Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive occidentale : le cas d’humanitas et les nouveaux enjeux de l’hospitalité à l’âge de l’ascétisme chrétien

Emmanuelle Raga (Université Libre de Bruxelles)

Le devoir d’hospitalité est confronté dans l’Antiquité tardive à l’influence grandissante du mouvement ascétique chrétien, lequel génère pour les aspirants ascètes un dilemme quotidien entre les devoirs sociaux dont fait partie l’hospitalité (et donc l’offre et le partage alimentaire), et les aspirations personnelles à la mortification concrétisée notamment par la pratique du jeûne. Ce nouvel enjeu fait émerger l’hospitalité sous un angle particulier dans les sources écrites. Deux types de sources seront envisagées ici : celles émanant des élites désireuses de combiner une vie pieuse avec leur statut aristocratique (qui implique l’entretien du réseau à l’aide notamment du banquet), et celles émanant des prédicateurs ascétiques cherchant à guider leurs disciples ascètes et cénobites vers une vie contemplative malgré l’inévitable perturbation qu’amène le devoir d’hospitalité. Deux auteurs représentatifs de ces deux milieux sociaux nous intéresseront ici en raison de leur usage similaire du vocable d’humanitas pour désigner l’hospitalité alimentaire : Jean Cassien et Sidoine Apollinaire.

Continuer la lecture de « Le vocabulaire de l’hospitalité dans l’Antiquité tardive occidentale : le cas d’humanitas et les nouveaux enjeux de l’hospitalité à l’âge de l’ascétisme chrétien »

Note de lecture : E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, 4e – 7e siècles, Paris, 1977.

Simon Lamson (M1 – ENS de Lyon)

E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, 4e - 7e siècles, Paris, 1977
E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, 4e – 7e siècles, Paris, 1977

E. Patlagean pose dans cette thèse l’enjeu essentiel qu’elle s’est efforcée de faire reconnaître durant sa carrière d’historienne, à savoir la spécificité du haut-empire byzantin en tant que moment historique à part entière. Elle contribue ainsi à un renouvellement de l’étude économique de la société byzantine en croisant des sources d’inspiration aussi variée qu’ A. Chastagnol et Cl. Lévi-Strauss.

Continuer la lecture de « Note de lecture : E. Patlagean, Pauvreté économique et pauvreté sociale à Byzance, 4e – 7e siècles, Paris, 1977. »

Deux inscriptions grecques préconisant des rites mettant en scène l’hospitalité vis-à-vis d’entités surnaturelles ?

Alexandre Jakubiec (ENS de Lyon)

Résumé

La loi colonne B de la loi sacrée de Sélinonte (SEG XLIII, 630) et un passage de la loi cathartique de Cyrène (SEG IX, 72, l.111‑121), datées respectivement des années 460-450 et des environs de 325, sont l’objet de nombreux débats étant donné leur caractère quelque peu énigmatique. S’il est clair que les deux lois prescrivent des rites d’hospitalité, la question de la nature des entités devant être accueillies suscitent des discussions parmi les Modernes. Une nouvelle étude de ces inscriptions peut permettre de montrer qu’il était probablement question d’offrir l’hospitalité à des entités surnaturelles.

Continuer la lecture de « Deux inscriptions grecques préconisant des rites mettant en scène l’hospitalité vis-à-vis d’entités surnaturelles ? »

Hospitalité et structures d’hospitalité à proximité des sanctuaires ruraux et de confins

Audrey Ferlut (Université Lyon 3)

 

Les sanctuaires ruraux ou des confins dans la partie occidentale de l’Empire romain ont attiré massivement les hommes et les femmes des cités des Trois Gaules, des Germanies ou de Bretagne pour pratiquer des cultes dédiés à des divinités nourricières, des divinités guérisseuses, des divinités des sources et des eaux et des divinités tutélaires. En raison de la présence de ces sanctuaires dans les zones suburbaines ou dans les zones rurales des cités, les populations qui y venaient, parfois pour plusieurs jours de fête, voire pour des séjours plus longs, avaient besoin de lieux d’accueil. Les fouilles archéologiques de certains sanctuaires ont d’ailleurs mis au jour l’existence d’hospitalia, soit des espaces spécifiques d’accueil des dédicants venant dans le sanctuaire. Néanmoins, la question se pose de savoir si ces hospitalia relèvent de la simple structure d’accueil – dans le sens d’une auberge ou d’un lieu d’accueil – ou s’ils sont vraiment des lieux d’hospitalité. Il est possible d’imaginer que, selon les divinités et les formes prises par le culte, les hospitalia n’aient pas la même fonction : hospitalité dans certains cas – peut-être pour les sanctuaires guérisseurs – ou simple lieu d’accueil des dédicants de passage pour les autres.

L’épigraphie, par l’intermédiaire d’une seule inscription mise au jour à Wasserbillig, a permis de mettre en lumière le rôle de certains hospitalia comme structure dédiée dans un acte d’évergétisme et avec pour objectif précis l’hospitalité. Néanmoins, la documentation épigraphique est beaucoup trop ténue pour pouvoir donner des clés de compréhension suffisante du phénomène. Le croisement avec l’archéologie et les règles diffusées par les textes anciens seront un atout précieux pour répondre à toutes les questions de vocabulaire, d’interprétation des données épigraphiques et archéologiques que la question de l’étude des structures de l’hospitalité dans les sanctuaires ruraux et des confins a mis en lumière.

Continuer la lecture de « Hospitalité et structures d’hospitalité à proximité des sanctuaires ruraux et de confins »