Espaces de l’hospitalité gratuite, espaces de l’accueil marchand dans l’Occident romain (République et Haut-Empire) : distinctions et porosités

Marie-Adeline Le Guennec (École française de Rome)

Si j’ai été amenée à m’intéresser à la question des lieux destinés à la prise en charge des gens de passage dans le contexte de l’Occident romain antique (République – Haut Empire), c’est à l’origine au sujet d’une forme d’accueil qui n’est pas l’hospitalité gratuite, privée ou publique, bien que son rapport à l’hospitalité soit plus direct qu’on ne le penserait de prime abord : l’accueil mercantile. L‘importance dévolue à la pratique de l’hospitalité privée ou publique dans le contexte culturel romain, notamment au sein des élites, s’avère en effet une donnée essentielle pour rendre compte de la place que pouvaient occuper, au sein d’un monde romain en mouvement, les établissements dédiés à l’accueil mercantile, les professionnels qui y travaillaient, et la clientèle qui les fréquentait.

Comme je l’ai montré lors d’un précédent atelier, l‘étude du lexique permet de mettre en pleine lumière cette influence, polémique ou archétypale, de l’hospitalité sur l’accueil mercantile romain, avec l’entrée progressive dans le champ lexical latin de l’auberge de termes relevant originellement de l’hospitalité privée, en particulier hospes et hospitium Qu’en est-il en revanche des sources matérielles et notamment des vestiges archéologiques1 ? Est-ce que, pour l’Occident romain, l’antagonisme qui se fait jour dans les sources textuelles se poursuit jusque dans la matérialité d’un côté, de l’accueil mercantile et de l’autre, de l’hospitalité gratuite ? Et dans ce cas, sous quelle forme : par le recours à des structures matérielles nettement distinctes ? N’est-ce pas plutôt, serait-on en droit de se demander par rapprochement avec les sources écrites et iconographiques, par l’emprunt par l’accueil mercantile des structures matérielles de l’hospitalité ? Ou encore, a-t-on éventuellement affaire à des structures matérielles plus largement associées dans l’Antiquité romaine à l’accueil temporaire, qui se donneraient en cela également à voir, par exemple, dans les stations routières officielles ?

 Des lieux difficilement identifiables

Répondre à ces différents questionnements impliquerait toutefois, pour parvenir à des résultats revêtant une quelconque représentativité, de disposer d’un corpus étendu tant d’auberges que de lieux dédiés à l’hospitalité, inclus dans des espaces régionaux et des arcs chronologiques similaires pour l’Occident romain antique. Les problèmes aigus que pose l’identification archéologique de ces deux formes d’accueil à la période romaine font qu’il demeure toutefois difficile de mettre au point un échantillon suffisamment solide et surtout, homogène, qui permette d’opérer des comparaisons fiables entre les structures matérielles qui leur sont associées.

De fait les attestations archéologiques assurées d’auberges (qui sont selon moi celles où un témoignage épigraphique ou iconographique vient confirmer l’hypothèse interprétative fondée sur l’observation des structures matérielles) sont très peu nombreuses et surtout très circonscrites dans l’espace et le temps : on en connaît essentiellement des exemples campaniens (et surtout pompéiens, qui correspondent donc à la première moitié du Ier s. ap. J.-C.), ostiens (IIIe – IVe s.) et un établissement provincial des IIe-IIIe s. mis au jour en 2014 à Clermont-Ferrand. Divers cas plus hypothétiques viennent s’y ajouter , en particulier pour l’Italie et la Narbonnaise2 .

Qu’en est-il si l’on passe à présent aux lieux de l’hospitalité gratuite ?

Pour l’hospitalité de table, les choses sont un peu plus faciles et il suffit de consulter les innombrables monographies, ouvrages collectifs, publications de sites et articles sur le banquet privé, public, funéraire, associatif romain qui n’ont cessé de se multiplier, en particulier depuis une trentaine d’années, pour faire provision de points de comparaison ou de contre-modèles pour les espaces dédiés à la prise alimentaire dans les auberges ; ces espaces de l’hospitalité de table gratuite, caractérisées par la forme du triclinium / stibadium sont de fait assez aisément repérables du fait de leurs structures (bases de lits/banquette en maçonnerie) et décors (peintures et mosaïques de sol) pérennes.

En revanche, si l’on élargit la focale à la forme de séjour complète que semble impliquer le terme hospitium en latin, la situation devient plus complexe. Dans le cadre des domus et uillae privées, on connaît par Vitruve l’existence d’hospitalia ou documunculae, chambres, quartiers de la maison voire corps de bâtiments indépendants réservés aux hôtes, selon une pratique empruntée au monde hellénistique d’après l’architecte du Ier s. av JC :

Vitr., De architectura, VI, 7, 4 : Praeterea dextra ac sinistra domunculae constituuntur habentes proprias ianuas, triclinia et cubicula commoda, uti hospites aduenientes non in peristylia sed in ea hospitalia recipiantur.

«  Il y a encore à droite et à gauche de petits logements dotés de portes particulières, des triclinia et des chambres commodes, .pour qu’à leur arrivée les hôtes ne soient pas reçus dans les péristyles mais dans ces hospitalia. »

Trimalchion se vante pour sa part de posséder dans sa domus un hospitium pour accueillir ses invités, dans un passage plein d’emphase qui sert la parodie de l’affranchi enrichi :

Petron., Sat., 77 : Vt scitis, cusuc erat; nunc templum est. Habet quattuor cenationes, cubicula uiginti, porticus marmoratos duos, susum cellationem, cubiculum in quo ipse dormio, uiperae huius sessorium, ostiarii cellam perbonam; hospitium hospites capit.

« Comme vous le savez, c’était une bicoque ; maintenant c’est un temple. Elle a quatre salles à manger, vingt chambres, deux portiques de marbre, un penthouse, la chambre dans laquelle je dors moi-même, le logis de cette vipère, une bonne loge de concierge ; un appartement d’hôte reçoit les invités. »

Mais ces hospitalia/domunculae ne sont guère connus archéologiquement pour la période classique ; ils le sont un peu plus pour l’Antiquité tardive. Pour l’Occident romain, ces « appartements d’hôtes » sont désormais qualifié de deuersoria dans les sources textuelles, notamment chez Sidoine Apollinaire. J.-Ph. Carrié3définit ces deuersoria comme « une structure, parfois temporaire, émanation de l’architecture privée, destinée à jouer le rôle de « quartier des hôtes » pour un invité » (p. 278). Raisonnant à partir d’un corpus de 432 uillae occidentales, il propose une méthode d’identification pour ces deuersoria tardifs qui lui a permis de parvenir à un corpus de 31 cas sûrs, répartis dans 28 uillae situées pour l’essentiel dans les Diocèses des Espagnes, des Gaules et des Bretagnes et attestés entre les Ier et Ve s. ap. J.C, avec une concentration au IVe siècle. Il a retenu pour critères d’identification de ces espaces, généralement composés de plusieurs pièces, à l’intérieur des uillae : leur degré de confort, leur indépendance et leur localisation au contact des espaces de réception et de repas. J.-Ph. Carrié établit par ailleurs une distinction entre ces deuersoria tardifs et les hospitalia d’époque classique, « au confort plus spartiate » et peut-être destinés à l’accueil de la suite d’invités de marque, en s’appuyant sur une étude de E. Borgia sur les cosiddetti hospitalia de la villa Hadriana 4 ; par ce terme d’hospitalia, on désigne d’une série de dix petites pièces identiques situés sur l’axe nord est du « Cortile delle Biblioteche ». Chacune de ces pièces est dotée de trois niches rectangulaires destinés à accueillir 3 lits ; ces pièces sont réparties le long d’un large corridor central, et le complexe est complété par une salle commune et une latrine. L’identification précise des fonctions de cet ensemble pose toutefois problème et il convient de faire preuve de prudence avant d’en tirer des conclusions plus générales sur la distinction entre hospitalia et deuersoria, en particulier dans une perspective diachronique.

Pour l’Orient tardif, il manque encore une synthèse aussi complète que celle proposée par J.-PH. Carrié pour l’Occident, en dehors d’un bref article d’E. Morvillez5 ; mais mentionnons par exemple le cas bien connu de la « maison du cerf » à Apamée de Syrie, où l’insertion de vers d’Homère dans un sol mosaïqué permet d’identifier un appartement dédié aux hôtes. En dehors de ces phénomènes tardifs et dont il apparaît, au regard notamment des cas identifiés par Jean-Philippe Carrié, qu’ils constituaient un signe extérieur de prestige pour une élite aristocratique, on est donc pour l’essentiel amené à supposer que hôtes accueillis et accueillants dans les domus, uillae mais aussi insulae occidentales avaient recours aux mêmes espaces, au prix éventuellement d’aménagements ponctuels destinés à permettre l’hébergement d’invités extérieurs. En ce sens, l’hospitalité privée romaine nous est alors largement invisible dans sa matérialité, en dehors à la rigueur de ce qui concernait l’hospitalité de table.  

Quant à l’hospitalité publique, elle n’est guère mieux connue de ce point de vue, en particulier parce que les hôtes officiels étaient le plus souvent accueillis, à Rome, en Italie et dans les provinces, dans les domus et villas de particulier, ce qui nous fait retomber dans les incertitudes précédentes mais aussi parce que les quelques lieux officiels pouvant servir à la prise en charge des hospites du peuple romain qui nous sont connus par les sources littéraires ne sont pas bien attestés archéologiquement : on citera en particulier la uilla publica du Champ de Mars, située à proximité du circus Flaminius, dont on sait par les textes6 , notamment par Tite Live quà la période républicaine, pouvaient y être hébergés en temps de guerre les ambassadeurs étrangers en séjour à Rome, à l’instar des ambassadeurs de Carthage en 203 av. J.-C., d’après Liv., 30, 21, 12, ou peut-être de ceux de Rhodes avant la troisième guerre de Macédoine (Liv., 45, 22, 1-2), et plus largement tous ceux qui n’avaient pas le droit de franchir le pomerium, à l’instar des généraux en attente du triomphe. La Villa Publica n’était en somme pas réservé à l’hospitium publicum et demeure avant tout, il faut le rappeler, le lieu où se déroule le census.

Toujours par Tite-Live, on apprend que certains hôtes de marque pouvaient bénéficier, lors de leur passage à Rome, d’une aedes libera ou d’un locus (ainsi Attale de Pergame en 192 av. J.-C., d’après Liv. 35, 23, 11 ou les ambassadeurs de la cité de Sagonte en 205 av. J.-C., d’après Liv 28, 39, 19-21) : mais il s’agissait sans doute alors de maisons de particuliers gracieusement mis à la disposition de ces invités privilégiés.

Est-ce à dire alors que cette comparaison entre lieux de l’accueil marchand et lieux de l’hospitalité gratuite est impossible pour l’Occident romain aux périodes républicaine et impériale ? Sans doute pas, mais en l’état actuel de la documentation elle ne saurait se fonder que sur des cas d’étude circonscrits dans le temps et l’espace. J’hasarderai malgré tout quelques observations dans le sens d’une telle comparaison, qui demanderaient toutefois à être validées sur la base de synthèses plus larges.

Distinctions et porosités

 Au regard des études existant à ce stade, plusieurs caractéristiques matérielles apparaissent communes aux espaces dédiés à l’accueil marchand et à l’hospitalité gratuite : fractionnement, usage d’un module similaire, autonomie des accès, importance des espaces collectifs, des espaces de réception, lien avec d’autres espaces de services utiles aux voyageurs (par exemple bains), etc. De sorte que certains plans de possibles auberges et hospitalia se ressemblent effectivement : on comparera par exemple la Casa delle Volte Dipinte d’Ostie, III, v, 1, que certains archéologiques proposent d’identifier à une auberge et les Hospitalia de la Villa Hadriana. Mais le rapprochement avec les travaux sur le cursus publicus, par exemple ceux de C. Corsi pour l’Italie ou de S. Crogiez-Pétrequin pour les Gaules, montrent qu’en réalité, ces structures doivent être considérées comme caractéristiques de l’accueil temporaire au sens large, puisqu’elles se retrouvent également dans les stationes officielles.

Toujours sur la base des références qui viennent d’être évoquées, les différences entre espaces dédiés à l’accueil marchand et à l’hospitalité gratuite privée semblent pour leur part résider dans le degré de luxe et de confort de ces espaces et surtout, naturellement, dans leur intégration ou non à une demeure privée, comme c’est le cas par exemple des deuersoria étudiés par J.-Ph. Carrié, que celui ci qualifie fort heureusement de « maisons dans la maison ».

À la rigueur l’ambiguïté serait elle permise dans le cas de domunculae indépendantes, situées à l’écart du corps d’habitation principal, que l’on pourrait éventuellement confondre avec les auberges que Varron conseille aux propriétaires de uillae d’installer en bordures de routes passantes :

Varro, rust., 1, 2, 23 : Vt etiam, si ager secundum uiam et opportunus uiatoribus locus, aedificandae tabernae deuorsoriae, quae tamen, quamuis sint fructuosae, nihilo magis sunt agri culturae partes.

« De sorte que, si le domaine jouxte la voie dans un lieu propice aux voyageurs, il faut y installer des établissements hôteliers, qui, bien que source de gains, ne sont en rien considérés comme des activités agricoles. »

Enfin, comme critère de distinction majeur, on citera, pour certaines auberges italiennes, en particulier dans les cités du Vésuve et à Ostie, le recours à la formule originale du commerce alimentaire, espace dédié à la préparation, et parfois à la consommation, des denrées et boissons vendues aux clients du lieu. Ces commerces alimentaires ne se retrouvent naturellement pas en contexte privé. Mais dans d’autres auberges, y compris à Pompéi et à Ostie, le commerce alimentaire peut être remplacé par une cuisine traditionnelle et ne constitue donc pas un marqueur définitif de l’accueil mercantile ; du reste, il n’est plus directement question ici du contraste entre les structures matérielles de l’accueil mercantile et celles caractéristiques de l’hospitalité privée au sein de la maison, mais plus largement de la différence matérielle entre auberges et habitats domestiques.

Ces quelques observations sur les différences et points de contact entre les structures matérielles de l’accueil mercantile et de l’hospitalité gratuite privée doivent donc être considérées avec prudence, car elles se fondent sur des corpus hétérogènes , dispersés dans le temps et l’espace. Quelques cas d’étude plus précis, dont on ne saurait tirer des conclusions générales, offrent toutefois un éclairage intéressant sur cette question des distinctions et des porosités entre structures de l’auberge et de l’hospitalité privée dans le monde romain antique.

Cette perméabilité matérielle entre accueil marchand et hospitalité se donne notamment à voir quand il est fait usage, au sein d’auberges, d’une des structures caractéristique de l’hospitalité de table (qui ne résume d’ailleurs pas au contexte privé), à savoir le triclinium. Le corpus pompéien offre ainsi plusieurs quelques cas assurés de triclinia en contexte hôtelier (ainsi par exemple I 2, 24.25.26, VI 9, 1. 14, VII 1, 44.45.45a, IX 8, b). L’hospitium VII 1, 44.45.45a. met même tout particulièrement en valeur cette structure dans une inscription publicitaire :

CIL, IV, 807=ILS, 6036 : Hospitium hic locatur. / Triclinium cum tribus lectis / et comm(odiis) [omnibus?]).

« Hôtel/hébergement à louer. Triclinium avec trois lits et toutes commodités. »

On a donc ici bien un recours aux structures de l’hospitalité de table gratuite. Avant de parler d’emprunt, il convient toutefois de remarquer que ces cas pompéiens sont un peu particulier, dans la mesure où il s’agit (à l’exception peut-être de VII 1, 44.45.45a.) d’établissements commerciaux implantés dans des structures domestiques transformées en auberges : il est alors difficile de déterminer si le triclinium avait vraiment été aménagé par l’aubergiste et non pas par les anciens propriétaires de la maison privée avant d’être réutilisé tel quel pour un usage commercial.

On peut notamment revenir en ce sens sur le cas de VI 9 1.14, l’établissement pompéien dit « ad Gabinianum », issu de la fusion progressive de trois maisons privées.

Ce vaste complexe s’étendait sur plus de 700 m2 – même s’il est possible que seule sa partie sud ait été destinée aux activités commerciales de l’établissement. Fouillé à de nombreuses reprises dans la première moitié du XIXsiècle, il a été en partie détruit pendant les bombardements de la Seconde Guerre mondiale et n’est que partiellement dégagé aujourd’hui, ce qui explique sans doute qu’il n’ait pas fait l’objet d’études récentes.

Cet établissement pompéien présente la particularité d’être issu non de la simple restructuration d’une maison mais de la réunion de trois « domus à atrium » ; celles-ci formaient un complexe unitaire, même si leur degré d’intégration à l’ensemble n’était peut-être pas encore totalement uniforme au moment de l’éruption. Les concepteurs de l’auberge se sont appuyés sur les structures domestiques antérieures qu’ils restructurent partiellement. Les fauces, la cuisine, l’atrium tuscanicum avaient ansi été directement empruntés à une première domus précédente. Parmi les nombreux espaces de restauration qui caractérisent ce vaste établissement, je m’intéresserai en particulier ici au « triclinium d’hiver ». En effet, celui-ci était issu de la transformation de ce qui était auparavant l’atrium testudinatum d’une deuxième maison. Ce triclinium possédait deux larges fenêtres ouvertes dans ses murs sud et est, qui permettaient aux convives de contempler le jardin en mangeant. En l’état actuel de la documentation, deux hypothèses s’offrent à nous : soit la fusion des deux maisons et l’installation de ce triclinium précédait l’installation de l’établissement commercial, soit les structures de l’hospitalité privée sont ici délibérément choisies et mises en place par l’aubergiste au moment de la commercialisation du complexe et non simplement réutilisées telles quelles. Seule une étude relevant de l’archéologie du bâti, que l’état actuel du site n’autorise sans doute pas, permettrait de résoudre cette importante incertitude. Pour le reste du complexe, du reste, les espaces domestiques destinés au repos, à la préparation et à la consommation des repas des anciennes domus semblent avoir été conservés en l’état au prix de quelques restructurations (par exemple le bouchage en opus incertum d’anciennes issues). De même, la décoration antérieure paraît avoir été récupérée telle quelle, pour assurer, à peu de frais, le « standing » des espaces destinés à la clientèle.

Pompéi constitue certes un cas particulier en la matière, dans la mesure où les épisodes sismiques des années 60 avaient laissé certaines maisons sans propriétaires, facilitant l’implantation en leur sein d’établissements commerciaux, dans le même temps que pour le cas des auberges, l’afflux de travailleurs et d’ouvriers employés dans les chantiers de la ville, à la recherche d’un logement temporaire et d’espaces où se restaurer, devait faire de l’accueil mercantile une activité particulièrement rentable. Peut-être l’usage du triclinium en contexte hôtelier était-il toutefois plus répandu que l’échantillon archéologique retenu ne le donner à voir. Juvénal évoque ainsi un restaurant d’Ostie où l’on mange couché :

Iuv., 8, 171-176 : Mitte Ostia, Caesar, / mitte, sed in magna legatum quaere popina ; / inuenies aliquo cum percussore iacentem, permixtum nautis et furibus ac fugitiuis, / inter carnifices et fabros sandapilarum / et resupinati cessantia tympana Galli.

« Envoie-le chercher à Ostie, ton légat, César, envoie-le chercher, mais dans un grand restaurant ; tu le trouveras couché aux côtés de quelque spadassin, mêlé à des matelots, des voleurs et des fugitifs, au milieu des bourreaux, des fabricants de cercueils et des battements de tambourin languissants d’un Galle renversé en arrière. »

Mais on en reste pour l’essentiel, à l’échelle du corpus archéologique pris en considération, aux « auberges où l’on mange sur des tabourets », pour paraphraser Martial qui parle des sellariolae popinae (5, 70). En élargissant à présent la focale à l’hospitalité « compète », celle qui comprend un gîte, je signalerai la présence possible, au sein du complexe pompéien ad Gabinianum, d’une forme d’appartement privé situé dans la partie commerciale de l’auberge, doté de ses propres salles de restauration, de sa propre cour  et d’une chambre à coucher où avaient été découverts durant les fouilles des fragments de bois interprétés comme les restes d’un lit ; faut-il pour autant voir dans cet ensemble une espèce de deuersorium, de « suite privée » intégré à l’auberge et destiné à des clients à la recherche de davantage de privacy ? On ne peut en rester ici qu’à la simple hypothèse et cette configuration reste un unicum au sein du corpus d’étude.

Dans un autre cas, l’aubergiste pourrait cette fois avoir sacrifié un des espaces de réception de l’édifice domestique dans lequel il implante son établissement pour y installer des aménagements qui lui semblaient sans doute plus adaptés à l’usage commercial qu’il faisait du lieu et aux besoins de ses clients : il s’agit ici de la casa di Diana d’Ostie. (I, iii, 3-4), même si, dans ce cas, l’usage hôtelier de l’édifice demeure de l’ordre de lhypothèse. Cet édifice, à usage originellement domestique, avait été construit dans le courant du IIe s. ap. J.‑C. sur le modèle de la maison à cour centrale portiquée. Il était accessible depuis le « via di Diana » et « via dei Balconi » et comptait quatre étages, eux-mêmes desservis par deux escaliers externes donnant sur ces deux rues et était destiné à un habitat monofamilial d’un niveau social élevé7. Toutefois, le complexe semble avoir connu une profonde évolution au cours de la seconde moitié du IIIe s. ap. J.‑C., lors d’une ultime phase de son développement, qui précède de quelques décennies son abandon définitif. Son rez-de-chaussée est alors fractionné en deux unités distinctes : l’une, constituée par un mithraeum, l’autre, qui conserve un caractère résidentiel mais dont les caractéristiques évoluent résolument. Les témoignages les plus frappants de ce phénomène sont la transformation en écurie de ce qui était autrefois un espace de réception à la décoration soignée, sans doute le tablinum de la maison : un sol en pavés de chaussée irréguliers était venu remplacer un pavement de mosaïque, contrastant désormais avec les peintures subtiles qui ornaient les murs et le plafond, tandis que l’installation d’une mangeoire atteste sans doute possible la destination nouvelle de la pièce. Dans le même temps, au rez-de-chaussée, l’accent est mis sur les services communs : la magnifique fontaine ornementale, construite au cours du IIe s. ap. J.‑C. pour orner la cour centrale autour de laquelle s’organise l’édifice, est partiellement démontée et remplacée par une autre fontaine en opus latericium purement fonctionnelle. Au premier étage, enfin, les pièces situées dans la partie est du bâtiment avaient été fractionnées en espaces plus réduits.

Ces différentes modifications, dont l’étude met en lumière le rôle accru des parties communes dans la vie de l’édifice, amènent ainsi A. Marinucci à identifier, durant cette ultime phase, la transformation de cette résidence aristocratique en « una sorta di albergo con i servizi sistemati a quello terreno ». Si cette hypothèse est recevable, l’exploitant n’aurait donc conservé qu’une partie des espaces de réception de la maison antérieure, en convertissant en revanche d’autres espaces en zones fonctionnelles, adaptées aux besoins d’une clientèle de voyageurs et marchands de passage.

Conclusion

En somme, contrairement à ce qu’il en était par exemple pour le vocabulaire latin, ces emprunts ou usages communs des structures de l’hospitalité de table gratuite apparaissent relativement ponctuels et sont peut-être davantage le fruit de circonstances immobilières que de décisions délibérées des exploitants en matière d’aménagements intérieurs. Plus largement, les parallèles matériels directs avec l’hospitalité apparaîssent ténue à l’échelle du corpus archéologique pris en considération, et on a plutôt affaire à des structures caractéristiques de l’accueil au sens large dans le contexte romain. C’est alors plutôt, me semble-t-il, au contraste avec les structures de l’habitat pérenne en contexte domestique qu’il convient de s’attacher, tant pour l’hospitalité privée que pour l’accueil mercantile.

  1. Les sources iconographiques témoignent elles aussi, pour l’essentiel, d’une transposition / reproduction des motifs de l’hospitalité privée, notamment symposiaque. []
  2. Pour un bilan historiographique et méthodologique, cf. M.-A. Le Guennec, Identifier une auberge romaine. Quelques réflexions méthodologiques / Methodological Thoughts on the Identification of Roman Inns, dans Basso, P., Zanini, E. (éds.), Statio amoena : sostare e vivere lungo le strade romane, Oxford, 2016, p. 81-90. []
  3. Le deversorium dans les villae occidentales tardives : éléments pour une identification archéologique, Antiquité tardive, 18, 2010, p. 277-296 ; voir également le résumé de son intervention lors d’un précédent atelier HospitAm. []
  4. E. Borgia, Tivoli (Roma). Villa Adriana. Gli Hospitalia, Bollettino di Archeologia, 8, 1991, p. 73-83. []
  5. Les appartements d’hôtes dans les demeures de l’Antiquité tardive : mode occidentale et mode orientale, Pallas, 60, 2002, p. 231-245. []
  6. Cette uilla publica est également connue par un denier émis par le triumuir monetalis Publius Fonteius Capito au milieu du Ier s. av. J.-C. Cf. S. Agache, Villa Publica, dans Steinby E. M (éd.), Lexicon Topographicum Urbis Romae, Rome, 1999, 5, p. 202-205. []
  7. Cf. A. Marinucci (éd.), L’insula ostiense di Diana (R. I, III, 3-4), Rome, 2013. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *