Le sanctuaire de Bagnols

Hugo Fresnel et Costanza Lugnani (Projet Alba-la-Romaine)

Manche de couteau retrouvé à Alba-la-romaine (c) P. Fournier

Le sanctuaire de Bagnols se trouve au Nord du site archéologique d’Alba-la-Romaine. Il constitue à plusieurs égards un vestige de première importance pour le chercheur. Au premier chef, il s’agit du plus grand édifice religieux retrouvé dans le périmètre de l’ancien chef-lieu de cité. Certes, les travaux menés au Sud de la zone de fouilles ont mis au jour un deuxième petit pôle religieux : le sanctuaire des Basaltes. Néanmoins, il apparaît nettement que Bagnols représente un ensemble plus imposant en termes d’emprise spatiale. En outre, l’ensemble religieux de Bagnols s’élève dès le Ier siècle av. J.-C. à proximité d’un quartier d’habitation. Il donne d’emblée lieu à divers questionnements : a-t-on affaire à un point d’impulsion de l’urbanisation albaine ? Quel rôle le bâtiment joue-t-il dans le déploiement du bâti résidentiel ? Quels réseaux d’échange et de communication quotidiens contribue-t-il à canaliser ? Par ailleurs, l’étude du sanctuaire de Bagnols offre des perspectives d’analyse extrêmement riches sur la base des nombreux éléments de culture matérielle qui y ont été repérés. Pour un cas d’espèce, que l’on songe à la statue représentant l’empereur Auguste, retrouvée au sanctuaire et actuellement exposée au MuséAl. Trace majestueuse de la célébration du culte impérial par les Albains, la statue est également emblématique de nouvelles interrogations scientifiques: dans quelle mesure la représentation iconographique de l’empereur témoigne-t-elle de l’adhésion aux rites du culte ? Puisque célébration il y a, quelles formes spécifiques lui donne-t-on à Alba ? Dans quelle mesure la mise en œuvre collective du culte participe-t-elle d’une cohésion au sein de la cité ? En vérité, le sanctuaire, autrefois point de rencontre central dans la vie de la cité, s’impose aujourd’hui comme un point d’entrée précieux dans ce que furent les mœurs quotidiennes des Albains.

Bilan et perspectives de recherche

A la lumière de ces premiers constats, il paraissait évident que le parcours élaboré au cours de l’année 2016-2017 ne pouvait faire l’économie d’une étape interrogeant le lien entre le sanctuaire de Bagnols et les pratiques de l’alimentation à Alba.

Il ressort de nos premières observations que même les dieux ont leur rôle à jouer dans le processus de consommation alimentaire : loin d’être seulement réservés aux joies de la table, des outils et des produits culinaires sont régulièrement livrés en offrande aux divinités protectrices de la cité. Qu’il s’agisse de cérémonies propitiatoires ou de rituels de remerciement, les Albains entretiennent un lien constant aux dieux à travers le don d’ustensiles et d’aliments. En étudiant la cella du sanctuaire, par exemple, les archéologues ont exhumé de nombreux éléments de mobilier : des couteaux, des amulettes en forme d’animal, des pieds de casseroles, en somme des outils et des récipients empruntés à la cuisine et intégrés à la vie du sanctuaire.

Les offrandes peuvent aussi se présenter sous forme d’aliments. La « nourriture des dieux » a laissé peu de traces à Alba. Des ossements, vestiges de petits sacrifices, ont toutefois été retrouvés sur le site du sanctuaire, faisant supposer que la consommation de viande prenait une part essentielle aux rites : le temps a préservé des restes de moutons, de chèvres, de petites volailles ainsi que de cochons de lait. Une partie de ces ossements étaient calcinée. Notons que les traces qui nous sont parvenues comportent aussi bien des vestiges organiques que des vestiges végétaux : très probablement, on peut y deviner l’empreinte d’une consommation quotidienne qui englobe fruits et légumes. Il faut évidemment rappeler le caractère périssable de ces restes alimentaires qui entrave une estimation précise des quantités mobilisées.

Au-delà de ces premiers éléments, le doute subsiste sur bien des points, et les chercheurs en sont réduits aux hypothèses : dans quelle mesure ces formes du culte sont-elles spécifiques à Alba ? Cuisinait-on des plats exprès pour les dieux (du pain, des gâteaux au miel) ? Leur offrait-on du vin, dont la production était au cœur de la vie de la cité ?

Cette dernière question est particulièrement intéressante. Pline se souvient dans son Histoire Naturelle d’un cépage développé à Alba, la carbonica, et en loue les qualités gustatives et la résistance au gel. Bien que dépourvus de preuves concrètes, peut-on imaginer que les dieux des Albains aient été entièrement écartés d’une activité viticole aussi rayonnante ? Alors comme aujourd’hui, les viticulteurs craignaient beaucoup les conditions météorologiques défavorables : on peut aisément imaginer qu’ils aient offert du vin aux dieux en échange d’une protection des plants. Néanmoins, rien de permet de tirer de conclusions définitives.

Les hôtes d’Alba : sanctuaire et hospitalité 

Après avoir évoqué notre démarche et nos premiers résultats, il faut maintenant mettre en lumière l’interrelation entre ce lieu majeur de la cité et la notion d’hospitalité. Rappelons d’ores et déjà que le lien entre sanctuaires et hospitalité est induit, pensé et pratiqué à l’échelle de toute la Gaule dès les premiers siècles de notre ère. En effet, de nombreux sanctuaires sont dotés de lieux d’accueil des voyageurs – hospitalia et plus génériquement aedes. C’est par exemple le cas au sanctuaire d’Hoscheid. En ce qui concerne le sanctuaire de Bagnols, nous ne disposons pas de véritables indications permettant d’identifier des structures destinées à l’accueil de populations étrangères à la cité. Face à la rareté de sources littéraires ou épigraphiques sûres et univoques, nous sommes forcés de faire recours à des faisceaux d’indices basés sur l’archéologie. On peut cependant émettre certaines propositions.

Premièrement, il est probable que des pèlerins locaux se rendent à Alba à l’occasion de moments centraux dans la pratique cultuelle, puisque la cité semble abriter le plus grand sanctuaire de l’ancien territoire des Helviens. On peut alors raisonnablement penser que de telles mobilités régionales ont pour corollaire un appareil d’accueil à l’intérieur du pôle urbain. Deuxièmement – et en réalité cette hypothèse s’inscrit dans la continuité de la première –, les traces de célébration du culte impérial impliquent l’intervention à Alba de personnages illustres, aptes à l’organisation des rites et investis de fonctions politiques et administratives. Des vestiges de l’accueil réservé à ces dignitaires en voyage sont-ils toujours repérables sur le site ?

Emblématique de la variété des perspectives d’études pour l’avenir, le sanctuaire de Bagnols est donc également révélateur des nombreuses incertitudes qu’il s’agira d’affronter. Que peut-on savoir réellement d’un chef-lieu de cité mal connu, et du poids d’un pôle avant tout local à l’échelle d’un empire immense? Le cas du sanctuaire de Bagnols nous offre un témoignage stimulant de l’apport qui peut être celui des fouilles archéologiques à la connaissance de structures urbaines, sociales, économiques et culturelles.

Bibliographie

Sur les modalités et les rites de la consommation dans le monde gaulois et dans le monde romain

Études générales

André J., L’Alimentation et la Cuisine à Rome, Paris, Les Belles Lettres, 1981.

Brun, Jean-Pierre, Archéologie du vin et de l’huile dans l’Empire romain, Paris, Errance, coll. « Collection des Hespérides », 2004.

Blanck H., Einführung in das Privatleben der Griechen und Römer, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1976.

Garnsey P., Saller R., The Roman Empire : Economy, Society and Culture, Berkeley, University of California Press, 1987.

Veyne P., La vie privée dans l’Empire romain, Paris, Seuil, 2015.

Sur les liens entre sanctuaires et structures d’hospitalité

Ferlut, Audrey, Hospitalité et structures d’hospitalité à proximité des sanctuaires ruraux et de confins, Site du projet HospitAm, février 2016, disponible en ligne : http://hospitam.hypotheses.org/146.

Ferlut, Audrey, Identifier les structures d’hospitalité dans et près des sanctuaires de Gaule et des Germanies : questions méthodologiques et problèmes de sources, Site du projet HospitAm, mai 2017, disponible en ligne : https://hospitam.hypotheses.org/893.

Sur les spécificités du site d’Alba-la-Romaine dans le domaine de la consommation

Études spécialisées

Béal, Jean-Claude, Le sanctuaire des Basaltes à Alba-La-Romaine (Ardèche) et ses offrandes, actes du colloque d’Argentomagus, 1994, p.161-168.

Lauxerois, Roger, Le Bas-Vivarais à l’époque romaine. Recherches sur la cité d’Alba, Paris, Revue archéologique de Narbonnaise, 1983.

Outils de travail

Dupraz J., Fraisse C., Carte archéologique de la Gaule, 7 : l’Ardèche, Paris, Fondation Maison des sciences de l’homme, 2001.

Duval (dir.) P.-M., Blanc A., Carte archéologique de la Gaule romaine, Fascicule XV : carte et texte du département de l’Ardèche, Paris, Éditions du CNRS, 1975.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *