Quelques exemples de voyages d’évêques tardo-antiques et leurs hôtes

Ariane Bodin (Université Paris Ouest)

Statue de saint Germain d’Auxerre, église de Saint-Germain l’Auxerrois, sculpture en bois polychromée, XVe siècle (c) domaine public

Les clercs convertis à l’ascétisme sont réputés pour accueillir des hôtes ou des étrangers dans leur monastère, et lorsqu’ils sont en déplacement, ils cherchent à recevoir l’hospitalité d’individus modestes comme de ceux vivant dans des monastères. Ainsi, ils évitent d’avoir à fréquenter la maison d’individus qui pourraient les tenter de s’écarter de leur mode de vie. Il s’agira de présenter dans ce billet comment ces clercs ascètes mettent en place des stratégies afin de pouvoir continuer à mener le sanctum propositum en dehors de leur cité épiscopale, en s’appuyant sur quelques exemples de clercs ascètes en déplacement ayant le plus souvent vécu au Ve siècle dans l’Occident gaulois ou africain.

Tout d’abord, il s’agira de s’intéresser au cas d’Augustin d’Hippone ainsi que des évêques qui lui sont proches, puis de présenter celui de Germain d’Auxerre qui alterne entre des séjours chez des laïcs ou des ecclésiastiques et dans des auberges, pour finir avec celui de Fulgence de Ruspe, qui loge exclusivement dans des monastères.

Continuer la lecture de « Quelques exemples de voyages d’évêques tardo-antiques et leurs hôtes »

Les acteurs de l’hospitalité dans les sources italiennes : Grégoire le Grand et le premier Haut Moyen Âge

Eleonora Destefanis (Università del Piemonte Orientale, Dipartimento di Studi Umanistici)

Antonello da Messina, Saint Grégoire le Grand (Palermo, galleria regionale di Palazzo Abatellis) (c)Domaine public
Antonello da Messina, Saint Grégoire le Grand (Palermo, galleria regionale di Palazzo Abatellis) (c)Domaine public

Grégoire et l’hospitalité : le discours moral

Tout discours sur l’hospitalité entre l’Antiquité tardive et le Haut Moyen Âge italien ne peut faire abstraction de l’ouvrage de Grégoire le Grand, qui, dans sa production multiple et très différenciée, aborde la question sous des points de vue très variés, en fournissant des perspectives complémentaires entre elles et en permettant de pénétrer dans des milieux très différents, d’où découle un kaléidoscope d’acteurs de l’accueil. En même temps, comme on le verra, il est souvent très difficile de distinguer l’assistance aux pauvres (ou mieux aux pauperes), considérée génériquement, de l’accueil comportant stricto sensu le logement, parce que les formes de l’assistance se recoupent à tel point (et à plusieurs niveaux) que la tentative de faire des distinctions trop rigides risque parfois de devenir trompeuse. Dans l’analyse qui suit, je me bornerai à l’oeuvre grégorienne, en laissant de côté l’image de la caritas et de la préoccupation pour l’assistance envers les pauvres de Grégoire, tels qu’ils sont représentés dans l’hagiographie du saint et notamment dans la Vita Gregorii de Jean Diacre (IXe siècle), pourtant attentive à cet aspect.

Continuer la lecture de « Les acteurs de l’hospitalité dans les sources italiennes : Grégoire le Grand et le premier Haut Moyen Âge »

La réglementation de l’hospitalité en milieu monastique tardoantique en réponse à un nouveau besoin : celui de ne pas devoir rompre le jeûne

Emmanuelle Raga (Université libre de Bruxelles)

Le combat de Carnaval et de Carême, P. Bruegel l'Ancien, 1559 (a) domaine public
Le combat de Carnaval et de Carême, P. Bruegel l’Ancien, 1559 (a) domaine public

L’enjeu de l’hospitalité pour les aspirants ascètes de l’Antiquité tardive pose une difficulté très concrète : comment embrasser pleinement une vie contemplative sans négliger le fondamental devoir d’hospitalité ? La visite d’hôtes empiète en effet sur plusieurs aspects d’une vie contemplative. Non seulement elle impose d’interrompre toute activité pour recevoir le ou les invités mais de plus cette action ne peut être pleinement accomplie sans l’offre et le partage d’aliments (de surcroît idéalement d’aliments sortant de l’ordinaire) et impose donc de rompre le jeûne et l’abstinence alimentaire qui accompagnent tout projet contemplatif. De manière générale, la double injonction à vivre une vie contemplative sans pour autant négliger les devoirs d’une vie active confronte tous les aspirants ascètes à un dilemme requérant un compromis. Ce dilemme se pose naturellement également pour les communautés monastiques.

Continuer la lecture de « La réglementation de l’hospitalité en milieu monastique tardoantique en réponse à un nouveau besoin : celui de ne pas devoir rompre le jeûne »

Normes et institutions de l’hospitalité dans l’Antiquité méditerranéenne – Propos introductifs

Mosaïque dite "The Funerary Couch" (Edessa, IIIe s. ap. J.-C.)
Mosaïque dite « The Funerary Couch » (Edessa, IIIe s. ap. J.-C.)

Le précédent atelier du projet Hospitam (Lyon, mars 2016), consacré aux « mots de l’hospitalité autour de la Méditerranée antique » avait permis de mieux préciser les contours de l’hospitalité dans plusieurs contextes culturels antiques et d’approfondir d’épineuses questions de définition. En dépit de permanences souvent plus lexicales que conceptuelles, le polymorphisme de la terminologie semble refléter la pluralité des sociétés dans lequel ce lexique évolue ; il témoigne d’une actualisation continue des termes et de concepts relevant de l’hospitalité et de l’accueil. À l’issue de cet atelier, il avait alors semblé judicieux d’étendre l’enquête vers la question des normes et des institutions de l’hospitalité, dont l’étude des nomenclatures lexicales constituait en quelque sorte déjà la première étape.

Continuer la lecture de « Normes et institutions de l’hospitalité dans l’Antiquité méditerranéenne – Propos introductifs »

Compte rendu de Table ronde – Les structures d’accueil et d’hébergement dans les monastères, du Haut Moyen Âge au XVIe siècle (Université Lumière Lyon 2 – 08/02/2013)

Table-ronde organisée par Nicolas Reveyron et Mathilde Gardeux (UMR 5138- CNRS)

aile ouest du cloître de l’abbaye de Jumièges (XIIe siècle, Seine-Maritime) vue du nord-est

Le 8 février 2013, une table ronde sur l’accueil dans les monastères s’est tenue à l’université Lumière Lyon 2. Cette journée d’étude fut organisée dans le cadre des recherches menées au sein de l’UMR 5138 Archéologie et archéométrie (Maison de l’Orient et de la Méditerranée) sur l’organisation de l’espace religieux, où les problématiques sur la gestion de l’accueil à l’intérieur des monastères sont souvent abordées.

En effet, l’hospitalité est un des devoirs majeurs de la vie religieuse régulière au Moyen Âge, et dès l’Antiquité tardive la notion d’accueil recouvre une réalité complexe : soin des malades, distribution d’aumônes, réception des pèlerins, des voyageurs mais aussi des riches donateurs. Les recherches sur ce domaine ont beaucoup avancé depuis plusieurs années, mais la question de l’hébergement des personnes extérieures dans les monastères au Moyen Âge demeure ouverte.

Le but de cette table-ronde fut de proposer un état des recherches et des connaissances sur les problématiques liées à l’accueil et à l’hébergement dans le monde monastique. Huit chercheurs, historiens et archéologues, ont abordé ce vaste sujet sous différents angles, selon un ordre chronologique, depuis le Haut Moyen Âge jusqu’à la fin de cette époque. On trouvera ici un compte rendu de ces interventions, précédé d’un avant-propos de Nicolas Reveyron, co-organisateur de la table ronde, qui vise à proposer un état de la recherche et des questionnements en présence.

Continuer la lecture de « Compte rendu de Table ronde – Les structures d’accueil et d’hébergement dans les monastères, du Haut Moyen Âge au XVIe siècle (Université Lumière Lyon 2 – 08/02/2013) »