L’hospitalité de Capoue envers les soldats romains vaincus aux Fourches Caudines, d’après Tite-Live

Mathieu Engerbeaud (Université Aix-Marseille)

De la fondation de Rome jusqu’au commencement des guerres puniques, les récits historiques décrivent seulement à trois occasions l’hospitalité accordée par une cité alliée de Rome aux légionnaires vaincus. Tusculum aurait accordé deux fois son hospitalité aux Romains battus par les Èques, en 449 et en 418 ; et en 321, les citoyens de Capoue auraient accueilli spontanément les soldats romains vaincus par les Samnites aux Fourches Caudines. Parmi ces trois occurrences, seule l’hospitalité des Capouans a fait l’objet d’une description détaillée dans l’Ab Vrbe condita de Tite-Live (9.6.4-11). Malgré la précision de cet extrait, le récit de l’auteur latin présente un paradoxe. En effet, selon lui, les Romains n’auraient témoigné aucune reconnaissance à leurs hôtes bienveillants, alors que les Capouans étaient décrits par Tite-Live comme les alliés les plus fidèles de Rome au IVe siècle. Ce comportement contraste avec la générosité des Romains décrite plusieurs fois par Tite-Live au cours de l’histoire des premiers siècles de Rome, car la res publica valorise traditionnellement l’aide reçue de la part de ses alliés, à travers l’attribution de privilèges ou de récompenses ponctuelles. À l’inverse, l’auteur latin décrit l’accueil spontané des Capouans comme un acte de générosité inattendu de la part d’un peuple qu’il juge orgueilleux. Cette mise en scène des faits par l’auteur romain, postérieure de trois siècles aux événements, reflète sans doute l’image négative attribuée par l’historiographie antique à Capoue, une cité qui, après avoir été l’alliée de Rome, l’a trahie pour accorder son hospitalité à Hannibal au cours de la deuxième guerre punique. L’analyse de cet extrait met en évidence les difficultés spécifiques que présentent les récits historiques pour étudier l’hospitalité au cours des premiers siècles de Rome et l’imaginaire qui lui est associé à l’époque d’Auguste.

Dans ce passage, l’auteur latin met en intrigue l’accueil spontané que les soldats romains vaincus aux Fourches Caudines auraient reçu de la part de leurs alliés de Capoue, en 321 avant J.-C. Si l’hospitalité des Capouans constitue sans doute un fait historique, l’historiographie romaine contemporaine de la fin de la République et de l’établissement du Principat a réinterprété l’épisode à travers les préoccupations morales de son époque1. En ce sens, les relations d’hospitalité entre les Romains et leurs alliés ont été réécrites à travers un prisme déformant, dont les logiques doivent être élucidées.

Les faits racontés par Tite-Live au cours de cet extrait présentent un caractère exceptionnel, non seulement dans son récit, mais également dans l’historiographie antique. En effet, jusqu’au début des guerres puniques, les récits historiques décrivent seulement à trois reprises l’hospitalité des cités alliées de Rome envers les légionnaires vaincus. Cette rareté s’explique par plusieurs facteurs. D’une part, les alliés de Rome sont rarement décrits dans ces récits, et, d’autre part, les historiens antiques minimisent le nombre de défaites romaines survenues au cours de la conquête de l’Italie. Par ailleurs, les textes décrivent plus fréquemment la retraite des armées romaines vaincues vers des cités alors sous domination romaine2. Dans ce cas précis, le repli de l’armée s’apparente à une réquisition de la cité, et cette pratique s’oppose à l’hospitalité accordée par une cité indépendante et alliée de Rome. Ainsi, l’accueil par une cité alliée des Romains vaincus se produit seulement au cours des premiers siècles de l’histoire de la res publica, à une époque où l’hégémonie romaine sur l’Italie demeure encore limitée. Cette pratique revêt une dimension diplomatique, dans la mesure où l’hospitalité publique envers les soldats alliés vaincus renforce les relations entre les cités. D’ailleurs, les récits historiques attribuent aux Romains la volonté de récompenser l’aide ponctuelle fournie par leurs alliés au cours des guerres, notamment lorsque l’armée de la res publica subit une défaite militaire. En effet, dans cette situation, Rome est souvent confrontée à la trahison d’une partie de ses alliés. Ainsi Rome récompense-t-elle Tusculum de sa fidélité au Ve siècle, notamment car cette cité alliée aurait accordé spontanément son hospitalité publique et privée aux Romains vaincus par les Èques en 449 (Tite-Live, 3.42.5 ; Denys d’Halicarnasse, 11.23.5) et en 418 (Tite-Live, 4.46.6). Cependant, en 321, Tite-Live décrit les Romains insensibles aux efforts de leurs alliés Capouans. L’auteur latin paraît même surpris de leur hospitalité, en raison du caractère orgueilleux qu’il leur attribue au début de cet extrait. D’après son récit, les autorités de Rome n’expriment aucune gratitude à ces hôtes, une attitude qui contraste avec la bienveillance traditionnelle dont Rome fait preuve envers ses alliés les plus dévoués. Ce comportement attribué aux Romains par Tite-Live en 321 constitue sans doute une réinterprétation historique de l’épisode, laquelle reflète la perception de Capoue à l’époque d’Auguste.

Premièrement, les récits historiques composés à cette époque attribuent aux Romains de l’époque archaïque une attitude hautaine envers les autres cités et les autres peuples de l’Italie antique, qu’ils perçoivent, de manière anachronique, comme des sujets en devenir de l’imperium Romanum. Selon Tite-Live, les Romains auraient éprouvé de la colère lorsqu’ils apprennent la défaite des Fourches Caudines (9.7.9), car cet échec est perçu à l’époque augustéenne comme le plus infamant et le plus incompréhensible des revers militaires que Rome ait subi. À cette occasion, les mêmes Romains ne ressentent aucune tristesse ni aucune crainte quant au risque que fait peser cet échec sur la domination précaire de Rome sur la Campanie, et sur la sécurité même du Latium. La vision livienne de l’événement constitue une réinterprétation au prisme de l’hégémonie romaine sur le monde méditerranéen, et cette relecture contraste, sans nul doute, avec la manière dont les Romains du IVe siècle ont véritablement ressenti le désastre. Par conséquent, l’attitude hautaine des Romains envers leurs hôtes reflète sans doute une reconstitution du comportement des soldats et de leur commandant par l’historiographie. Cette mise en scène répond à une démonstration sur l’hégémonie romaine, en témoigne le discours que Tite-Live attribue à Ofillius Calavius devant le sénat de Capoue (9.7.1-5). Mis en scène comme un prophète de la suprématie romaine, cet aristocrate capouan aurait été le seul parmi ses concitoyens à comprendre le comportement des Romains devant leurs hôtes en 321. D’une part, les Romains sont contrariés par leur défaite, qu’ils considèrent comme injuste et anormale, et, d’autre part, ils ne songent qu’à leur vengeance, qui se produira indubitablement et sans l’aide de leurs alliés. Ce discours constitue un topos des récits historiques, qui ont pour point commun de mettre en scène une res publica maîtresse de son destin, indépendante de tout autres puissances, et qui refuse de partager avec ses alliés le mérite de la victoire finale. Par conséquent, même si les soldats sont contraints par la nécessité d’accepter l’hospitalité de Capoue, leur comportement décrit par Tite-Live reflète une démonstration sur le caractère hors norme de la puissance romaine.

Deuxièmement, l’absence de gratitude de Rome envers ses hôtes reflète la mauvaise réputation de Capoue pour les Romains à partir de la fin du IIIe siècle avant J.-C. Effectivement, la perception de cette cité dans les récits semble avoir été conditionnée par le retentissement de sa trahison au cours de la deuxième guerre punique. Après la défaite de Cannes en 216, les autorités de Capoue prennent la décision de quitter l’alliance de Rome pour rejoindre le camp carthaginois (23.2-6). Ainsi, après avoir accueilli les Romains en 321, Capoue accorde l’hospitalité à Hannibal et à ses soldats. Cette trahison a fortement marqué la mémoire romaine, car cet épisode constitue un des moments forts des récits historiques qui ont été produits, a posteriori, sur cette guerre. Ce comportement semble avoir durablement forgé l’image de Capoue, et le rôle de cette cité dans l’histoire romaine pourrait avoir été interprété au prisme de cet événement. Effectivement, plusieurs indices semblent démontrer que Tite-Live a anticipé la versatilité de Capoue en amont dans son récit. C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre pourquoi cet auteur fait référence, de manière inattendue, à la superbia (orgueil) des hôtes capouans, pourtant dévoués aux Romains lors des guerres samnites. Cette attitude des citoyens de Capoue, qu’il présente comme ingenita (innée), reflète cette anticipation historique. Par ailleurs, l’attitude positive envers Rome prêtée par Tite-Live à Ofillius Calavius en 321 constitue un parallèle avec le comportement négatif de Pacuvius Calavius, le sénateur capouan à l’origine de la trahison de Capoue en 216. Ce dernier, appartenant à la même famille que l’hôte modèle précédemment cité, accueille lui-même Hannibal dans sa maison et expulse de la cité les Romains qui y étaient alors hébergés (23.8-9). Par conséquent, Tite-Live semble avoir établi dans son récit un parallèle entre les comportements antagonistes de ces deux individus pour insister sur le retentissement historique de la trahison de Capoue. Si les faits attribués à Pacuvius Calavius sont historiques, les paroles attribuées par Tite-Live à son ancêtre en 321 relèvent, à mon sens, d’une mise en scène visant à illustrer comment Capoue, jusqu’alors l’alliée la plus fidèle de Rome, est devenue un siècle plus tard la cité traîtresse la plus emblématique de son histoire.

Pour conclure, l’hospitalité des Capouans envers Rome après les Fourches Caudines constitue sans doute, à l’origine, un fait historique que les auteurs antiques ont réinterprété a posteriori. Cette réécriture a probablement eu pour effet d’extraire cet épisode d’une partie de son contexte historique. En effet, au-delà de l’interprétation de Tite-Live, qui minimise l’implication des alliés dans les guerres romaines, la passivité de Capoue, puissante alliée de Rome et voisine des Fourches Caudines, pourrait être débattue. Bien que sa participation active dans la guerre samnite ne soit démontrable en l’état de la documentation, Capoue, en raison de son traité avec Rome et de sa proximité avec le Samnium, devait constituer un point de retraite stratégique et un centre de ravitaillement sécurisé pour l’armée romaine. Par conséquent, pour mettre en scène Rome maîtresse de son destin et lui attribuer le seul mérite de la victoire finale, l’historiographie romaine a peut-être transformé un ravitaillement organisé et prévu par un traité en un acte spontané d’hospitalité. Pour cette raison, malgré l’impossibilité de déterminer avec exactitude l’historicité des faits, l’étude de l’hospitalité romaine dans les récits historiques doit au préalable interroger les enjeux littéraires et historiographiques des textes, en particulier lorsque la scène d’hospitalité prend place dans des séquences narratives liées à la diplomatie ou à la guerre.

Bibliographie indicative : l’image de Capoue et des Calauii dans l’historiographie antique

Briquel, D., L’image des Calauii de Capoue, dans Briquel, D. et Thuillier, J.-P., Le censeur et les Samnites. Sur Tite-Live, Livre IX, Paris, 2001, p. 117-133.

Briquel, D., 8-19 mars 210 av. J.-C. Le Forum brûle : un épisode méconnu de la deuxième guerre punique, Paris, 2002, p. 125-173.

Sources de référence

Liv. 9.6.4-11 : Itaque cum ante noctem Capuam peruenire possent, incerti de fide sociorum et quod pudor praepediebat circa uiam haud procul Capua omnium egena corpora humi prostrauerunt. Quod ubi est Capuam nuntiatum, euicit miseratio iusta sociorum superbiam ingenitam Campanis. Confestim insignia sua consulibus, fasces, lictores, arma, equos, uestimenta, commeatus militibus benigne mittunt ; et uenientibus Capuam cunctus senatus populusque obuiam egressus iustis omnibus hospitalibus priuatisque et publicis fungitur officiis. Neque illis sociorum comitas uoltusque benigni et adloquia non modo sermonem elicere sed ne ut oculos quidem attollerent aut consolantes amicos contra intuerentur efficere poterant ; adeo super maerorem pudor quidam fugere conloquia et coetus hominum cogebat. Postero die cum iuuenes nobiles missi a Capua ut pro ficiscentes ad finem Campanum prosequerentur reuertissent uocatique in curiam […].

“Alors qu’ils pouvaient atteindre Capoue avant la nuit, doutant de la loyauté de leurs alliés et retenus par la honte, ils s’allongèrent sur le sol, au bord de la route, non loin de Capoue, manquant de tout. Quand la nouvelle parvint à Capoue, un juste sentiment de pitié, naturel de la part des alliés, l’emporta sur l’orgueil inné des Campaniens. Sans hésiter un instant, ils envoyèrent aux consuls leurs insignes et fournirent généreusement aux soldats des armes, des chevaux, des vêtements et des vivres. Quand ils arrivèrent à Capoue, le sénat et le peuple sortirent de la ville pour les accueillir et s’acquitter de tous les devoirs de l’hospitalité, aussi bien à titre privé que public. Mais l’amitié et la bonté des alliés, ainsi que leurs paroles de réconfort, ne pouvaient ni leur arracher un mot, ni même leur faire lever les yeux et regarder en face leurs amis qui les consolaient : tellement la honte – plus encore que le chagrin – les obligeaient à fuir la discussion et la présence des hommes. Le jour suivant, les jeunes nobles envoyés de Capoue pour les raccompagner aux frontières de la Campanie revinrent et furent convoqués au sénat […].”

Liv. 9.7.1-5 : Cum haec dicerentur audirenturque et deploratum paene Romanum nomen in concilio sociorum fidelium esset, dicitur Ofillius A. Calauius Oui filius […], longe aliter se habere rem dixisse : silentium illud obstinatum fixosque in terram oculos et surdas ad omnia solacia aures et pudorem intuendae lucis ingentem molem irarum ex alto animo cientis indicia esse ; aut Romana se ignorare ingenia aut silentium illud Samnitibus flebiles breui clamores gemitusque excitaturum, Caudinaeque pacis aliquanto Samnitibus quam Romanis tristiorem memoriam fore.

“Telles étaient les opinions qui étaient exprimées et écoutées dans cette assemblée d’alliés fidèles, et on en venait presque à se lamenter sur l’honneur romain quand Aulus Calavius, fils d’Ovius […], déclara, dit-on, qu’il considérait la chose très différemment : leur silence obstiné, leurs yeux qui fixaient le sol, leurs oreilles sourdes à toute consolation, leur honte à la vue de la lumière, tout cela révélait une énorme masse de colère, cachée au plus profond du cœur. Ou il ne savait rien du caractère romain, ou ce silence arracherait bientôt des cris et des gémissements d’angoisse aux Samnites, et la mémoire de la paix caudine serait beaucoup plus triste pour les Samnites que pour les Romains.”

Tite-Live, Histoire romaine [trad. M. Engerbeaud]

  1. Sur cette logique d’écriture, qui imprègne l’Ab Vrbe condita, voir Bernard Mineo, Tite-Live et l’histoire de Rome, Paris, 2006, p. 83-134. L’hospitalité de Capoue envers les Romains en 321 est également connue à travers des récits postérieurs à celui de Tite-Live. Valère Maxime raconte cet épisode dans un exemplum (4.8.2), et le même événement est décrit dans un court fragment tiré du récit historique de Dion Cassius (frag. 36.15). Dans les deux cas, ces auteurs présentent l’événement dans la même perspective historique et morale que Tite-Live. []
  2. Voir, à titre d’exemple, la retraite d’une partie de l’armée romaine à Venusia après la bataille de Cannes en 216 (Tite-Live, 22.54.1-6). []

Mathieu Engerbeaud

Docteur en histoire romaine de l'Université de Poitiers, ATER à Aix-Marseille Université

More Posts - Website


Auteur : Mathieu Engerbeaud

Docteur en histoire romaine de l'Université de Poitiers, ATER à Aix-Marseille Université

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.