Rome et l’hospitalité accordée aux soldats vaincus (VIe-IIIe siècle avant J.-C.)

Mathieu Engerbeaud (Université Aix-Marseille)

Les historiens de la conquête romaine décrivent régulièrement les conséquences des défaites militaires et le sort subi par les vaincus, que ces derniers soient Romains, Étrusques ou plus généralement Italiens. Ces récits historiques accordent une attention toute particulière au devenir des soldats blessés, séparés de leur commandant, mis en fuite et souvent poursuivis par l’ennemi victorieux. Dès lors, les historiens antiques décrivent quelquefois l’accueil spontané que certaines cités accordent temporairement aux soldats étrangers vaincus. En effet, ces auteurs valorisent la décision d’accueillir publiquement ces soldats et d’organiser rationnellement leur prise en charge par les autorités publiques. Néanmoins, accorder l’hospitalité à des soldats vaincus demeure avant tout un choix politique dont la portée diplomatique peut être retentissante. Cette pratique peut fragiliser la cité hôte qui, lorsqu’elle souhaite rester neutre, doit assumer les conséquences de ses choix. L’accueil des vaincus étrangers peut être considéré comme un affront par le vainqueur, tout comme le refus d’accueillir des soldats vaincus peut engendrer une rupture diplomatique (voire une guerre) avec la cité qui a perdu la confrontation. Dès lors, le choix d’accorder un refuge temporaire aux étrangers vaincus constitue un dilemme pour les cités italiennes. Ces situations peuvent également devenir une véritable opportunité diplomatique, car elles permettent de renforcer des liens d’amitiés entre cités ou de se faire de nouveaux alliés.

Cependant, les enjeux concrets de cette pratique demeurent complexes à étudier et à interpréter lors de la conquête romaine de l’Italie. L’histoire des guerres italiennes a été réécrite à travers le regard du conquérant romain, une fois que les différents peuples de la péninsule étaient vaincus et devenus, entre temps, citoyens romains. Dès la fin du IIIe siècle, à l’époque de la rédaction des premières annales, les historiens considéraient que Rome était prédestinée à conquérir l’Italie. Sensibles à cette idée, les auteurs de la fin de l’époque républicaine et de l’Empire ont profondément transformé les relations diplomatiques entre les Romains, leurs alliés et leurs ennemis. Dès lors, l’hospitalité accordée aux soldats vaincus a été réinterprétée à travers un prisme patriotique et moralisateur, qui reflète davantage les préoccupations contemporaines de ces savants romains que la réalité de la pratique hospitalière des cités italiennes entre le VIe et le IIIe siècle. De plus, aucune inscription d’Italie connue à ce jour atteste l’octroi de l’hospitalité aux soldats vaincus au cours de cette période. Les mesures prises par les cités pour accueillir temporairement ces combattants ne demeurent donc connues qu’à travers le prisme de textes romains plus tardifs.

Dépendante d’une documentation littéraire et historique tardive, l’analyse de cette pratique se restreint donc au champ de la représentation. L’étude de plusieurs exemples révèle que cette hospitalité a été réinterprétée par les savants romains, qui lui ont conféré une dimension moralisatrice ainsi qu’une signification particulière dans l’histoire de Rome. Le regard patriotique des Anciens a donc déformé l’histoire de cette pratique, qui devait être plus fréquemment une contrainte pour les communautés politiques qu’un fait spontané, généreux et digne d’éloge.


Mathieu Engerbeaud

Docteur en histoire romaine de l'Université de Poitiers, ATER à Aix-Marseille Université

More Posts - Website

Auteur : Mathieu Engerbeaud

Docteur en histoire romaine de l'Université de Poitiers, ATER à Aix-Marseille Université

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.