Mise en avant

Le projet HospitAm

Bienvenue sur le carnet Hypothèses du Projet HospitAm !


Ce carnet constitue le support de diffusion du projet HospitAm : Hospitalités dans l’Antiquité méditerranéenne : sources, enjeux, pratiques, discours, projet émergent de l’ENS de Lyon coordonné par Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon – UMR 5189 HiSoMA) et par Marie-Adeline Le Guennec (EFR). Il est dédié à l’exploration de la notion d’hospitalité dans le contexte de la Méditerranée antique, entre pratiques gratuites de réception et conventions particulières d’accueil entre individus et/ou groupes, et à la mise en lumière du rôle décisif qui était le sien dans l’organisation, la gestion et l’encadrement des mobilités humaines autour du bassin méditerranéen, et ce à l’échelle de l’ensemble de l’Antiquité.

Continuer la lecture de « Le projet HospitAm »

Note de lecture : A. Tchernia, J.-P. Brun, Le vin romain antique, Paris, 1999

Nadège Vogl (M2, Université Lyon 3)

À  travers leur ouvrage Le Vin Romain Antique, A. Tchernia et J.-P. Brun ont tenté d’offrir une synthèse sur le vaste sujet qu’est le vin antique et, a fortiori, celui des Romains. Pour cela, ils se sont notamment appuyés sur la mise en place d’un protocole d’archéologie expérimentale en vue de produire du vin « antique » au Mas des Tourelles à Beaucaire (Gard). A. Tchernia et J.-P. Brun sont tous deux archéologues et historiens spécialisés dans l’histoire économique antique, ce qui comprend à la fois la production et la commercialisation de denrées et notamment, le vin. Ce dernier a, depuis l’Antiquité, fait l’objet de nombreux travaux, rapports et conseils essentiellement agronomiques que l’on retrouve notamment chez Pline, Caton, Varron, Columelle ou Paladius.  Le Vin Romain Antique s’inscrit donc dans une longue et riche tradition historiographique. Cette dernière est restée, pendant des années, centrée quasi exclusivement sur l’aspect économique de cette denrée. C’est avec la thèse de P. Schmitt-Pantel (La cité au banquet : histoire des banquets publics dans les cités grecques, 1987) que le vin se voit pleinement considéré comme un produit social aux implications sociétales nombreuses et variées. Les rites et codes autour du vin font alors l’objet d’une intensification des recherches et des publications : G. Garrier (dir. Le vin des historiens, 1990), J.-F. Gautier (Histoire du vin, 1992), H. Jonhson (Une histoire mondiale du vin, 2002), M. Poux (L’Âge du vin. Rite de boisson, festins et libations en Gaule indépendante, 2004), P. E. McGovern (Ancient Wine : The Search for the Origins of Viniculture, 2007)… pour les exemples les plus significatifs.

Continuer la lecture de « Note de lecture : A. Tchernia, J.-P. Brun, Le vin romain antique, Paris, 1999 »

Appel à communications – Colloque international « Tiens bien la route ! Routes, agglomérations et territoires antiques et médiévaux », Bordeaux, 29-30 novembre 2017

Colloque organisé par Sara Zanni (Institut Ausonius, Université Bordeaux Montaigne)

Ce colloque sera consacré à la route antique et médiévale et à ses rapports avec le territoire comme organismes vivants. Une attention spécifique sera dédiée aux nouveaux instruments et aux nouvelles méthodes de recherche et de publication, dans la continuité de la Table Ronde Internationale « La Route Antique et Médiévale : nouvelles approches, nouveaux outils », organisée à Bordeaux le 15 Novembre 2016.

Ce colloque propose d’approfondir les thèmes suivants :
Axe 1 : Routes et agglomérations, instruments de contrôle
structuration du territoire, hiérarchisation du réseau routier.
Axe 2 : L’impact de la route sur la vie des territoires traversés :
a. La transformation de la société sur le plan économique, religieux, culturel.
b. La route dans le paysage et le paysage vu de la route : la notion de territoire routier.
c. Les structures d’accueil, de service et d’hospitalité dans une perspective diachronique.

Axe 3 : Valorisation scientifique et patrimonialisation :
a. La route antique et médiévale sur le Web : une nouvelle ère pour les publications scientifiques, ouvertes également au grand public.
b. Parcs archéologiques et muséalisation.
c. Itinéraires culturels et randonnées à thème historique : en équilibre entre mise en valeur et phénomène de mode.

Proposition de communications :
Les contributions prendront la forme de communications de 20 minutes ou de poster.
Les propositions doivent être adressées à l’adresse suivante, avant le 15 mai 2017 : sara.zanni@u-bordeaux-montaigne.fr
Les propositions seront envoyées en fichier Word et comprendront un titre et un résumé ne dépassant pas les 15 lignes, coordonnées de l’auteur/des auteurs et affiliations scientifiques ou institutionnelles.

Pour consulter l’appel en pdf

Les acteurs de l’hospitalité à travers le récit de l’exil du moine éthiopien Ēwosṭātēwos dans l’Orient chrétien au milieu du XIVe siècle : des modèles de l’accueil empruntés à l’Antiquité tardive ?

Olivia Adankpo-Labadie (EFR, UMR 8171 IMAf)

Vue du monastère de Dabra Ṣarābi (c) Olivia Adankpo-Labadie

En guise d’introduction : les moines éthiopiens acteurs de l’hospitalité à l’époque médiévale

Dans l’Éthiopie médiévale, les établissements monastiques organisent le territoire et constituent des relais du pouvoir. Structurés pour nombre d’entre eux en réseaux, à l’image de Dabra Libānos et Dabra Ḥāyq dans les régions du Šawā et de l’Amḥārā, les monastères accueillent des religieux de passage, moines, ermites ou grands ecclésiastiques du royaume. Ils peuvent également servir de halte pour les membres de l’aristocratie et de la cour royale (Derat, 2003, p. 272-284). De cette manière, les moines peuvent être considérés comme des acteurs majeurs de l’hospitalité. Les moines, en tant que religieux, doivent exercer l’hospitalité et la charité, et en retour peuvent la recevoir lors de leurs déplacements. Si de très nombreux aspects de la culture monastique ont été étudiés, l’hospitalité, les modalités d’accueil des voyageurs, les structures d’accueil sont particulièrement méconnues pour la période médiévale. La difficulté s’explique en partie par l’absence de terminologie précise concernant les modalités et les acteurs de l’hospitalité.

Continuer la lecture de « Les acteurs de l’hospitalité à travers le récit de l’exil du moine éthiopien Ēwosṭātēwos dans l’Orient chrétien au milieu du XIVe siècle : des modèles de l’accueil empruntés à l’Antiquité tardive ? »

Note de lecture : R. Turcan, Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée, Paris, 2003.

Morgane Varin (M1, ENS de Lyon)

L’ouvrage Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée est le fruit du travail de Robert Turcan, membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres depuis 1990. Ce latiniste et spécialiste de l’histoire antique romaine s’est penché tout au long de sa carrière sur l’histoire religieuse et l’histoire de l’art romain, l’iconographie religieuse et la littérature latine. C’est dire si parmi ses plus récents travaux, ce livre, publié en 2003, s’inscrit dans la continuité de ses recherches précédentes1 . On l’aura remarqué, l’auteur, membre du Comité national du C.N.R.S., ne se limite pas à la seule littérature latine, puisqu’il est à la fois membre de la Société des Études latines (Paris) et de l’Association des Études grecques (Paris). Ses connaissances en histoire de l’art sont également importantes :  membre de l’Académie centrale européenne de Science et Art, il a aussi publié des ouvrages tels que Religion romaine, iconography of religions en 1988.

Le but de cet ouvrage est de traiter spécifiquement des sources disponibles pour un sujet très peu connu par manque de sources antiques, afin de fournir une sorte d’état des lieux des connaissances actuelles dans le domaine non seulement d’un culte bacchique qui apparaît encore comme très obscur, mais surtout d’un moment spécifique de ce culte, à savoir l’initiation des novices ou télétè (« consécration »), rituel entre tous sacré et protégé par le secret, comme en témoigne le nom de mystère. Il s’agit donc d’un « corpus documentaire », comme le qualifie lui-même l’auteur, restreint cependant à une période chronologique définie, à savoir l’époque romaine, depuis le scandale des Bacchanales de -186, date à laquelle l’on dispose des premières sources fournies en matière de rites initiatiques dionysiaques, jusqu’à l’époque hellénistique, durant laquelle ce culte fleurit particulièrement en Égypte lagide. Celui-ci y est revalorisé, et plus spécifiquement à Alexandrie, où les associations dionysiaques se multiplient et les rites se mettent en place, à tel point que le phénomène en vient à inquiéter les autorités et que, paradoxalement, le pharaon Ptolémée IV Philopator y participe. Ainsi, cet ouvrage permet de se rendre compte de façon très précise des modalités d’un culte qui à la fois devient mystérique et secret, et se normalise autour de ce que l’on appelle un hieros logos.

Continuer la lecture de « Note de lecture : R. Turcan, Liturgies de l’initiation bacchique à l’époque romaine (LIBER). Documentation littéraire, inscrite et figurée, Paris, 2003. »

  1. On citera particulièrement sa thèse de doctorat, datée de 1966 : Les sarcophages romains à représentations dionysiaques. Essai de chronologie et d’histoire religieuse, Paris, 1966, réunissant déjà iconographie et culte dionysiaque, mais aussi ses œuvres traitant des religions orientales, comme en 1967 Sénèque et les religions orientales, et plus spécialement du culte de Mithra, comme Mithra et le mithriacisme en 1981 (2ème éd. en 1993). []

Note de lecture : G. Di Pasquale, Vinum Nostrum : Art, Science and Myths of Wine in Ancient Mediterranean cultures, Florence, 2010.

Jean-Roch Letellier (M2, Université Lyon 2)

Vinum Nostrum est le catalogue d’une exposition qui s’est tenue à Florence en 2010-2011, sous la direction de Giovanni Di Pasquale. L’ouvrage est constitué en deux parties, la première compte vingt-neuf articles d’universitaires, principalement, et la seconde présente un choix de pièces commentées.

L’ouvrage propose une vision transversale de l’étude du vin, à travers un état des lieux de la recherche archéologique, botanique et archéobotanique, géologique et littéraire d’un produit aussi emblématique que le fut le vin dans l’antiquité. L’ensemble du bassin méditerranéen est passé en revue, dans une acception très large. C’est plutôt l’empire romain dans sa plus vaste extension qui est considéré. Pour des raisons archéologiques évidentes, la Grèce, l’Egypte et l’Italie, en particulier l’Étrurie et Pompéi, sont l’objet de nombreux articles. La période concernée est elle aussi particulièrement large, puisqu’elle part de l’apparition biologique de la vigne, s’achève au moment de l’apogée de l’Empire.

Le nombre d’articles et leur fréquente redondance nous amènent à les présenter de façon synthétique. Il sera d’abord question de l’origine de la vigne, de son développement et de sa culture ; on évoquera ensuite les questions relatives à la production du vin, son transport, son marché ; on finira par les aspects sociaux de sa consommation.

Continuer la lecture de « Note de lecture : G. Di Pasquale, Vinum Nostrum : Art, Science and Myths of Wine in Ancient Mediterranean cultures, Florence, 2010. »