L’inhospitalité à table dans le monde romain, une inversion des valeurs de la commensalité

Dimitri Tilloi d’Ambrosi (Université Lyon 3)

Le modèle de la cena romaine est empreint de règles que doivent suivre les invités, qui se réunissent pour partager un repas autour du maître de maison, lequel manifeste ainsi son hospitalité. Cependant, si ces préceptes ne sont pas respectés, des tensions peuvent apparaître entre l’hôte et ses convives, ou bien entre les invités eux-mêmes.

Les sources littéraires, en particulier épistolaires et satiriques, épigraphiques ou iconographiques laissent entrevoir plusieurs exemples de situations où des tensions résultent du non-respect des principes de l’hospitalité. Le fait de ne pas honorer une invitation envoyée par un ami après l’avoir acceptée, ou bien ne pas être invité par le maître de maison, peuvent être des causes d’animosité, comme le rappellent Pline le Jeune ou des inscriptions de Pompéi. Durant le repas lui-même, certaines conversations ou attitudes sont propices à engendrer des conflits ou des crispations, allant à l’encontre du caractère convivial de la cena. Les banquets impériaux, relatés par les biographies de Suétone ou de l’Histoire Auguste, peuvent donner lieu à des scènes où les valeurs de l’hospitalité se trouvent inversées, si l’empereur manifeste sa cruauté ou sa volonté d’humilier ses invités. Une fois le repas terminé, le maître de maison peut offrir des cadeaux à ses convives, lesquels ont la possibilité d’emporter chez eux des mets ou de la vaisselle. Martial laisse entendre que cette pratique peut générer des attitudes contrevenant aux règles de l’hospitalité. Il décrit certains invités se comportant de façon cupide, n’hésitant pas même à revendre les cadeaux.

Le repas romain est ainsi l’occasion d’observer une multitude d’occasions où les manières et les comportements adoptés peuvent aller à l’encontre de l’hospitalité. Cette dernière doit être le moyen, quand elle est respectée, aussi bien par le maître de maison que par l’invité, d’afficher la maîtrise des codes de la civilité, qui contribuent pleinement à l’élaboration d’une sociabilité.


L’étude du thème de l’hospitalité couvre pour une large part celui de l’alimentation et de ses pratiques. Manger et partager sa nourriture est un acte éminemment socio-culturel, qui implique des normes de civilité et de sociabilité, lesquelles s’inscrivent en particulier dans le cadre de la cena romaine. Les règles de ces repas et les manières qui leur sont liées ont été bien étudiées par K. Dunbabin et R. Nadeau. Un certain nombre d’impératifs pèsent sur les convives présents à un dîner, qui doivent être respectés afin de tenir son rang et d’honorer l’hôte organisant le repas. Lorsque ces préceptes ne sont plus respectés, des tensions voire des situations conflictuelles peuvent naître, laissant place alors à une situation d’inhospitalité. Les sources littéraires, satiriques ou épistolaires en particulier, mais aussi quelques inscriptions et représentations iconographiques, permettent d’entrevoir ces expériences d’inhospitalité marquant le repas. Trois temps peuvent être distingués, où ces moments d’animosité peuvent se manifester.

L’invitation, son refus, ou son absence, peut être source d’affront entre un maître de maison et ses amis. Les sources littéraires, en particulier épistolaires, offrent de nombreux exemples d’invitation à dîner. Un cas édifiant provient des Lettres de Pline le Jeune (I, 15,), où ce dernier écrit à son ami Septicius Clarus. Dans cette lettre, Pline couvre son ami d’opprobre pour ne pas avoir daigné venir à un repas auquel il était convié. L’offense est d’autant plus grande que Septicius Clarus s’était engagé à venir, il est accusé d’avoir préféré un repas au fumet plus alléchant. Pline énumère les mets qui avaient été préparés à son attention, mais que l’invité indélicat devra rembourser scrupuleusement, alors qu’ils étaient comme un don de Pline à son ami. L’invitation revêt une grande importance, et les textes satiriques comme les Épigrammes de Martial (II, XIV ; voir aussi I XXIII ; II, XVIII) ; donnent à voir des individus parcourant frénétiquement les thermes de Rome en quête d’une invitation à dîner. Ce trait d’humour de Martial dans les portraits qu’il dresse traduit la peur de devoir dîner seul, ce qui est antinomique des valeurs des couches supérieures de la société romaine. Plusieurs inscriptions de Pompéi rendent compte de la colère de certains habitants n’ayant pas été invités par tel ou tel maître de maison. Ces derniers peuvent être comparés à des « barbares », ce qui souligne le rôle essentiel des invitations dans la sociabilité et la civilité (CIL IV 1880 ; CIL IV 1819). La figure du parasite, qui essaime dans les comédies de Plaute, souligne le manque de considération que peut attirer le non respect du protocole de l’invitation. Une lettre de Sidoine Apollinaire (Lettres, VIII, 11, 3) est empreinte d’angoisse à l’idée que ce dernier ne parvienne à être invité chez son destinataire, mettant en évidence le risque de devoir séjourner dans une auberge douteuse, tout sauf hospitalière.

Scène de banquet, Maison du Triclinium (Pompéi V 2,4). Peinture murale. 68 x 66 cm. Milieu Ier s. ap. J.-C. Museo Archeologico Nazionale, Naples.

Lors du repas, certaines conversations ou attitudes sont propices à la gêne ou à la querelle. Ces règles apparaissent comme en négatif à travers les maximes de la Maison du Moraliste à Pompéi (CIL IV, 7698). Il est conseillé notamment de bien se laver les pieds pour ne pas salir le tissu recouvrant les lits de repas, de ne pas regarder d’un œil envieux la femme d’un autre, ou encore d’éviter les sujets de conversation à caractère polémique, pour leur préférer des discussions plus légères. La scène de banquet de la Maison du Triclinium à Pompéi (V 2,4), montre un convive s’effondrant, soutenu par un esclave, après avoir certainement consommé de la boisson sans aucune modération, ce qui traduit un manque de contrôle de soi et de mesure, dont tout citoyen romain respectable doit faire preuve. Une telle attitude peut offenser le maître de maison.

Certains exemples de repas, au caractère exceptionnel il est vrai, apparaissent même comme une manifestation d’hostilité, où la menace pèse sur les invités, tel le célèbre « banquet funèbre » organisé par Domitien (Dion Cassius, 67, 9, 1-6). L’empereur met tout en œuvre pour que la mort soit omniprésente lors de ce repas, à travers un simulacre de repas funéraire, comme une épée de Damoclès suspendue au-dessus des sénateurs présents. Le décor, les tenues des serviteurs ou encore l’atmosphère évoquent la mort, faisant naître un sentiment de profond malaise chez les convives. Les biographies impériales regorgent d’exemples de dîners où l’empereur ne manque pas d’humilier ses invités lors de ses réceptions, voire de faire preuve d’une réelle cruauté. Caligula, dans le portrait qu’en dresse Suétone (Caligula, XXXVI), n’hésite pas à avoir des relations avec des femmes dont les époux sont invités à dîner, ou encore Elagabal, dans l’Histoire Auguste (Elagabal, XXI, 1), qui s’amuse de la terreur suscitée chez ses commensaux, après avoir fait surgir des fauves par surprise dans la salle à manger. Bien que ces anecdotes relèvent le plus souvent du topos littéraire, dans la mesure où elles contribuent à noircir le portrait du prince, présenté comme tyrannique par l’historiographie sénatoriale, elles mettent en évidence une véritable inversion des valeurs de sociabilité et d’hospitalité inhérentes au banquet aristocratique.

Enfin, le départ des convives, s’accompagne parfois du don de cadeaux de la part du maître, ce qui est une pratique courante. Les invités peuvent emporter des reliefs du repas (xenia ou opsonia), ou bien même de la vaisselle et des objets (désignés sous le terme d’apophoreta). Il faut voir là une prolongation de la mansuétude et de l’hospitalité de l’hôte, qui peut aussi envoyer ces présents plus tard. Vitruve livre une explication de cette pratique et de l’expression xenia (De Architectura, VI, 7, 4), qui désigne aussi les natures mortes représentant ces cadeaux. Les bonnes manières veulent que celui qui repart avec les cadeaux, ne récupère que ce qui lui est gracieusement accordé par le maître et ne se serve pas par lui-même. Les sources satiriques ne manquent pas de moquer l’attitude de certains invités peu délicats. Ainsi, Martial dresse le portrait d’un certain Santra (Épigrammes, VII, XX), qui lors d’un grand repas attendu avec impatience, se comporte de la façon la plus vulgaire qui soit. Non content de manger comme un véritable glouton, ce dernier rafle une multitude de victuailles qu’il cache ensuite dans sa serviette, mise à disposition des convives et utilisée ensuite pour ramener les cadeaux. Celle-ci ne suffit même plus pour contenir tous les mets qu’il cherche à collecter avec rapacité, puisqu’il en dissimule dans ses vêtements. Le comble de la grossièreté est que tous les fruits de cette collecte ne sont pas pour sa propre consommation, mais qu’il les recèle dans son garde-manger afin de les revendre sur le marché, alors qu’ils sont avant tout un don gratuit. Il faut voir là un détournement sournois d’une pratique d’hospitalité. Ce que rapporte Martial est caricatural, comme l’exige souvent le comique propre au genre de la satire, mais de tels comportements ne devaient certainement pas être des cas isolés dans la société romaine.

Ces trois temps liés au repas que nous avons pu mettre en évidence offrent ainsi à voir des comportements, des attitudes, qui ne correspondent en rien aux attentes de la bienséance qu’impose l’hospitalité aux convives.

Bibliographie indicative :

André J., L’alimentation et la cuisine à Rome, Paris, 1961.

Dunbabin K., The Roman banquet : images of conviviality, Cambridge, 2003.

Nadeau R., Les manières de la table dans le monde gréco-romain, Rennes, 2010.

Salza Prina Ricotti E., L’arte del convito nella Roma antica, Rome, 1983

Wilkins J. (éd.), Nadeau R. (éd.), A Companion to food in the Ancient world, Oxford, 2015.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.