Le théâtre d’Alba-la-Romaine

Solène Minier (Projet Alba-la-Romaine)

Le théâtre d’Alba-la-romaine (c) MuséA l

Le théâtre d’Alba-la-Romaine est, à bien des égards, le centre de gravité de ce site archéologique antique. Il fut l’un des secteurs les plus fouillés de ce site, au cours de quinze campagnes menées depuis 1872 : parmi ces dernières, les opérations de dégagement menées par Marcel Le Glay, Roger Lauxerois et Joëlle Dupraz ont conduit à une mise au jour quasi totale de l’édifice. Aux archéologues a succédé l’intervention de l’architecte en chef des monuments historiques, Francesco Flavigny : les gradins du théâtre ont été pour partie restaurés, de sorte qu’il y est à nouveau possible d’accueillir des spectateurs pour les animations du MuséAl ou pour un festival chaque été. Ce théâtre se situe donc à la croisée des différents acteurs gravitant autour du patrimoine culturel ardéchois.

Ce théâtre est unique à plus d’un titre : d’une capacité de six mille places assises, il pouvait accueillir un sixième de la population de la civitas Helviorum estimée à quarante mille habitants. Tous les Albains se retrouvaient dans ce qui était aussi un lieu de sociabilité, et même de… consommation alimentaire. A Rome, le spectacle pouvait durer toute une journée : chacun amenait donc un en-cas avec soi. Plutôt rudimentaire, il était composé de pain, d’huile, de bouillie de céréales. Il est fort possible que les Albains aient fait de même, car leur théâtre semble être bien plus qu’un lieu de spectacle, tout comme ceux des Romains.

L’architecture de ce théâtre dit « proto-augustéen1 », elle aussi, est unique. Trois programmes architecturaux nettement distincts ont été mis au jour : une première phase de 20 av. J.-C. à 15 ap. J.C., une deuxième de 15 à 120 environ ap. J.-C., une troisième enfin d’environ 120 ap. J.-C. à l’abandon du site. Or, le théâtre tel qu’il a été étudié dans sa première phase constitue un exemple architectural singulier en Narbonnaise : premier théâtre de la Narbonnaise devenue province sénatoriale, il possède un tracé elliptique et un proscaenium court. Ce dernier, observé dans d’autres théâtres de Gaule au court du premier siècle après J.-C., disparaît à Alba au cours de la deuxième phase de construction lorsque le théâtre adopte un proscaenium allongé sur le modèle latin. A ce premier élément architectural que l’on pourrait s’aventurer à qualifier de « gaulois », s’ajoute la double pente du théâtre : la première partie du théâtre était constituée de gradins de pierre, la seconde de bancs de bois. Nous pouvons donc émettre l’hypothèse que deux populations distinctes prenaient place au théâtre d’Alba à ses débuts : une population soumise aux influences latines, la seconde adoptant encore la posture assise en tailleur des Celtes.

Cette cohabitation n’avait alors rien d’évident, et le théâtre joua un rôle dans la rencontre de ces populations. L’historien romain Tacite faisait de la fréquentation du forum, des théâtres et des temples le fondement de la vie civique : une hypothèse que pourrait appuyer la taille du théâtre d’Alba, capable d’accueillir la majeure partie des chefs de feu de la civitas. Sans pour autant rejoindre la thèse de « l’ethnocide » soutenue par Pierre André2, on peut penser que les élites romaines installées dans la nouvelle province de Gaule visent à faire du loisir théâtral un moment de rassemblement de la communauté impériale.

Néanmoins, la présence d’étrangers dans le théâtre n’est pas pour autant à exclure. Bien au contraire, le théâtre d’Alba est un lieu de monstration de l’hospitalité de la cité envers les membres bienvenus d’autres cités. Tel est bien le but de l’inscription retrouvée à Lyon et conservée au Musée archéologique gallo-romain de Fourvière, inscription qui accorde à un marchand lyonnais le privilège de la proédrie dans le théâtre d’Alba. La cité confère à ce marchand, qui pouvait effectuer des séjours ponctuels à Alba, une place de choix dans l’un des principaux lieux de démonstration de sa position sociale de la ville.

Fruit de plus de cinquante années de fouilles et de restauration, le théâtre d’Alba-la-Romaine est devenue l’une des principales vitrines patrimoniales de l’Ardèche. Bâti dans une phase de transition, au début de l’ère impériale, il continue encore aujourd’hui d’alimenter les débats sur la notion de romanisation et sur les pratiques de l’hospitalité en Gaule narbonnaise.

Bibliographie

André Pierre, Le théâtre proto-augustéen d’Alba et les origines du théâtre gallo-romain’’, Études de lettres, no 1-2, 15 mai 2011, p. 73-96 (DOI : 10.4000/edl.104).

Béal Jean-Claude, Joëlle Dupraz et Eric Boucharlat, Architecture et urbanisme antiques d’Alba (Ardèche) : documents nouveaux, Revue archéologique de Narbonnaise, vol. 22, no 1, 1989, p. 99-145 (DOI : 10.3406/ran.1989.1336).

Bedon Robert, Pierre Pinon et Raymond Chevallier, Architecture et urbanisme en Gaule romaine, Paris, Errance, 1988, vol. 1/2.

Blanc André, Carte archéologique de la Gaule romaine. Fascicule XV : carte et texte du département de l’Ardèche, P.-M. Duval et Académie des inscriptions et belles-lettres (éd.), Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1975.

Dupraz Joëlle, Alba-la-Romaine / Alba (Ardèche), Supplément à la Revue archéologique du centre de la France, vol. 25, no 1, 2004, p. 349-353.

Dupraz Joëlle, Christel Fraisse et Jean Leclant, L’Ardèche, Paris, Fondation Maison des sciences de l’homme, coll. « Carte archéologique de la Gaule », no 7, 2001.

Gros Pierre, La Gaule narbonnaise : de la conquête romaine au IIIe siècle apr. J.-C., Paris, Picard, 2008.

Inglebert Hervé, Chapitre VIII. Les processus de romanisation, dans Histoire de la civilisation romaine, Presses Universitaires de France, coll. « Nouvelle Clio », 2015.

Letellier Éloïse, Aller au théâtre dans les villes romaines, Histoire urbaine, no 38, 27 janvier 2014, p. 37-60.

Saison Audrey, Alba-la-Romaine. Étude préalable du théâtre antique, ADLFI. Archéologie de la France – Informations, 24 avril 2015 (DOI : 10.4000/adlfi.14545, consulté le 25 octobre 2016).

Université de Montpellier. Faculté des lettres et sciences humaines, Revue archéologique de Narbonnaise. Suppléments, Paris, De Boccard, 1969.

  1. P. André, Le théâtre proto-augustéen d’Alba et les origines du théâtre gallo-romain’’, Études de lettres, no 1-2, 15 mai 2011, p. 73-96. []
  2. Ibid. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.