Les marchands et les interprètes, des hôtes comme les autres ? Quelques exemples issus des milieux syriaques (IIIe-VIe siècles)

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon)

L’objectif de ce billet est d’interroger la distinction entre hôte accueillant et hôte accueilli à travers l’étude de deux groupes de voyageurs orientaux tardo-antiques (IIIe-VIe siècles) amenés à recevoir ou à donner l’hospitalité en raison de leur activité professionnelle : les marchands et les interprètes. Ces acteurs de l’hospitalité sont parfois oubliés ou méconnus, faute de documentation ou d’intérêt de la part des Anciens qui préfèrent se concentrer sur les hôtes de marque issus des élites ou bien – dans un monde de plus en plus christianisé – sur les figures de l’apôtre, de l’évêque, du moine ou du pèlerin. Malgré tout, en filigrane, quelques portraits de marchands et d’interprètes se détachent et interrogent l’historien. À quelle figure d’hôte se rattachent ces professionnels du voyage ? Comment sont-ils considérés par les autres acteurs de l’hospitalité ? Dans quelle mesure les réseaux commerciaux, religieux et politiques se superposent-ils ? De prime abord, doit-on considérer les marchands et les interprètes comme des médiateurs de l’hospitalité et non comme des hôtes à part entière ? Enfin, quel est le rôle, pour les autres acteurs de l’hospitalité (ambassadeur, émissaire, apôtre, pèlerin, saint…), des contacts directs établis en amont par ces catégories de voyageurs ?

Continuer la lecture de « Les marchands et les interprètes, des hôtes comme les autres ? Quelques exemples issus des milieux syriaques (IIIe-VIe siècles) »

Le deversorium dans les villae occidentales tardives : comment l’identifier ?

Jean-Philippe Carrié (Université de Limoges)

Résumé

Depuis le début du XXe siècle, il est admis que la villa aristocratique romaine était équipée d’appartements pour recevoir les invités et les visiteurs. Les témoignages, depuis Vitruve jusqu’à Isidore de Séville, permettent de comprendre que ces appartements aménagés pour les visiteurs représentent l’application d’un concept assez ancien et sont connus, dès le Ier siècle ap. J.-C., sous le nom de domunculae ou d’hospitalia.

Continuer la lecture de « Le deversorium dans les villae occidentales tardives : comment l’identifier ? »

Les espaces d’accueil des chrétiens de l’empire sassanide (IIIe-VIIe siècles)

Simon Brelaud (Université Paris-Sorbonne)

Plaque votive de Bazyān, musée de Souleimaniye (© L. Mazou, Mission archéologique française de Bazyān)

Utilisant une terminologie occidentale en usage dans l’empire byzantin, les auteurs syro-orientaux n’en désignaient pas moins une réalité de l’hospitalité qui était propre au vécu des chrétiens en milieu sassanide. Du point de vue de l’historiographie syriaque, le Ve siècle correspond au début de la production littéraire dans l’empire perse – à l’exception notable des écrits d’Aphraate –. Les récits relatifs aux premiers siècles du gouvernement sassanide sont donc dans bien des cas imprégnés des réalités sociales plus tardives. Ainsi, lorsque la Chronique arabe de Séert, compilant elle-même des notices anciennes écrites en syriaque, précise que le catholicos Bābaï (498-502), chef de l’Église de Perse, « donnait l’hospitalité aux évêques et aux étrangers, imitant la conduite des moines et des saints », il semble que le contexte historique corresponde davantage à celui du courant du VIe siècle, et non pas au Ve siècle, à savoir celui durant lequel le monachisme mésopotamien se diffusait (Chr. de Séert, II, p. 36-8). L’étude des espaces d’accueil des chrétiens dans l’empire perse confirme en effet la part importante qu’a pris le cénobitisme dans l’hospitalité des chrétiens.

Devant le manque de documentation précise sur les lieux d’accueil en milieu iranien, c’est par une étude des circulations que l’on peut s’approcher des fonctions des différents monuments attestés. Du IIIe au VIIe siècle, les chrétiens représentent la masse documentaire la plus importante pour une étude prosopographique des habitants de l’empire : toutefois, la notion d’accueil est profondément liée à une « conscience » chrétienne et ne peut être étendue sans nuance aux autres groupes religieux constitutifs de l’empire. Les chrétiens sont dans l’empire sassanide une population minoritaire avant que leur religion ne soit reconnue institutionnellement par le pouvoir zoroastrien avec le premier synode de l’Église de Perse en 410, puis ils sont de mieux en mieux représentés dans les sphères de la société.

Continuer la lecture de « Les espaces d’accueil des chrétiens de l’empire sassanide (IIIe-VIIe siècles) »

Note de lecture : C. Grandjean, Chr., Hugoniot, B. Lion (éd.), Le banquet du monarque dans le monde antique, Rennes, 2013

Cécile Marquerie (M1, ENS de Lyon)

Le banquet est un thème riche pour l’analyse des sociétés antiques. Ce dernier a suscité de nombreuses études, notamment celle menée lors du colloque international « Le banquet du monarque » qui s’est tenu à l’université de Tours en mars 2010. À la suite de ce rassemblement, une publication des actes du colloque a été entreprise par les historiens Catherine Grandjean, Christophe Hugoniot et Brigitte Lion, aboutissant à la sortie de l’ouvrage Le banquet du monarque dans le monde antique en 2013.

Continuer la lecture de « Note de lecture : C. Grandjean, Chr., Hugoniot, B. Lion (éd.), Le banquet du monarque dans le monde antique, Rennes, 2013 »

Nemo se stabularii aut coponis hospitem iudicat (Sénèque, De beneficiis, 1, 14, 1). L’aubergiste romain, un anti-acteur de l’hospitalité ?

Marie-Adeline Le Guennec (École française de Rome)

(c) Dietmar Rabich
(c) Dietmar Rabich

L’objectif de ce billet est d’approfondir la réflexion débutée lors d’un précédent atelier HospitAm, consacré aux approches lexicales de l’hospitalité dans le contexte de l’Antiquité méditerranéenne. J’avais alors proposé une communication intitulée « Hospitalité et accueil mercantile dans l’Occident romain antique, des lexiques en opposition ? », dans laquelle j’avais commencé à évoquer, par le prisme du lexique, les liens complexes existant entre l’hospitium, désignation latine de l’hospitalité gratuite, et une forme particulière d’accueil pratiquée dans le monde romain antique, l’accueil mercantile.

Dans la documentation, cette modalité commerciale de séjour est régulièrement représentée comme une pratique qui, du fait de son caractère mercantile et anonyme, serait incompatible, voire en contradiction directe, avec les logiques de don et de contre-don, de réciprocité et de dépendance, d’amitié et de clientèle sur lesquelles étaient fondés, à Rome, les rapports politiques et sociaux, et dont l’hospitium constituait l’une des manifestations privilégiées. Cette référence à l’hospitalité se ressentait également dans la manière dont les professionnels de l’accueil donnaient à voir et sans doute concevaient leur métier, dans une perspective résolument inverse, comme une transposition de l’hospitalité privée dans le champ commercial. C’est donc sur ce lien complexe entre hospitalité et accueil mercantile, fait de distinction, de reproduction mais aussi de partage de valeurs communes que j’entends m’interroger ici, en mettant au centre de la réflexion la question des acteurs ; il s’agira en somme de se demander si les aubergistes romains constituaient des anti-acteurs ou des acteurs au sens propre de l’hospitalité, voire des praticiens d’une hospitalité d’un genre particulier, à savoir d’une hospitalité rétribuée.

Continuer la lecture de « Nemo se stabularii aut coponis hospitem iudicat (Sénèque, De beneficiis, 1, 14, 1). L’aubergiste romain, un anti-acteur de l’hospitalité ? »