L’esplanade du Forum d’Alba-la-Romaine

Samia Mahé, Vincent Puybasset et Valentin Rebour (Projet Alba-la-Romaine)

Restitution du cardo d’Alba-la-romaine (c) Aquarelle de J.-M. Gassend

Le centre monumental d’Alba se situait dans le « quartier du palais », sur lequel débouche le Cardo Maximus. Edifié à l’époque Julio-claudienne, au début du Ier siècle de notre ère, il est composé de la Curie (lieu de réunion et de délibération du sénat municipal), d’un temple et du Forum (centre de la vie urbaine).

L’ampleur et le luxe de ces bâtiments contrastaient avec le reste de la ville et notamment avec le quartier plus modeste, sans doute artisanal, des Basaltes au Sud-Est. Plus spécifiquement, le Forum d’Alba relayait l’image d’une Rome prospère et maîtresse de son empire. Lieu hautement politique, le Forum concentre toutes les activités publiques : judiciaires, économiques, sociales, religieuses. Ce lieu était d’abord un espace d’échange et de circulation, où certains produits rares comme le verre se monnayaient. C’est pourquoi les archéologues ont retrouvé ici de grosses pièces de monnaie en or, adaptées à ce genre de commerce, et exposées aujourd’hui au musée d’Alba. Seules les riches et puissantes élites locales, romanisées et proches du pouvoir impérial, avaient les moyens de consommer ces produits précieux. En effet, ces élites tiraient d’importants revenus de leurs grands domaines agricoles : la domus du Pinard nous en donne une idée. L’aristocratie d’Alba menait un train de vie confortable mais encadré par une législation stricte, en particulier depuis l’adoption des lois somptuaires sous le principat d’Auguste (27 avant notre ère – 14 de notre ère).

Ces lois, qui témoignent d’un État fort en mesure de légiférer en matière de vie publique, visaient à restreindre dans une mesure jugée raisonnable le train de vie des citoyens. Plusieurs objectifs justifiaient leur mise en place. D’une part, d’un point de vue économique, elles tendaient à contenir les importations de produits de valeur étrangers et ainsi endiguer la fuite d’or. Parallèlement, les dépenses improductives se voyaient encadrées : bijoux, étoffes, fourrures, teintes précieuses étaient autant de biens visés par ces lois. Partant, il s’agissait par la même occasion de préserver le corps social de la corruption, tout en le maintenant dans une frugalité synonyme de vertu. Toutes ces mesures ne devaient néanmoins en rien concourir à l’effacement de la hiérarchie sociale existante. Les déviants- qui ne respectaient pas les limites de consommation imposées- s’exposaient à des sanctions : un censeur venu de Rome était chargé de les répertorier sur une liste rendue publique.

Outre sa fonction première de marché, le forum est un lieu de mixité. S’y rencontraient populations autochtones et élites romanisées ; hommes et femmes issus de diverses catégories sociales. Aussi les habitantes et habitants de la cité pouvaient-ils se retrouver et échanger pendant les quelques repas qui ponctuaient l’après-midi avant la cena (le repas du soir). Ces repas étaient l’occasion de réaffirmer son statut social. Alors que les plus riches se distinguaient par leur consommation de viande et d’épices, les populations modestes, majoritaires et exposées aux disettes, se contentaient essentiellement de productions locales (céréales, blé, poisson). Le Forum était également le lieu où l’on pouvait s’approvisionner en mets et vaisselle précieuse susceptibles de faire honneur à son hôte de passage à Alba.

Bibliographie

André Jacques, L’alimentation et la cuisine à Rome, Paris, Les Belles Lettres, 2009.

Lamoine Laurent, La magistrature suprême gallo-romaine : État des lieux, “Duumvir et quattuovirs ”, dans Le pouvoir local en Gaule romaine, Presses Universitaires Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand, coll. « Histoires croisées », 2009, p. 46-51.

Lamoine Laurent, Se nommer, être nommé et intégrer le monde romain. À partir de la documentation gauloise, Droit et cultures [En ligne], 64 | 2012-2, mis en ligne le 08 janvier 2013, consulté le 09 mai 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/2797.

Le Bohec Yann, Peuples et fédérations en Gaule, 58-51 avant J.-C. : lecture socio-juridique du « Bellum Gallicum », Paris, De Boccard, 2009.

Trément Frédéric, « Romanisation et développement dans les campagnes des Gaules », dans Comment les Gaules devinrent romaines, La Découverte, Paris, 2010, p. 159-177.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.