercantile, fait de distinction, de reproduction mais aussi de partage de valeurs communes que j’entends m’interroger ici, en mettant au centre de la réflexion la question des acteurs ; il s’agira en somme de se demander si les aubergistes romains constituaient des anti-acteurs ou des acteurs au sens propre de l’hospitalité, voire des praticiens d’une hospitalité d’un genre particulier, à savoir d’une hospitalité rétribuée.

Continuer la lecture de « Nemo se stabularii aut coponis hospitem iudicat (Sénèque, De beneficiis, 1, 14, 1). L’aubergiste romain, un anti-acteur de l’hospitalité ? »

Normes et institutions de l’hospitalité dans l’Antiquité méditerranéenne – Propos introductifs

Mosaïque dite "The Funerary Couch" (Edessa, IIIe s. ap. J.-C.)
Mosaïque dite « The Funerary Couch » (Edessa, IIIe s. ap. J.-C.)

Le précédent atelier du projet Hospitam (Lyon, mars 2016), consacré aux « mots de l’hospitalité autour de la Méditerranée antique » avait permis de mieux préciser les contours de l’hospitalité dans plusieurs contextes culturels antiques et d’approfondir d’épineuses questions de définition. En dépit de permanences souvent plus lexicales que conceptuelles, le polymorphisme de la terminologie semble refléter la pluralité des sociétés dans lequel ce lexique évolue ; il témoigne d’une actualisation continue des termes et de concepts relevant de l’hospitalité et de l’accueil. À l’issue de cet atelier, il avait alors semblé judicieux d’étendre l’enquête vers la question des normes et des institutions de l’hospitalité, dont l’étude des nomenclatures lexicales constituait en quelque sorte déjà la première étape.

Continuer la lecture de « Normes et institutions de l’hospitalité dans l’Antiquité méditerranéenne – Propos introductifs »

Atelier – Rivisitare le cauponae Cultura materiale e spazio sociale nei luoghi di ospitalità romani / Revisiting Cauponae  Material Culture and Social Space in Roman Bars and Inns (Rome – Institutum Romanum Finlandiae – 20/05/2016)

Atelier organisé par Ria Berg (Institutum Romanum Finlandiae), en collaboration avec le projet « Segregated or Integrated? – Living and Dying in the Harbour City of Ostia, 300 BCE – 700 CE’ » de l’Académie de Finlande/Université di Tampere

Scène d'auberge - Pompéi, VI 10, 1.19 (gravure du XIXe s.) (c) domaine public
Scène d’auberge – Pompéi, VI 10, 1.19 (gravure du XIXe s.) (c) domaine public

La giornata di studio si focalizzerà sulle problematiche dell’identificazione delle strutture romane come luoghi di ristoro ed ospitalità commerciale: quali i criteri archeologici per riconoscere bar, ristoranti o alberghi, e i loro reperti mobili, come relazionarli con i concetti latini di thermopolium, popina, caupona, hospitium ? Continuer la lecture de « Atelier – Rivisitare le cauponae Cultura materiale e spazio sociale nei luoghi di ospitalità romani / Revisiting Cauponae  Material Culture and Social Space in Roman Bars and Inns (Rome – Institutum Romanum Finlandiae – 20/05/2016) »

Hospitalité et accueil mercantile dans l’Occident romain antique, des lexiques en opposition ?

Marie-Adeline Le Guennec (EFR)

CIL, XIII, 10018, 7 (c) Epigraphik Datenbank ( Nutzung der Graphik nur für wissenschaftliche Zwecke erlaubt)
CIL, XIII, 10018, 7 (c) Epigraphik Datenbank ( Nutzung der Graphik nur für wissenschaftliche Zwecke erlaubt)

J’entends me pencher ici sur des questions lexicales liées à une forme particulière d’accueil pratiquée dans le monde romain antique, l‘accueil mercantile. Sous ce titre, je désigne plus précisément l’activité commerciale d’accueil qui fournissait à une clientèle, généralement de passage, un hébergement éventuellement assorti de prestations complémentaires (restauration et prise en charge des montures et des véhicules), contre paiement et pour une durée le plus souvent limitée. Cette activité, que l’on qualifierait aujourd’hui volontiers d’hôtelière, avait donné lieu à l’apparition progressive d’une terminologie étendue en latin – on retiendra en particulier un ensemble de termes qui désignaient ces établissements romains, ancêtres des auberges des périodes médiévale et moderne : caupona, deuersorium, hospitium, meritorium et stabulum. Dans les sources, et tout au long de l’Antiquité romaine, l’accueil mercantile est néanmoins le plus souvent rapporté au nom de métier caupo : en raison de son apparition précoce en latin et de son statut, affirmé dès l’origine, de vocable professionnel spécialisé, ce terme constitue la désignation par excellence de l’aubergiste romain.

Continuer la lecture de « Hospitalité et accueil mercantile dans l’Occident romain antique, des lexiques en opposition ? »

Deux inscriptions grecques préconisant des rites mettant en scène l’hospitalité vis-à-vis d’entités surnaturelles ?

Alexandre Jakubiec (ENS de Lyon)

Résumé

La loi colonne B de la loi sacrée de Sélinonte (SEG XLIII, 630) et un passage de la loi cathartique de Cyrène (SEG IX, 72, l.111‑121), datées respectivement des années 460-450 et des environs de 325, sont l’objet de nombreux débats étant donné leur caractère quelque peu énigmatique. S’il est clair que les deux lois prescrivent des rites d’hospitalité, la question de la nature des entités devant être accueillies suscitent des discussions parmi les Modernes. Une nouvelle étude de ces inscriptions peut permettre de montrer qu’il était probablement question d’offrir l’hospitalité à des entités surnaturelles.

Continuer la lecture de « Deux inscriptions grecques préconisant des rites mettant en scène l’hospitalité vis-à-vis d’entités surnaturelles ? »