Des espaces d’accueil pour les visiteurs ? Réflexions sur les formes et les fonctions des vestibula dans les domus et les villas de l’Italie romaine.

Lorraine Garnier (IRAA – USR 3155)

Résumé

Dans la perspective d’une réflexion sur les espaces de réception dans l’architecture domestique romaine, ce billet se propose de revenir sur la question de la place et du rôle du vestibulum au sein de l’espace domestique, à partir des sources écrites et de la documentation archéologique.

Dans les textes en effet, le vestibulum, situé à l’entrée de l’habitation, apparaît comme un espace destiné à l’attente des visiteurs avant leur réception par le maître des lieux ; il est aussi, pour ce dernier, un espace d’affichage et de représentation. En revanche, il ne semble pas avoir de forme architecturale bien définie ; ou plus exactement, le même terme renvoie à des réalités architecturales diverses : il est, de ce point de vue, polysémique.

Or le terme vestibulum a été utilisé par les Modernes pour décrire la maison romaine, interpréter les vestiges d’habitat conservés (pompéiens en particulier), rendre compte des usages sociaux de l’habitat. Cela pose un problème méthodologique, d’autant plus que les vestiges matériels correspondent, pour une large part, à des réalités différentes de celles des textes, qui font référence essentiellement aux domus urbaines des élites romaines.

Il s’agira donc, dans un deuxième temps, de se pencher sur la documentation archéologique et de la confronter aux données des textes, en s’appuyant sur un ensemble de maisons urbaines et de villas de l’Italie centro-méridionale. Peut-on, et sur la base de quels critères, identifier comme vestibulum des espaces de ces habitations ? Quelle forme revêtent-ils ? Que disent-ils du fonctionnement et des usages de l’espace domestique, des pratiques attachées à l’habitat, en particulier en termes d’accueil des visiteurs et de réception ?

On envisagera successivement domus et villas à travers quelques exemples bien conservés, en insistant sur la dimension méthodologique de la réflexion, ainsi que sur les difficultés et les apports de la confrontation des sources textuelles et archéologiques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *