L’étude de l’hospitalité antique, renouveaux et questionnements

Claire Fauchon-Claudon (ENS de Lyon) et Marie-Adeline Le Guennec (EFR)

Monde romain

La question de la circulation des hommes, des biens et de l’information dans le contexte du monde romain antique a donné lieu à une abondante bibliographie, en plein renouvellement depuis une vingtaine d’années, et ce tant dans les approches documentaires que dans les problématiques développées par l’historiographie. Des avancées essentielles sont d’abord venues de l’augmentation massive de nos connaissances sur les infrastructures qui permettaient les mobilités humaines, matérielles et intellectuelles à travers l’empire territorial de Rome : que l’on pense notamment à l’étude des voies romaines et de leurs équipements, à celles des navigations fluviales et maritimes et de leurs infrastructures, ainsi que, plus spécifique au monde romain entre République et Antiquité tardive, au système d’accueil dit du « cursus publicus » mis en place par l’État romain pour faciliter le déplacement des officiels en mission à travers le territoire romain. Dans le même temps, les études de cas, typologiques, régionales ou documentaires, ont consenti des progrès significatifs dans cette analyse des circulations : les exemples sont ici innombrables et nous ramènent au constat de la prégnance de ce phénomène de la mobilité pour l’Antiquité romaine. Enfin, des travaux plus généralistes, souvent orientés par une approche transpériodique, ont permis de réfléchir aux concepts convoqués (migrations, mobilités, circulations, voyage etc.) pour rendre compte des phénomènes de mobilité observés dans les sources pour les mondes méditerranéens antiques, parmi lesquels plus spécifiquement le monde romain: on évoquera naturellement, pour le domaine anglo-saxon, The Corrupting Sea de N. Purcell et P. Horden (Oxford, 2000), où l’exploration des mobilités constitue du reste une donnée essentielle de la thèse de la Mediterranean connectivity soutenue par les auteurs ; de même que le programme de recherche international La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne : procédures de contrôle et documents d’identification, piloté par Cl. Moatti, W. Kaiser et Chr. Pébarthe, qui a donné lieu à une série de rencontres et à la parution de trois volumes collectifs entre 2004 et 2009.

Dans le cadre de ce dynamisme historiographique récent, on pourrait s’attendre à ce que la question de l’accueil, et partant de l’hospitalité, qui constitue le pendant direct de l’étude des mobilités romaines, ait connu un traitement scientifique similaire. Et ce d’autant plus, d’abord, que l’hospitalité privée, sous-tendue par des solidarités d’origines diverses (personnelles, professionnelles, religieuses, entre autres) et par une culture de réseau, jouait à Rome un rôle particulièrement notable dans la prise en charge des gens de passage ; et ensuite, parce que l’hospitalité constituait une valeur de référence essentielle dans le contexte culturel romain, qui perdure dans la transition entre Antiquité tardive et Moyen-Âge. L‘étude de l’historiographie de l’hospitalité romaine antique s’est néanmoins concentrée sur trois axes essentiels, qui se superposent d’ailleurs en partie : l’hospitalité des élites, l’hospitalité au banquet et l’hospitalité dite chrétienne.

La focalisation sur l’hospitalité des élites romaines se comprend aisément, tant d’un point de vue interne, au regard des sources à disposition qui émanent pour la plus grande part des franges supérieures de la société romaine, que d’un point de vue externe, par une tradition d’histoire politique et institutionnelle qui parcourt toute l’historiographie contemporaine au-delà même du cultural turn amorcé dans les années 1970. Toutefois, cette orientation témoigne aussi directement du rôle dévolu à l’hospitalité dans le contexte culturel romain. Certes, l’hospitalité, qu’elle ait été fondée sur une solidarité personnelle, professionnelle ou régionale, n’était pas l’apanage des élites et pouvait être mise à profit à d’autres niveaux de la population ; elle était d’ailleurs considérée comme un devoir sacré. Mais, outre le fait que nous sommes davantage renseignés sur les habitudes des élites, l’hospitium entendu comme convention réciproque à caractère héréditaire, et plus largement encore l’hospitalité, prenaient pour les membres de ces groupes une valeur toute particulière. Au sein des élites romaines,  la possession d’un réseau d’hospitium étendu entrait en effet dans la définition d’un rang social et surtout politique éminent. Ces relations contribuaient à créer une solidarité ou du moins une conscience de groupe ; elles permettaient bien entendu dans la pratique aux personnages qui en bénéficiaient d’« assurer l’intendance » lors de leurs déplacements. Elles pouvaient prendre un caractère public, sous l’appellation dhospitium publicum, qui dénotait des liens plus étroits entre les partenaires que ceux qu’offraient de pures alliances politiques, que ce soit entre le peuple romain et une nation étrangère, entre le peuple romain et un citoyen étranger ou entre une nation étrangère et un citoyen romain qui devenait son patronus. Hospitalité simple, hospitium privatum et hospitium publicum pouvaient d’ailleurs se cumuler, ce qui renforçait et rehaussait d’autant la relation qu’entretenaient un personnage et une communauté. A contrario, l’absence ou la disparition de liens d’hospitalité semblaient devoir être vécues comme un signe d’échec politique et social. Ces enjeux socio-politiques de l’hospitalité romaine, qui croisent également ceux associés à une autre notion voisine, l’amitié, ont donc fait l’objet d’une attention particulièrement aiguë de la part des historiens : on comprend de plus que cette attention se soit portée en priorité sur l’hospitium publicum et sur l’hospitalité des élites à la fin de la période républicaine, où la concurrence aristocratique et le choc des réseaux fonctionnent à plein.

Citons ainsi, à titre de simple illustration tant la bibliographie est abondante sur cette question : 

Badian, E., Foreign Clientelae : 264-70 B.C. Oxford, 1972 (republié en 1984 et 1997) ; voir aussi le bilan critique qui en a été dressé par le colloque et l’ouvrage « Foreign clientelae » in the Roman Empire: a reconsideration, (Jehne, M., Pina Polo, Fr., (éd.), Stuttgart, Steiner, 2015)

Hellegouarc’h, J., Le vocabulaire latin des relations et des partis politique sous la République. Paris, 1963, p. 48-63

Peachin, M., Caldelli, M. L. (éd.), Aspects of friendship in the Graeco-Roman world, Portsmouth, Rhode Island, Journal of Roman Archaeology, 2001 (en particulier Nicols, J., Hospitium and political friendship in the late Republic, p. 99-108)

etc.

Autre phénomène à avoir suscité l’attention des historiens, qui croise pour partie le précédent  : l’hospitalité au banquet romain. Appelée convivium quand elle prend une dimension festive particulière, et epulum pour sa version publique, la cena constitue en effet un cadre privilégié de la sociabilité romaine, notamment pour les élites : Cicéron en fait d’ailleurs le symbole du « vivre-ensemble » à la romaine. Si la cena et plus spécifiquement le convivium romains sont modelés sur la version étrusque du symposion grec, ce repas, auquel est dévolu depuis au moins le IIIe s. av. J.-C. une pièce spécifique, le triclinium, reflète bien dans son ordonnancement les principes hiérarchiques qui parcourent la société romaine : le banquet, qu’il soit privé ou public, politique ou religieux, funéraire ou festif, rappelle les principes structurants de cette société tout en autorisant malgré tout un relâchement contrôlé des barrières sociales. L’historiographie du banquet romain est ici largement tributaire de celle du monde grec, et notamment des approches pionnières de l’école d’anthropologie historique de Paris. Pour le monde romain, l’intérêt pour cette thématique est d’ailleurs légèrement plus tardif et s’affirme pour l’essentiel à partir des années 1980 : mais la bibliographie apparaît aujourd’hui internationale, innombrable, et plus diversifiée que celle mise en lumière pour le point précédent, puisqu’elle touche autant à l’ordonnancement (y compris culinaire) qu’aux espaces, aux représentations ou encore aux acteurs du banquet romain, pris dans ses dimensions tant privées que publiques, religieuses, professionnelles ou encore funéraires : on renverra notamment ici aux divers bilans historiographiques dressés par Chr. Badel, K. Vössing ou encore B. Cabouret dans un numéro spécial des Dialogues d’histoire ancienne (2012, supplément 7). Historiographie de l‘hospitium aristocratique et historiographie du banquet se chevauchent ici largement, dans la mesure où le banquet est un cadre de sociabilité important pour les élites, pour lesquelles convivia et cenae sont l’occasion de renforcer leurs réseaux et de mettre en scène leur influence en organisant régulièrement des banquets dans leurs domus à destination de leurs amis et clients.

Dunbabin, K. M. D., The Roman Banquet : Images of Conviviality. Cambridge, 2003.

Dupont, Fl., Le plaisir et la loi. Du « Banquet » de Platon au Satiricon. Paris, 2002.

Nadeau, R., Les manières de table dans le monde gréco-romain. Rennes, 2010.

Slater, W. J., Dining in a Classical Context. Ann Arbor, 1991.

Scheid, J., Quand faire, c’est croire : les rites sacrificiels des Romains. Paris, 2005.

Enfin, dans le prolongement de certains des phénomènes que nous venons de découvrir, on mentionnera l’attention qu’a pu s’attirer l’étude du développement dans le monde romain, à partir du IVe s. ap. J.‑C., de ce que l’on considère généralement comme une culture chrétienne de l’hospitalité. On considère traditionnellement que c’est le devoir d’hospitalité exigé du croyant qui mènerait à l’apparition, au IVe s. en Orient et un peu plus tardivement en Occident, dans le cadre d’une Église et d’une communauté des fidèles extrêmement mobiles, d’un réseau de lieux d’accueil chrétiens, les xenodochia. Associés, le plus souvent, à un monastère, voire directement inclus à l’intérieur de celui-ci, ces xenodochia reçoivent, pour un temps généralement bref, les pèlerins, mais aussi d’autres types de voyageurs ; ces derniers se voient fournir, gratuitement ou en échange de prestations de travail, un hébergement et des repas et peuvent également être inclus aux activités religieuses du lieu. 

Gorce, D., Les voyages, l’hospitalité et le port des lettres dans le monde chrétien des IVe et Ve siècles, Wépion-sur-Meuse, 1925

Elsner, J., Rutherford, I., (éd.), Pilgrimage in Greco-Roman & Early Christian Antiquity : seeing the gods. Oxford, New York, 2005

Hunt, E. D., Holy Land Pilgrimage in the later Roman Empire, A.D. 312-460, Oxford, 1982

Bien entendu, ce bilan n’est aucunement exhaustif, et bien d’autres thématiques pourraient être évoquées, qui croisent d’ailleurs celles que l’on rencontre pour les mondes grecs : hospitalité et accueil/intégration de l’étranger, rapports entre hospitalité et autres systèmes d’accueil (en particulier système étatique dit du cursus publicus et accueil mercantile des aubergistes), culture matérielle de l’hospitalité, etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.