Les acteurs de l’hospitalité à travers le récit de l’exil du moine éthiopien Ēwosṭātēwos dans l’Orient chrétien au milieu du XIVe siècle : des modèles de l’accueil empruntés à l’Antiquité tardive ?

Olivia Adankpo-Labadie (EFR, UMR 8171 IMAf)

Vue du monastère de Dabra Ṣarābi (c) Olivia Adankpo-Labadie

En guise d’introduction : les moines éthiopiens acteurs de l’hospitalité à l’époque médiévale

Dans l’Éthiopie médiévale, les établissements monastiques organisent le territoire et constituent des relais du pouvoir. Structurés pour nombre d’entre eux en réseaux, à l’image de Dabra Libānos et Dabra Ḥāyq dans les régions du Šawā et de l’Amḥārā, les monastères accueillent des religieux de passage, moines, ermites ou grands ecclésiastiques du royaume. Ils peuvent également servir de halte pour les membres de l’aristocratie et de la cour royale (Derat, 2003, p. 272-284). De cette manière, les moines peuvent être considérés comme des acteurs majeurs de l’hospitalité. Les moines, en tant que religieux, doivent exercer l’hospitalité et la charité, et en retour peuvent la recevoir lors de leurs déplacements. Si de très nombreux aspects de la culture monastique ont été étudiés, l’hospitalité, les modalités d’accueil des voyageurs, les structures d’accueil sont particulièrement méconnues pour la période médiévale. La difficulté s’explique en partie par l’absence de terminologie précise concernant les modalités et les acteurs de l’hospitalité.

En effet, la notion d’hospitalité est équivoque en guèze , la langue éthiopienne classique. Ainsi dans le verset suivant :

He 13, 2  : N’oubliez pas l’hospitalité (taqabelo nagd), car, grâce à elle, certains, sans le savoir, ont accueilli des anges. (TOB)

l’expression taqabelo naqd peut-elle se traduire par « accueillir l’étranger, le voyageur, le pèlerin ». La forme verbale nagada, d’où est tiré le substantif nagd, revêt donc plusieurs significations et désigne l’action d’être en pèlerinage, d’accueillir un hôte, de recevoir l’hospitalité ou d’être un étranger.

Différents exemples d’hospitalité

En l’absence d’étude sur la question, il est nécessaire d’avoir recours aux sources monastiques. Deux exemples situés dans le texte de Yosṭinos (Juste), un disciple du moine hétérodoxe Ēwosṭātēwos, datant de 1408/1409, donnent une idée des obligations et des réalités de l’hospitalité monastique. Ce récit historiographique expose les années de tourmente des moines de Dabra Māryām persécutés pour leur adhésion aux préceptes d’Ēwosṭātēwos. Ce document constitue un précieux témoignage concernant le rôle des moines en tant qu’accueillis et accueillants.

ʾAbuna Tawalda Madḫen (abbé de Dabra Māryām), un hôte accueillant parfait

Et lorsque ʾabuna Tawalda Madḫen entendit [la nouvelle de l’arrivée du métropolite], il alla vers lui avec de nombreux présents (ʾammeḫā). Il fit préparer du pain, du vin, du miel, du sucre, de la suʿa (bière) et beaucoup d’autres mets édéniques (gannatāt) et il les lui offrit. (Lusini, 1996, p. 91).

Tawalda Madḫen, en tant que supérieur du monastère de Dabra Māryām, fait montre de sa générosité et de son hospitalité. L’hagiographe et le scribe Yosṭinos soulignent l’abondance et la qualité des présents offerts. Ce sont des marques de respect dû à Bartalomēwos, le métropolite, comme l’indique le terme ammeḫā, que l’on peut traduire par « salut, baiser, don offert en signe de respect, salutations ». L’entrevue devant être accomplie lors d’un repas, l’abbé propose des mets fins, rappelant par synecdoque les temps édéniques et les saveurs paradisiaques. Tawalda Madḫen est décrit comme l’hôte parfait suivant les codes de l’hospitalité de la société éthiopienne.

Les produits mentionnés sont typiquement éthiopiens : la suʿa est le nom d’une bière fermentée à base de ṭeff ou d’orge consommée dans le nord de l’Éthiopie, c’est l’équivalent de la ṭallā en monde amharophone. Les autres aliments (pain miel, vin) ont une connotation symbolique directement issue du répertoire biblique.

Les moines sont reçus à la cour du gouverneur du Sarāʾē

Ils [les moines exilés de Dabra Māryām] partirent de l’Ansabā et parvinrent au mont Sirā. Ils quittèrent le mont Sirā et atteignirent le camp du gouverneur Saraqa Berhān. Ils lui firent parvenir deux messagers qui lui dirent : « Voici les gens et les moines qui étaient en exil dans les régions de l’est. Après être partis, ils reviennent avec leurs prêtres portant le tābot (la table d’autel). Ayant entendu cela, le gouverneur dit : « Entrez dans le camp et allez dans la cour de l’église de Marie. Le matin j’irai vers vous. » Quand la nuit tomba, il leur donna à manger et à boire. Ils mangèrent et burent et rendirent grâce au Seigneur. (Lusini, 1996, p. 84)

Après une décision royale qui met fin aux persécutions, les moines de Dabra Māryām quittent leurs lieux d’exil. Ils sont reçus dans le camp du gouverneur, qui leur donne à manger et à boire, il s’agit sans doute de galette de ṭeff et de bière. Les moines sont reçus par le gouverneur qui les héberge et les nourrit. Les moines sont dans la position de l’accueilli. L’hospitalité du gouverneur marque la fin de l’ostracisme des moines qui retrouvent leur place dans la société du nord de l’Éthiopie.

Se dessinent alors les obligations des moines comme hôtes accueillants et accueillis : ouvrir sa porte, nourrir son hôte et lui offrir des présents d’une part ; accepter l’invitation et honorer l’hôte d’autre part. Cela entraîne une relation de réciprocité et la mise en place d’une relation de solidarité matérielle et spirituelle dans une société chrétienne. Le système du don inclut aussi Dieu, puisque au final exercer l’hospitalité reprend He 13,2.

La pluralité des figures de l’hospitalité dans le gadla Ēwosṭātēwos (Vie d’Eustathe)

La Vie du moine dissident Ēwosṭātēwos, mentionné plus haut, offre à cet égard des éléments très intéressants pour mener une réflexion sur l’hospitalité, ses acteurs et ses modèles dans la culture monastique éthiopienne au Moyen Âge. Ēwosṭātēwos est contraint à l’exil par le souverain éthiopien Amda Ṣeyon (1314-1344) peu avant 1337 en raison de ses vues non-conformistes sur le sabbat et l’indépendance des moines. Il mène une existence chaotique, déambulant de lieux en lieux, passant d’un hôte à l’autre. L’hagiographe retrace avec précision son itinéraire et fournit des informations détaillées sur chacune des étapes de son exil : le nord de l’Éthiopie, la Nubie, Alexandrie, le désert de Scété, la Palestine, Chypre et l’Arménie cilienne.

Ce récit, appelé en guèze le gadla Ēwosṭātēwos, est exceptionnel à plus d’un titre. Il s’éloigne des topoi de la littérature hagiographique éthiopienne concernant la description du voyage, il mentionne des éléments de realia, il fournit des indications sur les conditions du voyage du moine. Le gadla Ēwosṭātēwos connaît plusieurs recensions correspondant à trois phases de rédaction qui s’étendent de la fin du XIVe jusqu’au XVIIIe siècle (voir Adankpo, 2015). L’une de ces versions a déjà fait l’objet d’une édition et de deux traductions en latin (Turaiev, 1906) et plus récemment en français (Colin, 2017).

Gadla Ēwosṭātēwos (Vie et Miracles d’Eustathe), f. 6v -7r, XVIIe siècle, Bibliothèque Giovardiana, Veroli (c) Olivia Adankpo-Labadie

Au cours de son périple, le moine fait la rencontre de plusieurs personnes qui décident de l’accueillir :

  • Ēwosṭātēwos trouve d’abord refuge auprès du gouverneur du Sarāʾē, Warāsina ʾEgziʾ. Le moine fustige les mœurs de l’aristocrate, se retrouve emprisonné, puis quitte la région.
  • Lors de son passage dans le pays de Bogos, Ēwosṭātēwos fait la connaissance de deux gouverneurs, Merārā et Ganzāya Egziʾ, qui le reçoivent avec empressement.

  • L’auteur reprend la narration. En Nubie, le moine prête assistance au souverain chrétien du nom de Sabʾa Nol.

  • À Alexandrie, Ēwosṭātēwos est reçu devant le patriarche Benjamin II, Ēwosṭātēwos doit se défendre face à un groupe de moines « perfides », qui l’accusent faussement au sujet de sa doctrine.

  • Il quitte le siège de saint Marc pour une retraite au désert de Scété en compagnie d’un ermite nommé Zakāryās. Il y est accueilli par les moines.

  • Désireux de revoir le patriarche arménien, Ēwosṭātēwos, accompagné de deux disciples, Bakimos et Qozmos, entreprend la traversée de la mer Méditerranée. Lors de son séjour à Chypre. Il y est hébergé par une femme riche appelée Aziza.

  • Arrivé en Arménie cilicienne, le terme de son voyage, Ēwosṭātēwos peut s’entretenir avec le patriarche arménien Yakob II revenu de son exil. Le patriarche héberge le moine.

Les acteurs de l’hospitalité dans le gadla Ēwosṭātēwos : figures éthiopiennes, emprunts bibliques, modèles antiques ?

Au total les figures de l’hospitalité sont diverses. On compte aussi bien des prélats que des moines ou même une femme. On rencontre des figures spécifiquement éthiopiennes à l’instar des gouverneurs Warāsina ʾEgzi, Merārā et Ganzāya Egzi. Warāsina ʾEgzi est un personnage bien connu à la tête d’une province septentrionale de l’Éthiopie (Lusini, 1993, p. 58-61). Ses relations à Ēwosṭātēwos sont ambivalentes. S’il accueille dans un premier temps avec empressement, très vite la situation change. Après une vive altercation, Warāsina ʾEgzi devient son geôlier, contrevenant aux règles de l’hospitalité (Lusini, 1996, p. 89 ; Adankpo, 2015). Merārā et Ganzāya Egzi demeurent méconnus. Ils ont en charge le Bogos qui correspond aux hauts-plateaux du nord de l’Érythrée actuelle.

Les moines de Scété renvoient au modèle de l’hospitalité monastique issu de l’Antiquité tardive. Leur mention est une claire allusion au monachisme des origines et aux Pères du désert. En outre, la présence d’Ēwosṭātēwos rappelle la vocation ancienne des établissements du désert égyptien qui accueillent depuis au moins le IIIe siècle des pèlerins venus de l’Égypte mais aussi de Palestine et du pourtour méditerranéen (Maraval, 1985).

Lors de son séjour à Chypre, Ēwosṭātēwos bénéficie de l’hospitalité d’une femme prénommée Aziza (en arabe « l’aimée » ; en éthiopien « la forte ; l’excellente »). Elle est décrite comme étant « fidèle » et « très croyante ». Elle s’empresse d’aller à le rencontre du moine, qu’elle pressent être un homme de Dieu (vat. et. 46 fol. 102 rv). Elle est proche de l’évêque de Chypre, vraisemblablement un prélat miaphysite, et apparaît très influente. Il semble que son portrait reflète celui des femmes qui ont soutenu l’apôtre Paul dans son ministère telles Lydie, ou Priscille (voir Ac 16, 13-15 et Ac 18 ). Aziza est de ce fait une hôtesse qui correspond au modèle biblique.

Ces quelques exemples, qui mériteraient d’être approfondis, mettent en lumière la pluralité des acteurs de l’hospitalité dans ce récit hagiographique éthiopien. Ils invitent encore à poursuivre les recherches sur les modalités de l’accueil dans la société éthiopienne au Moyen Âge. Ces cas montrent enfin les liens nombreux qui existent avec les modèles de l’Antiquité tardive.

Bibliographie indicative

Adankpo O., Écriture et réécriture hagiographiques du gadla Ēwosṭātēwos, MEFRM [En ligne], 127-2 | 2015.

Colin G. (tr.), Saints fondateurs du monachisme éthiopien : Frumentius, Garimā, Takla-Hāymānot et Ewosṭātēwos, Paris, 2017.

Derat M.-L., Le domaine des rois éthiopiens (1270-1527). Espace, pouvoir et monachisme, Paris, 2003.

Fiaccadori G., Etiopia, Cipro e Armenia : la “Vita” di ʾÊwostʾâtêwos, santo abissino del secolo XIV (I) et (II), (I) CARB, 32, 1985, p. 73-78; (II) Felix Ravenna, 127-128, 1984-1985, p. 217-239.

Lusini G., Studi sul monachesimo eustaziano (XIV-XV), Naples, 1993.

Lusini G., Il « Gadla Absādi » (Dabra Māryām, Sarāʾē), Louvain, 1996 (CSCO 557, 558) [SAe 103-104]).

Maraval P., Lieux saints et pèlerinages d’Orient : histoire et géographie des origines à la conquête arabe, Paris, 1985.

Turaiev B., Vita sanctorum indigenarum, I. Acta s. Eustathii, Louvain, 1906 (CSCO 32 [SAe  15]).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *