Le commerce de luxe

Anouk Roche et Eléonore Terville (Projet Alba-la-Romaine)

Cruche en verre retrouvée à Alba-la-romaine (c) P. Fournier

« Reçois ton hôte comme tu aimerais chez lui être reçu. » Ce proverbe latin du Ier siècle avant J.-C. semble indiquer l’importance de la qualité de l’hospitalité chez les Romains. Une nécessité sans doute encore plus importante dans les classes les plus hautes de la société où l’apparence est primordiale. Accueillir quelqu’un chez soi, quelle que soit la durée du séjour, est un moyen de montrer à l’invité le luxe de la maisonnée.

Henri Baudrillard, dans Histoire du luxe privé et public depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours (Hachette, 1881), explique ainsi qu’un dénommé Lucius Verus dépensa une somme évaluée à plusieurs millions de sesterces pour un festin. Ces dépenses s’expliquent seulement en partie par la nourriture et la boisson puisque dans la majorité des cas ces deux éléments ne couvrent que la moitié des frais. Les cadeaux offerts, les spectacles et la décoration ont aussi un coût important. La vaisselle par exemple peut atteindre des prix mirobolants (des centaines d’euros actuels pour deux petits gobelets d’un verre nouveau).

Le commerce du luxe atteint son plus haut niveau sous l’Empire. Les prix dans les grandes villes sont en hausse constante et surtout le mode de vie luxueux des Romains se diffusent dans tous les espaces conquis. Les élites urbaines et rurales gauloises s’enrichissent grâce à l’accélération des échanges commerciaux permise par la mise en place, par les Romains, d’un réseau de route et de transport beaucoup plus important. Elles commencent alors à adopter progressivement leur mode de vie plus luxueux.

C’est le cas pour les élites d’Alba-la-Romaine. Cette ville d’Ardèche, capitale des helviens, est fortement influencée par la culture romaine et ce dans les premiers temps de la conquête de la Gaulle par César. Les élites reproduisent donc très vite les modes de vie luxueux des Romains. Les indices sont nombreux dans les villae qui sont établies sur le modèle romain (on a par exemple retrouvé une mosaïque représentant des poissons dans une des villa). Cependant, les commerces semblent aussi avoir été influencés par cette arrivée du luxe « à la romaine ».

Sur le cardo-maximus de la ville ont ainsi été découvertes par les archéologues six tabernae. S’ils ne sont pas encore certains du contenu de toutes ces boutiques, il est presque avéré que certaines boutiques étaient occupés par des artisans. Des indices exhumés de certaines boutiques indiqueraient sans doute la présence d’un bronzier, d’un verrier et d’un artisan céramique. La boutique de verre est celle qui a été la plus étudiée, notamment par Janick Roussel-Ode qui dans « Une boutique de verre à Alba-la-Romaine (Ardèche) au IIème siècle de notre ère » fait l’inventaire des différents objets trouvés sur place. Entre autres, des flacons, des vases, des gobelets et des canthares (vase à boire pourvu d’anses) en verre coloré bleu-vert ont été exhumés. Ces objets indiquent un commerce luxueux, sans doute réservés aux rituels religieux ou aux patriciens. Ils sont la trace de la présence d’un commerce de luxe même dans les villes rurales de l’Empire Romain et marque l’influence du mode de vie de Rome sur l’Empire qu’il s’est constitué.

Bibliographie

Sur le luxe

Baudrillard Henri, Histoire du luxe privé et public depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, Librairie Hachette, 1881.

Frouard Hélène : « Et le luxe romain séduisit les Gaulois », https://www.scienceshumaines.com/et-le-luxe-romain-seduisit-les-gaulois_fr_38195.html

Alba-la-Romaine

Dupraz Joëlle, Alba la Romaine/ Alba (Ardèche), dans Ferdière Alain (éd.) Supplément à la Revue Archéologique, volume 25 : Capitales éphémères : des capitales de cités perdent leur statut dans l’Antiquité tardive, 2004.

Lauxerois Roger, Alba la Romaine : première capitale du Vivarais, Archeologia, 109, 1977.

Roussel-Ode Janik, Une boutique de verre à Alba-la-Romaine (Ardèche) au IIè s. de notre ère, http://www.persee.fr/doc/ran_0557-7705_2008_num_41_1_1195.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *