Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive. L’exemple de katagôgè : la multiplicité des sens

Bernadette Cabouret-Laurioux (Université Lyon 3)

L’hospitalité est une pratique à la fois ordinaire et complexe, qui relève d’une démarche sociale autant qu’individuelle. On peut l’aborder sous les angles historique, sociologique et anthropologique, ou encore lexical. En sachant néanmoins que les mots sont trompeurs et que d’une région à l’autre, d’un groupe social à l’autre ils peuvent porter des sens différents, a fortiori d’une civilisation à l’autre… Que voulaient dire les Anciens quand ils parlaient d’hospitalité, en évoquaient le concept ou en décrivaient les pratiques ?

L’Antiquité tardive ajoute un nouveau défi puisqu’elle hérite de siècles d’expériences individuelles et collectives d’hospitalité. Elle apporte cependant encore du nouveau au bout de la chaîne de transmission des usages lexicaux, adaptant la terminologie à ses propres exigences. Porteur de ces valeurs nouvelles, le christianisme opère une véritable révolution de l’accueil et suscite un vocabulaire riche et très diversifié, adapté à l’universalité de l’offre d’hospitalité et d’entraide. À partir des sources littéraires et des sources lexicographiques, on a pu constater que le terme xenia, entendu à la fois comme vertu et comme pratique, était désormais moins employé que celui de philoxenia (très nombreuses occurrences, par exemple, chez Jean Chrysostome) ; d’autre part l’expression de l’accueil est souvent véhiculée par une locution : le substantif hupodochè précisé par un génitif (par exemple tôn xenôn). Dans le panorama du vocabulaire concret des lieux et des pratiques d’hospitalité, on choisira de présenter ici le dossier du terme katagôgè, complété par celui de xenodocheion et pandocheion, qui deviennent les maîtres mots de l’accueil à l’époque tardive.

Continuer la lecture de « Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive. L’exemple de katagôgè : la multiplicité des sens »

Atelier – Rivisitare le cauponae Cultura materiale e spazio sociale nei luoghi di ospitalità romani / Revisiting Cauponae  Material Culture and Social Space in Roman Bars and Inns (Rome – Institutum Romanum Finlandiae – 20/05/2016)

Atelier organisé par Ria Berg (Institutum Romanum Finlandiae), en collaboration avec le projet “Segregated or Integrated? – Living and Dying in the Harbour City of Ostia, 300 BCE – 700 CE’” de l’Académie de Finlande/Université di Tampere

Scène d'auberge - Pompéi, VI 10, 1.19 (gravure du XIXe s.) (c) domaine public
Scène d’auberge – Pompéi, VI 10, 1.19 (gravure du XIXe s.) (c) domaine public

La giornata di studio si focalizzerà sulle problematiche dell’identificazione delle strutture romane come luoghi di ristoro ed ospitalità commerciale: quali i criteri archeologici per riconoscere bar, ristoranti o alberghi, e i loro reperti mobili, come relazionarli con i concetti latini di thermopolium, popina, caupona, hospitium ? Continuer la lecture de « Atelier – Rivisitare le cauponae Cultura materiale e spazio sociale nei luoghi di ospitalità romani / Revisiting Cauponae  Material Culture and Social Space in Roman Bars and Inns (Rome – Institutum Romanum Finlandiae – 20/05/2016) »

Introduction – Les mots de l’hospitalité autour de la Méditerranéenne antique : approches lexicales et réflexions méthodologiques

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon) et Marie-Adeline Le Guennec (EFR)

Après l’atelier préparatoire du 18 novembre 2015 qui s’est penché sur les sources et les enjeux d’une étude de l’hospitalité dans la Méditerranée antique, le premier atelier HospitAm de l’année 2016 s’est penché sur la question du lexique de l’hospitalité dans le contexte méditerranéen, de l’époque classique au Haut Moyen-Âge. Les quelques pistes de réflexion qui suivent justifieront sans doute qu’il nous ait paru essentiel de dédier une des premières étapes de notre projet à cette thématique de recherche.

Continuer la lecture de « Introduction – Les mots de l’hospitalité autour de la Méditerranéenne antique : approches lexicales et réflexions méthodologiques »

Atelier – Landscape perception and unknown environments exploration. New perspectives into Classical and Medieval journey / La perception du paysage et l’exploration des environnements inconnus. Nouvelles perspectives sur le voyage dans l’Antiquité et le Moyen Âge (Marseille – IMéRA, 02/06/2016)

Cristina Corsi (Università di Cassino – Résidente de l’IMéRA)

Cr. Huelsen, La Pianta di Roma dell'Anonimo Einsidlense, 1907 (c) domaine public
Cr. Huelsen, La Pianta di Roma dell’Anonimo Einsidlense, 1907 (c) domaine public

Roads have always been addressed as formidable channels through which people, goods, news, ideas and cultures are transferred, and they indeed constitute the ‘circulatory system’ of entities such as regions, states, continents. They are means through which social, economic and cultural patterns are conveyed, and languages, traditions, religions, habits, fashions, musical practices and material culture are transmitted.

Continuer la lecture de « Atelier – Landscape perception and unknown environments exploration. New perspectives into Classical and Medieval journey / La perception du paysage et l’exploration des environnements inconnus. Nouvelles perspectives sur le voyage dans l’Antiquité et le Moyen Âge (Marseille – IMéRA, 02/06/2016) »

L’étude de l’hospitalité antique, renouveaux et questionnements

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon) et Marie-Adeline Le Guennec (EFR)

Monde romain

La question de la circulation des hommes, des biens et de l’information dans le contexte du monde romain antique a donné lieu à une abondante bibliographie, en plein renouvellement depuis une vingtaine d’années, et ce tant dans les approches documentaires que dans les problématiques développées par l’historiographie. Des avancées essentielles sont d’abord venues de l’augmentation massive de nos connaissances sur les infrastructures qui permettaient les mobilités humaines, matérielles et intellectuelles à travers l’empire territorial de Rome : que l’on pense notamment à l’étude des voies romaines et de leurs équipements, à celles des navigations fluviales et maritimes et de leurs infrastructures, ainsi que, plus spécifique au monde romain entre République et Antiquité tardive, au système d’accueil dit du « cursus publicus » mis en place par l’État romain pour faciliter le déplacement des officiels en mission à travers le territoire romain. Dans le même temps, les études de cas, typologiques, régionales ou documentaires, ont consenti des progrès significatifs dans cette analyse des circulations : les exemples sont ici innombrables et nous ramènent au constat de la prégnance de ce phénomène de la mobilité pour l’Antiquité romaine. Enfin, des travaux plus généralistes, souvent orientés par une approche transpériodique, ont permis de réfléchir aux concepts convoqués (migrations, mobilités, circulations, voyage etc.) pour rendre compte des phénomènes de mobilité observés dans les sources pour les mondes méditerranéens antiques, parmi lesquels plus spécifiquement le monde romain: on évoquera naturellement, pour le domaine anglo-saxon, The Corrupting Sea de N. Purcell et P. Horden (Oxford, 2000), où l’exploration des mobilités constitue du reste une donnée essentielle de la thèse de la Mediterranean connectivity soutenue par les auteurs ; de même que le programme de recherche international La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne : procédures de contrôle et documents d’identification, piloté par Cl. Moatti, W. Kaiser et Chr. Pébarthe, qui a donné lieu à une série de rencontres et à la parution de trois volumes collectifs entre 2004 et 2009.

Dans le cadre de ce dynamisme historiographique récent, on pourrait s’attendre à ce que la question de l’accueil, et partant de l’hospitalité, qui constitue le pendant direct de l’étude des mobilités romaines, ait connu un traitement scientifique similaire. Et ce d’autant plus, d’abord, que l’hospitalité privée, sous-tendue par des solidarités d’origines diverses (personnelles, professionnelles, religieuses, entre autres) et par une culture de réseau, jouait à Rome un rôle particulièrement notable dans la prise en charge des gens de passage ; et ensuite, parce que l’hospitalité constituait une valeur de référence essentielle dans le contexte culturel romain, qui perdure dans la transition entre Antiquité tardive et Moyen-Âge. L‘étude de l’historiographie de l’hospitalité romaine antique s’est néanmoins concentrée sur trois axes essentiels, qui se superposent d’ailleurs en partie : l’hospitalité des élites, l’hospitalité au banquet et l’hospitalité dite chrétienne.

Continuer la lecture de « L’étude de l’hospitalité antique, renouveaux et questionnements »