Note de lecture : M. Poux, L’âge du vin : rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante, Montagnac, 2004

Julien Guigue (M1, Université Lyon 2)

 

Trois années après sa soutenance de doctorat, sous la direction d’André Tchernia qui préface l’ouvrage, Matthieu Poux propose cette version remaniée de sa thèse et publie L’âge du vin : rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante. Il dresse ici un bilan provisoire de l’état de la recherche sur le domaine de la consommation du vin en Gaule, bilan qui continuera d’être complété au fil des nouvelles découvertes archéologiques et des parutions scientifiques qui s’ensuivent.

Continuer la lecture de « Note de lecture : M. Poux, L’âge du vin : rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante, Montagnac, 2004 »

Evergètes, hôtes et accueillis dans les structures d’hospitalité des sanctuaires ruraux de Gaule et des Germanies

Audrey Ferlut (Université Lyon 3)

Les sanctuaires dans l’Antiquité, lieux centraux de la vie des cités, sont au cœur des pratiques de la romanité aussi bien à Rome que dans les provinces, provinces dont les habitants s’approprient cette romanité et l’interprètent pour créer ce que Georg Woolf a appelé en 1998 une « culture romaine d’Empire ».

Les sanctuaires peuvent être urbains1 , suburbains2 ou ruraux. Dans le cas des sanctuaires urbains, même si tous les dédicants ne sont pas issus de la cité et de la zone urbaine de la cité, la présence de membres de la famille et/ou de lieux d’hospitalité mercantile – hospitium, tabernae, … comme Marie-Adeline Le Guennec a pu le montrer lors d’un précédent atelier – posent moins de questions quant à l’accueil à proprement parler des dédicants et des personnes qui circulent dans le sanctuaire. En revanche, dans le cas des sanctuaires suburbains comme celui de Feyen ou de l’Altbachtal dans la proximité de Trèves ou de sanctuaires ruraux situés parfois aux confins de la cité, voire de plusieurs cités, comme dans le cas de Bourbonne-les-Bains ou de Luxueil-les-Bains, la question de l’hospitalité des dédicants se pose de manière beaucoup plus pressante. Lorsque le sanctuaire a vocation à être sanctuaire guérisseur, comme à Bourbonne-les-Bains ou à Luxueil-les-Bains, la question se pose encore davantage puisque les dédicants pouvaient rester plusieurs jours, voire semaines sur place. La question des structures d’hospitalité, de leurs vocations mercantiles ou non et de l’organisation voulue par ceux qui accueillent, ceux qui sont accueillis et ceux qui offrent ces structures doit alors être étudiée de manière rigoureuse.

Continuer la lecture de « Evergètes, hôtes et accueillis dans les structures d’hospitalité des sanctuaires ruraux de Gaule et des Germanies »

  1. Ici, nous envisageons le cœur urbain de la cité, soit la plus grande zone urbaine, centres urbains d’une colonie par exemple et/ou capitale provinciale. []
  2. Ce terme de suburbain nous semble plus adéquat dans le sens où il répond en écho au terme latin de suburbium et se rapproche de la réalité latine. Il semble préférable aux termes géographiques contemporains comme périurbains qui ont peu de liens avec les réalités antiques. []

Les femmes à Rome, actrices de l’hospitalité ? (Ier – IVeme s. ap. J.-C.)

Adèle Arghyris (ENS de Lyon)

Malgré l’absence de synthèse sur le rôle des femmes dans l’hospitalité romaine pour la période impériale et le début de la période tardive, diverses situations invitent à parler d’hospitalité féminine à propos de Rome. Les femmes participent aux banquets publics, revêtent un rôle d’hôtesse dans la domus et participent aux rituels sacrificiels comme aux fêtes d’intégration des nouveaux membres dans la communauté de la cité (mariages, naissances). Elles prennent part dans ce cadre aux fêtes de sociabilité, qui, selon Florence Gherchanoc (Gherchanoc 2006), créent un espace intermédiaire entre le privé et le public et un art de vivre ensemble.

Entre le Ier et le IVème s. ap. J.-C., divers types de sources représentent des scènes de la vie païenne de la période impériale. Malgré l’extension de l’empire, Rome reste la capitale dans laquelle vivent beaucoup de grandes familles, ce qui implique des pratiques de sociabilité importantes. D’une part, les sources littéraires nous donnent des renseignements sur la place des femmes dans les réceptions privées au sein de la domus. D’autre part, divers types de reliefs, de monuments funéraires et de peintures domestiques représentant des banquets publics ou privés invitent à questionner les rôles des femmes dans l’hospitalité romaine, en partie héritée des mondes grecs et orientaux étudiés par Jean-Marie Dentzer dans son ouvrage sur le banquet couché (Dentzer 1982).

Une bibliographie conséquente sur l’hospitalité tout au long de la période nous permet d’étudier, à partir des sources antiques, les différentes situations dans lesquelles les femmes sont actrices de l’hospitalité ainsi que les types et les statuts de ces femmes, c’est-à-dire en majorité les courtisanes, les prêtresses et les matrones. Les études récentes sur l’hospitalité dans l’Antiquité invitent également à questionner les rôles féminins par rapport aux rôles masculins, pour poser la question de l’existence d’une hospitalité féminine à Rome.

Continuer la lecture de « Les femmes à Rome, actrices de l’hospitalité ? (Ier – IVeme s. ap. J.-C.) »

The Monastic Paradox: negotiating monastic seclusion and pilgrim hospitality in the Late Antique Near East

Marlena Whiting (University of Amsterdam)

Mosaic from the Church of the Multiplication of the Loaves and Fishes at Tabgha (Heptapegon) in the Galilee (c) Elias Khamis/Manar al-Athar
Mosaic from the Church of the Multiplication of the Loaves and Fishes at Tabgha (Heptapegon) in the Galilee (c) Elias Khamis/Manar al-Athar

There is a paradox within the monastic ideal: on the one hand, monks are meant to withdraw from the world into spiritual and ascetic seclusion; on the other hand, scripture enjoins hospitality on all Christians, to emulate the model of Abraham at Mamre – “for in this way some have entertained angels unawares” (Hebrews 13:2). This paradox becomes especially pronounced in the course of the fourth and fifth centuries AD, as monastic communities become custodians of the increasingly popular pilgrim shrines in the Holy Land and elsewhere in the Near East. Some practitioners took this paradox to extremes, such as the stylite saints, who maintained a highly visible seclusion while at the same dispensing advice and blessings to large numbers of visitors. Historical texts, such as saints’ lives or pilgrim accounts, describe the tensions that arise from the paradox. Below I explore the scriptural and pious models for hospitality and charity, and the resulting conflict between monastic seclusion and pilgrim hospitality as described in the sources. I will also look at issues such as different levels of access to public and private space, differentiation between monastic and lay guests, and differentiation by gender.

Continuer la lecture de « The Monastic Paradox: negotiating monastic seclusion and pilgrim hospitality in the Late Antique Near East »

Note de lecture : Fl. Gerchanoc, L’oikos en fête. Célébrations familiales et sociabilités en Grèce ancienne, Paris, 2012

Adèle Arghyris (M2, ENS de Lyon)

L’ouvrage de Florence Gherchanoc, L’oikos en fête. Célébrations familiales et sociabilité en Grèce ancienne, est issu d’une thèse doctorale, soutenue en décembre 1998 sous la direction de Pauline Schmitt-Pantel. Les travaux de l’auteur portent sur les rituels familiaux et la sociabilité : son but est d’étudier « l’ensemble des gestes accomplis par ou au nom d’un individu ou d’une collectivité (en l’occurrence loikos) qui sert à organiser l’espace et le temps familiaux, à définir les rapports entre les hommes et les dieux, à mettre en place les catégories humaines, les liens qui les unissent » (p. 13) ; l’auteur étudie donc l’art de vivre ensemble et les célébrations festives qui en découlent et qui marquent les moments importants de la vie familiale – mariages, naissances, décès, ce que l’auteur appelle une « rupture à l’intérieur du groupe familal » (p. 14). Elle insiste en outre sur la variété du vocabulaire utilisé chez les Grecs pour désigner la famille (oikos, genos, anchisteia). L’ouvrage est ambitieux, dans la mesure où la famille n’a que rarement été étudiée pour elle-même et où les sources littéraires et épigraphiques restent fragmentaires et sont issues d’époques différentes. Les sources littéraires sont également à prendre avec précaution, puisque certaines ne sont que des « discours » et des « mises en scènes » des pratiques grecques (p. 20). La réflexion de l’auteur se construit donc par déduction, et elle prend soin d’en avertir son lecteur.

Continuer la lecture de « Note de lecture : Fl. Gerchanoc, L’oikos en fête. Célébrations familiales et sociabilités en Grèce ancienne, Paris, 2012 »