Compte rendu de Table ronde – Les structures d’accueil et d’hébergement dans les monastères, du Haut Moyen Âge au XVIe siècle (Université Lumière Lyon 2 – 08/02/2013)

Table-ronde organisée par Nicolas Reveyron et Mathilde Gardeux (UMR 5138- CNRS)

aile ouest du cloître de l’abbaye de Jumièges (XIIe siècle, Seine-Maritime) vue du nord-est

Le 8 février 2013, une table ronde sur l’accueil dans les monastères s’est tenue à l’université Lumière Lyon 2. Cette journée d’étude fut organisée dans le cadre des recherches menées au sein de l’UMR 5138 Archéologie et archéométrie (Maison de l’Orient et de la Méditerranée) sur l’organisation de l’espace religieux, où les problématiques sur la gestion de l’accueil à l’intérieur des monastères sont souvent abordées.

En effet, l’hospitalité est un des devoirs majeurs de la vie religieuse régulière au Moyen Âge, et dès l’Antiquité tardive la notion d’accueil recouvre une réalité complexe : soin des malades, distribution d’aumônes, réception des pèlerins, des voyageurs mais aussi des riches donateurs. Les recherches sur ce domaine ont beaucoup avancé depuis plusieurs années, mais la question de l’hébergement des personnes extérieures dans les monastères au Moyen Âge demeure ouverte.

Le but de cette table-ronde fut de proposer un état des recherches et des connaissances sur les problématiques liées à l’accueil et à l’hébergement dans le monde monastique. Huit chercheurs, historiens et archéologues, ont abordé ce vaste sujet sous différents angles, selon un ordre chronologique, depuis le Haut Moyen Âge jusqu’à la fin de cette époque. On trouvera ici un compte rendu de ces interventions, précédé d’un avant-propos de Nicolas Reveyron, co-organisateur de la table ronde, qui vise à proposer un état de la recherche et des questionnements en présence.

Continuer la lecture de « Compte rendu de Table ronde – Les structures d’accueil et d’hébergement dans les monastères, du Haut Moyen Âge au XVIe siècle (Université Lumière Lyon 2 – 08/02/2013) »

Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive. L’exemple de katagôgè : la multiplicité des sens

Bernadette Cabouret-Laurioux (Université Lyon 3)

L’hospitalité est une pratique à la fois ordinaire et complexe, qui relève d’une démarche sociale autant qu’individuelle. On peut l’aborder sous les angles historique, sociologique et anthropologique, ou encore lexical. En sachant néanmoins que les mots sont trompeurs et que d’une région à l’autre, d’un groupe social à l’autre ils peuvent porter des sens différents, a fortiori d’une civilisation à l’autre… Que voulaient dire les Anciens quand ils parlaient d’hospitalité, en évoquaient le concept ou en décrivaient les pratiques ?

L’Antiquité tardive ajoute un nouveau défi puisqu’elle hérite de siècles d’expériences individuelles et collectives d’hospitalité. Elle apporte cependant encore du nouveau au bout de la chaîne de transmission des usages lexicaux, adaptant la terminologie à ses propres exigences. Porteur de ces valeurs nouvelles, le christianisme opère une véritable révolution de l’accueil et suscite un vocabulaire riche et très diversifié, adapté à l’universalité de l’offre d’hospitalité et d’entraide. À partir des sources littéraires et des sources lexicographiques, on a pu constater que le terme xenia, entendu à la fois comme vertu et comme pratique, était désormais moins employé que celui de philoxenia (très nombreuses occurrences, par exemple, chez Jean Chrysostome) ; d’autre part l’expression de l’accueil est souvent véhiculée par une locution : le substantif hupodochè précisé par un génitif (par exemple tôn xenôn). Dans le panorama du vocabulaire concret des lieux et des pratiques d’hospitalité, on choisira de présenter ici le dossier du terme katagôgè, complété par celui de xenodocheion et pandocheion, qui deviennent les maîtres mots de l’accueil à l’époque tardive.

Continuer la lecture de « Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive. L’exemple de katagôgè : la multiplicité des sens »

Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive occidentale : le cas d’humanitas et les nouveaux enjeux de l’hospitalité à l’âge de l’ascétisme chrétien

Emmanuelle Raga (Université Libre de Bruxelles)

Le devoir d’hospitalité est confronté dans l’Antiquité tardive à l’influence grandissante du mouvement ascétique chrétien, lequel génère pour les aspirants ascètes un dilemme quotidien entre les devoirs sociaux dont fait partie l’hospitalité (et donc l’offre et le partage alimentaire), et les aspirations personnelles à la mortification concrétisée notamment par la pratique du jeûne. Ce nouvel enjeu fait émerger l’hospitalité sous un angle particulier dans les sources écrites. Deux types de sources seront envisagées ici : celles émanant des élites désireuses de combiner une vie pieuse avec leur statut aristocratique (qui implique l’entretien du réseau à l’aide notamment du banquet), et celles émanant des prédicateurs ascétiques cherchant à guider leurs disciples ascètes et cénobites vers une vie contemplative malgré l’inévitable perturbation qu’amène le devoir d’hospitalité. Deux auteurs représentatifs de ces deux milieux sociaux nous intéresseront ici en raison de leur usage similaire du vocable d’humanitas pour désigner l’hospitalité alimentaire : Jean Cassien et Sidoine Apollinaire.

Continuer la lecture de « Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive occidentale : le cas d’humanitas et les nouveaux enjeux de l’hospitalité à l’âge de l’ascétisme chrétien »

Note de lecture : E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, 4e – 7e siècles, Paris, 1977.

Simon Lamson (M1 – ENS de Lyon)

E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, 4e - 7e siècles, Paris, 1977
E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, 4e – 7e siècles, Paris, 1977

E. Patlagean pose dans cette thèse l’enjeu essentiel qu’elle s’est efforcée de faire reconnaître durant sa carrière d’historienne, à savoir la spécificité du haut-empire byzantin en tant que moment historique à part entière. Elle contribue ainsi à un renouvellement de l’étude économique de la société byzantine en croisant des sources d’inspiration aussi variée qu’ A. Chastagnol et Cl. Lévi-Strauss.

Continuer la lecture de « Note de lecture : E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, 4e – 7e siècles, Paris, 1977. »

Deux inscriptions grecques préconisant des rites mettant en scène l’hospitalité vis-à-vis d’entités surnaturelles ?

Alexandre Jakubiec (ENS de Lyon)

Résumé

La loi colonne B de la loi sacrée de Sélinonte (SEG XLIII, 630) et un passage de la loi cathartique de Cyrène (SEG IX, 72, l.111‑121), datées respectivement des années 460-450 et des environs de 325, sont l’objet de nombreux débats étant donné leur caractère quelque peu énigmatique. S’il est clair que les deux lois prescrivent des rites d’hospitalité, la question de la nature des entités devant être accueillies suscitent des discussions parmi les Modernes. Une nouvelle étude de ces inscriptions peut permettre de montrer qu’il était probablement question d’offrir l’hospitalité à des entités surnaturelles.

Continuer la lecture de « Deux inscriptions grecques préconisant des rites mettant en scène l’hospitalité vis-à-vis d’entités surnaturelles ? »