Identifier des lieux d’hospitalité spécialisés en milieu chrétien oriental (IVe-VIe siècles) : apports et aporie de la documentation textuelle

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon – HiSoMA UMR 51 89)

Est-il possible d’identifier des lieux d’accueil ou d’hospitalité spécialisés en contexte chrétien à partir des sources littéraires, à quels problèmes de méthode se heurte-t-on ? On entend par « spécialisé »  ce qui répond à un « emploi précis, déterminé, restreint » (Trésor de la langue française). Pour ce faire, il s’agit de chercher à identifier des lieux uniquement dévolus à l’hospitalité ou à l’accueil, en excluant volontairement les lieux « polyvalents ». Il s’agit ensuite d’identifier des lieux dévolus à un type spécifique d’accueil ou d’hospitalité, i.e. liés à une fonction particulière (l’accueil pour des soins, l’accueil lors de pèlerinages) ou destinés à une catégorie spécifique d’hôtes-accueillis (moines, malades, orphelins…). Il s’agit, enfin, de chercher à identifier des lieux/structures dévolus à un moment spécifique de l’hospitalité, envisagée alors comme une séquence. Par exemple, quel lien établir entre les modalités de franchissement d’un seuil et l’apparition de véritables complexes de porterie en milieu monastique ? Établir une différence entre lieu d’accueil et lieu d’hospitalité semble peu pertinent ici car la moralisation du discours chrétien engendre une réelle confusion autour de ces deux notions et rend la distinction assez floue. L’Orient tardo-antique constitue le terrain d’enquête. Il présente le triple intérêt d’avoir été précocement christianisé, d’avoir connu un développement important du monachisme et d’être renseigné par une abondante documentation textuelle en langue grecque, syriaque (et latine dans une moindre mesure).

Continuer la lecture de « Identifier des lieux d’hospitalité spécialisés en milieu chrétien oriental (IVe-VIe siècles) : apports et aporie de la documentation textuelle »

Espaces de l’hospitalité gratuite, espaces de l’accueil marchand dans l’Occident romain (République et Haut-Empire) : distinctions et porosités

Marie-Adeline Le Guennec (École française de Rome)

Si j’ai été amenée à m’intéresser à la question des lieux destinés à la prise en charge des gens de passage dans le contexte de l’Occident romain antique (République – Haut Empire), c’est à l’origine au sujet d’une forme d’accueil qui n’est pas l’hospitalité gratuite, privée ou publique, bien que son rapport à l’hospitalité soit plus direct qu’on ne le penserait de prime abord : l’accueil mercantile. L‘importance dévolue à la pratique de l’hospitalité privée ou publique dans le contexte culturel romain, notamment au sein des élites, s’avère en effet une donnée essentielle pour rendre compte de la place que pouvaient occuper, au sein d’un monde romain en mouvement, les établissements dédiés à l’accueil mercantile, les professionnels qui y travaillaient, et la clientèle qui les fréquentait.

Comme je l’ai montré lors d’un précédent atelier, l‘étude du lexique permet de mettre en pleine lumière cette influence, polémique ou archétypale, de l’hospitalité sur l’accueil mercantile romain, avec l’entrée progressive dans le champ lexical latin de l’auberge de termes relevant originellement de l’hospitalité privée, en particulier hospes et hospitium Qu’en est-il en revanche des sources matérielles et notamment des vestiges archéologiques1 ? Est-ce que, pour l’Occident romain, l’antagonisme qui se fait jour dans les sources textuelles se poursuit jusque dans la matérialité d’un côté, de l’accueil mercantile et de l’autre, de l’hospitalité gratuite ? Et dans ce cas, sous quelle forme : par le recours à des structures matérielles nettement distinctes ? N’est-ce pas plutôt, serait-on en droit de se demander par rapprochement avec les sources écrites et iconographiques, par l’emprunt par l’accueil mercantile des structures matérielles de l’hospitalité ? Ou encore, a-t-on éventuellement affaire à des structures matérielles plus largement associées dans l’Antiquité romaine à l’accueil temporaire, qui se donneraient en cela également à voir, par exemple, dans les stations routières officielles ?

Continuer la lecture de « Espaces de l’hospitalité gratuite, espaces de l’accueil marchand dans l’Occident romain (République et Haut-Empire) : distinctions et porosités »

  1. Les sources iconographiques témoignent elles aussi, pour l’essentiel, d’une transposition / reproduction des motifs de l’hospitalité privée, notamment symposiaque. []

Topographical issues in the Itinerarium Egeriae : An essay on the modalities of travel in the fourth century AD

Cristina Corsi (Università di Cassino)

Since the relatively recent discovery of the parchment reporting the incomplete narrative of a journey undertaken to the Holy Land, the text of the so-called Itinerarium Egeriae (formerly known as Peregrinatio Aetheriae) has attracted an amazing attention from scholars. Actually, the parchment, written at Montecassino and dated to the eleventh century, was found only at the end of the nineteenth century by Gian Francesco Gamurrini in the library of the Confraternita dei Laici in Arezzo.

Continuer la lecture de « Topographical issues in the Itinerarium Egeriae : An essay on the modalities of travel in the fourth century AD »

L’accueil au sein des ensembles ecclésiastiques en Occident au haut Moyen Âge (VIe-Xe siècles) : topographie, architecture et évidence matérielle

Eleonora Destefanis (Università del Piemonte Orientale)

Archéologie et structures matérielles de l’accueil : des problèmes de méthode

L’hospitalité et, plus en général, les problèmes liés à l’accueil peuvent être abordés à travers plusieurs prismes mais l’un des moins exploités pour l’Occident est celui des structures matérielles. Pour la période post-classique, sur laquelle cette communication se concentre, cette situation peut s’expliquer par le fait que les sources archéologiques sont très maigres, au moins jusqu’aux siècles centraux du Moyen Âge, et que l’interprétation de ces dernières est souvent très problématique. Les sources écrites, par contre, se multiplient pour cette période, à la fois en milieu urbain et rural, mais elles ne se penchent presque jamais sur les aspects architecturaux, l’objectif de leur rédaction étant administratif, juridique, hagiographique etc. Les ensembles ecclésiastiques – notamment les monastères, les complexes épiscopaux et les sanctuaires de pèlerinage – sont sans aucun doute les contextes qui présentent les témoignages les plus significatifs pour le haut Moyen Âge1.

L’un des problèmes principaux demeure l’identification des bâtiments d’accueil et la possibilité de les reconnaître en fouille, un sujet sur lequel l’archéologie s’interroge depuis longtemps, notamment quant aux marqueurs contribuant à ce but. La question se pose déjà pour l’Antiquité tardive, si l’on pense par exemple au fameux xenodochium de Pammachius à Porto, mentionné par Jerôme (Hier., Epist. LXVI, 11 : CSEL 54, p. 661 ; Hier., Epist. LXXVII, 10 : CSEL 55, p. 47) dont l’ancienne identification de De Rossi (1866a et b) a été démentie par les fouilles menées depuis 1991 (La basilica portuense 2013).

Continuer la lecture de « L’accueil au sein des ensembles ecclésiastiques en Occident au haut Moyen Âge (VIe-Xe siècles) : topographie, architecture et évidence matérielle »

  1. Pour l’Antiquité tardive voire aussi les remarques dans Corsi 2016, avec références. []

Les marchands et les interprètes, des hôtes comme les autres ? Quelques exemples issus des milieux syriaques (IIIe-VIe siècles)

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon)

L’objectif de ce billet est d’interroger la distinction entre hôte accueillant et hôte accueilli à travers l’étude de deux groupes de voyageurs orientaux tardo-antiques (IIIe-VIe siècles) amenés à recevoir ou à donner l’hospitalité en raison de leur activité professionnelle : les marchands et les interprètes. Ces acteurs de l’hospitalité sont parfois oubliés ou méconnus, faute de documentation ou d’intérêt de la part des Anciens qui préfèrent se concentrer sur les hôtes de marque issus des élites ou bien – dans un monde de plus en plus christianisé – sur les figures de l’apôtre, de l’évêque, du moine ou du pèlerin. Malgré tout, en filigrane, quelques portraits de marchands et d’interprètes se détachent et interrogent l’historien. À quelle figure d’hôte se rattachent ces professionnels du voyage ? Comment sont-ils considérés par les autres acteurs de l’hospitalité ? Dans quelle mesure les réseaux commerciaux, religieux et politiques se superposent-ils ? De prime abord, doit-on considérer les marchands et les interprètes comme des médiateurs de l’hospitalité et non comme des hôtes à part entière ? Enfin, quel est le rôle, pour les autres acteurs de l’hospitalité (ambassadeur, émissaire, apôtre, pèlerin, saint…), des contacts directs établis en amont par ces catégories de voyageurs ?

Continuer la lecture de « Les marchands et les interprètes, des hôtes comme les autres ? Quelques exemples issus des milieux syriaques (IIIe-VIe siècles) »