Une norme, des normes ? Codes, traditions et lois de l’hospitalité en Orient à la fin de l’Antiquité

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon)

Creuset des traditions gréco-romaines, juives et arabes de l’hospitalité, l’Orient romain se caractérise, à l’époque tardo-antique, par la multiplicité et la profusion des normes en matière d’hospitalité. Nous essayerons ici de dresser un inventaire (non exhaustif) des différentes normes hospitalières qui subsistent en Orient entre le IIIe et le VIe siècles afin de mettre en regard les contextes qui voient émerger les tentatives de normalisation des pratiques d’accueil aussi bien dans les milieux païens, chrétiens et juifs. Nous verrons que loin de former un tout homogène, l’hospitalité orientale est protéiforme, modelée au gré des traditions qui se superposent et interagissent entre elles à l’époque tardo-antique. Les sources occidentales ont sans doute eu tendance à gommer les nuances et à homogénéiser l’hospitalité orientale, considérée comme un tout uniforme. Par ailleurs, les processus de codification en matière d’accueil constituent un prisme intéressant pour étudier les rapports de force et de pouvoirs qui s’exercent au sein des sociétés antiques où religion et politique interfèrent grandement, notamment au cours de l’Antiquité tardive où l’identité religieuse remplace peu à peu l’identité civique.

Continuer la lecture de « Une norme, des normes ? Codes, traditions et lois de l’hospitalité en Orient à la fin de l’Antiquité »

Institutional hospitality and occasional hosting in Christian society between the fourth and sixth centuries: From individual initiative to assistance as mission

Cristina Corsi (Università degli Studi di Cassino e del Lazio meridionale)

Table de Peutinger (c)Mestni muzej Ljubljana - City museum of Ljubljane
Table de Peutinger (c)Mestni muzej Ljubljana – City museum of Ljubljane

Mainly thanks to the testimony of the so-called ‘Pilgrim of Bordeaux’, we know that in the mid-fourth century the Imperial communication network that spread from Western Europe to the Near East was perfectly efficient, and that Roman citizens relied upon this amazing infrastructure even when they travelled for private purposes or undertook a pilgrimage journey.

Continuer la lecture de « Institutional hospitality and occasional hosting in Christian society between the fourth and sixth centuries: From individual initiative to assistance as mission »

Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive. L’exemple de katagôgè : la multiplicité des sens

Bernadette Cabouret-Laurioux (Université Lyon 3)

L’hospitalité est une pratique à la fois ordinaire et complexe, qui relève d’une démarche sociale autant qu’individuelle. On peut l’aborder sous les angles historique, sociologique et anthropologique, ou encore lexical. En sachant néanmoins que les mots sont trompeurs et que d’une région à l’autre, d’un groupe social à l’autre ils peuvent porter des sens différents, a fortiori d’une civilisation à l’autre… Que voulaient dire les Anciens quand ils parlaient d’hospitalité, en évoquaient le concept ou en décrivaient les pratiques ?

L’Antiquité tardive ajoute un nouveau défi puisqu’elle hérite de siècles d’expériences individuelles et collectives d’hospitalité. Elle apporte cependant encore du nouveau au bout de la chaîne de transmission des usages lexicaux, adaptant la terminologie à ses propres exigences. Porteur de ces valeurs nouvelles, le christianisme opère une véritable révolution de l’accueil et suscite un vocabulaire riche et très diversifié, adapté à l’universalité de l’offre d’hospitalité et d’entraide. À partir des sources littéraires et des sources lexicographiques, on a pu constater que le terme xenia, entendu à la fois comme vertu et comme pratique, était désormais moins employé que celui de philoxenia (très nombreuses occurrences, par exemple, chez Jean Chrysostome) ; d’autre part l’expression de l’accueil est souvent véhiculée par une locution : le substantif hupodochè précisé par un génitif (par exemple tôn xenôn). Dans le panorama du vocabulaire concret des lieux et des pratiques d’hospitalité, on choisira de présenter ici le dossier du terme katagôgè, complété par celui de xenodocheion et pandocheion, qui deviennent les maîtres mots de l’accueil à l’époque tardive.

Continuer la lecture de « Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive. L’exemple de katagôgè : la multiplicité des sens »

Note de lecture : Cl. Moatti, Le contrôle des gens de passage à Rome aux trois premiers siècles de notre ère, dans Moatti Cl. et Kaiser, W. (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Paris, 2007, p. 79-116

Moatti, Cl., Kaiser, W. (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l'Antiquité à l'époque moderne. Procédures de contrôle et d'identification, Paris, 2007.
Moatti, Cl., Kaiser, W. (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Paris, 2007.

Adèle Arghyris (M1, ENS de Lyon)

L’ouvrage de Cl. Moatti et W. Kaiser pose la question de la liberté de circulation aux trois premiers siècles de notre ère et l’article de Cl. Moatti vise à rendre compte du contrôle des gens de passage – citoyens provinciaux, pérégrins, élites extérieures, caractérisés par la mobilité et la fluidité des déplacements – à Rome.

Continuer la lecture de « Note de lecture : Cl. Moatti, Le contrôle des gens de passage à Rome aux trois premiers siècles de notre ère, dans Moatti Cl. et Kaiser, W. (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Paris, 2007, p. 79-116 »

L’hospitalité de Capoue envers les soldats romains vaincus aux Fourches Caudines, d’après Tite-Live

Mathieu Engerbeaud (Université Aix-Marseille)

De la fondation de Rome jusqu’au commencement des guerres puniques, les récits historiques décrivent seulement à trois occasions l’hospitalité accordée par une cité alliée de Rome aux légionnaires vaincus. Tusculum aurait accordé deux fois son hospitalité aux Romains battus par les Èques, en 449 et en 418 ; et en 321, les citoyens de Capoue auraient accueilli spontanément les soldats romains vaincus par les Samnites aux Fourches Caudines. Parmi ces trois occurrences, seule l’hospitalité des Capouans a fait l’objet d’une description détaillée dans l’Ab Vrbe condita de Tite-Live (9.6.4-11). Malgré la précision de cet extrait, le récit de l’auteur latin présente un paradoxe. En effet, selon lui, les Romains n’auraient témoigné aucune reconnaissance à leurs hôtes bienveillants, alors que les Capouans étaient décrits par Tite-Live comme les alliés les plus fidèles de Rome au IVe siècle. Ce comportement contraste avec la générosité des Romains décrite plusieurs fois par Tite-Live au cours de l’histoire des premiers siècles de Rome, car la res publica valorise traditionnellement l’aide reçue de la part de ses alliés, à travers l’attribution de privilèges ou de récompenses ponctuelles. À l’inverse, l’auteur latin décrit l’accueil spontané des Capouans comme un acte de générosité inattendu de la part d’un peuple qu’il juge orgueilleux. Cette mise en scène des faits par l’auteur romain, postérieure de trois siècles aux événements, reflète sans doute l’image négative attribuée par l’historiographie antique à Capoue, une cité qui, après avoir été l’alliée de Rome, l’a trahie pour accorder son hospitalité à Hannibal au cours de la deuxième guerre punique. L’analyse de cet extrait met en évidence les difficultés spécifiques que présentent les récits historiques pour étudier l’hospitalité au cours des premiers siècles de Rome et l’imaginaire qui lui est associé à l’époque d’Auguste. Continuer la lecture de « L’hospitalité de Capoue envers les soldats romains vaincus aux Fourches Caudines, d’après Tite-Live »