Commerce et alimentation à Alba-la-Romaine

Raphaël Marteau et Nabil Medaghri Alaoui (Projet Alba-la-Romaine)

Voie d’Alba-la-romaine longeant le Forum (c) P. Fournier

Alba-la-Romaine, située dans la plaine littorale à l’Ouest du Rhône, au niveau de Montélimar, fut durant la période tardo-antique une cité de droit romain. D’un rang secondaire, elle semble avoir eu, à partir du Ier siècle ap. J.-C. une certaine importance économique. Le site archéologique a été fouillé dès la première moitié du XXe siècle et plusieurs campagnes successives des années 1980 à 2000 ont permis de mettre au jour un ensemble monumental important et de le restaurer, ce qui a donné lieu à l’ouverture d’un musée. Il y a donc déjà eu un certain nombre de travaux sur la cité antique d’Alba, le plus à jour étant la synthèse de Joëlle Dupraz (devant paraître en 2018), et ce malgré le faible nombre de vestiges mobiliers et les parties encore non fouillées du site. Beaucoup de choses restent encore à découvrir à propos d’Alba, notamment dans les domaines économique et social. L’agriculture et l’alimentation, en particulier, sont des champs où peu de choses sont certaines : seuls quelques ustensiles ont été trouvés, et aucun reste alimentaire. L’étude de l’alimentation peut donc gagner à être jointe à celle du commerce, en utilisant des points de rencontre entre ces domaines pour affiner la connaissance des deux. La dimension alimentaire du commerce, part importante des échanges dans l’Antiquité, peut permettre de déterminer, et sans doute de relativiser, l’insertion d’Alba dans les réseaux d’échanges aux différentes échelles de l’Empire, tout en replaçant la cité dans un cadre d’analyse plus large, mais aussi, en négatif, de montrer ce qu’on produisait localement ; enfin, elle permet une approche sociale de l’alimentation, en soulignant les différences des pratiques alimentaires existantes.

L’étude des différentes échelles des réseaux d’échanges à Alba permet de montrer quelles sont les distances parcourues par chaque type de bien, et celle de la stèle dédiée à Marcus Inthatius Vitalis, négociant lyonnais en vin qui fréquentait la cité, de détailler les réseaux régionaux d’Alba. Enfin, l’étude des voies commerciales proches et des structures de la vie économique permet de déterminer l’importance du commerce local.

L’échelle impériale

Alba-la-Romaine s’inscrit dans les échanges qui sont menés à l’échelle de l’empire, même si son importance peut être discutée. La cité de droit latin, par exemple, ne figure pas sur l’Itinarium Antonini datant du IIIe siècle qui recensent les voies terrestres et maritimes majeures. Il y eut tout de même un certain nombre d’échanges, puisque des amphores venant de la partie orientale de l’Empire ou de la Bétique ont été retrouvées. Il est probable que ces amphores aient servi, dans le cas de la Bétique, à transporter une huile de qualité supérieure consommée par les Albains au niveau de vie plus élevé. Pour ce qui est de l’exportation, les vins produits à Alba-la-Romaine semblaient être échangés jusqu’à des régions assez lointaines, puisque Pline l’Ancien évoque le vin d’Alba.

Les sources pour appréhender l’insertion d’Alba-la-Romaine dans les échanges internationaux résident principalement dans les voies commerciales connues par des sources littéraires ou archéologiques, et par les monnaies découvertes. Les monnaies de moins bonne qualité, retrouvées en grand nombre, et souvent assez usées, sont celles qui étaient utilisées pour les échanges à l’échelle locale. Des jetons ont également été retrouvés, servant très certainement plus à des rites funéraires plutôt qu’à des échanges de marchandises au sein de la cité. Les monnaies d’or, en revanche, de meilleure qualité, témoignent d’échanges à distance. En ce qui concerne les voies commerciales, les archéologues ont longtemps pensé qu’elles passaient principalement par les voies fluviales, ce qui a été, depuis, remis en question. L’Escoutay, qui traverse Alba-la-Romaine, ne suffit pas pour permettre des échanges à cette échelle, et n’est pas véritablement navigable. La voie privilégiée était celle du Rhône, mais Alba se trouve à une certaine distance du Rhône, contrairement à Viviers, même si les archéologues n’y ont pas retrouvé de traces de port.

Parallèlement, un axe d’étude privilégié pour les échanges au sein desquels se trouvait Alba-la-Romaine est constitué par la voie des Helviens, établie sous Antonin le Pieux au IIe siècle apr. J.-C. reliant Valentia (aujourd’hui : Valence) à Nemausus (aujourd’hui : Nîmes), en passant par Alba-la-Romaine. Véritable moyen de marquer le territoire par l’empreinte impériale, plusieurs bornes miliaires en l’honneur de l’empereur ont été retrouvées. C’est notamment le cas au Teil, où fut retrouvée selon Jacques Rouchier la borne milliaire plus tard appelée borne milliaire de Mélas, qui faisait partie de la voie des Helviens. Cette voie, en elle-même, n’était pas synonyme de commerce international, mais elle était utilisée à ces fins notamment grâce à ses connexions à d’autres voies de l’époque, notamment à la Via Agrippa qui se trouvait de l’autre côté du Rhône. Très concrètement, ces voies permettaient à Alba d’importer des épices et des huiles, mais aussi d’autres denrées alimentaires luxueuses. Il ne s’agissait cependant pas là de la voie principale : les Albains demeuraient, malgré ces voies, relativement à l’écart des axes commerciaux principaux, ce qui a pu causer son déclin à partir du IIIe siècle, entériné, au Ve siècle, par le transfert de l’évêché à Viviers.

L’étude des échanges internationaux dans lesquels s’inscrivait Alba-la-Romaine permet de dresser le portrait d’une cité antique qui, si elle menait un certain nombre d’échanges, restait tout de même relativement à l’écart des voies commerciales principales. Cela n’empêche pas une inscription plus grande dans les circuits et réseaux de circulation plus régionaux.

L’échelle régionale

Alba-la-Romaine semble avoir entretenu un commerce d’une importance non négligeable avec les autres cités de Gaule. En premier lieu, sa proximité avec le Rhône la place sur l’axe entre la Méditerranée, Valentia et surtout Lugdunum. Ce centre commercial de premier rang en Gaule était pour la cité d’Alba un partenaire très important, voire le plus important ; c’est là que résidait le négociant en vin mentionné sur l’une des rares sources épigraphiques au sujet du commerce à Alba.

Stèle dédiée à Marcus Inthatius Vitalis, négociant en vin des Canabae à Lugnunum (Musée gallo-romain de Lyon Fourvière, (c) R. Marteau)

Cette stèle, trouvée au début du XIXe siècle rue Clotilde-Bizolon, à l’ouest de la place Bellecour, servait de piédestal à une statue dédiée au négociant en vin Marcus Inthatius Vitalis, à qui la curie d’Alba avait offert une place réservée au théâtre de la cité. Ce quartier, qui coïncidait avec l’emplacement supposé de la confluence entre Rhône et Saône, s’appelait les Canabae (ou Kanabae), le quartier du commerce de vin, que ses résidents dominaient dans l’ensemble de la Gaule. Le commerce du vin, déjà à l’époque, semble avoir été un domaine très rentable de la vie économique. Ce piédestal, non daté et en assez bon état malgré un morceau manquant en bas à droite, est plutôt sobre et mesure 169 centimètres de hauteur pour 70 centimètres de largeur. La statue n’a pas été retrouvée et on ne sait donc pas si le marchand lui-même était représenté. Sur cette stèle est inscrite la liste des dignités du marchand, à la manière d’une titulature, suivie de l’identité des donateurs, la corporation des négociants en vin de Lugdunum.

L’inscription commence par la dédicace, au nom du marchand suivi de celui de son père et de son lieu de résidence, les Canabae : cet usage fréquent vise à ancrer le personnage dans sa lignée et dans la structure économique que représente ce quartier. Suit alors la liste des honneurs et fonctions d’Inthatius : deux fois à la tête (la « curatelle ») de la corporation des négociants en vin de Lugdunum, il est lié à d’autres corporations, celles des nautes de la Saône, dont il fait partie du fait de son commerce, mais aussi des utricularii et des fabri, professions tout à fait différentes, dont il est le patron. Le patronage fait référence à une relation de clientèle, entretenue non pas avec des individus mais avec l’ensemble d’une corporation, ce qui indique un rang très important dans la cité. De plus, il a occupé la fonction de « quinquennal », qui doit faire référence aux duumviri quinquennales, paire de magistrats chargés du recensement pour cinq ans. Inthatius est également présenté comme « patron des seviri », groupe de six hommes désignés par la curia pour gérer le culte impérial dans la ville ; cela signifie peut-être qu’il a participé aux dépenses de ce corps par un phénomène d’évergétisme. Notons que les six membres de la curie sont représentés par six barres verticales, coiffées d’une barre horizontale, à la place des lettres « se ». Plus étrange, il est désigné par le terme de « patron. qu. r. IIIIIIvir. » : l’abréviation du mot eques, « chevalier », empêche de savoir de quel cas il s’agit. La traduction proposée au musée de Fourvière, où la stèle est exposée, qui est « patron chevalier romain des sévirs », paraît la plus sûre, et désigne un personnage important ; mais Arnaud Fafournoux (université Lumière Lyon II) traduit « patron des chevaliers romains et des sévirs », ce qui implique une importance encore plus grande puisqu’il serait patron du groupe social le plus élevé de la cité, mais qui paraît moins probable.

La stèle mentionne alors les honneurs rendus à Inthatius. Les donateurs de la statue, les négociants en vin des Canabae, rendent hommage à leur patron en tant que personnage remarquable en même temps qu’à la corporation toute entière, sur laquelle rejaillit le prestige d’Inthatius. Cette forme de signature est accompagnée de la récompense qu’ont touché les donateurs de la part du bénéficiaire, assimilée à une sportule, la somme que chaque client recevait quotidiennement de la part de son patron, même si les plusieurs deniers (le nombre exact manque) mentionnés représentent une somme élevée pour une sportule. Avant cette formule finale, l’inscription rappelle l’honneur fait par la curie d’Alba à ce marchand : il bénéficiait d’une place réservée au théâtre, avec les décurions, c’est-à-dire les citoyens les plus importants de la ville et probablement les mieux placés lors des représentations. Cet hommage peut prendre deux significations : d’une part, on peut le prendre comme une récompense offerte à Inthatius pour ses services, ce qui laisse supposer un commerce régulier entre le marchand et les habitants d’Alba. D’autre part, le rang social élevé d’Inthatius permet de penser qu’il s’agit d’une manière pour les décurions d’Alba de s’attirer les faveurs d’un des marchands les plus importants de Gaule et de s’assurer la continuité de leur approvisionnement en vin. Cela montre que la culture du vin à Alba ne devait pas être très importante mais plutôt une simple composante d’un système de polyculture ; on peut aussi supposer que le vin importé par Inthatius était d’une qualité supérieure à celui produit localement, et donc destiné à l’élite d’Alba. Enfin, cette marque d’hospitalité rappelle la fonction sociale du théâtre dans l’Empire romain : il constituait un moyen d’honorer des personnages éminents tout en exhibant cet honneur au sein de la communauté rassemblée (ce qui fonctionnait sans doute dans les deux sens au vu du prestige personnel d’Inthatius). Il servait également de lieu de sociabilité, en tout cas pour les élites : la représentation était probablement accompagnée de discussions et de repas, ainsi que du meilleur vin apporté par l’hôte.

L’échelle locale

L’étude de la stèle de Marcus Inthatius Vitalis permet de renseigner sur les pratiques commerciales d’Alba-la-Romaine à une échelle régionale et donne un certain nombre d’indices sur l’importance de grands notables au sein de la cité, ainsi que sur l’importance relative du vin dans les échanges. Ils ne se limitent cependant pas à cela : un changement d’échelle pour aborder les échanges commerciaux à l’échelle locale permet de percevoir des effets de centralité aux abords d’Alba-la-Romaine et les flux avec le territoire avoisinant. L’activité économique se trouvait surtout sur la rive droite du Rhône, parcourue par la Via Agrippa, et où se trouvent les principales cités antiques. Alba-la-Romaine en est assez éloignée, puisqu’elle ne se situe pas véritablement sur la rive gauche du Rhône. La cité s’inscrivait cependant pleinement dans les réseaux et circuits d’échelle plus locale.

Vins, blés, céréales, produits du maraîchage et de la pêche étaient échangés au sein des boutiques .Les denrées alimentaires étaient surtout échangées aux Bagnols, et par des marchands ambulants. Les archéologues soupçonnent l’existence d’un macellum près du centre monumental, mais dont la présence n’est pas encore tout à fait assurée. Les échanges locaux se faisaient principalement par voie terrestre, notamment pour les échanges de courte distance, de la villae à Alba, ou de Viviers à Alba, par exemple. Ils étaient échangés contre des monnaies composées d’or, d’argent, de cuivre. Parmi les boutiques, deux types peuvent être distinguées :

  • Celles qui se trouvent près du cardo maximus, fouillées par Janick Roussel-Ode qui a retrouvé plus de 15 kilos de verres dans l’une des boutiques situées sur le cardo maximus, où se trouvaient des marchands de verre, de céramique, et, très certainement, un bronzier. Dans la boutique de verrerie des objets luxueux ont été retrouvés, utilisés pour les libations.

  • Les boutiques de Bagnols et le macellum, de fréquentation plus populaire, servaient certainement à l’échange d’aliments. Les traces de roue de chariots permettant le transport à l’échelle intra-urbaine ont été retrouvées sur le cardo maximus, permettant de faire le lien entre les échelles.

Les aliments échangés à Alba-la-Romaine étaient certes constitués de vin, mais il serait réducteur de limiter les échanges locaux à cela, puisque le vin était accompagné par le blé, d’autres céréales, des produits du maraîchage, et des poissons que la fresque aux Poissons retrouvée et aujourd’hui exposée à l’entrée du musée rappelle.

L’étude de l’alimentation à Alba gagne donc à être liée à celle du commerce. Celle-ci permet de faire une typologie de la distance parcourue par les aliments permise par une étude des voies des communications, et d’étoffer la connaissance des dimensions sociale et économique de l’alimentation grâce à l’exemple de Marcus Inthatius Vitalis, le négociant en vin. Enfin, le commerce local tient également une grande part dans la nourriture des Albains, ce qui peut être illustré de manière plus précise par l’étude des lieux d’échanges de la cité, comme les boutiques qui ne sont cependant pas exclusivement alimentaires.

Bibliographie

Andreau Jean, L’économie du monde romain, Paris, Ellipses, 2010.

Arnaud Pierre (abbé), Voies Romaines en Helvie, Le Teil, Impr. Étienne Bénistant, 1966.

Christol Michel, Une histoire provinciale: la Gaule narbonnaise de la fin du IIe siècle av. J.-C. au IIIe siècle ap. J.-C.  : scripta varia, M. L. Bonsangue et C. Hoët-Van Cauwenberghe (éd.), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

Lauxerois Roger, Le Bas-Vivarais à l’époque romaine. Recherches sur la cité d’Alba, Paris, de Boccard, 1983.

Poux Matthieu, Savay-Guerraz Hugues, Lyon avant Lugdunum, Rhône-Alpes, Infolio, 2003.

Saller Richard, Personal Patronage Under the Early Empire, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *