Ecclesia Sancti Leonardi : un luogo di ospitalità sulla strada Agrigento – Licata nel XIII secolo.

Giuseppina Schirò (Università degli Studi di Palermo)

Résumé

Tema specifico di questo intervento è la costruzione dell’Ecclesia Sancti Leonardi e della sua domus caritatis, volute dal vescovo agrigentino Rainaldo de Acquaviva nel XIII secolo per offrire, in ambito rurale, sia i servizi liturgici che quelli legati all’ospitalità gratuita nei confronti di tutti coloro che percorrevano a diverso titolo l’asse stradale a ridosso della costa fra Agrigento e Licata. Il documento di fondazione (1252) posiziona il nuovo complesso proprio a metà di questa arteria, che rivela una certa continuità con i tracciati più antichi lungo cui le fonti itinerarie del IV sec. d.C. segnano un luogo di sosta. Senza che questo dato ci induca a semplicistici paralleli, è evidente che l’area dell’odierna Palma di Montechiaro, dove si propone di localizzare il sito in esame, ancora nel Medioevo rappresentava per le comunicazioni litoranee, e non solo, uno spazio strategico da controllare. E pertanto, per comprendere a fondo la ratio del centro ospitaliero dedicato al santo di Noblat ne abbiamo analizzato i rapporti con le dinamiche insediative e viarie del territorio diocesano e le intersezioni con le scelte del potere politico a soli due anni dalla morte di Federico II.

Les édifices de spectacles romains : lieux publics, lieux d’accueil, lieux d’hospitalité ?

Eloïse Letellier-Taillefer (EFR – IRAA USR 3155)

Résumé

Les édifices de spectacles étaient des bâtiments indispensables dans l’équipement urbain des cités de l’ensemble de l’empire romain. Ils fonctionnaient comme des lieux d’accueil, non seulement dans le cadre des cérémonies et spectacles qu’ils abritaient à dates régulières, mais aussi sans doute, en tant que lieux publics urbains, de manière plus quotidienne. Leur fonction symbolique pour la représentation du corps social hiérarchiquement rassemblé dans les gradins en faisaient en outre d’efficaces instruments de « mise en scène » de l’accueil et de l’intégration des visiteurs et des étrangers en particulier. Peut-on dès lors parler d’hospitalité dans ces lieux publics ? L’auteur se pose la question en s’appuyant sur des cas et des sources divers, de l’étude archéologique en cours dans les théâtres de Pompéi, aux sources épigraphiques ou littéraires qui nous renseignent sur les usages de ces bâtiments.

Accueil-logement-divertissement : les lieux de l’hospitalité publique dans le monde grec

Richard Bouchon (Université Lyon 2 – HiSoMA)

Résumé

Les communautés grecques disposaient-elles d’équipements spécifiques pour accueillir leurs hôtes publics ? On peut largement douter qu’une présence a priori assez courte dans le temps ait pu entraîner des constructions relevant de l’espace de la cité. Pourtant l’invité public constitue une catégorie au sein de la population qu’il est nécessaire de rendre visible aux yeux de la communauté accueillante. On tentera pourtant de passer en revue ce que les sources nous apprennent de la façon dont ont été pris en charge les différents moments de la séquence d’hospitalité, accueil officiel, repas, logement, activités de divertissement, en insistant sur trois exemples : la maison des Thébains à Delphes, l’édifice pour les juges et les Romains à Sparte et le théâtre de Larissa en Thessalie.

 

Séminaire HospeRAnt 4 : Hospitalité, accueil et habitat (9 avril 2018, ENS de Lyon)

Cette dernière séance sera consacrée au logement des hôtes, invités conviés ou étrangers accueillis. On s’interrogera ainsi sur l’emplacement et la nature des espaces dévolus à ceux qui pénètrent dans une communauté, famille, cité, État, entité religieuse ou autre. Il convient en particulier de revenir sur la coexistence, dans ce cadre, de structures et lieux assignés à l’hospitalité de manière fixe , éventuellement dès l’origine (ainsi pour les contextes antiques, hospitalia, maisons d’hôtes publics, appartements d’hôtes, espaces de réception, xenodocheia, zones d’accueil dans les synagogues, etc.), et d’espaces d’accueil provisoires, voire improvisés (campements, partage d’espaces domestiques, adaptation provisoire de lieux et espaces originellement dédiés à une autre fonction, etc.). Les enjeux méthodologiques de cette réflexion peuvent entrer directement en résonance avec la question de l’hébergement d’urgence des réfugiés, accueillis, candidats à l’accueil ou rejetés, pour les époques très contemporaines.

Continuer la lecture de « Séminaire HospeRAnt 4 : Hospitalité, accueil et habitat (9 avril 2018, ENS de Lyon) »

Séminaire HospeRAnt 3 : L’économie de l’hospitalité et de l’accueil (26 mars 2018, ENS de Lyon)

L’hospitalité, si on la définit comme accueil non-payant, n’en est pour autant pas une pratique anéconomique. Dès l’Antiquité, elle se fonde sur le principe de la réciprocité, concrète ou symbolique, entre les partenaires et engendre la circulation de biens (cadeaux, productions artisanales etc.). Les pratiques hospitalières publiques peuvent elles aussi revêtir des enjeux économiques, en particulier dans leur rapport à l’évergétisme. Enfin, aux côtés de l’hospitalité, se développent d’autres formes d’accueil pleinement monétisées, à l’instar des secteurs hôteliers bien attestés dans les cités grecques, à Rome, dans les royaumes hellénistiques d’Égypte et du Proche-Orient. Comment cette économie de l’hospitalité évolue-t-elle aux périodes plus contemporaines, avec l’institutionnalisation progressive de l’accueil et de sa prise en charge par l’État ?

Continuer la lecture de « Séminaire HospeRAnt 3 : L’économie de l’hospitalité et de l’accueil (26 mars 2018, ENS de Lyon) »