Les villas d’Alba-la-Romaine

Élisa Boussart, Lucie Salamor (Projet Alba-la-Romaine)

La mosaïque aux poissons retrouvée à Alba-la-Romaine (c) P. Fournier

Villa, domus : une terminologie difficile à établir

Dans sa thèse parue en 1983, R. Lauxerois écrit : “Ville ouverte, la capitale [Alba] débordait dans toute la plaine, jusque sur les coteaux”. S’esquisse alors une différenciation qualitative et spatiale dans la civitas d’Alba Helviorum, et qui semble s’inscrire dans la typologie des modes d’habitation relevés dans le Haut Empire romain. Si la première campagne de fouilles dans les années 1960 permet de mettre en avant les contours du centre monumental, la deuxième phase initiée dans les années 1980 a élargi le cercle de connaissances sur Alba aux limites larges de la cité. Deux types d’habitation sont donc attestés : la domus et la villa.

Cependant, entre ces deux formes d’habitation, la distinction est difficile, et la limite à poser entre ces groupes architecturaux est conditionnée par un mince corpus de sources architecturales et littéraires à Alba. De plus, les fouilles à Alba s’inscrivent dans un contexte de débat historiographique quant à la terminologie alors en place ; la villa, réalité architecturale ou fonctionnelle, telle est la question. C’est seulement en 1990, par la parution d’une synthèse des fouilles jusqu’alors réalisées, Architecture et urbanisme antique, que la clarification se fait. Après un élargissement du cercle de fouilles, un examen approfondi des emplacements, des sols, des matériaux de construction et des vestiges archéologiques, Le Pinard, forme d’habitat simple en 1981, puis villa en 1989, obtient le statut -encore reconnu aujourd’hui- de domus. Dans ce même ouvrage, trois villae sont clairement définies : la villa suburbaine de Saint-Martin, la villa de la Plaine et la villa de Juliau.

A grande ou à petite échelle, la présence de villae donne des indications sur les orientations socio-économiques de la cité. Production, échanges, hospitalité, consommation, les villae proposent des modalités particulières de ces pratiques dans la cité des Helviens.

Les villae : espaces de mise en valeur agricole dans la périphérie d’Alba

La campagne de la plaine d’Alba était donc structurée par des villae, situées en périphérie du centre monumental, mais à proximité des axes de communication. Les relations économiques entre Alba et les villae étaient centrales ; celles-ci écoulaient leur production sur le marché d’Alba.

Les trois villae de la plaine sont construites selon un même modèle, attestant de la romanisation des pratiques agricoles des Helviens dès le Ier s. av n.è. La villa de la Plaine, située à l’est, comportait un ensemble de trois corps de bâtiments desservis par un portique et disposés en “U” autour d’une cour-jardin ornée en son centre d’un bassin rectangulaire. La villa est donc composée d’espaces dévolus spécifiquement à la résidence du propriétaire (la pars urbana) ou de la main d’œuvre (pars rustica), mais surtout à la production et au stockage (pars fructuaria, avec greniers, caves, …). La différence de matériaux employés au sein de la villa nous incite à différencier les fonctions attribuées à chacun des espaces. Par exemple, des matériaux légers du IIe s. composent dans la villa Juliau ce qui semble être un entrepôt, tandis que des bâtiments rectangulaires en pierre laissent penser à de l’habitat.

Varron nous le rappelle, “l’idée de villa implique l’exploitation rurale sur une grande échelle” et “ pour être située hors de la ville, une maison n’en est pas plus villa que ne le sont toutes les habitations” construites au-delà du faubourg (De re rustica). La villa est donc avant tout un espace de production agricole, plus ou moins spécifique selon les cas.

La culture de la vigne semble avoir été une des cultures dominantes de la plaine, et constitue une source de revenus et de prestige pour les riches propriétaires de villae à Alba. Pline mentionne dans son Histoire naturelle la spécificité du cépage carbunica, dont “la fleur passe en un jour”. Des vestiges d’outils, tels qu’une serpe, une serpette et un goyard en bronze datant du IIe s. ont été retrouvés dans la villa Juliau, preuve de la centralité des villae en termes d’exploitation viticole et de mise en valeur du terroir.

Aucune analyse carpologique n’a été réalisée pour les villae d’Alba. Seul J.-C. Béal a analysé des restes de végétaux contenus dans les tombes de la nécropole Saint-Pierre, et y a retrouvé des pignons de pin. Par conséquent, s’il est possible de déterminer en partie le type de consommation des Helviens, il reste difficile de déduire la production des villae sur cette seule base carpologique. La comparaison avec des sites gallo-romains similaires, et l’analyse des éléments géomorphologiques et climatiques d’Alba permettent toutefois d’élaborer les hypothèses suivantes. La céréaliculture représentait probablement un complément important à la viticulture, dans cette plaine sédimentaire au climat tempéré, tandis que de l’élevage était pratiqué sur les hauteurs environnantes. Les villae d’Alba participaient donc d’une mise en valeur de l’espace, qui se traduit par un parcellaire varié, entre champs, vignes et pâturages.

Les villae : des lieux de xenia

Si la villa n’est pas un lien entièrement dévolu à l’accueil et à la xenia, sa structure fonctionnelle laisse entrevoir des possibilités d’accueil de la part des propriétaires des lieux. Aucun deversorium n’a été identifié comme tel dans les villae, ce qui témoignerait d’un développement de ces villae dans le Haut Empire notamment, et non pas dans l’Antiquité tardive, période au cours de laquelle le deversorium devient plus systématiquement une composante de la villa. Toutefois, les nombreux cubicula de la villa de la Plaine, en retrait de la cour à portique, suggèrent l’existence d’une forme d’hospitalité, même pour une courte durée, pour les voyageurs empruntant les axes de communication principaux sur lesquels se trouvent les villae, aux portes de la cité.

La présence d’un triclinium dans la pars urbana de chacune des villae serait corrélée à l’importance de la réception. Les démonstrations de générosité et de savoir-vivre du maître de maison s’expriment notamment dans l’ornementation de sa pièce ; si aucune fresque de mosaïque n’a été retrouvée dans les villae, certains vestiges de sols, la présence de marbre, et la découverte de la mosaïque aux poissons dans le triclinium de la domus du Pinard soulignent l’importance du paraître et de la démonstration de pouvoir et de richesse de la part de l’hôte pour les personnes reçues dans sa demeure.

Quant à savoir ce que les Helviens servaient à table pour leur hôtes, en l’état actuel des recherches, cela reste difficile à déterminer. La mosaïque aux poissons, sans être une mosaïque à xenia au sens strict puisque les poissons ne sont pas prêts à la consommation, nous donne un aperçu des aliments servis aux invités. Les poissons et mollusques agrémentés de garum pouvaient être de servis dans les plus grandes occasions.

Bibliographie

Ayala Grégoire, « Alba-la-Romaine (Ardèche) : les lampes en terre-cuite », Revue archéologique de Narbonnaise, 23, 1, 1990, p. 153-212.

Balmelle Catherine, Aïcha Ben Abed-Ben Khader, Wassila Ben Osman, Jean-Pierre Darmon, Mongi Ennaïfer, Suzanne Gozlan, Roger Hanoune et Anne-Marie Guimier-Sorbets, Recherches franco-tunisiennes sur la mosaïque de l’Afrique antique I. Xenia, Rome, 1990.

Barbet Alix, « À la recherche de l’architecture et de son décor en Gaule romaine », Revue archéologique, 54, 2013, p. 297-312.

Béal Jean-Claude, « Agglomérations, sanctuaires ou villae à l’entrée du défilé de Donzère », Revue archéologique de Narbonnaise, 35, 1, 2002, p. 281-288.

Bermond Iouri, Christophe Pellecuer, « Recherches sur l’occupation du sol dans la région de l’étang de Thau (Hérault) : apport à l’étude des villae et des campagnes de Narbonnaise », Revue archéologique de Narbonnaise, 30, 1, 1997, p. 63-84.

Bouby Laurent, « Restituer les pratiques agraires par la carpologie archéologique », Études rurales, 153-154, 2000, p. 177-194.

Buffat Loïc, « Fermes et villas en Gaule narbonnaise », dans Pierre Ouzoulias, Laurence Tranoy (dir.), Comment les Gaules devinrent romaines ?, Paris, La Découverte, p. 177-188.

Columeau Philippe, « Consommation de la viande au cours de l’Antiquité », dans Id., Alimentation carnée en Gaule du sud (VIIe s. av. J.-C. -XIVe s.), Aix-en-Provence, coll. « Hors collection », 2002, p. 95-176.

Dupraz Joëlle, Christel Fraisse, L’Ardèche, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule pré-inventaire archéologique 7 », 2001.

Ferdière Alain, Les campagnes en Gaule romaine (52 av. J.C.-486 ap. J.C. T. 2. Les techniques et les productions rurales en Gaule, Paris, 1988. .

Marinval Philippe, « Étude carpologique d’offrandes alimentaires végétales dans les sépultures gallo-romaines : réflexions préliminaires. », Supplément à la Revue archéologique du centre de la France, 6, 1, 1993, p. 45-65.

Ouzoulias Pierre, « Les campagnes gallo-romaines : quelle place pour la villa ? », dans Pierre Ouzoulias, Laurence Tranoy (dir.), Comment les Gaules devinrent romaines ?, Paris, 2010, p. 189-211.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *