The Silent Voice of the Husband : Hospitality and Gender in the City of Jerusalem

Konstantin Klein (Otto Friedrich Universität Bamberg)

Francisco de Zurbarán, Hl. Hieronymus mit der Hl. Paula Romana und ihrer Tochter, Hl. Eustochium, 1638-1640, National Gallery of Art (c) domaine public

In the last months of 385, the Roman noblewoman Paula boarded a ship at Ostia and sailed first to Cyprus and then to Antioch, from where she continued her journey on to the Holy Land. She would not see her home city of Rome ever again. Her daughter Julia Eustochium was on board with her. Her other children, Paulina, Rufina, and Julius Toxotius stayed behind at the quay. Neither Rufina’s tears nor Toxotius’ little hand reaching out for his mother could move Paula to reconsider her departure : Her love towards God, as her spiritual advisor Jerome wrote, was greater than that towards her children (pietatem in filios pietate in Deum superans)1. It seems that the cooling of Paula’s motherly affections, as described by Jerome, was nothing untypical for aristocratic female ascetics in Late Antiquity : The negligence of parental duties as well as the separation from or the resolving of family bonds appear as recurring themes in the lives of those Roman noblewomen of the fourth and fifth century who left their ancestral homes in order to start a new life in the Holy Land. Paula of Rome, who together with Jerome founded monasteries and hospitals in Bethlehem is just one example. Her contemporary, Melania the Elder had demonstrated a similar self-controlled attitude when breaking off her family bonds in Rome for a higher, religious aim in Jerusalem. Her relative, Paulinus of Nola tried to justify Melania abandoning her son in the early 370s by styling this act as a blessing: “She gave her child love by abandoning him and kept him with her by sending him away2.”

Jerome’s description of Paula’s departure to new pastures and Paulinus’ justification of Melania’s lack of motherly qualities serve as a good starting point to explore the phenomenon on which I would like to touch in this short communication : Both women acted in ways that would have required an explanation for anyone living in the Roman Empire only one century earlier. For a Roman noblewoman of High-Imperial times, both Paula and Melania were not fulfilling gender roles that had been valid for centuries, and it therefore seems worth asking what role gender played in the larger topic of hospitality in the late antique Holy Land. In order to shed light on this question, it is paramount to engage not only with the literary sources praising the Christian deeds of these women, but also to contrast these rather extraordinary examples with what we can only assume to have been the ‘normal’ case: For this, the epigraphic evidence from Jerusalem and its surroundings is highly important. While I will conclude this communication with a short outlook on this material, I have to apologise in advance that the final considerations are very much work in progress. Before we cast a look at the role of gender (and, as we shall see, modesty), it is necessary to give a brief outline of the phenomenon of pilgrimage hospitality in the Holy Land in general.

Continuer la lecture de « The Silent Voice of the Husband : Hospitality and Gender in the City of Jerusalem »

  1. Hier., ep. 108,6, cf. Gordini 1961:90–92, and, on the literary motif of holy women renouncing their children and being ‘bad mothers,’ Giardina 2001:193–194. []
  2. Paul. Nol., ep. 29,9. []

Identifier les structures d’hospitalité dans et près des sanctuaires de Gaule et des Germanies : questions méthodologiques et problèmes de sources

Audrey Ferlut (Université Lyon 3)

L’hospitalité près des sanctuaires, en particulier ceux éloignés des grandes centres urbains – sanctuaires des sources et des eaux, sanctuaires guérisseurs, sanctuaires à une divinité topique liée à une particularité géographique du terrain, sanctuaire aux confins de deux cités (cas du sanctuaire de Bourbonne-les-Bains) –, était une nécessité pour les hommes et les femmes de l’Antiquité romaine. Ces formes de l’hospitalité sont beaucoup mieux connues dans la partie grecque de l’Empire romain, où les voyages pour des pratiques rituelles1 étaient beaucoup plus anciens, beaucoup plus nombreux et mieux documentés2, que dans la partie occidentale. Pourtant, dans les sanctuaires suburbains ou ruraux, il est impossible d’imaginer que tous les dédicants3 aient fait le trajet dans la journée. Leur accueil dans des structures pérennes ou temporaires était donc une condition sine qua non pour le fonctionnement du sanctuaire.

Continuer la lecture de « Identifier les structures d’hospitalité dans et près des sanctuaires de Gaule et des Germanies : questions méthodologiques et problèmes de sources »

  1. Les historiens anglo-saxons utilisent le terme de « pilgrimage » ou pèlerinage. Ce terme est cependant fortement empreint des pratiques chrétiennes et nous semble éloigner des réalités dans la partie occidentale de l’empire romain. Faute d’un terme plus adéquat, nous avons choisi d’utiliser l’expression de voyage pour des pratiques rituelles malgré son caractère imparfait. []
  2. Voir par exemple B. Ault, Housing the Poor and Homeless in Ancient Greece, in B. Ault et L. Nevett (éds), Ancient Greek Houses and Households. Chronological, Regional and Social diversity, Philadelphie, 2005, p. 166-230. Voir également d’autres billets des ateliers HospitAm sur l’hospitalité dans le monde grec. []
  3. Nous privilégierons le terme de dédicant à celui de pèlerin pour éviter les anachronismes. []

Evergètes, hôtes et accueillis dans les structures d’hospitalité des sanctuaires ruraux de Gaule et des Germanies

Audrey Ferlut (Université Lyon 3)

Les sanctuaires dans l’Antiquité, lieux centraux de la vie des cités, sont au cœur des pratiques de la romanité aussi bien à Rome que dans les provinces, provinces dont les habitants s’approprient cette romanité et l’interprètent pour créer ce que Georg Woolf a appelé en 1998 une « culture romaine d’Empire ».

Les sanctuaires peuvent être urbains1 , suburbains2 ou ruraux. Dans le cas des sanctuaires urbains, même si tous les dédicants ne sont pas issus de la cité et de la zone urbaine de la cité, la présence de membres de la famille et/ou de lieux d’hospitalité mercantile – hospitium, tabernae, … comme Marie-Adeline Le Guennec a pu le montrer lors d’un précédent atelier – posent moins de questions quant à l’accueil à proprement parler des dédicants et des personnes qui circulent dans le sanctuaire. En revanche, dans le cas des sanctuaires suburbains comme celui de Feyen ou de l’Altbachtal dans la proximité de Trèves ou de sanctuaires ruraux situés parfois aux confins de la cité, voire de plusieurs cités, comme dans le cas de Bourbonne-les-Bains ou de Luxueil-les-Bains, la question de l’hospitalité des dédicants se pose de manière beaucoup plus pressante. Lorsque le sanctuaire a vocation à être sanctuaire guérisseur, comme à Bourbonne-les-Bains ou à Luxueil-les-Bains, la question se pose encore davantage puisque les dédicants pouvaient rester plusieurs jours, voire semaines sur place. La question des structures d’hospitalité, de leurs vocations mercantiles ou non et de l’organisation voulue par ceux qui accueillent, ceux qui sont accueillis et ceux qui offrent ces structures doit alors être étudiée de manière rigoureuse.

Continuer la lecture de « Evergètes, hôtes et accueillis dans les structures d’hospitalité des sanctuaires ruraux de Gaule et des Germanies »

  1. Ici, nous envisageons le cœur urbain de la cité, soit la plus grande zone urbaine, centres urbains d’une colonie par exemple et/ou capitale provinciale. []
  2. Ce terme de suburbain nous semble plus adéquat dans le sens où il répond en écho au terme latin de suburbium et se rapproche de la réalité latine. Il semble préférable aux termes géographiques contemporains comme périurbains qui ont peu de liens avec les réalités antiques. []

Nemo se stabularii aut coponis hospitem iudicat (Sénèque, De beneficiis, 1, 14, 1). L’aubergiste romain, un anti-acteur de l’hospitalité ?

Marie-Adeline Le Guennec (École française de Rome)

(c) Dietmar Rabich
(c) Dietmar Rabich

L’objectif de ce billet est d’approfondir la réflexion débutée lors d’un précédent atelier HospitAm, consacré aux approches lexicales de l’hospitalité dans le contexte de l’Antiquité méditerranéenne. J’avais alors proposé une communication intitulée « Hospitalité et accueil mercantile dans l’Occident romain antique, des lexiques en opposition ? », dans laquelle j’avais commencé à évoquer, par le prisme du lexique, les liens complexes existant entre l’hospitium, désignation latine de l’hospitalité gratuite, et une forme particulière d’accueil pratiquée dans le monde romain antique, l’accueil mercantile.

Dans la documentation, cette modalité commerciale de séjour est régulièrement représentée comme une pratique qui, du fait de son caractère mercantile et anonyme, serait incompatible, voire en contradiction directe, avec les logiques de don et de contre-don, de réciprocité et de dépendance, d’amitié et de clientèle sur lesquelles étaient fondés, à Rome, les rapports politiques et sociaux, et dont l’hospitium constituait l’une des manifestations privilégiées. Cette référence à l’hospitalité se ressentait également dans la manière dont les professionnels de l’accueil donnaient à voir et sans doute concevaient leur métier, dans une perspective résolument inverse, comme une transposition de l’hospitalité privée dans le champ commercial. C’est donc sur ce lien complexe entre hospitalité et accueil mercantile, fait de distinction, de reproduction mais aussi de partage de valeurs communes que j’entends m’interroger ici, en mettant au centre de la réflexion la question des acteurs ; il s’agira en somme de se demander si les aubergistes romains constituaient des anti-acteurs ou des acteurs au sens propre de l’hospitalité, voire des praticiens d’une hospitalité d’un genre particulier, à savoir d’une hospitalité rétribuée.

Continuer la lecture de « Nemo se stabularii aut coponis hospitem iudicat (Sénèque, De beneficiis, 1, 14, 1). L’aubergiste romain, un anti-acteur de l’hospitalité ? »

Atelier – Rivisitare le cauponae Cultura materiale e spazio sociale nei luoghi di ospitalità romani / Revisiting Cauponae  Material Culture and Social Space in Roman Bars and Inns (Rome – Institutum Romanum Finlandiae – 20/05/2016)

Atelier organisé par Ria Berg (Institutum Romanum Finlandiae), en collaboration avec le projet « Segregated or Integrated? – Living and Dying in the Harbour City of Ostia, 300 BCE – 700 CE’ » de l’Académie de Finlande/Université di Tampere

Scène d'auberge - Pompéi, VI 10, 1.19 (gravure du XIXe s.) (c) domaine public
Scène d’auberge – Pompéi, VI 10, 1.19 (gravure du XIXe s.) (c) domaine public

La giornata di studio si focalizzerà sulle problematiche dell’identificazione delle strutture romane come luoghi di ristoro ed ospitalità commerciale: quali i criteri archeologici per riconoscere bar, ristoranti o alberghi, e i loro reperti mobili, come relazionarli con i concetti latini di thermopolium, popina, caupona, hospitium ? Continuer la lecture de « Atelier – Rivisitare le cauponae Cultura materiale e spazio sociale nei luoghi di ospitalità romani / Revisiting Cauponae  Material Culture and Social Space in Roman Bars and Inns (Rome – Institutum Romanum Finlandiae – 20/05/2016) »