Séminaire HospeRAnt 1 : Hospitalité et droits politiques de l’étranger (12 février 2018, ENS de Lyon)

ENS de Lyon, 12 février 2018, 14h-17h, salle D2 102

Il peut aujourd’hui sembler paradoxal de mettre en regard la question de l’hospitalité, qui à l’époque contemporaine apparaît relever d’un choix purement privé, et celle des droits politiques conférés à l’étranger accueilli, qui semble du ressort de l’État-nation. Dans l’Antiquité, et en particulier aux périodes archaïques, l’hospitalité est pourtant bien un mécanisme destiné à intégrer juridiquement et civiquement des étrangers sélectionnés par la cité. Cette séance revient sur cette évolution de l’hospitalité qui semble aboutir à déposséder l’accueil hospitalier de sa destination politique. Il s’agit d’envisager les modalités concrètes de ce processus en examinant plus particulièrement le rôle joué par des individus ou des groupes d’individus, parfois délégués spécifiquement par la communauté dans la prise en charge civique, juridique et politique des hôtes accueillis. Le compte rendu de la séance par Léonie Diatta (ENS, M1 Mondes anciens, Histoire) et Lucie Salamor (ENS, M1 Mondes anciens, Histoire) est disponible ici

Programme des interventions

M. Durnerin (ENS de Lyon – HiSoMA)

L’hospitalité entre aristocrates au tournant du Ve siècle : menace ou outil diplomatique pour la cité ? L’ambiguïté de la ξενία chez Xénophon.

Les liens d’hospitalité (ξενία) dans le monde grec sont traditionnellement noués entre deux individus, généralement des personnages en vue dans leurs cités, et se transmettent de génération en génération, créant ainsi des réseaux familiaux puissants. Avec l’avènement de la cité isonomique à Athènes l’hospitalité devient ambiguë : établie entre des grandes familles de différentes cités, ou avec des barbares, elle donne aux hôtes (ξένοι) une influence qui va à l’encontre de l’égalité de pouvoir entre les citoyens, que ce soit à Athènes ou dans d’autres cités comme Sparte. L’œuvre de Xénophon écrite au début du IVe siècle met particulièrement bien en lumière ce rôle ambivalent de l’hospitalité et les différentes stratégies individuelles employées pour la justifier. En effet, la ξενία n’est pas supprimée même après les coups de force oligarchiques et la restauration démocratique mais utilisée comme outil diplomatique par la cité. Un subtil équilibre s’établit donc entre liens communautaires et individuels mais il est sans cesse menacé par les conflits incessants que connaissent les Grecs et les peuples qui les entourent dans la première moitié du IVe siècle.

Orientations bibliographiques

V. Azoulay, Xénophon et les grâces du pouvoir : de la charis au charisme, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004.

G. Herman, Ritualised friendship and the Greek city, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

W. J. B. G. Mack, Proxeny and polis : Institutional Networks in the Ancient Greek World, Oxford, Oxford University Press, 2015.

 

V. Hollard (Université Lyon 2 – HiSoMA)

Hospitalité et droits politiques de l’étranger. Le cas de la cité romaine

Rome a construit le monde romain sur la base, entre autres, d’une diffusion de la citoyenneté romaine. La diffusion de ce statut juridique et la progressive homogénéisation du monde romain posent la question de ce qu’est un étranger aux yeux des Romains. Comment se définissent les rapports entretenus par Rome avec les étrangers et avec l’Autre en général ? Ces deux notions sont-elles identiques ?

Après avoir répondu à ces questions, il s’agira de regarder le statut, dans le droit public romain, des étrangers dans la cité romaine et de se demander les liens que le droit romain entretient entre droits politique des étrangers et pratique de l’hospitalité.

Orientations bibliographiques

Compatangelo-Soussignan, R., Schwentzel C.-G. (éds), Étrangers dans la cité romaine, actes du Colloque de Valenciennes, 14-15 octobre 2005 « Habiter une autre patrie : des incolae de la République aux peuples fédérés du Bas-Empire », Rennes, PUR, 2007.

Donati Giacomini P., Cittadini e non cittadini nel mondo romano, Bologne, CLUEB, 1996.

Gagliardi L., Mobilità et integrazione delle persone nei centri cittadini romani , Milan, A. Giuffrè, 2006.

La discussion sera animée par Claire Fauchon-Claudon et Marie-Adeline Le Guennec.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.