Le séjour temporaire dans les édifices commerciaux de Délos

Pavlos Karvonis (Académie des Sciences d’Athènes – IRAA USR 3155)

Dans l’Antiquité, Délos était surtout connue pour le sanctuaire d’Apollon et pour son commerce. Son importance commerciale est attestée par les textes et confirmée par les fouilles qui ont permis de découvrir un grand nombre d’installations commerciales (Karvonis 2008). Quelques unes datent de l’époque classique ou du IIIe siècle av. J.-C., mais la plupart ont été construites après 167 av. J.-C., date à laquelle le Sénat de Rome a donné Délos à Athènes et octroyé l’immunité fiscale à son port. L’île est ainsi devenue un centre commercial international et la création du port franc a attiré un grand nombre d’étrangers, parmi lesquels les Athéniens et les Italiens étaient les plus nombreux.

Les associations de marchands

Les inscriptions de Délos nous renseignent sur l’origine et l’activité de cette population, très étroitement liée au commerce : on trouve des banquiers, des négociants, des armateurs et des entrepositaires. Ces personnes ont souvent formé des associations. Leurs membres appartenaient au même groupe ethnique, honoraient souvent un dieu de leur lieu d’origine et exerçaient le même métier ou un métier similaire. C’est ainsi que l’on trouve les Poseidoniastes de Bérytos, association de négociants, navigateurs et armateurs qui vénéraient un Poseidon oriental (ID 1520, 1778, 1779) et les Héracleistes de Tyr, négociants et armateurs qui avaient demandé à Athènes l’autorisation de fonder un sanctuaire à un Héraclès phénicien (ID 1519). On trouve également une association de marchands d’huile (ID 1712-1714), sûrement Italiens, et une association de marchands de vin (ID 1711), d’origine probablement italienne. Il existait enfin une association d’entrepositaires alexandrins (ID 1528-1529). Les inscriptions montrent aussi qu’une partie de cette population ne résidait pas en permanence sur l’île : les habitants, κατοικοῦντες dans les inscriptions (ID 1642, 1645, 1657), sont souvent opposés aux voyageurs, qui sont désignés comme καταπλέοντες et παρεπιδημοντες (ID 1642, 1645, 1657).

Le logement temporaire à Délos

On peut se demander comment faisaient pour se loger les personnes qui ne possédaient pas un pied à terre à Délos quand elles étaient de passage. Les textes littéraires concernant Délos n’offrent pas de renseignements à ce sujet, mais des inscriptions datant du IVe et du IIIe siècle av. J.-C. mentionnent des auberges et des hôtelleries, appelés πανδοκεῖον, ξενών et καταγώγιον (ID 104-11 A, 104-32 ; IG XI 2, 219 A). Un grand édifice au sud de théâtre a été identifié avec une hôtellerie. L’identification est vraisemblable, mais ce bâtiment, qui n’a pas été étudié et dont la fouille n’est pas achevée, est le seul de ce genre à Délos. Il en existait certainement d’autres, mais nous ne sommes pas capables de les reconnaître. Les plus petits ne se distinguaient peut-être pas clairement des maisons. Cependant, on ne peut pas parler d’hospitalité dans le cas des hôtelleries et des auberges, puisque le séjour était payant.

On peut supposer que certaines personnes étaient accueillies dans des maisons privées, mais il n’existe aucune preuve matérielle de cette pratique. Une autre possibilité pour les personnes de passage était de loger dans les nombreux édifices commerciaux qui existaient dans la ville de Délos.

Les édifices commerciaux déliens

L’édifice commercial (fig. 1) est un bâtiment indépendant, qui peut regrouper plusieurs fonctions liées au commerce, à savoir la vente, la production, le stockage, l’administration et même l’habitat.

Fig. 1 : Le Magasin β à Délos vu du sud-est (c) P. Karvonis

À Délos, on a identifié deux types d’édifices commerciaux, qui se distinguent entre eux aussi bien par leur emplacement que par leur configuration architecturale (Karvonis 2008). Il s’agit des édifices situés dans la ville et de ceux qui se trouvent le long de la côte occidentale de l’île, au sud de l’Agora des Compétaliastes et jusqu’au Dioskoureion ou un peu après.

Les édifices commerciaux situés dans la ville

Les premiers sont généralement plus petits et présentent une grande variété de formes. Leur plan est carré ou rectangulaire et la cour, quand elle existe, ne se trouve pas toujours au centre. Ces édifices sont composés de plusieurs pièces de dimensions relativement petites (20 m2 au maximum), qui ouvraient vers une rue ou vers la cour. Leur architecture est généralement assez simple et ils ne comportent pas d’étage. Les trouvailles faites pendant les fouilles, leur emplacement au cœur de la ville et leur configuration architecturale indiquent qu’ils étaient consacrés au commerce de détail et à la production artisanale. On vendait du vin dans le Magasin aux amphores et dans l’édifice commercial au nord du lac. Une partie de ce dernier était consacrée au traitement des céréales. Les édifices situés dans la ville ne vont pas retenir notre attention plus longtemps, puisqu’ils n’ont livré aucun indice permettant de supposer une fonction de logement. Ils se ressemblent, du point de vue de leur fonctionnement, à la grande majorité des édifices commerciaux connus dans le monde grec.

Les édifices commerciaux de la côte ouest

Les édifices commerciaux de la côte occidentale (fig. 2) forment un groupe ayant des caractéristiques similaires et constituent une des particularités de l’architecture commerciale de Délos. Cinq ont été entièrement fouillés, mais il en existait d’autres, souvent de très grande taille, comme le Magasin de la Pointe des pilastres, qui n’est que partiellement fouillé.

Fig. 2 : Les Magasins α, β et γ (plan de H. Convert dans A. Jardé, « Fouilles de Délos exécutées aux frais de M. le Duc de Loubat [1903] », BCH 29 (1905), p. 5-40, Pl. V)

Il s’agit de grands bâtiments, de plan carré ou rectangulaire, qui se développent autour d’une cour centrale, le plus souvent à péristyle, et qui comportaient tous un étage. Leur superficie au rez-de-chaussée varie entre 600 et 2000 m2, pour les édifices entièrement fouillés. Ils présentent une régularité et une symétrie qui sont exceptionnelles dans l’architecture privée de Délos. Les édifices commerciaux sont composés de trois groupes de pièces ayant des caractéristiques similaires, situés à chaque fois dans la même partie du bâtiment et ayant la même destination. Le premier groupe comprend les pièces de façade, le second les pièces au nord et au sud de la cour et le troisième les pièces au fond des édifices.

Les pièces de façade ont un plan rectangulaire ; d’une manière générale, elles sont indépendantes entre elles et ne communiquent pas avec le reste du bâtiment. L’existence de mezzanines et de plateformes en bois, leur emplacement en bordure du port et leur taille relativement grande (autour de 35 m2) font penser que ces pièces servaient au commerce de transit. Cet isolement par rapport au reste du bâtiment, ainsi que d’autres détails de leur architecture, tels que le changement fréquent des portes et même des mezzanines, permettent de penser qu’elles étaient louées.

La cour centrale était habituellement à péristyle. Tous les péristyles en pierre (marbre ou granit) qui nous sont connus étaient d’ordre dorique et d’une exécution sommaire, qui s’explique par le caractère utilitaire de ces édifices. On connaît aussi un péristyle fait avec des piliers de bois, dont il reste les mortaises dans le dallage de la cour. Les pièces situées au nord et au sud des cours avaient une ou deux fenêtres en plus de la porte. Le besoin de lumière que signifie la présence des fenêtres nous fait penser qu’elles servaient de bureaux et de salles de réunion.

Les pièces situées au fond ouvraient vers la cour. Leur taille variait selon la taille du bâtiment. Celles qui avaient des fenêtres ont pu servir de bureaux ou de salles de réunion, alors que celles qui étaient plus irrégulières et n’avaient qu’une seule ouverture, la porte, étaient peut-être des entrepôts.

Tous ces édifices avaient un étage, qui était habituellement indépendant du rez-de-chaussée et divisé en plusieurs parties. Dans le Magasin à la baignoire le Magasin des colonnes la partie orientale de l’étage donnait sur une rue, à cause de la pente du terrain. Les pièces qui ouvraient vers la rue avaient un usage commercial. Le reste de l’étage pouvait avoir une fonction résidentielle, sur laquelle nous reviendrons.

Les édifices associatifs

En dehors de ces bâtiments, il y en a encore deux qui présentent un intérêt pour notre sujet et qui se situent dans la ville de Délos. Il s’agit du Monument de granit et de l’Établissement des Poseidoniastes de Bérytos (fig. 3), qui servait de siège aux membres de cette association de marchands.

Fig. 3 : Le plan de l’Établissement des Poseidoniastes de Bérytos (Ch. Picard, EAD VI, L’Établissement des Poseidoniastes de Bérytos [1921] Pl. I)

Ce dernier comportait une grande cour à péristyle en marbre avec une citerne creusée sous l’impluvium, une petite cour, quatre chapelles, dont une dédiée au Poseidon de Bérytos et une autre à la déesse Rome, une grande salle de réunion, quelques boutiques en façade, une salle de banquet, des entrepôts et des latrines (Picard 1921). Le bâtiment n’avait pas d’étage à proprement parler, mais son angle sud-est était à deux niveaux, à cause de la pente du terrain. Les entrepôts se trouvaient ainsi au niveau de la rue ; une grande pièce située au-dessus des entrepôts, les latrines et la pièce G se trouvaient au niveau de la cour.

Le Monument de granit est très différent (fig. 4). La régularité et la symétrie de son plan rappelle celles des Magasins du front de mer. Le rez-de-chaussée est composé de pièces ouvrant vers les quatre côtés, puisque le monument occupe un îlot entier à lui tout seul. Ces pièces, dont certaines étaient munies de mezzanines, avaient une destination commerciale et artisanale. Deux ont été supprimées dans sa partie occidentale pour la création d’une cour comportant une citerne et un puits. C’est à cet endroit que l’on trouve les accès au rez-de-chaussée et à l’étage. On comprend bien pourquoi la modification a eu lieu sur le côté ouest : la rue occidentale est la plus étroite de celles qui entourent le bâtiment et présentait le moindre intérêt commercial.

Fig. 4 : Le plan du Monument de granit (H. Gallet de Santerre, EAD XXIV, La terrasse des lions. Le Létoon et le Monument de granit [1959] Pl. XXI)

Tous les édifices que nous venons de présenter ont fourni des indices d’une fonction non commerciale de l’étage ou du niveau supérieur, dans le cas de l’Établissement des Poseidoniastes. Il s’agit du décor, architectural, sculpté ou mural, et de pavements en mosaïque. La présence d’importantes réserves d’eau pour l’Établissement des Poseidoniastes et le Monument de granit, ainsi que les latrines de ce premier font partie de l’équipement des bâtiments qui avaient une fonction de logement et qu’on trouve régulièrement dans les habitations privées.

Le groupe de pièces de l’angle sud-ouest de l’Établissement des Poseidoniastes qui ouvrait vers la cour a été identifié avec une hôtellerie (Picard 1921) ; il est composé, selon la restitution de Charles Picard, de deux salles situées au-dessus des sous-sols, qui étaient en réalité, comme on l’a déjà noté, des pièces donnant sur la rue au sud de l’édifice. La pièce H était la chambre du gardien. La salle G était pavée d’une mosaïque en éclats de marbre et ses murs étaient recouverts d’un enduit simple ; elle a été identifiée avec une salle de banquet. Immédiatement à l’ouest et au-dessus des autres sous-sols, Picard avait restitué une grande pièce avec un décor très riche : le sol était pavé d’une mosaïque de bonne qualité et des stucs peints et moulurés ornaient les murs. Des stucs imitant des éléments d’architecture décoraient des niches (fig. 5).

Fig. 5 : Les stucs architecturaux de l’Etablissement des Poseidoniastes de Bérytos (Ch. Picard, EAD VI, L’Établissement des Poseidoniastes de Bérytos [1921] p. 120, fig. 98)

Plusieurs statues ou groupes sculptés, dont le groupe d’Aphrodite et de Pan et celui de la Nymphe surprise, se trouvaient dans la salle. Un grand nombre d’éléments d’architecture en marbre appartenant à des fenêtres (piédroits, meneaux ou linteaux), retrouvés dans les sous-sols, ont été attribués à cette salle. La pièce a été interprétée comme une salle d’honneur. À l’angle du bâtiment se trouvaient les latrines, qui étaient au niveau de la cour. La grande citerne creusée sous une partie de l’impluvium du péristyle assurait l’alimentation en eau de l’édifice. La salle de banquet et la salle d’honneur, ainsi que les sanctuaires s’accordent bien avec une fonction de siège d’association, mais l’identification de l’hôtellerie semble douteuse, malgré la présence de la citerne et des latrines. On ne peut attribuer une fonction de séjour à aucune partie ou même pièce de cet édifice, sauf si l’on suppose que les personnes de passage séjournaient dans les salles qui servaient à leurs banquets et à leurs réunions.

Les trouvailles provenant de l’étage du Monument de granit révèlent un décor plus riche par rapport à celui du rez-de-chaussée, dont les sols étaient en terre battue et les murs étaient revêtus d’un stuc uni, le plus souvent de couleur blanche. Les stucs provenant de l’étage comportent un décor imitant la construction en grand appareil avec une frise florale (fig. 6). Les fragments recueillis correspondent au décor de quatre pièces différentes. Les sols de l’étage étaient en mosaïque (fig. 6).

Fig. 6 : Le décor mural et les pavements en mosaïque de l’étage du Monument de granit (H. Gallet de Santerre, EAD XXIV, La terrasse des lions. Le Létoon et le Monument de granit [1959] Pl. XXXI)

Des bases et des chapiteaux de chambranles en marbre provenant de l’étage ont été retrouvés. Des chapiteaux, des bases et des fûts de colonnes en marbre attestent l’existence de colonnades ioniques (fig. 7).

Fig. 7 : Les éléments de l’ordre ionique de l’étage du Monument de granit (H. Gallet de Santerre, EAD XXIV, La terrasse des lions. Le Létoon et le Monument de granit [1959] Pl. LXIX)

On a enfin découvert des corniches en marbre et des tambours de colonnes en pôros. Plusieurs pièces en marbre appartenant à l’étage ont été retrouvées : il s’agit notamment de bases ou fragments de bases, de fragments de bancs et de tables. On a encore découvert un grand nombre de fragments de statuettes en marbre, ainsi que quatre bas reliefs avec des sujets relatifs au culte des Lares (Gallet de Santerre 1959). La restitution de l’étage est très hypothétique (fig. 8). D’après le lieu de découverte des différents éléments, une colonnade ionique devait exister sur la façade sud et une salle hypostyle est restituée au-dessus des quatre pièces de cette façade (Gallet de Santerre 1959). Faute de mieux, l’édifice a été interprété comme un siège d’association (Gallet de Santerre 1959). Cette identification est vraisemblable, mais rien ne permet de la confirmer. Les deux édifices associatifs certainement identifiés à Délos, l’Établissement des Poseidoniastes et l’Agora des Italiens, le sont par des inscriptions.

Fig. 8 : Restitution du plan de l’étage de l’Établissement des Poseidoniastes de Bérytos (Ch. Picard, EAD VI, L’Établissement des Poseidoniastes de Bérytos [1921] Pl. IV)

La fonction de l’étage du Monument de granit était certainement différente par rapport à celle du rez-de-chaussée : la richesse du décor, qui rappelle celui de l’Établissement des Poseidoniastes et montre que les pièces de l’étage n’avaient pas une fonction utilitaire, ainsi que la présence de la citerne et du puits, pourraient signifier qu’il s’agissait de pièces de séjour. D’une manière générale, les réserves d’eau font partie de l’équipement des maisons et non pas des édifices de commerce. La suppression de deux boutiques, qui rapportaient probablement un loyer, pour l’installation des ouvrages hydrauliques indique que la fonction résidentielle de l’étage était très importante dans le fonctionnement du bâtiment.

Nous sommes moins bien renseignés sur le décor de l’étage des édifices commerciaux du front de mer, puisque les trouvailles faites ici sont moins nombreuses. Seule la découverte de sculptures dans les Magasins α, β et γ est signalée (Jardé 1905). Rien n’est connu du décor mural ou des pavements des pièces de ces trois bâtiments. Dans le Magasin à la baignoire (fig. 9), des fragments de stucs peints sont visibles dans la pièce V, qui n’est pas fouillée. Ils proviennent certainement de la couche de destruction des salles de l’étage de cette partie du bâtiment. Dans le Magasin des colonnes, le péristyle de l’étage est en marbre, alors que celui du rez-de-chaussée est en granit. Malgré son travail sommaire, ce péristyle donne un aspect luxueux à l’étage. En ce qui concerne leur alimentation en eau, seul le Magasin à la baignoire possède une citerne et un puits, installés dans la pièce XVII.

Fig. 9 : Plan du Groupe ε, du Magasin à la baignoire et du Magasin des colonnes à l’échelle 1/500e (c) J.-J. Malmary

La présence de sculptures en marbre, d’un décor mural qui se trouve habituellement dans des pièces d’habitation, ainsi que d’un péristyle en marbre montrent que l’étage de ces édifices était plus richement décoré que le rez-de-chaussée. Ces indices, certes assez restreints, ainsi que le parallèle fourni par le Monument de granit et l’Établissement des Poseidoniastes font penser que l’étage des magasins pouvait avoir une fonction résidentielle. Ce qui est certain est que les pièces du côté oriental de l’étage du Magasin à la baignoire et du Magasin des colonnes (fig. 9), qui se trouve au niveau de la rue qui passe à l’est de ces deux édifices, servaient à d’autres fins. La taille des ouvertures et la typologie des seuils du Magasin à la baignoire, ainsi que les différences de niveau des plancher de ces pièces dans les deux bâtiments, qui signifient qu’elles étaient probablement indépendantes entre elles, font penser à un usage commercial. Dans ces deux magasins, c’est la partie centrale et occidentale de l’étage qui pouvait avoir une fonction résidentielle.

La disposition de l’étage de ces édifices, qui se laisse en partie deviner par les pièces orientales à moitié conservées, les encastrements pour les poutres qui supportaient le plancher et par le nombre des accès, nous aide à préciser cette fonction. L’entrée principale des Magasins α, β et γ était double : elle donnait accès à la fois à un couloir conduisant à la cour et à un escalier conduisant à l’étage. Les Magasins β et γ avaient chacun une deuxième porte conduisant à l’étage, située à côté de la porte d’une des pièces de façade. La présence de deux portes pourrait signifier que l’étage était divisé en au moins deux parties, indépendantes entre elles.

Les deux couloirs d’entrée du Magasin à la baignoire (fig. 9) avaient peut-être eux aussi deux portes, dont une conduisait à la cour et l’autre à l’étage. L’accès à la cour depuis l’entrée secondaire a été supprimé par la construction d’un mur, qui sépare aujourd’hui la pièce XX de la pièce XIX, mais l’accès à l’étage a probablement été conservé. Du côté est de ce même magasin, il existe quatre ouvertures, dont trois donnaient accès à des pièces de destination commerciale, comme on en déduit par leur taille et par la configuration d’un des seuils, qui recevait une porte à deux battants, dont un était divisé en deux parties. La quatrième porte permettait d’accéder à l’étage depuis la rue orientale. Il existait encore dans le Magasin à la baignoire une cage d’escalier certaine dans la pièce XVIII et deux cages d’escalier possibles dans les pièces V et VIII. Il y avait alors au moins deux et peut-être même six accès à l’étage, tous situés à l’extérieur du bâtiment.

Le Magasin des colonnes avait deux cages d’escalier de part et d’autre de l’entrée principale (fig. 10), une entrée à l’étage depuis la rue orientale et, selon une hypothèse de restitution, encore deux escaliers qui conduisaient à l’étage. Au total, il y avait entre trois et cinq accès à l’étage, dont deux étaient situés à l’intérieur du bâtiment.

Fig. 10 : La cage d’escalier sud du Magasin des colonnes (c) P. Karvonis

Le grand nombre d’entrées signifie que l’étage était divisé en plusieurs parties, probablement indépendantes entre elles. La différence du niveau des planchers des pièces de l’étage pourrait aller dans ce sens, même si la communication entre des pièces ayant un niveau de sol légèrement différent ne peut pas être exclue.

Le plan de l’étage du Magasin à la baignoire et du Magasin des colonnes, qui est divisé un plusieurs parties indépendantes entre elles, répond assez bien aux besoins d’un séjour temporaire. Le plan de l’étage des Magasins α, β et γ n’est pas connu, puisque ces bâtiments ne sont pas étudiés, mais nous pouvons supposer deux paires d’appartements de deux pièces au-dessus de la façade ouest, grâce à la présence de la double entrée dans les pièces de façade. Autour du péristyle, les chambres devaient reprendre le plan des pièces du rez-de-chaussée. Ce plan rappelle celui du Magasin à la baignoire et du Magasin des colonnes, malgré la taille plus petite des Magasins α, β et γ.

Une fois la fonction résidentielle de l’étage des édifices commerciaux et son caractère temporaire établis, on peut se demander dans quelles conditions les commerçants de passage à Délos pouvaient y loger. Pour répondre à cette question, il faudrait savoir à qui appartenaient ces bâtiments. Malheureusement nous n’avons des renseignements certains que pour l’Établissement des Poseidoniastes, qui a été construit par des commerçants phéniciens pour servir de siège à leur association (Picard 1921). Si l’édifice fonctionnait aussi comme hôtellerie, il est logique de supposer que c’était les membres de l’association qui y logeaient. Les autres édifices commerciaux n’ont pas livré de trouvailles similaires. Seule une inscription (ID 1712) mentionnant une association de marchands d’huile d’origine italienne (olearii) a été retrouvée dans le groupe O, auquel appartenait le Magasin α. C’est cette découverte, ainsi que la taille des magasins du front de mer qui fait penser qu’ils appartenaient probablement à des associations de marchands.

Le Monument de granit appartenait peut-être lui aussi à une association, dont nous ignorons le caractère (Gallet de Santerre 1959). Le rez-de-chaussée est composé presque uniquement de locaux de commerce et ne présente pas la diversité de fonctions qui caractérise les édifices commerciaux du front de mer. Le bâtiment pouvait très bien appartenir à une association ethnique ou religieuse.

Les conditions de séjour  dans ces édifices ne sont pas connues. On imagine volontiers que les chambres de séjour étaient destinées aux membres des associations auxquelles appartenaient les bâtiments, mais il n’y a aucun moyen de savoir si le séjour était payant ou pas ou bien si des personnes extérieures aux associations pouvaient y séjourner. On ne sait pas non plus si l’ensemble de l’étage était réservé aux membres de l’association ou si quelques pièces étaient louées à des personnes de passage qui avaient besoin d’un logement temporaire.

Pour conclure, les éléments dont nous disposons ne donnent pas de renseignements précis concernant l’hospitalité à l’époque du grand développement du commerce de Délos. Faute de témoignages écrits, c’est l’étude de l’architecture qui peut nous fournir quelques indices d’une pratique qui ne laisse pas de traces matérielles et qui est impossible à repérer dans les habitations privées. C’est pour cette raison que nous avons tenté de la retrouver dans les édifices commerciaux déliens sous la forme du logement temporaire organisé. Ces édifices appartenaient probablement à des associations de particuliers, dont les membres avaient le plus souvent un rapport avec l’activité commerciale et n’habitaient pas tous en permanence sur l’île. L’étude d’un siège d’association certainement identifié et, surtout, de quelques édifices commerciaux entièrement fouillés, montre que le logement temporaire y était possible. Dans les édifices commerciaux, qui étaient très nombreux, les personnes de passage pouvaient loger à l’étage. Les pièces de séjour rappellent celles des maisons déliennes : leur décor était soigné, avec des éléments architecturaux en marbre, tels que les encadrements de portes, les colonnades et les péristyles, des peintures murales, des sols en mosaïque, et des sculptures. Des latrines ont été identifiées dans un seul édifice, mais il n’est pas exclu que d’autres aient existé à l’étage, comme c’est le cas dans les habitations. Certains bâtiments avaient leur propre réserve d’eau. L’absence de puits ou de citerne dans les édifices situés sur la côte occidentale de l’île est peut-être étonnante, mais s’explique d’une part par la proximité de la mer et, surtout, par le caractère utilitaire de ces bâtiments. Si l’on prend en compte le grand nombre d’édifices commerciaux qui existaient le long de la côte occidentale, Délos pouvait accueillir de très nombreuses personnes de passage.

Bibliographie

A. Jardé, Fouilles de Délos exécutées aux frais de M. le Duc de Loubat (1903), BCH 29, 1905, p. 5-40.

A. Jardé, Fouilles dans le quartier marchand (1904), BCH 30, 1906, p. 632-664.

Ch. Picard, EAD VI, L’Établissement des Poseidoniastes de Bérytos, 1921.

H. Gallet de Santerre, EAD XXIV, La terrasse des lions. Le Létoon et le Monument de granit, 1959.

P. Karvonis, Les installations commerciales dans la ville de Délos à l’époque hellénistique, BCH 132, 2008, p. 153-219.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *