La vigne à Alba : bref aperçu

Émilien Legendre et Léo Rosell (Projet Alba-la-Romaine)

Feuille de vigne en bronze retrouvée à Alba-la-romaine (c) P. Fournier

« On a découvert, il y a sept ans, à Alba helvia, dans la Narbonnaise, une vigne qui passe la fleur en un jour, ce qui la protège des accidents ; on la nomme carbunica et la province entière en est plantée aujourd’hui » (XIV, 43). C’est par ces mots de Pline, tirés de son Histoire naturelle, que nous apprenons que dès l’époque romaine la région était connue pour sa production viticole. On peut penser que le nom de ce cépage, carbunica, renvoyait à sa couleur, qui devait être d’un rouge foncé. Le plant aurait été découvert à Alba vers 70 après J.-C., et serait passé du stade de lambrusque à celui de vigne cultivée, avant de s’étendre au reste de la province. Issu d’une vendange tardive, ce vin était très capiteux.

Alba joue donc un rôle majeur dans l’implantation de ce vignoble. L. Gout et J. Volane affirment dans le chapitre de leur Histoire de l’Ardèche (1907) consacré à « Alba, capitale romaine » que « le principal commerce de la Cité était celui des vins », même si le raisin carbunica était aussi consommé comme raisin de table.

Située au niveau de la moyenne vallée du Rhône, cette production est assez commune : les Allobroges au Nord ont développé un certain nombre de grands crus, et de nombreux vestiges archéologiques indiquent la présence de cépages différents dans le Tricastin également. Mais les exportations d’Alba et son commerce dans la région sont assez importants pour que Marcus Inthatius Vitalis, négociant lyonnais en vin et membre de la corporation des nautes de la Saône, fasse partie du conseil municipal de la cité. La mention d’un collège des utriculaires sur le sarcophage des corporations retrouvé sur place interroge aussi les modalités de ce commerce : les utriculaires permettaient-ils ces échanges par bateaux, au moyen d’outres gonflées permettant la flottaison ?

Il est intéressant de noter que l’intensification des recherches sur le site d’Alba est directement liée à la vigne. En effet, c’est la volonté de restructurer le vignoble ardéchois qui a permis de multiplier les fouilles, dans les années 1980. Alba a été en quelque sorte le terrain de jeu de précurseurs de l’archéologie préventive, qui plus est en milieu rural.

Lorsque ces recherches ont commencé, la vigne a pu poser problème. La population locale, et notamment les propriétaires viticoles, ont pu se montrer réticents, malgré l’enthousiasme du maire d’Alba, R. Berneau. On peut en effet comprendre les inquiétudes de ces agriculteurs, qui craignaient de ne plus pouvoir travailler. Le Conseil départemental de l’Ardèche a ainsi racheté 19 des 30 hectares de vignes de la commune, afin que les recherches puissent être menées. Aujourd’hui, viticulteurs et archéologues travaillent ensemble. Par exemple, le Caveau des vignerons d’Alba organise des visites en partenariat avec le musée.

Le procédé de vinification a notamment été étudié par J.-P. Brun en Provence, où la présence de vignes est la plus ancienne : le raisin était d’abord foulé au pied dans de grandes cuves, avant de passer sous des pressoirs à levier et treuil (ou à vis, à partir du IIe siècle) : le jus s’écoulait ensuite dans les dolia enterrées jusqu’au col. D’anciens pressoirs à vin ont ainsi été retrouvés dans les villae de la Mûre et de la Plaine. Les fouilles archéologiques ont mis à jour des celliers de 30 mètres sur 12, sortes de grands entrepôts, mais aussi de grandes assises maçonnées qui pouvaient soutenir des pressoirs ou des fouloirs. Plusieurs dolia, de grandes amphores en céramique, ont également été retrouvées.

Pour ce qui est des pratiques viticoles, une serpette de vigneron, qui servait à élaguer et tailler la vigne, a également été exhumée dans la villa Juliau (quartier du Pinard), ainsi qu’une feuille de vigne en bronze, toutes deux exposées dans le musée archéologique qui jouxte le site.

Cette vigne appartenait sûrement à de grands propriétaires gallo-romains. L’archéologue R. Lauxerois pense que « le vignoble suburbain dut faire la richesse pendant quelques temps des notables et propriétaires fonciers d’Alba ». La vigne aurait donc permis à ces élites urbaines de s’enrichir et de donner des banquets festifs, symboles de l’hospitalité à la romaine.

La vigne dévoile ainsi le rôle économique de la capitale des Helviens. Le vignoble bénéficie en effet depuis l’Antiquité d’un cadre favorable, ce qui explique son importance encore aujourd’hui. Toutefois, on suppose qu’elle n’était pas aussi étendue qu’à l’heure actuelle, puisqu’elle recouvre de nos jours de nombreux vestiges antiques.

Bibliographie

Sur la vigne à Alba

Dupraz J., Carte archéologique de la Gaule. Ardèche, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 2001. (Notice d’Alba, p. 97-194).

Gout L., Volane J., Histoire de l’Ardèche, Aubenas, 1907 (p.11)

Lauxerois R., Le Bas-Vivarais à l’époque romaine. Recherches sur la cité d’Alba, Paris, 1983.

Lauxerois R., André P., Jourdan G., Alba, de la cité gallo-romaine au village, Guides archéologiques de la France n°5, Paris, 1985.

Sur la viticulture gallo-romaine

André J., Levadoux L., “La vigne et le vin des Allobroges”, Journal des savants, 3, 1964, p. 169-181.

Brun J.-P., « La viticulture antique en Provence, La viticulture en Gaule », Gallia, 58, 1, 2001, p. 69-89.

Ferdière A., Les campagnes en Gaule romaine. Vol. 2. Les techniques et les productions rurales en Gaule, Paris, 1998.

Laubenheimer F., Le temps des amphores en Gaule : vin, huiles et sauce, Paris, 1990.

Histoire du vin : Antiquité. Échange et commerce, site de l’Inrap, http://www.inrap.fr/dossiers/Archeologie-du-Vin/Histoire-du-vin/Antiquite-Echange-et-commerce#.WOZfqRjpNR1

Poux M., L’âge du vin : rites de boisson, festins et libations en Gaule indépendante, Montagnac, 2004

Tchernia A., Poux M., Brun J.-P. (dir.), Le vin : nectar des dieux, génies des hommes, Gollion, 2004.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *