Note de lecture : R. Turcan, Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée, Paris, 2003.

Morgane Varin (M1, ENS de Lyon)

L’ouvrage Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée est le fruit du travail de Robert Turcan, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres depuis 1990. Ce latiniste et spécialiste de l’histoire antique romaine s’est penché tout au long de sa carrière sur l’histoire religieuse et l’histoire de l’art romain, l’iconographie religieuse et la littérature latine. C’est dire si parmi ses plus récents travaux, ce livre, publié en 2003, s’inscrit dans la continuité de ses recherches précédentes1 . On l’aura remarqué, l’auteur, membre du Comité national du C.N.R.S., ne se limite pas à la seule littérature latine, puisqu’il est à la fois membre de la Société des Études latines (Paris) et de l’Association des Études grecques (Paris). Ses connaissances en histoire de l’art sont également importantes :  membre de l’Académie centrale européenne de Science et Art, il a aussi publié des ouvrages tels que Religion romaine, iconography of religions en 1988.

Le but de cet ouvrage est de traiter spécifiquement des sources disponibles pour un sujet très peu connu par manque de sources antiques, afin de fournir une sorte d’état des lieux des connaissances actuelles dans le domaine non seulement d’un culte bacchique qui apparaît encore comme très obscur, mais surtout d’un moment spécifique de ce culte, à savoir l’initiation des novices ou télétè (« consécration »), rituel entre tous sacré et protégé par le secret, comme en témoigne le nom de mystère. Il s’agit donc d’un « corpus documentaire », comme le qualifie lui-même l’auteur, restreint cependant à une période chronologique définie, à savoir l’époque romaine, depuis le scandale des Bacchanales de -186, date à laquelle l’on dispose des premières sources fournies en matière de rites initiatiques dionysiaques, jusqu’à l’époque hellénistique, durant laquelle ce culte fleurit particulièrement en Égypte lagide. Celui-ci y est revalorisé, et plus spécifiquement à Alexandrie, où les associations dionysiaques se multiplient et les rites se mettent en place, à tel point que le phénomène en vient à inquiéter les autorités et que, paradoxalement, le pharaon Ptolémée IV Philopator y participe. Ainsi, cet ouvrage permet de se rendre compte de façon très précise des modalités d’un culte qui à la fois devient mystérique et secret, et se normalise autour de ce que l’on appelle un hieros logos.

Continuer la lecture de « Note de lecture : R. Turcan, Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée, Paris, 2003. »

  1. On citera particulièrement sa thèse de doctorat, datée de 1966 : Les sarcophages romains à représentations dionysiaques. Essai de chronologie et d’histoire religieuse, Paris, 1966, réunissant déjà iconographie et culte dionysiaque, mais aussi ses œuvres traitant des religions orientales, comme en 1967 Sénèque et les religions orientales, et plus spécialement du culte de Mithra, comme Mithra et le mithriacisme en 1981 (2ème éd. en 1993). []

Note de lecture : G. Di Pasquale, Vinum Nostrum : Art, Science and Myths of Wine in Ancient Mediterranean cultures, Florence, 2010.

Jean-Roch Letellier (M2, Université Lyon 2)

Vinum Nostrum est le catalogue d’une exposition qui s’est tenue à Florence en 2010-2011, sous la direction de Giovanni Di Pasquale. L’ouvrage est constitué en deux parties, la première compte vingt-neuf articles d’universitaires, principalement, et la seconde présente un choix de pièces commentées.

L’ouvrage propose une vision transversale de l’étude du vin, à travers un état des lieux de la recherche archéologique, botanique et archéobotanique, géologique et littéraire d’un produit aussi emblématique que le fut le vin dans l’antiquité. L’ensemble du bassin méditerranéen est passé en revue, dans une acception très large. C’est plutôt l’empire romain dans sa plus vaste extension qui est considéré. Pour des raisons archéologiques évidentes, la Grèce, l’Egypte et l’Italie, en particulier l’Étrurie et Pompéi, sont l’objet de nombreux articles. La période concernée est elle aussi particulièrement large, puisqu’elle part de l’apparition biologique de la vigne, s’achève au moment de l’apogée de l’Empire.

Le nombre d’articles et leur fréquente redondance nous amènent à les présenter de façon synthétique. Il sera d’abord question de l’origine de la vigne, de son développement et de sa culture ; on évoquera ensuite les questions relatives à la production du vin, son transport, son marché ; on finira par les aspects sociaux de sa consommation.

Continuer la lecture de « Note de lecture : G. Di Pasquale, Vinum Nostrum : Art, Science and Myths of Wine in Ancient Mediterranean cultures, Florence, 2010. »

Note de lecture : A. Esposito (éd.), Autour du « banquet » : modèles de consommation et usages sociaux, Dijon, 2015

Maïté Coudour (M2, Université Lyon 3)

L’ouvrage dirigé par Arianna Esposito, spécialisée en archéologie et histoire de la Grèce antique, résulte d’un colloque de trois ateliers tenus entre 2010 et 2013 par l’Université de Bourgogne et regroupe des travaux portant sur le banquet dans l’Antiquité gréco-romaine. Il vise à mieux appréhender ce sujet controversé, ni vraiment privé, ni vraiment public, en bénéficiant des avancées et des nouvelles orientations de la recherche, sur une aire géo-culturelle qui s’étend de la Péninsule ibérique, l’Italie et la Gaule jusqu’en Grèce, en Thrace et aux Balkans.

Continuer la lecture de « Note de lecture : A. Esposito (éd.), Autour du « banquet » : modèles de consommation et usages sociaux, Dijon, 2015 »

Note de lecture : A. Tchernia, M. Poux, J.-P. Brun (dir.), Le vin : nectar des dieux, génies des hommes, Gollion, 2004.

Mégane Limbach (Master 1, ENS de Lyon)

Le Vin, nectar des Dieux, Génie des hommes est un ouvrage co-écrit par 36 chercheurs, édité par le pôle archéologique du Rhône à l’occasion de l’exposition du même nom présentée en 2004 aux musées archéologiques de Lyon-Fourvière et de Saint-Romain-en-Gal. Ce livre, à vocation de synthèse, se propose de dresser un panorama des connaissances actuelles autour d’un sujet que tous les chercheurs qui y ont participé connaissent bien : le vin.

Continuer la lecture de « Note de lecture : A. Tchernia, M. Poux, J.-P. Brun (dir.), Le vin : nectar des dieux, génies des hommes, Gollion, 2004. »

Parution : B. Boudou, Politique de l’hospitalité, une généalogie conceptuelle, Paris, 2017

B. Boudou, Politique de l’hospitalité. Paris, CNRS éditions, 2017.
L’hospitalité est une pratique en apparence simple et universellement partagée. Il serait donc tentant d’en fournir une définition générique : l’hospitalité est l’institution qui règle l’interaction entre un accueillant (chez lui) et un accueilli (nouveau venu), consistant en un processus de familiarisation réciproque (faire connaissance, entretenir une relation, etc.). Elle a comme fonctions la dispensation de bienfaits, l’amorçage de la socialité, l’identification de l’étranger, ou l’intégration temporaire de l’invité.
L’hospitalité ne saurait néanmoins être réduite à une vertu privée. Elle est au contraire une pratique politique : elle institue des règles, des frontières, et des dispositifs d’intégration ou d’exclusion. Cet ouvrage expose les différentes formes qu’elle a pu revêtir, des sociétés traditionnelles à nos jours en explicitant les relations de pouvoir qui se jouent dans le langage vertueux de l’hospitalité. Une telle généalogie permet de retrouver les moments et les lieux clés qui ont façonné ce concept en le transformant, le déplaçant et le recomposant selon sa fonction politique.
Cet ouvrage, tout en répondant à une actualité brûlante et souvent tragique ouvre à une réflexion distanciée mais active afin de démocratiser les frontières.

Continuer la lecture de « Parution : B. Boudou, Politique de l’hospitalité, une généalogie conceptuelle, Paris, 2017 »