Archéologie du voyage et de l’hospitalité dans le monde romain antique – Cycle de conférences de Cristina Corsi à l’ENS de Lyon (janvier – février 2019)

Cristina Corsi (Université de Cassino), membre de l’équipe HospitAm, est professeure invitée à l’ENS de Lyon en ce début d’année 2019. Dans ce cadre, elle donnera un cycle de 5 conférences, dont le programme se trouve ici et infra.


Cristina Corsi est actuellement professeur en archéologie au département des sciences humaines de l’Université de Cassino en Italie. Ses recherches portent sur les voyages et les circulations de la fin de la période romaine jusqu’au Moyen-Age (IVème – XIIème s. ap. J.-C.). Elle étudie notamment les aspects culturels des voyages antiques et médiévaux et expérimente l’application de nouveaux cadres théoriques, empruntés à d’autres disciplines (telles que la sociologie et la géographie humaine), pour les étendre à l’étude de la mobilité dans l’Antiquité et le Haut Moyen Âge en Méditerranée. Elle est l’auteur de plusieurs volumes portant sur les réseaux routiers et les infrastructures en Italie romaine et dans le Latium médiéval.

Elle donnera 5 séances de séminaires (en français), ouvertes à tous, sur plusieurs de ses domaines de spécialité.

Jeudi 17 janvier – 14h-17h – ENS de Lyon, salle D2.128
Stop & Go. Introduction à l’archéologie de l’hospitalité pour les voyageurs le long des routes de l’Empire romain.

Abstract : Chaque type de transfert entrepris dans l’Antiquité et au Moyen Âge impliquait que des mesures soient prises pour le repos et la nuit. Il en a résulté une grande variété d’installations dédiées à l’accueil des voyageurs et spécialisées pour venir en appui à la circulation le long des routes principales mais également des routes secondaires relativement fréquentées. Ces structures pouvaient être d’une typologie très diverse : des grands établissements gérées par des entrepreneurs aux petits bâtiments privés qui peut-être ne pratiquent la réception que comme activité secondaire. La séance comportera un bref examen des exemples de sites archéologiques identifiés avec ces lieux d’étape et nous discuterons du concept de « station routière ». En fait, l’identification de ces stations routières chevauche la question de l’étude des infrastructures de l’administration publique généralement connue sous le nom de cursus publicus, et est également liée à l’analyse des sources romaines dites « itinéraires ». Nous passerons donc à la présentation de l’historiographie des études sur l’organisation du service étatique de contrôle et sur la gestion du trafic le long les routes romaines, de son organisation dans une perspective diachronique, et des sources itinéraires.

Jeudi 24 janvier – 14h-17h – ENS de Lyon, Salle D2.128
Un « blog de voyage » du IV
esiècle après J.-C. Le voyage de Théophane à travers l’Égypte et la Syrie.

Les sables de l’Egypte nous ont rendu beaucoup de documents personnels et officiels écrits sur papyrus, nous donnant souvent un échantillon unique de petites histoires et d’événements de la vie quotidienne des individus et des communautés. Parmi ceux-ci, nous avons choisi de commenter ici un document relativement célèbre, qui montre le compte des dépenses engagées par un homme nommé Théophane pour un voyage de la ville de Hermopolis, dans la province égyptienne de Thébaïde, à Antioche en Syrie, voyage qui se déroule vers l’an 320 après J.-C. Même si le récit de voyage, que peut-être nous appellerions aujourd’hui un « blog », consiste principalement en un registre des dépenses engagées, l’exceptionnalité de la documentation nous permet d’acquérir beaucoup d’informations sur les modalités du voyage. Il est vrai que dans ces documents ne sont pas rapportés des impressions de voyage, des commentaires ou des descriptions de paysages et de cultures rencontrés. Mais à travers ce budget, nous voyons de nos propres yeux les aspects concrets de ce voyage extraordinaire, les préparatifs, les mésaventures et la routine (l’approvisionnement des fournitures, les visites aux bains, l’organisation distincte de la table du maître et des domestiques, les réunions de travail et les divertissements avec des amis, partenaires et autres notables, le culte des dieux, les achats, etc.) dans le cadre inhabituel d’une longue absence de la maison.

Jeudi 31 janvier – 14h-17h – ENS de Lyon, salle D2.034
Questions topographiques dans l’
Itinerarium Egeriae en Terre Sainte. Essai sur les modalités du voyage au IVesiècle après J.-C. Vendredi 8 février – 15h-18h – MILC, salle 410

Abstract : Le document généralement connu sous le nom de « Itinerarium Egeriae », est le récit d’un voyage de pèlerinage en Terre Sainte entrepris au cours du dernier quart du IVe siècle de notre ère par une femme, dont le nom a été définitivement établi pour être Égérie. Le document et les autres témoignages permettant de compenser la perte de plusieurs parties du manuscrit ont été étudiés de manière approfondie du point de vue historique, philologique et dévotionnel. Inversement, il n’a pas été spécifiquement étudié pour ce qui concerne les aspects topographiques. Au contraire, même s’il s’agit d’éléments fragmentaires, l’Itinerarium nous fournit des informations intéressantes sur les habitudes des pèlerins et les aspects pratiques du voyage. En fait, le texte regorge de détails qui nous montrent dans quelle sorte de structure Égérie et son groupe sont restés pendant la nuit, s’ils ont utilisé des montures ou non, quand ils ont fait usage de l’accueil mercantile ou s’ils ont été hébergés dans des communautés chrétiennes. À cette occasion, les aspects topographiques qui se dégagent de cette source seront analysés et contextualisés dans cette transformation radicale qui concernera les modalités du voyage dans l’Antiquité tardive.

Vendredi 8 février – 15h-18h – MILC, salle 410
La christianisation du voyage. Les infrastructures d’assistance aux voyageurs à la fin de l’antiquité entre crise et « résistance ». 
Répondant. P.L. Gatier (CNRS/HiSoMA)

Séance donnée dans le cadre du séminaire « Sociétés méditerranéennes antiques en mutation », séminaire de l’Axe C du laboratoire HiSoMA : https://mutations.hypotheses.org/

Abstract : Au IVe siècle après J.-C. le nombre de sources qui nous informent sur les formes d’hospitalité et d’accueil offertes aux voyageurs augmente considérablement. En effet, des sources tant archéologiques qu’écrites montrent un grand effort, entrepris tant par l’État que par des particuliers, pour l’entretien et la maintenance des infrastructures de service à la circulation. En particulier, le soi-disant Itinerarium Burdigalense, i.e. un document qui enregistre toutes les étapes d’un voyage effectué en l’an 333 après J.-C. de Bordeaux à Constantinople et retour, montre qu’au milieu du IVe siècle, le réseau de communication impérial qui s’étendait de l’Europe occidentale au Proche-Orient était parfaitement efficace, et que les citoyens romains comptaient sur cette incroyable infrastructure même lorsqu’ils voyageaient à titre privé ou entreprenaient un voyage de pèlerinage. Parallèlement, d’un point de vue administratif, il y a une bureaucratisation du service étatique chargé de la gestion du trafic (i.e. le cursus publicus), qui semble être de plus en plus utilisé par les ecclésiastiques. Plus intéressant encore, lorsque nous comparons les itinéraires de pèlerinage du IVe siècle après J.-C., l’itinerarium Burdigalense en premier lieu, il convient de noter que même si l’organisation de la circulation routière est toujours efficace, dans les cinquante années écoulées entre les voyages du pèlerin de Bordeaux et d’Egérie, l’attitude des pèlerins a radicalement changé, puisqu’ils semblent privilégier d’autres types d’infrastructures d’hébergement, fournies par les monastères et les églises locales. Ce phénomène est ce que j’ai appelé la « christianisation du voyage ». En effet, lorsque le nombre de chrétiens et de personnes ayant besoin de l’hospitalité est devenu très élevé, l’activité d’accueil occasionnel est devenue une activité institutionnelle pour l’Église. Nous allons donc passer en revue les étapes de cette transformation, en comparant l’évolution du cadre institutionnel et conceptuel de l’hospitalité par rapport aux données archéologiques.


Jeudi 14 février – 14h-17h – ENS de Lyon, salle D2. 128
Conclusion : 
Strangers on the way. Hospitalité, identité et défis lors des voyages à la fin de l’Antiquité.

Abstract: Un large éventail de sources raconte les voyages entrepris à la fin de l’Antiquité par des intellectuels de premier plan, des membres de haut rang de l’administration impériale et des éminents ecclésiastiques. Ensuite, entre ces sources, une série d’éléments peuvent être rassemblés pour décrire les aspects pratiques du transfert, ainsi que quelques indices sur la nature de la relation établie entre le voyageur et l’hôte(s) et les conditions d’accueil. Cette relation était principalement modulée sur la base de conventions sociales et impliquait dans la plupart des cas une interaction entre «pairs». Toutefois, compte tenu du statut particulier du voyageur (étranger suspendu dans l’impossibilité de se trouver dans son environnement et n’ayant pas encore atteint sa destination), plusieurs facteurs joueraient un rôle déterminant dans la construction du identités de l’invité et de l’hôte. De plus, compte tenu de l’éminence de la plupart de ces voyageurs, le voyage a sûrement été entrepris avec le soutien d’un grand entourage. Alors, d’une manière ou d’une autre, ces transferts se sont transformés en confrontations de groupes, soulevant la question de l’altérité, de l’acceptation et du défi de la proximité forcée des uns et des autres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.