Le théâtre d’Alba-la-Romaine

Solène Minier (Projet Alba-la-Romaine)

Le théâtre d’Alba-la-romaine (c) MuséA l

Le théâtre d’Alba-la-Romaine est, à bien des égards, le centre de gravité de ce site archéologique antique. Il fut l’un des secteurs les plus fouillés de ce site, au cours de quinze campagnes menées depuis 1872 : parmi ces dernières, les opérations de dégagement menées par Marcel Le Glay, Roger Lauxerois et Joëlle Dupraz ont conduit à une mise au jour quasi totale de l’édifice. Aux archéologues a succédé l’intervention de l’architecte en chef des monuments historiques, Francesco Flavigny : les gradins du théâtre ont été pour partie restaurés, de sorte qu’il y est à nouveau possible d’accueillir des spectateurs pour les animations du MuséAl ou pour un festival chaque été. Ce théâtre se situe donc à la croisée des différents acteurs gravitant autour du patrimoine culturel ardéchois.

Continuer la lecture de « Le théâtre d’Alba-la-Romaine »

L’esplanade du Forum d’Alba-la-Romaine

Samia Mahé, Vincent Puybasset et Valentin Rebour (Projet Alba-la-Romaine)

Restitution du cardo d’Alba-la-romaine (c) Aquarelle de J.-M. Gassend

Le centre monumental d’Alba se situait dans le « quartier du palais », sur lequel débouche le Cardo Maximus. Edifié à l’époque Julio-claudienne, au début du Ier siècle de notre ère, il est composé de la Curie (lieu de réunion et de délibération du sénat municipal), d’un temple et du Forum (centre de la vie urbaine).

Continuer la lecture de « L’esplanade du Forum d’Alba-la-Romaine »

Présentation du projet « Alba-la-Romaine : regards sur l’hospitalité et les pratiques de table »

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon – HiSoMA)

Dans le cadre de l’UE  HIST 3381 intitulée « Recherche collective en Histoire », les étudiants d’Histoire de première année de l’ENS de Lyon (niveau L3) ont travaillé sur le site d’Alba-la-Romaine (situé en Ardèche), en étroite collaboration avec l’équipe de MuséAl (le musée d’Alba-la Romaine, musée du département de l’Ardèche : http://museal.ardeche.fr/). Nous remercions notamment sa directrice, Aude Poinsot, ainsi que Sophie Chaussignand, Adeline Klee et Caroline Daviaud. Continuer la lecture de « Présentation du projet « Alba-la-Romaine : regards sur l’hospitalité et les pratiques de table » »

Le séjour temporaire dans les édifices commerciaux de Délos

Pavlos Karvonis (Académie des Sciences d’Athènes – IRAA USR 3155)

Dans l’Antiquité, Délos était surtout connue pour le sanctuaire d’Apollon et pour son commerce. Son importance commerciale est attestée par les textes et confirmée par les fouilles qui ont permis de découvrir un grand nombre d’installations commerciales (Karvonis 2008). Quelques unes datent de l’époque classique ou du IIIe siècle av. J.-C., mais la plupart ont été construites après 167 av. J.-C., date à laquelle le Sénat de Rome a donné Délos à Athènes et octroyé l’immunité fiscale à son port. L’île est ainsi devenue un centre commercial international et la création du port franc a attiré un grand nombre d’étrangers, parmi lesquels les Athéniens et les Italiens étaient les plus nombreux.

Continuer la lecture de « Le séjour temporaire dans les édifices commerciaux de Délos »

Les lieux d’accueil des fidèles dans les « grands sanctuaires » des Trois Gaules : données archéologiques anciennes et problématiques nouvelles

Cécile Hartz (Paris I-Panthéon-Sorbonne) 1

Introduction

L’expression « grand sanctuaire » ne possède aucune définition stricte dans la littérature archéologique actuelle. Elle renvoie généralement à un lieu de culte public situé hors du chef-lieu de cité – dans sa proche périphérie ou sur son territoire – composé d’un ou plusieurs temples souvent associés à d’autres édifices comme des thermes, un théâtre et des annexes. Ces ensembles monumentaux peuvent dans certains cas être isolés de tout habitat (Dondin-Payre, Raepsaet-Charlier, 2006, p. VIII).

Continuer la lecture de « Les lieux d’accueil des fidèles dans les « grands sanctuaires » des Trois Gaules : données archéologiques anciennes et problématiques nouvelles »

  1. Les réflexions présentées ici sont tirées des résultats d’une thèse intitulée « Le Vieil-Évreux et les « grands sanctuaires » dans les cités des Trois Gaules : réflexions sur la dynamique de l’habitat » préparée à l’Université Paris I – Panthéon – Sorbonne sous la direction de Mme Françoise Dumasy et soutenue en octobre 2015. []