Identifier les structures d’hospitalité dans et près des sanctuaires de Gaule et des Germanies : questions méthodologiques et problèmes de sources

Audrey Ferlut (Université Lyon 3)

L’hospitalité près des sanctuaires, en particulier ceux éloignés des grandes centres urbains – sanctuaires des sources et des eaux, sanctuaires guérisseurs, sanctuaires à une divinité topique liée à une particularité géographique du terrain, sanctuaire aux confins de deux cités (cas du sanctuaire de Bourbonne-les-Bains) –, était une nécessité pour les hommes et les femmes de l’Antiquité romaine. Ces formes de l’hospitalité sont beaucoup mieux connues dans la partie grecque de l’Empire romain, où les voyages pour des pratiques rituelles1 étaient beaucoup plus anciens, beaucoup plus nombreux et mieux documentés2, que dans la partie occidentale. Pourtant, dans les sanctuaires suburbains ou ruraux, il est impossible d’imaginer que tous les dédicants3 aient fait le trajet dans la journée. Leur accueil dans des structures pérennes ou temporaires était donc une condition sine qua non pour le fonctionnement du sanctuaire.

Néanmoins, l’accès aux sources qui pourraient nous renseigner sur l’organisation, la structure et le fonctionnement de ces structures d’hospitalité est complexe du fait de leur rareté – sources littéraires et épigraphiques – ou du fait de la difficulté d’interprétation de l’utilisation des bâtiments – sources archéologiques. Accéder à ces sources demande de la minutie et des précautions afin d’éviter toute extrapolation. Dans de nombreux cas, il est impossible de dépasser le stage des hypothèses.

L’objectif de cet article est donc de comprendre, à l’aide d’exemples, les difficultés de l’accès aux sources et les précautions méthodologiques à prendre avant toute interprétation des lieux d’hospitalité à proximité des sanctuaires. Nous nous attacherons dans un premier temps aux sources littéraires pour montrer combien les références sont rares. Puis, nous montrerons combien les sources épigraphiques, bien que silencieuses, ne sont pas totalement muettes. Enfin, nous intéresserons à l’interprétation archéologique dans le cadre de certains sanctuaires : Hochscheid, Thun-Allmendingen, Luxueil-les-Bains.

La rareté des mentions dans les sources littéraires

Il n’est pas question ici de revenir sur la question du lexique déjà évoqué dans un des ateliers précédents mais de montrer combien, même si le vocabulaire sur l’hospitalité est fréquent dans les sources antiques4 , il est rarement, voire quasiment jamais associé aux termes de sanctuaires, de temples, ou tout autre lieu qui peut être apparenté à un lieu de culte.

Dans la terminologie de l’hospitalité antique, Marie-Adeline Le Guennec et Claire Fauchon, dans des billets précédents, ont montré que le terme hospes, hôte, soit l’étranger qui reçoit ou celui qui reçoit l’étranger, implique des degrés divers d’hospitalité, de la conclusion d’un pacte d’hospitalité privé ou public à la simple hospitalité sans pacte formel entre celui qui accueille et qui reçoit. Le lieu de l’hospitalité peut donc revêtir de multiples acceptions puisqu’il s’agit du lieu « où quelqu’un est logé pour un temps limité selon le droit de l’hospitalité » (Isidore de Séville, orig., 15, 3, 10). La question qui se pose pour l’hospitalité près ou dans les sanctuaires est la nature des liens de l’hospitalité que les sources littéraires pourraient peut-être renseigner. La divinité est-elle l’hospes du lieu ? La communauté civique à laquelle appartient le sanctuaire joue-t-elle ce rôle ? Quand il s’agit d’un sanctuaire privé comme à Niedaltdorf, l’hospitalité est-elle fournie par le maître de maison ou le sanctuaire est-il juste réservé à la famille ? Des individus avaient-ils le droit d’ouvrir près des sanctuaires des lieux d’accueil mercantile – mais dans ce cas, est-ce vraiment de l’hospitalité ?

Autant de questions que nous pourrions espérer trancher dans les sources littéraires ou les sources juridiques latines.

Et bien, une rapide recherche dans le thesaurus linguae latinae, certes non exhaustive, ne montre pas d’association dans les textes évoquant l’hospitalité et les sanctuaires, temples et autres lieux de culte. L’absence de textes précis sur la question nous conduit à une hypothèse : les règles régissant l’hospitalité antique aussi bien privée que publique s’appliquaient de manière similaire pour les sanctuaires et pour n’importe quel autre lieu public ou privé qui nécessitait l’accueil d’un étranger. Aucune règle spécifique à l’organisation du sanctuaire n’apparaissait pour l’hospitalité, autre que les prescriptions normales liées à la présence de personnes dans un sanctuaire, à leur circulation dans le lieu de culte et à la préservation des espaces sacrés et profanes. Apparemment, aucune description de la structure d’hospitalia n’apparaît non plus, ce qui montre bien qu’il n’y avait pas de caractère normatif quant à l’accueil des personnes qui se rendaient dans les sanctuaires, qu’ils soient guérisseurs ou non. La Gaule et les Germanies, malgré la présence de sanctuaire avec un modèle spécifique de temples de tradition celtique, ne semblent pas avoir donné lieu à des précisions particulières.

Les sources littéraires sont donc d’un bien maigre secours pour aider le chercheur à comprendre comment l’hospitalité se faisait dans ou à proximité des lieux de culte. Le chercheur pourrait imaginer que le dossier épigraphique pourrait expliquer quelques spécificités des Gaules et des Germanies et donner un éclairage particulier sur ces provinces septentrionales de l’Empire romain, mais là encore, le dossier est extrêmement ténu.

Des sources épigraphiques « silencieuses »

Gaule Belgique

CIL XIII, 4208 = IAL 128 = AE 1967, 320 = AE 1987, 771 (Autel ; Wasserbillig ; 232 apr. J.‑C.)

Deo Mercurio, [et deae Ros]|mertae. Aedem c[um signis orna]|mentis, que omn[ibus fecit], | Acceptus, tabul[arius, IIIIIIuir] | Augustal[is, donauit] | item hospitalia [sacror(um) cele]|brandorum gr[atia pro se libe]|risque suis, ded[icauit …], | Iulias Lupo [et Maximo co(n)s(ulibus)].

« Au dieu Mercure et à la déesse Rosmerta. Acceptus, tabularius et sévir augustal, a donné une chapelle avec des statues, des ornements qu’il a tous fait faire et aussi des chambres pour les hôtes étant vouée à la fête, avec bienveillance, pour lui, ses affranchis et les siens, sous le consulat de Iulias Lupus et de Maximus. »

Pour l’ensemble des Gaules et des Germanies, c’est la seule inscription qui nous donne des renseignements significatifs sur les lieux de l’hospitalité. Quelques autres inscriptions peuvent nous renseigner sur les hôtes et les acteurs de l’hospitalité comme nous avons pu le montrer dans un billet précédent, mais il n’est pas question d’étudier cet aspect de la question dans cet article.

Cette inscription de Wasserbillig qui n’est malheureusement pas corroborée par des fouilles archéologiques puisque l’aedes en question n’a pas été mis au jour. Ce que le corpus épigraphique nous apprend c’est qu’il existe un lieu d’hospitalité, hospitalia, construit en même temps que l’aedes. Nous apprenons aussi que ce lieu est dévolu à l’accueil des dédicants et des personnes qui viennent participer à une fête en l’honneur de Mercure et de Rosmerta. La structure d’hospitalité n’a donc peut-être pas fonction à être occupée de manière pérenne en dehors de cette période de fête. L’aedes de Wasserbillig est assez peu éloigné de Trèves, la capitale provinciale et même si le terrain est accidenté, un aller-retour dans la journée pouvait probablement se faire depuis Augusta Treverorum. Lors de la fête, en revanche, il fallait probablement rester plus longtemps à proximité du sanctuaire, ce qui laisse supposer la nécessité de loger les personnes qui se rendaient à ce lieu de culte. Ce très mince dossier épigraphique nous permet donc de supposer l’existence de structures en dur pour accueillir les personnes qui se rendaient dans les sanctuaires suburbains ou ruraux et que ces structures pouvaient être occupées de manière temporaire par les dédicants, pour une durée vraisemblablement assez courte.

En l’état actuel de nos connaissances, il n’est pas possible d’en dire plus sur la forme prise par ces hospitalia, leur taille, leur organisation interne. Nous pouvons cependant émettre quelques hypothèses. Ce bâtiment devait comporter plusieurs chambres. Sa taille était probablement assez réduite car, comme nous le verrons par la suite, des sanctuaires beaucoup plus imposants comme Hochscheid ou Thun-Allmendingen avaient des structures d’hospitalité pérennes et en dur de taille restreinte – par ailleurs, un aedes est généralement de petite taille et accueille peu de dédicants à la fois.

L’analyse de cette inscription nous montre à quel point des fouilles archéologiques sur le site – si tant est qu’il soit possible de retrouver l’emplacement de l’aedes – seraient d’un grand secours pour compléter les informations fournies par l’inscription. Cela invite donc le chercheur à la nécessité de croiser les supports et les sources dans le cadre de recherches comme celles-ci et à se tourner vers l’archéologie.

Des sources archéologiques riches mais d’une grande complexité d’interprétation

Nombreux sont les sanctuaires à avoir été fouillés dans les provinces de Gaule et des Germanies, et en particulier en Gaule Belgique et dans les Germanies, territoires sur lesquels nous allons nous focaliser désormais. D’une part, beaucoup de sites ont été fouillés au cours du XIXème siècle et du début du XXème siècle. A ce moment, les fouilles se concentrent sur les grands bâtiments et les monuments remarquables aussi bien du point de vue de l’épigraphie que de la sculpture. Plusieurs bâtiments sont apparus lors de ces fouilles, sans qu’il soit toujours facile de déterminer aujourd’hui ou à l’époque leurs fonctions exactes. D’autre part, plusieurs sites ont été explorés mais n’ont pu être entièrement fouillés, ce qui rend difficile toute interprétation.

Des espaces d’habitation proches ou dans les sanctuaires

Nous proposons ici de nous attarder sur le cas de Luxueil-les-Bains dont nous proposons un plan adapté des fouilles du sanctuaire.

Luxueil-les-Bains (c) Ch. Card, Nouvelles données sur les productions des ateliers de potiers gallo-romains de Luxueil-les-Bains (Haute-Saône) : la vaisselle en céramqie non sigillée, RAE 57, 2008, p. 205-226. Carte réalisée à partir de la carte p. 218 de l’article.

Les structures d’habitation ont été repérées par sondage, ce qui implique qu’il n’y a eu aucune excavation à ce jour de ces structures. Il est donc impossible de connaître leur forme, leur taille, leur structure interne. Comment interpréter de telles données en faisant l’hypothèse qu’une partie de ces structures d’habitation devaient servir à l’accueil des personnes, le sanctuaire de Luxueil-les-Bains étant éloigné des grands centres urbains et dédié au culte des sources et des eaux, probablement avec un objectif de guérison, ce qui impliquait des séjours longs pour certains dédicants ? Dans l’espace du sanctuaire, des habitats ont été repérés à proximité du système de captage de la source mais à une cinquantaine de mètres du temple dit de la source Martin et des dépôts d’ex-voto. Cela laisse donc supposer qu’aucune installation d’habitation ne se trouvait dans l’environnement direct du temple, ce qui correspond bien à la nécessité de protéger l’espace sacré du temple et de n’y laisser pénétrer que les dieux et les prêtres. Ces prêtres étant des magistrats qui devaient probablement se rendre sur place pour les grandes cérémonies liées à la cité pouvaient peut-être être accueillis dans les structures d’habitation proche de la captation de la source, mais sans aucune certitude.

L’eau captée était ensuite utilisée par les dédicants dans les thermes et c’est à leur proximité que nous trouvons le plus grand nombre de structures d’habitat. Il est donc probable que l’accueil du plus grand nombre pouvait se faire dans ces structures mais rien ne permet d’affirmer qu’il ne s’agissait pas des habitations de ceux qui faisaient fonctionner les thermes, des ouvriers présents dans le sanctuaire ou de ceux qui fabriquaient les ex-voto, les autels, entre autres.

Les sondages permettent donc des hypothèses sur le possible rôle de certaines structures d’habitat mais sans aucune certitude sur la véracité de ces hypothèses qui sont, en l’état actuel des fouilles, impossibles à vérifier. Qu’en est-il lorsque la structure a été mise au jour ?

Les structures d’accueil dans les sanctuaires : Hochscheid et Thun-Allmendingen

Reconstitution et plan du sanctuaire d’Hochscheid (c)Ph. Kiernan, Pagan Pilgrimage in Rome’s Western provinces, in Herom, 2012.1, p. 84.
Reconstitution du sanctuaire de Thun-Allmendingen (c) idem

Ces deux reconstitutions réalisées par Philip Kiernan, que nous remercions pour nous permettre de les utiliser, montrent deux sanctuaires, de formes et de structures très différentes comportant tous deux des structures d’habitation et d’accueil. Celles-ci sont situées contre le mur Nord à Thun-Allmendingen et sont représentées par les bâtiments 2 et 4 à Hochscheid – le bâtiment 2 étant une structure résidentielle avec une galerie et le bâtiment 4, une auberge. Étudions le cas de Thun-Allmendingen dans un premier temps5. Dans la zone profane, contre le mur nord, il est possible d’identifier quatre bâtiments qui ne sont pas dédiés au culte, qui ne sont ni des temples, ni des aedes. Les découvertes faites à l’intérieur lors des fouilles, vaisselles, eaux, outils, fibules laissent penser soit à un usage pour de l’artisanat, soit pour des activités de logement. Ph. Kiernan démontre que les deux petits bâtiments (6 m par 6 m) au centre étaient dévolus à l’artisanat et que les deux autres grands bâtiments (11 m par 6 m) étaient eux probablement inhabités. Ces deux bâtiments pouvaient-ils être des lieux d’hospitalité pour les dédicants qui venaient dans le sanctuaire ? Se pouvait-il que deux bâtiments situés entre 20 et 30 mètres des temples puissent accueillir ceux qui venaient faire des offrandes aux divinités du sanctuaire, soit Jupiter, Diane, les Alpes, les déesses Mères, Minerve, Mercure, Neptune et peut-être une déesse connue sous le nom d’Annona ?

Dans la reconstitution qui en a été faite par Martin-Kilcher et Schatzmann et simplifiée par Ph. Kiernan, les deux bâtiments comportent un étage et pourraient avoir eu la fonction d’un lieu d’accueil de type « auberge ». Nous serions donc ici dans un cas bien différent de celui de Wasserbillig par exemple. Il nous est cependant difficile de développer l’analyse plus avant : une ou plusieurs pièces, une seule grande pièce, payant ou non, abordable pour les seules personnes riches ?

Intéressons-nous maintenant à Hochscheid. D’après la reconstitution et le plan de Ph. Kiernan, d’après Weisberger, le sanctuaire comporterait deux lieux d’accueil, un espace résidentiel avec un portique (numéro 2) et une auberge (numéro 4), tous deux séparés de la zone sacrée du sanctuaire et du temple et proche des thermes dans la zone profane du sanctuaire, espace de l’utilisation de l’eau. Cet espace résidentiel avec le portique était probablement réservé aux activités d’artisanat liées au sanctuaire et au logement des personnes qui travaillaient dans ce domaine. Cette analyse de Weisberger que confirme Ph. Kiernan repose sur la petitesse du bâtiment et sur le fait que le sol du portique est resté en terre sans aucun revêtement d’aucune sorte et que des traces d’activité d’artisanat y ont été mises au jour. En revanche, le bâtiment numéro 4 est pour Weisberger et Ph. Kiernan une auberge d’une taille de 42 m par 21 m et qui a été agrandie en même temps que la construction des thermes au IIème siècle de notre ère. Ce bâtiment comportait entre 10 et 15 pièces qui donnaient sur  une cour centrale. Seules les pièces semblent avoir servi pour l’accueil des hôtes, sans que la cour ou le portique ait eu une fonction d’accueil. La taille des pièces devaient servir à accueillir plusieurs hôtes sans que ces pièces soient des chambres privées. En revanche, Ph. Kiernan semble expliquer que cette auberge n’était accessible qu’à ceux qui pouvaient payer, laissant dehors les plus pauvres des visiteurs. Le terme auberge pose cependant question. Marie-Adeline Le Guennec dans un article récent6 a démontré que plusieurs critères sont utilisés pour définir une auberge romaine mais sans qu’il soit possible d’avoir la certitude qu’un lieu qui répond à ces critères soit bien une auberge7.

Reprenons ces critères au regard du bâtiment d’Hochscheid et voyons ceux qui pourraient correspondre : édifice au plan ramassé autour d’une cour charretière et/ou d’un portique, association avec d’autres bâtiments utiles ici aux dédicants (temples, thermes, espaces d’artisanat lié au sanctuaire, …). Il est vrai que le bâtiment d’Hochscheid répond à ces critères mais l’utilisation du terme d’auberge (hostel dans l’article anglais de Ph. Kiernan) implique un accueil mercantile dont nous n’avons pas la preuve pour le sanctuaire. Les fouilles ont-elles permis d’identifier des éléments montrant l’accueil des chevaux ou des charrettes, ou autre et tous les autres services dévolus à ces lieux que M.-A. Le Guennec a pu mettre en évidence. Ph. Kiernan n’en fait pas mention ni même Weisberger. Les éléments que nous fournissent les fouilles archéologiques nous permettent donc d’imaginer un lieu d’accueil des dédicants, un lieu d’hospitalité mais rien ne permet d’affirmer en l’état actuel de nos connaissances qu’il s’agit d’un lieu d’accueil mercantile, ce que sous-entendrait le terme auberge (ou hostel en anglais). Il peut tout à fait s’agir d’hospitalia offerts par un membre de la communauté comme dans le cas de Wasserbillig mais malheureusement, aucune inscription ne nous renseigne à ce sujet.

Des trois exemples que nous avons pu mettre en évidence, nous retiendrons qu’il faut faire preuve d’une grande prudence aussi bien dans les interprétations que dans les termes utilisés. Il existait bien des lieux d’habitation dans les sanctuaires qui pouvaient peut-être servir de lieux d’accueil pour les dédicants venus faire des offrandes. Une certitude est que ces lieux sont toujours situés dans la partie profane du sanctuaire éloigné du temple, des aedes et de la partie sacrée du lieu de culte. En revanche, aucune certitude quant à la forme, la taille de ces bâtiments et le nombre d’étage qu’ils pouvaient comporter et le nombre de personnes qu’ils pouvaient accueillir ce qui semble correspondre aux analyses faites pour les auberges. Il est également très difficile de savoir si ces lieux avaient une quelconque activité mercantile ou s’ils étaient dévolus par la communauté ou à la charge du sanctuaire et du trésor de la divinité.

Beaucoup d’incertitudes que ni l’épigraphie, ni les sources littéraires ne permettent de lever.

Conclusion 

Les structures d’hospitalité près ou dans les sanctuaires existent donc bel et bien mais les identifier et comprendre leur fonctionnement est complexe. Cela nécessite le recoupement et le croisement de multiples sources mais, en l’état actuel de nos connaissances, c’est l’archéologie qui nous fournit les informations les plus significatives. Néanmoins, une grande prudence doit guider les interprétations quant à la nature des structures d’habitation qui pourraient ou non être des structures d’accueil ou d’hospitalité et sur le vocabulaire pour les désigner quand aucune preuve d’une activité mercantile existe.

Le dossier archéologique doit être étudié de la manière la plus détaillée possible pour identifier des éléments de comparaison entre les différents sanctuaires qui comportaient des structures d’accueil et avec les autres lieux de l’hospitalité romaine comme les stationes par exemple.

Bibliographie indicative

Bertaux, C., Pèlerinage au sanctuaire antique de Grand, dans Abry, J.-H. (éd.), Les tablettes astrologiques de Grand (Vosges) et l’astrologie en Gaule romaine, Paris, 1993, p. 25-41.

Cabuy, Y., Les sanctuaires de tradition indigène en Belgique romaine, dans Goudineau, Chr., Coquelet, C. (éd.), Les villes capitales des cités des provinces de Gaule Belgique et des Germanies, (Paris 2014).

Fauduet, I. et Coulon, G. (éd.), Les sanctuaires de tradition indigène en Gaule romaine, Paris, p. 24-32.

Derks, T., Gods, temples and ritual practices, 1998.

Fauduet, I., Les temples de tradition celtique, 2e ed., Paris 2010.

Ferlut, A., Le culte des divinités féminines en Gaule Belgique et dans les Germanies sous le Haut Empire romain, Thèse de Doctorat, (Lyon 2011), Url : https://scd-resnum.univ-lyon3.fr/out/theses/2011_out_ferlut_a.pdf

Ferlut, A., Ritual practices for Celtic goddesses from Gallia Belgica and the Germaniae. In: FERCAN 2014 (Lampeter 2014), en cours de publication.

Ferlut, A., Goddesses as consorts of the healing Gods in Gallia Belgica and the Germaniae, dans P. Pachis (éd.), Healing gods and heroes in the Graeco-Roman World, Open Library Humanities, Url: https://olh.openlibhums.org/articles/10.16995/olh.43/.

A. Ferlut, Les déesses d’origine celte et leurs dédicants en Gaule Belgique, FERCAN 2015 (Trèves 2015), dans K. Matijevic (éd.), Kelto-Römische Gottheiten und ihre Verehrer, Pharos, 2016, p. 121-158.

Février, S., Maligorne, Y., Contribution à l’étude des thermes publics de Bourbonne-les-Bains et de leurs abords immédiats : planimétrie, décor architectonique, chronologie et approche fonctionnelle,  Bulletin de la Société archéologique champenoise 102.4 (2009) 33-53.

Gray, M. Pilgrimage, a comparative perspective, dans Green, M. J. (éd.), Pilgrims in Stone. Stone images from the Gallo-Roman sanctuary of Fontes Sequanae, Oxford, 1999, p. 101-110.

Jacques, F., Le privilège de liberté. Politique impériale et autonomie municipale dans les cités d’Occident romain (161‑244), Rome, 1983.

Jacques, F. L’empire et la cité : Permanence de l’autonomie locale dans l’Occident romain à la fin du Haut Empire, L’information historique 47 (1985), 45‑55.

Kiernan, Ph., Pagan Pilgrimage in Rome’s Western provinces, Herom, 1, 2012, p. 79-106.

Le Guennec, M.-A., Identifier une auberge romaine. Quelques réflexions méthodologiques, dans P. Basso et E. Zanini (éd.), Statio Amoena. Sostare e vivere lungo le strade romane, Oxford, 2016, p. 81-90

Martin-Kilcher, S. et Schatzmann, R. (éds), Das römische Heiligtum von Thun-Allmendingen, Bern, 2009.

Price, S., Religious mobility in the Roman Empire, JRS 102, 2012, p. 1-19.

Péchoux, L., Les sanctuaires de périphérie urbaine en Gaule romaine, Montagnac, 2010.

Spickermann, W., „Mulieres ex voto”. Untersuchungen zur Götterverehrung von Frauen im römischen Gallien, Germanien und Rätien (1.-3 Jahrhundert n. Chr.), Bochum, 1994.

Spickermann, W., Germania inferior, 2001.

Spickermann, W., Germania superior, 2003.

Van Andringa, W., La religion en Gaule romaine. Piété et politique (Ier-IIIe siècle apr. J.-C.) (Paris 2002).

Van Andringa, W., Des espaces et des rites : archéologie des cultes de l’époque romaine, dans Schäfer, A., Witteyer, M. (éd.), Rituelle Deponierungen in Heiligtümern der hellenistisch-römischen Welt, Mayence, 2013, p. 35-52.

Van Andringa, W., The Archaeology of Ancient Sanctuaries, dans Rüpke, J., Raja, R. (éd.), A Companion to Archaeology of Religion in Antiquity, Oxford, 2015, p. 29-40.

Woolf, G., Becoming Roman, Cambridge, 1998.

  1. Les historiens anglo-saxons utilisent le terme de « pilgrimage » ou pèlerinage. Ce terme est cependant fortement empreint des pratiques chrétiennes et nous semble éloigner des réalités dans la partie occidentale de l’empire romain. Faute d’un terme plus adéquat, nous avons choisi d’utiliser l’expression de voyage pour des pratiques rituelles malgré son caractère imparfait. []
  2. Voir par exemple B. Ault, Housing the Poor and Homeless in Ancient Greece, in B. Ault et L. Nevett (éds), Ancient Greek Houses and Households. Chronological, Regional and Social diversity, Philadelphie, 2005, p. 166-230. Voir également d’autres billets des ateliers HospitAm sur l’hospitalité dans le monde grec. []
  3. Nous privilégierons le terme de dédicant à celui de pèlerin pour éviter les anachronismes. []
  4. Voir le billet de Marie-Adeline Le Guennec dans un atelier précédent []
  5. Nous nous appuyons ici sur l’analyse détaillée de Ph. Kiernan réalisée dans l’article Pagan Pilgrimage in Rome’s Western provinces, in Herom, 2012.1, p. 92 et de S. Martin-Kilcher et R. Schatzmann (éds), Das römische Heiligtum von Thun-Allmendingen, Bern, 2009, p. 202-219. []
  6. M.-A. Le Guennec, Identifier une auberge romaine. Quelques réflexions méthodologiques, dans P. Basso et E. Zanini (éd.), Statio Amoena. Sostare e vivere lungo le strade romane, 2016, p. 81-90. []
  7. Ibid., p. 82 []

Une réflexion sur « Identifier les structures d’hospitalité dans et près des sanctuaires de Gaule et des Germanies : questions méthodologiques et problèmes de sources »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *